VOTE | 491 fans

#312 : L'aube d'un nouveau monde (partie 1)

Merlin et Arthur partent à la recherche de la Coupe de Vie. Malheureusement, ils sont faits prisonniers avant d'avoir pu la ramener...

Fiche de l'épisode 3.12

Popularité


5 - 1 vote

Titre VO
The Coming of Arthur (part 1)

Titre VF
L'aube d'un nouveau monde (partie 1)

Première diffusion
27.11.2010

Première diffusion en France
10.04.2011

Vidéos

312 - Extrait VO - La fin de Cenred

312 - Extrait VO - La fin de Cenred

  

312 - Extrait VO - Morgane Reine de Camelot

312 - Extrait VO - Morgane Reine de Camelot

  

312 - Extrait VO - Gwaine et Merlin veillent Arthur

312 - Extrait VO - Gwaine et Merlin veillent Arthur

  

312 - Extrait VO - Combat Arthur/Gwaine

312 - Extrait VO - Combat Arthur/Gwaine

  

312 - Extrait VO - Arthur, Merlin et Gwaine dans les bois

312 - Extrait VO - Arthur, Merlin et Gwaine dans les bois

  

312 - Extrait VO - Sir Léon face à l'armée de Morgause

312 - Extrait VO - Sir Léon face à l'armée de Morgause

  

Photos promo

Diffusions

Logo de la chaîne Gulli

France (inédit)
Samedi 23.03.2013 à 21:35
0.23m / 1.0% (Part)

Plus de détails

Une patrouille de chevaliers de Camelot est découverte massacrée dans la forêt. Arthur explique à son père que Cenred a revendiqué cette attaque en affirmant que les chevaliers s'étaient introduits dans son royaume.

Pendant ce temps, des druides arrivent sur les lieux de l'affrontement, ils découvrent Sir Léon entre la vie et la mort et l'emportent avec eux dans une grotte où ils le font boire dans une coupe magique. Les blessures du chevalier guérissent instantanément. De retour à Camelot, Sir Léon est accueilli chaleureusement par Arthur qui était persuadé qu'il était mort. Quand le chevalier explique devant la Cour qu'il doit la vie à l'intervention des druides, Uther ne peut cacher sa contrariété, ni son inquiétude. Il se tourne ensuite vers Gaius qui lui explique que les druides sont sans doute en possession de la Coupe de la Vie. Le vieux médecin insiste bien sur le fait que les druides sont un peuple pacifique. Uther demeure très inquiet, la Coupe de Vie possède de très puissants pouvoirs. Le Roi ordonne qu'elle soit retrouvée au plus vite avant que Cenred ne la découvre.

De son côté, Merlin s'interroge: il était persuadé que la Coupe de Vie avait été détruite lors de son affrontement avec Nimue. Gaius lui apprend alors que la coupe ne peut pas être détruite. Il lui révèle ensuite qu'elle peut être utilisée pour fabriquer une arme très puissante: elle permet de rendre toute une armée immortelle et présente ainsi un terrible danger pour le royaume. Gaius et Merlin comprennent que si la Coupe de Vie tombe entre les mains de Morgause ou de Morgane, Camelot est perdu.

Pendant ce temps, Uther s'entretient en aparté avec son fils. Arthur est le seul en qui il a confiance et le Roi lui confie la mission secrète de partir à la recherche de la Coupe de Vie et de la ramener en sécurité à Camelot. Malheureusement, Morgane a écouté leur conversation. Le soir tombé, elle s'empresse de tout raconter à Morgause. La sorcière décide d'utiliser les espions de Cenred pour suivre la Prince dans l'espoir qu'il le conduise jusqu'à la coupe. Arthur et Merlin se mettent en route, le jeune magicien a beau presser son compagnon de voyage de questions, celui-ci refuse de lui révéler quoi que ce soit sur le but de leur périple qui doit rester secret.

Arthur et Merlin chevauchent à travers la forêt, observés par les espions de Cenred. Celui-ci ordonnent à ses hommes d'intercepter les deux voyageurs. Alors que Merlin s'inquiète en constatant qu'ils sont sur le point d'entrer dans le royaume de Cenred, Arthur et lui sont neutralisés par des fléchettes sédatives. Quand Merlin se réveille, il voit le visage du Prince penché au dessus de lui, au milieu d'autres hommes. Tous sont rassemblés dans une vaste oubliette. Parmi les prisonniers, Merlin retrouve avec plaisir son vieil ami Gwaine qui leur explique qu'ils sont captifs d'un trafiquant d'esclaves nommé Jarl. Celui-ci apparaît bientôt et désigne Merlin pour affronter le champion en titre dans une arène. Arthur intervient et se porte volontaire pour prendre la place de Merlin. Il découvre alors que son adversaire n'est autre que Gwaine qu'il doit désormais affronter dans un combat à mort.

Dans le royaume de Cenred, Morgause est furieuse d'apprendre qu'Arthur a disparu. Cenred lui assure qu'ils vont récupérer le Prince avant qu'il ne soit trop tard. Arthur et Gwaine se retrouvent face à Jarl qui leur remet des épées afin qu'ils combattent l'un contre l'autre au milieu d'un nombre conséquent de malfrats. Le combat commence, puis Merlin utilise discrètement ses pouvoirs pour embraser l'arène. Profitant alors de la panique provoquée par cette diversion, il s'enfuit avec Arthur et Gwaine. Dans la forêt, Merlin laisse échapper qu'ils sont à la recherche de la Coupe de Vie et Gwaine propose de les aider dans cette quête. Jarl est furieux de l'évasion des prisonniers. En fouillant dans les affaires d'Arthur, il découvre un pli portant le sceau royal. Il s'empresse alors de rapporter ce qu'il sait à Cenred espérant une récompense en retour, mais Morgause le tue d'un simple regard en faisant appel à la magie noire.

Arthur, Gwaine et Merlin découvrent la grotte des druides. Le Prince menace un jeune enfant alors que le trio se retrouve encerclé. Iseldir, le chef des druides, accepte de lui remettre la Coupe de Vie en échange de l'enfant. Il précise cependant au Prince qu'il détient désormais un objet dont il ne comprend pas toute la puissance. Alors qu'Arthur se retire avec ses compagnons, Iseldir communique avec Merlin par télépathie. Il fait ainsi savoir à Emrys que la coupe est désormais sous sa garde. Dans la forêt, le trio est attaqué par les hommes de Cenred. Arthur est blessé à la cuisse par une flèche empoisonnée et, malgré les efforts de Merlin, la Coupe de Vie se retrouve aux mains de leurs ennemis. La nuit venue, Gwaine et Merlin veillent Arthur qui est inconscient et délire sous l'effet du poison.

La Coupe de Vie est désormais en la possession de Cenred qui annonce à son armée qu'elle va bientôt devenir immortelle. Morgause arrive en brandissant la coupe et prononce des incantations avant de recueillir une goutte de sang de chacun des hommes de Cenred. Pendant ce temps, à Camelot, Uther s'inquiète pour Arthur. Il ordonne à Sir Léon de prendre quelques hommes et de se lancer à sa recherche. Dans la forêt, Merlin éloigne Gwaine en lui demandant d'aller chercher du bois pour le feu, puis il tente d'utiliser ses pouvoirs magiques pour guérir Arthur... en vain.

L'armée de Cenred est prête et se met en route. Morgause déclare alors que ces hommes sont les siens puis elle ensorcèle l'un des gardes de Cenred pour qu'il tue le seigneur de guerre. Celui-ci tente de se défendre et pourfend son agresseur mais l'homme est devenu immortel et il tue froidement Cenred.

Alors qu'ils recherchent Arthur, Sir Léon et ses hommes découvrent l'immense armée de Cenred qui marche sur Camelot. Ils sont attaqués par un petit groupe alors qu'ils tentent de regagner la Cité. En combattant, Sir Léon constate avec horreur que leurs ennemis semblent invincibles. Il parvient à s'échapper et regagne Camelot en toute hâte pour prévenir le Roi Uther de la menace imminente. Dans la forêt, Arthur se réveille et apprend la disparition de la coupe. Furieux, il décide de regagner Camelot au plus vite malgré sa blessure.

Au château, Gwen est terrifiée en voyant approcher l'armée de Cenred. Morgane s'approche d'elle et lui assure qu'aucun mal ne sera fait à ceux qui n'offriront pas de résistance. Gwen acquiesce et lui jure allégeance. Morgane l'étreint, elle semble satisfaite de sa décision.

Arthur, Merlin et Gwaine atteignent Camelot et découvrent la Cité en feu. De nombreux morts jonchent les rues. Ils trouvent refuge dans la maison de Gwen où ils manquent d'être agressés par son frère, Elyan. Celui-ci explique que Camelot a été assiégée par une armée immortelle et il informe Arthur que Gwen a été vue pour la dernière fois dans la château qui est tombé aux mains de l'ennemi depuis. Les quatre hommes s'introduisent dans la Citadelle, mais Arthur peine à avancer, handicapé par sa blessure. Alors que l'état du Prince empire, Merlin ordonne à Gwaine et Elyan de partir à la recherche de survivants pendant qu'il conduit Arthur jusque chez Gaius. C'est avec un grand soulagement qu'il découvre le vieux médecin réfugié dans un placard. Gaius veut alors soigner la blessure d'Arthur mais celui-ci refuse, ne voulant pas perdre de temps. Il accepte cependant un remède pour soulager sa douleur.

Gwaine et Elyan rejoignent leurs compagnons avec de mauvaises nouvelles: ils ont vu le Roi Uther être trainé de force jusqu'à la Salle du Trône. Arthur décide de s'y rendre, il ordonne aux deux hommes de conduire Gaius en sécurité dans les bois qui jouxtent le château. Il se retourne ensuite vers Merlin et lui conseille de les suivre, mais le jeune magicien refuse et décide de l'accompagner. Les deux jeunes hommes arrivent à la Salle du Trône et observent discrètement depuis une mezzanine. Uther est trainé aux pieds de Morgause, il est hors de lui et, quand il la voit brandir une couronne, il lui crie qu'elle n'a aucun droit sur le trône de Camelot. Morgane fait alors son apparition, froide et altière, et déclare qu'elle revendique le trône en tant que véritable fille d'Uther. Le Roi est prostré sous le choc, de même qu'Arthur qui ne s'attendait ni à cette révélation ni à cette trahison. Sous la contrainte, Geoffrey de Monmouth procède au couronnement de Morgane Pendragon qui devient alors Reine de Camelot.

 

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSeries.

Episode 3.12 - L'Aube d'un nouveau Monde (1ère partie)

 

CHÂTEAU DE CAMELOT

Des chevaliers de Camelot ont été retrouvés morts dans une forêt. Parmi eux se trouve Sir Léon ! Arthur rejoint donc son père dans la Salle du Trône avec la cape d’un des chevaliers, en guise de preuve de ce désastre !

Uther : Alors c’est Cenred qui a fait cela, tu en es certain ?

Arthur : Oui Majesté ! Son messager vient de quitter Camelot à l’instant, Cenred a dit que la patrouille avait pénétré sur ses terres  et qu’il fallait faire un exemple !

Uther : Combien de morts ?

Arthur : Ils sont tous morts... jusqu’au dernier !

Uther (sur un ton horrifié) : Les chevaliers ?!

Arthur : Tous morts... Eddric, Olduff, Osric… Messire Léon.

FORÊT DANS LE ROYAUME

Dans la forêt, un groupe de druides arrive et découvre la patrouille décimée, l’un d’entre eux voit Sir Léon.

Un 1er druide : Ici !

Les autres druides viennent le rejoindre. L’un d’entre eux compte le soigner.

Un 2ème druide : Vite, aidez moi, nous n’avons pas beaucoup de temps !Prêts ?

Les druides soulèvent alors Sir Léon et l’emmènent dans leur caverne.

Le 2ème druide : Son esprit est en train de le quitter, il faut faire vite !

Pendant que tous les autres récitent des incantations, le druide administre une boisson, versée dans une certaine coupe.  Sir Léon est entièrement guéri de ses blessurse et ouvre les yeux !

Le 2ème druide : Bienvenue chez les vivants !

****Générique****

CHÂTEAU DE CAMELOT

Sir Léon, une fois guéri, a rejoint Camelot et a retrouvé Arthur, Uther et d’autres nobles dans la Salle du Trône .

Arthur : Nous étions sûrs que vous étiez mort !

Sir Léon : J’étais mort… à peu de choses près, et puis les druides m’ont trouvé !

Uther (surpris) Les druides ?!

Sir Léon : Oui Majesté, c’est à eux que je dois la vie !

Uther : Comment vous ont-ils guéri, vous étiez pratiquement mort !

Sir Léon : Je ne sais pas !

Uther : Ils ont utilisé la magie ?

Sir Léon : Eh bien… je…

Uther : Ma question est simple, répondez par oui ou non !

Sir Léon : Je sais seulement que j’ai bu quelque chose dans une sorte de coupe, Sire !

Uther : Une coupe ?!

Sir Léon : C’était extraordinaire Majesté, je n’ai jamais rien éprouvé de pareil ! Aussitôt qu’elle a touché mes lèvres, j’ai senti que ma… que toute ma vie me revenait !

Uther (ne sachant que répondre) : Eh bien, je suis sûr que vos épreuves vous ont grandement fatigué ! Il faut le laisser se reposer !

APPARTEMENTS DE SIR LEON

Sir Léon se trouve dans son lit. Gaius l’examine puis il se lève et acquiesce.

Sir Léon : Et c’est tout ?!!!

Gaius : C’est tout ! ... (à Arthur) : Il est exténué, il est gravement déshydraté, mais avec le temps il se rétablira complètement !

Arthur : Merci Gaius.

CORRIDOR DU CHÂTEAU

Gaius sort de la chambre, suivi d'Uther et Merlin restés en retrait. Le Roi vient alors le questionner dans le couloir.

Uther : Alors ?!

Gaius : C’est remarquable Sire, il ne porte aucun signe d’une quelconque blessure. Il est en parfaite santé.

Uther : Et la coupe dont il a parlé ?

Gaius : D’après sa description, je dirais que c’était la Coupe de la Vie !

Uther se rapproche alors pour se faire plus discret.

Uther : Vous êtes conscient de son pouvoir Gaius ?!

Gaius : J’en suis très conscient Sire, mais les druides sont des personnes pacifiques, ils ne peuvent se servir de la coupe que pour le Bien. Messire Léon en est une preuve évidente !

Uther : Quoi qu’il en soit, si l’on en croit la description de Messire Léon, la caverne des druides est située dans le Royaume de Cenred, il est  impératif que nous trouvions cette coupe avant lui !

Gaius : Majesté, les druides sont des hommes secrets par nature, cette coupe, ils l’ont sûrement bien cachée ! Ne serait-il pas plus avisé de la laisser où elle est ?

Uther : Je ne suis pas disposé à courir ce risque !

Merlin, resté en retrait pour écouter, lance un regard stupéfait à Gaius, puis les deux hommes rentrent dans leur demeure.

MAISON DE GAIUS

Merlin : Je croyais que cette coupe avait été détruite avec Nimue quand je l’ai vaincue sur l'Ile Fortunée !

Gaius : Cette coupe ne peut pas être détruite ! Sa magie est éternelle et n’est limitée ni par le temps ni par l’espace !

Merlin : Mais pourquoi Uther en a-t-il si peur ?

Gaius : Parce que la coupe peut être utilisée pour le Mal comme pour le Bien !

Merlin : Je ne comprend pas !

Gaius : Il y a plusieurs siècles, elle est tombée en possession d’un grand seigneur de guerre. Une nuit, il a rassemblé ses soldats devant lui, il a pris une goutte de sang à chacun des hommes de son armée et il a versé ce sang dans la coupe. Son pouvoir était tel que les soldats sont devenus immortels à cet instant !

Merlin : Alors on ne pouvait plus les tuer !

Gaius : Le carnage  a dépassé tout ce qu’on pouvait imaginer. Le roi n’est pas idiot, il sait que les forces de l’Ancienne Religion se soulèvent contre lui une fois de plus. Il ne faudrait surtout pas que cette coupe tombe un jour entre les mains de Morgause !

Merlin (sur un ton ironique) : Ou de Morgane !

Gaius : Si elles disposaient d’une telle arme, Camelot serait pratiquement perdu !

SALLE DU TRÔNE DU CHÂTEAU

Arthur rejoint son père dans la Salle du Trône. Ils discutent seuls à seuls mais les deux hommes sont loin de se douter que Morgane les écoute.

Arthur : Vous m’avez fait demander père !

Uther : Cenred est notre ennemi juré, pas question de le laisser mettre la main sur la Coupe de la Vie !

Arthur : Je sais Père !

Uther : Tu dois aller la chercher. Ta mission doit rester secrète, tu ne dois en parler à personne !

Arthur : Je n’emmènerai que mes hommes de confiance.

Uther : Nous savons ce qui est arrivé à la patrouille qui est entrée sur les terres de Cenred ! Tu dois y aller seul. Je suis désolé de te charger d’un tel fardeau mais je ne peux faire confiance à personne d’autre !

Arthur : Je comprends Père !

Morgane va alors directement informer sa sœur. Arthur rejoint Merlin qui est en train de préparer les affaires du Prince.

APPARTEMENTS D'ARTHUR

Arthur : J’espère que tu seras prêt avant le lever du soleil !

Merlin : Si je ne sais pas où on va, comment savoir ce qu’il faut emporter ! Fera-t-il chaud ? Fera-t-il froid ? Fera-t-il sec ? Fera-t-il humide ?!

Arthur : Ne fais pas ta petite fille Merlin, nous ne partons pas en vacances !

Merlin (en aparté) : Des vacances, c’est quoi des vacances ?!

Il sort alors une cape portant l’écusson de Camelot, ce qui ne convient pas au Prince.

Arthur : Non pas ça ! Rien avec les armoiries de Camelot, on voyage clandestinement !

Merlin : C’est ridicule, vous allez me dire où nous allons ou pas ?!

Arthur : Je… je  peux te dire que ce sera dangereux !

Merlin (qui ironise) : Génial !

Arthur : Je peux te dire qu’on traversera des terres infestées de bandits !

Merlin : Euh fantastique, c’est où ?

Arthur : Non ça je ne peux pas te le dire !

Merlin : Vous ne savez pas où on va ! Hum !

Arthur : Non Merlin, je sais où on va, simplement je ne peux pas te le dire, c’est tout !

Merlin (moqueur) : D’accord parce que si vous le dites, vous devrez me  tuer je suppose !

Arthur ( sur un ton ferme) : Immédiatement et sans hésitation !

Merlin (tout de suite moins moqueur) : Génial ! Ce sera une surprise, j’adore les surprises, qui est-ce qui n’adore pas… les bonnes  surprises… ?!

SOUS LE CHÂTEAU DE CAMELOT

Dans les sous sols, Morgane retrouve sa sœur.

Morgause : Qu’est ce que tu voulais me dire ma sœur ?

Morgane : Arthur va partir à l’aube. Le roi l’envoie chercher je ne sais quelle coupe…La Coupe de la Vie, tu connais ?

Morgause : La Coupe de la Vie, tu es sûre ?

Morgane (qui acquiesce) : J’ai entendu chaque mot !

Morgause : Oh et moi qui la cherche depuis si longtemps !

Morgane : Est-elle aussi puissante qu’ils le croient ?

Morgause : Oh oui, crois-moi chère sœur! Si cette coupe était en notre possession,  Camelot serait bien vite à notre merci ! Où est-elle pour l’instant ?

Morgane : Elle est entre les mains des druides,. Tout ce que je sais c’est qu’ils vivent dans le Royaume de Cenred !

Morgause : Peut être que Cenred va de nouveau nous être utile ! Il a des espions un peu partout,. S'il peut faire suivre Arthur…

Morgane :… Alors Arthur nous mènera tout droit à la coupe elle-même !

Le lendemain, Arthur part seul avec Merlin, sous le regard diabolique de Morgane ! Les deux hommes chevauchent jusqu’à arriver dans une forêt. Ils sont repérés par les espions de Cenred.

FORTERESSE DE CENRED 

Morgause, quant à elle, a rejoint le seigneur de guerre dans sa forteresse.

Morgause : De quel coté le Prince se dirigait-il ?

Espion : Vers la foret d’Ascetir Ma Dame.

Cenred : Faites-le savoir aux guetteurs de ce secteur, qu’ils soient sur leurs gardes !

Espion :Bien Sire !

Morgause : Vos guetteurs sont-ils dignes de confiance ?

Cenred : Évidemment, je les ai choisis moi-même !

Morgause : Pourquoi cela ne me rassure-t-il pas ?

Cenred : N’ayez aucune inquiétude Ma Dame, la Coupe de la Vie sera bientôt entre nos mains et à ce moment là, Camelot sera à nous !

Morgause : Vous perdez toute retenue Cenred, c’est Morgane qui va prendre le trône, ni vous ni moi !

Cenred : Je ne revendique nullement le trône, seulement le butin de la victoire !

Morgause :Vous aurez ce que vous méritez Cenred, je puis vous en donner l’assurance !

FORÊT D'ASCETIR

Arthur et Merlin sont dans la forêt et Merlin questionne encore Arthur, ce qui ne manque pas de l’agacer !

Merlin :Nous allons au Royaume de Cenred n’est-ce pas ?

Arthur : Qu’est ce qui te fait dire ça ?

Merlin : Bah on est dans la foret d’Ascetir et on ne s’arrête pas !

Arthur : Tu peux penser ce que tu veux Merlin !

Merlin : Allez ! Vous feriez aussi bien de me le dire !

Arthur : Et alors je devrais te tuer, je te l’ai déjà dit !

Merlin : Allez-y  ! Je vais sans doute mourir de tout façon ! Regardez ce qui est arrivé à la patrouille qui est venue ici, morts, tous sans exception !

Arthur : Messire Léon a survécu !

Merlin : Exact, donc ça me laisse quoi… une chance sur quarante de m’en tirer …

Arthur : Oh un petit peu moins en réalité, nous ne sommes que deux !

Merlin : Oui je ne vais probablement pas mourir, je vais certainement mourir !

Arthur : Tu es toujours pessimiste Merlin. Qui sait, peut-être que cette fois-ci on n’aura pas d’ennuis !

Arthur reçoit une flèchette dans le cou et tombe de son cheval. Merlin, lui, continue de parler…

Merlin : Vous avez peut-être raison…. mais si je dois me fier à mon expérience passée…

Merlin reçoit à son tour une flèchette !

REPAIRE DE  JARL

Merlin se réveille et retrouve Arthur dans une sorte de fosse. Ils sont entourés d’autres détenus.

Merlin :   Vous disiez quoi tout à l’heure en me traitant de pessimiste ?

Arthur : Une chose... qui m’a échappée !

Arthur aide Merlin à se relever et il est interpellé par un autre homme.

Arthur : Touchez-moi encore, vous et vous êtes mort !

Merlin : Gauvain !!!

Gauvain : Très mal élevée, la famille royale ! Merlin, mon ami, tu as mauvaise mine !

Merlin : Toi également !

Arthur (reprenant ses esprits) : Qu’est-ce que vous faites ici ?

Gauvain : Eh bien, mauvais endroit, mauvais moment, mauvais alcool !

Arthur : Il n’y a rien de changé alors !

Gauvain (avec une frappe amicale) : C’est tout simplement injuste !

Arthur : Et où sommes-nous exactement ?

Gauvain : Dans les entrailles d’un ancien château appartenant à un dénommé Jarl !

Arthur : Jamais entendu parler !

Gauvain : Oh c’est un type charmant, marchand d’esclaves !

Merlin : On va être vendus comme esclaves ?!

Jarl surgit alors du haut de la fosse.

Jarl : Alors vermines répugnantes ! Lequel d’entre vous est prêt à affronter mon champion en combat singulier ?! Pas de volontaire ? Alors je vais devoir choisir l’un d’entre vous moi-même, bande de vauriens ! Voyons voir… si je prenais… toi !

Il désigne alors Merlin qui, preplexe, se retourne pour vérifier que c’est bien lui…

Merlin :Moi ?!!!

Jarl : La mort ou la gloire, mon garçon ! Tu devrais te sentir honoré !

Arthur, ne pouvant imaginer Merlin en train de se battre décide d’intervenir !

Arthur : Et qui est ce prétendu champion ? Ne peut-il vaincre rien d’autre que des gringalets comme lui ?!

Jarl : Tu crois pouvoir livrer un combat plus intéressant ?

Arthur : Ça, je vous le garantis !

Merlin : Arthur…non…

Jarl : Fort bien ! Mais si tu perds le combat, je donnerai morceau par morceau ton avorton de jeune ami à manger aux corbeaux !

Jarl : Tu es prêt mon champion ?

Et là, pour la plus grande stupéfaction de Merlin et Arthur, c’est Gauvain qui répond !

Gauvain : Je le suis.

FORTERESSE DE CENRED

Pendant ce temps au Royaume de Cenred.

Morgause : Comment cela  a-t-il pu se produire ? Vous avez laissé Arthur vous glisser entre les doigts !

Cenred : Il a été enlevé avant que mes hommes ne l’aient rejoint !

Morgause : Enlevé… ! Par qui ?!

Cenred : Le marchand d’esclaves, Jarl. Il écume notre frontière occidentale depuis des mois !

Morgause : Et vous le laissez faire ?

Cenred : Nous avons un arrangement, il me fiche la paix te je lui fiche aussi la paix !

Morgause : Et où est donc ce Jarl à présent ?

Cenred : Ne vous inquiétez pas Morgause, je vais le trouver sans tarder !

Morgause : Vous avez intérêt !

Cenred : Est-ce une menace ?!

Morgause : Croyez-moi Cenred, quand je vous menacerai, vous vous en apercevrez !

REPAIRE DE JARL

Pendant ce temps, Arthur et Gauvain sont envoyés au combat ! Jarl leur donne deux épées pour qu'ils se battent en duel.

Jarl : Messieurs, les règles sont simples : un combattant survit, un combattant meurt ! Si vous ne pouvez, ou ne voulez pas, achever votre adversaire, je vous tuerai tous les deux ! (ricanement)

Gauvain entame donc le combat et les deux hommes réussissent à communiquer, tout en combattant !

Jarl : Que le combat commence !

Arthur : Allez-y doucement voulez vous !

Gauvain : Il faut que ça ait l’air réel !

Arthur : Très bien, si c’est du réel que vous voulez !

Gauvain pousse Arthur à terre, les deux hommes se retrouvent entourés la foule.

Arthur : Jusqu’ici ça va !

Gauvain : Qu’est-ce qu’il y a ensuite ?

Arthur : Y a pas de suite !

Jarl : Achève cette vermine !

Merlin, retenu par un autre homme, peut voir la scène et allume un feu discrètement grâce à ses pouvoirs. Les trois hommes réussissent à s’enfuir en profitant de la panique générale !

Merlin : Par ici !

FORÊT D'ASCETIR

Les trois hommes s’enfuient et se retrouvent dans la forêt !

Gauvain : Eh bien, voilà un endroit que je ne serai pas pressé de revoir !

Arthur : Ah oui, et bien tachez d’éviter les ennuis !

Gauvain : Je pourrais vous dire la même chose !

Arthur : Ouais en effet, mais vous ne savez pas du tout de quoi vous parlez !

Gauvain : Ah allons ! Vous avez bien dû faire quelque chose pour vous retrouver dans un tel pétrin !

Arthur (reprenant sa respiration) : En fait … on accomplit une quête !

Merlin : On cherche la Coupe de la Vie !

Arthur donne un coup à Merlin.

Merlin : Eh ! Quoi ?!

Arthur : Quelle est la partie que tu ne comprends pas dans le mot "secret" ?!

Merlin : Ecoutez… Gauvain !

Gauvain : Messieurs, messieurs ! Il me semble que, quelque soit l’objet de vos recherches, un peu d’aide ne vous serait pas inutile !

Arthur acquiesce donc par obligation.

REPAIRE DE JARL

Jarl est en colère car ses prisonniers ont pris la fuite !

Jarl : Personne n’a le droit de ridiculiser Jarl ! Personne ! Je veux savoir qui ils sont, et où ils se cachent !

Un des ses hommes lui apporte le sac d’Arthur.

L’homme : Maître !

Jarl : Qu’est-ce que c’est ?

L’homme : Nous l’avons confisqué au prisonnier Maître ! Ça contient peut-être des indices…

Jarl : Je ne veux pas d’indices, je veux du sang !

IL fouille le sac et découvre l'identité d'Arthur grâce à un document portant le sceau royal.

Jarl : Tiens tiens tiens, il semble que nous ayons reçu la famille royale ! (ricanement)

FORÊT D'ASCETIR

Gauvain : Donc, à en croire notre ami Merlin, si vous me dites où se trouve cette coupe, vous devrez me tuer.. !

Arthur : C’est exact !

Gauvain : Autant que vous me le disiez alors ! A vrai dire, soyons francs, même si vous le vouliez, vous ne pourriez pas me tuer !

Arthur : Ah oui…défiez moi !

Gauvain : Je l’ai déjà fait ! Tout à l’heure au château, je vous tenais à ma merci, c’est pas vrai ?!

Arthur : Ça, ça n’était qu’un jeu !

Gauvain : Oh un jeu, je vois ! Et j’ai gagné ce jeu ?! Pas vrai ?!

Arthur : Non pas du tout ! Une minute et…

Merlin est tellement agacé de les entendre se disputer qu'il décide de mettre les choses au clair.

Merlin : Ouais, une minute de plus et vous étiez morts tous les deux ! Aucun de vous n’a gagné, votre plan ne pouvait aboutir qu’à un désastre, et s’il n’y avait pas eu ce feu…on mangerait tous les pissenlits par la racine !

FORTERESSE DE CENRED

Pendant ce temps, Jarl est au Royaume de Cenred  et lui raconte ce qu’il vient d’apprendre.                    

Cenred : Vous êtes certain que c’était Arthur ?

Jarl : Oh oui c’était le Prince, aucun doute possible il correspondait à votre description. Il avait son serviteur avec lui et puis un autre homme.

Morgause : Et vous avez des preuves ?!

Jarl lui donne alors ce qu’il a trouvé dans le sac d’Arthur. Morgause et Cenred l’examinent.

Cenred : Où se dirigeaient-ils ?

Jarl : Vers l’ouest, vers la foret de Gedney. Ils n’ont pas de chevaux, c’est ce qu’indiquent leurs traces vous aurez vite fait de les capturer !

Cenred : Excellent !

Jarl : Je suis toujours heureux de rendre service à des personnes de qualité telles que vous, peut-être qu’une petite compensation pour mon temps et mes ennuis….

Morgause : Mon cher ami, oh je manque à tous mes devoirs, vous allez recevoir votre récompense !

Elle le projette alors contre un mur, ce qui le tue !

DANS LES BOIS

Merlin : Et bien, ne me dites pas qu’on est vraiment arrivé… !

Gauvain : Ouh la Merlin, c’est pas le moment d’énerver le Prince !

Les trois hommes pénètrent alors dans la caverne des druides, celle-ci parait inhabitée.

Arthur : Elle doit être par ici !

Arthur voit alors une tenture bouger, il fait alors mine de rien voir puis sors ce qui s’y cachait : c’est un tout jeune druide ! Il l’interroge mais ne reçoit aucune réponse.

Arthur : Où est-elle ?...Hum…où est la coupe ?! Dis-le moi !

Merlin : Arthur laissez-le, ce n’est qu’un enfant !

Arthur : Où est-elle ?!!

Merlin : Arthur !

Arthur : Reste en dehors de ça Merlin !

Merlin : Non Arthur, regardez !

Le druide qui a sauvé Sir Léon apparaît et Arthur se sert de l’enfant pour obtenir ce qu’il veut.

Arthur : Plus un pas, restez où vous êtes !

Le druide : Il n’est nul besoin de violence Arthur Pendragon ! Ce garçon ne vous veut aucun mal, relâchez-le !

Arthur : Pas sans ce que je suis venu chercher !

Le druide : Vous cherchez la Coupe de la Vie, n’est-ce pas ?!

Arthur : En effet !

Le druide (lui tendant la coupe) : Elle est à vous ! Je vous en prie maintenant... l’enfant !

Arthur relâche l’enfant et prend la coupe.

Le druide : Vous touchez là un pouvoir que vous ne comprenez pas Arthur Pendragon ! En prenant la Coupe de la Vie, vous risquez plus que vous ne croyiez !

Arthur (saisissant la coupe) : J’en prends la responsabilité ! Allons…

Ils s’apprêtent à sortir de la grotte, quand le druide entre en communication avec Merlin, par télékinésie.

Le druide : Emrys, la coupe est maintenant confiée à tes soins, veille bien sur elle, l’avenir de notre pays en dépend !

Merlin sort alors de la grotte et retrouve Arthur et Gauvain.

Gauvain : Ce n’est pas une mince affaire cette quête !

Arthur : Croyez-moi, nous avons accompli aujourd’hui un exploit !

Merlin : Vous êtes sûr que la coupe n’était pas plus en sûreté chez les druides ?

Arthur : Ils ne sont pas dignes de confiance, personne ne l’est. Le seul endroit sûr pour la coupe, ce sont les caves de Camelot !

Merlin (en aparté) : Ouais, mais on doit l’y amener d’abord !

Cachés derrière un arbre, Cenred et deux de ses hommes les surveillent.

Cenred : Prenez la coupe, ensuite tuez-les !

Du coté des trois hommes :

Arthur : On approche de la frontière des terres de Cenred. Au-delà de la forêt, on retrouve Camelot !

Gauvain : Des victuailles, de l’eau et un bon bain bien chaud !

Arthur : Silence, écoutez !

Merlin : Je n’entends rien !

Arthur : Justement !

Gauvain : Jamais contents, vous les citadins c’est trop bruyant, c’est trop calme… !

Les hommes de Cenred surgissent alors. Les trois compagnons d'infortune n’ont plus qu’une seule solution : s’enfuir en courant. Arthur part avec la coupe mais il se fait vite rattraper et tombe à terre car il vient de recevoir une flèche empoisonnée dans la jambe. Le garde de Cenred le rattrape, prend la coupe mais il est projeté contre un arbre par Merlin qui utilise ses pouvoirs. Malheureusement, celui-ci ne parvient pas à récupérer la coupe qui fait un vol plané et finit par atterrir entre les mains d’un autre soldat. Merlin est alors interpellé par Gauvain.

Gauvain : Merlin !

A la nuit tombée  Merlin et Gauvain installent Arthur à même le sol et l’examinent.

Gauvain : Ça va, ça n’a pas l’air trop grave !

Merlin : La flèche était empoisonnée, il a de la fièvre, il faut le garder au chaud !

Gauvain : Je ne comprends pas... pourquoi tant d’histoires pour une coupe ?!

Merlin : Parce que …dans de mauvaises mains, elle serait une arme terrible !

Gauvain : C’est pas génial que Cenred nous l’ait prise alors !

Merlin : C’est pire que tout ce que tu peux imaginer !

FORTERESSE DE CENRED

Pendant ce temps, Morgause et Cenred préparent leur armée d’immortels.

Cenred : Fidèles amis, notre heure est arrivée ! A compter de ce jour, nulle épée ne vous abattra, nulle lance n’arrêtera votre marche en avant, votre sang ne sera plus répandu en vain, mais pour la victoire ! Vous marcherez avec l’arme la plus puissante de toute : l’immortalité !

Morgause ensorcelle la coupe et commence à recueillir le sang de chaque homme de l’armée de Cenred. Ils deviennent alors immortels !

CHÂTEAU DE CAMELOT

Pendant ce temps, Uther s’inquiète du temps que met son fils à revenir.

Uther : Arthur devrait déjà être revenu !

Sir Léon : Je  suis sûr qu’il y a une explication toute simple Sire !

Uther : Vous savez comme moi qu’il est parti depuis trop longtemps ! Prenez une patrouille, autant d’hommes qu’il vous faudra ! Par tous les moyens, retrouvez-le !

Sir Léon : Bien Sire !

Morgane (trépignant devant son inquiétude) : Vous faites preuve d’une grande force  Majesté !

Uther : Que voulez vous dire ?

Morgane : Jour après jour, vous envoyez votre unique fils vers le danger !

Uther : C’est là une responsabilité qu’aucun père ne souhaite porter !

Morgane : Tachez de ne pas vous inquiéter, il est le Premier Chevalier de Camelot et votre meilleur guerrier. Il est revenu sain et sauf dans le passé, pourquoi en irait-il autrement cette fois ?

Uther : Vous avez raison, évidemment !

Uther parti, Morgane efface alors son sourire d’ange pour afficher celui de démon.

DANS LES BOIS

Pendant ce temps dans la foret :

Merlin : On manque de bois pour le feu !

Gauvain : Ouais, tu as bien raison !

Merlin : Est-ce que tu veux aller en chercher ?

Gauvain (faisant mine de ne pas comprendre) : Pas vraiment non, merci d’avoir demandé !

Merlin : Il y a des loups par là-bas, et puis des ours, des sangliers !

Gauvain : C’est exact !

Merlin : Je ne suis pas un guerrier, je ne peux pas me défendre comme toi !

Gauvain : Jamais trop tard pour apprendre… (silence) ... Merlin, tu ne comprends pas quand on plaisante avec toi… mais si je meurs en ramassant du bois, n’en parle à personne, j’ai une réputation à tenir !

Il part alors chercher du bois, Merlin en profite pour essayer de soigner Arthur, grâce à la magie, en vain …..

Merlin : Arthur, Arthur, je vous en prie…

FORTERESSE DE MORGAUSE

Pendant ce temps, Morgause et Cenred contemplent l'armée.

Cenred : Quel spectacle magnifique ! Mon armée d’immortels !

Morgause : Votre armée ?!

Cenred : Oui, ce sont mes hommes…

Morgause : Rectification, c’était vos hommes ! C’est moi qui les ait rendus immortels, ils me sont liés désormais…

Cenred : N’allez pas croire un seul instant que vous avez le droit de me contrarier Ma Dame…

Morgause : Vous contrarier.. ! Jamais…

Elle ensorcelle alors un homme, qui se met à attaquer Cenred !

Cenred :Que faites vous ?

Morgause : N’ai-je pas toujours été honnête avec vous Cenred ?!

Cenred (à l'homme): Arrête, Arrête, c’est à moi que tu obéis, pas à elle ! (Il tente alors de tuer son adversaire mais celui-ci est immortel.. !) Morgause, Morgause ! Dites-lui d’arrêter je vous en supplie ! Dites-lui d’arrêter ! (Il se retrouve à terre).

Morgause : Ne vous ai-je pas dit que quand je vous menacerai, vous vous en apercevriez ! Et bien, je vous menace !

Le soldat tue alors Cenred, d’un coup d’épée dans le ventre !

ALENTOURS DE LA CITE DE CAMELOT

Sir Léon, parti à la recherche d’Arthur avec ses hommes, voit l’armée de Cenred marcher sur Camelot. Il dit alors à ses hommes de s’enfuir.

Sir Léon : Par tous les dieux ! Il faut leur échapper ! Venez !

Ils se mettent donc à courir, mais un petit groupe de soldats arrive droit devant eux. Ils font donc demi-tour mais sont obligés de se battre. Voyant que le combat est perdu d’avance, Sir Léon s’enfuit mais il sera le seul rescapé

DANSLES BOIS

Arthur se réveille alors que Merlin et Gauvain se sont assoupis.

Arthur : Où est la coupe, où est la coupe ?!

Merlin : Les hommes de Cenred l’ont volée !

Arthur : Alors qu’est-ce qu’on fait encore ici ?!

Merlin : Vous étiez inconscient !

Arthur : Ah toujours une excuse Merlin !

Il tente de se relever mais souffre toujours de sa blessure à la jambe. Merlin lui vient en aide.

Arthur :Il faut rejoindre Camelot avant qu’il ne soit trop tard !

CHÂTEAU DE CAMELOT

A Camelot, Sir Léon est de retour et informe le roi.

Uther : Nous devons convoquer le conseil de guerre.

Sir Léon : On ne pourra pas les arrêter, ces soldats ne peuvent pas être vaincus !

Uther : Qu’est-ce que vous dites ?!

Sir Léon : Ils ne peuvent pas mourir !

Uther : Rassemblez les chevaliers, préparez toutes les défenses possibles !

Sir Léon : Mais Sire.. !

Uther : Exécution !

Devant le désarroi d’Uther, Morgane trépigne ! Quant à Uther, il se retourne vers Gaius et lui demande son avis.

Uther : C’est Cenred, assurément, mais comment ?! L’endroit où se trouvait la coupe était secret !

Gaius : Sire, il n’y a qu’une explication possible (il jette un regard sur Morgane) ... Nous avons un traitre parmi nous !

Les chevaliers se préparent, sous le regard désappointé d’Uther.

APPARTEMENTS DE MORGANE

Guenièvre, quant à elle, s’inquiète dans les appartements de Morgane quand celle-ci arrive.

Morgane : Guenièvre !

Guenièvre : C’est vrai qu’ils vont attaquer à l’aube ?

Morgane(en souriant) : J’ai bien peur que oui !

Guenièvre : Aucune nouvelle d’Arthur ?!

Morgane (ironisant) : Aucune !

Guenièvre : Toute est perdu alors, nous allons être massacrés, tous jusqu’au dernier !

Morgane (s’avançant) : Tout le monde n’est pas obligé de mourir !

Guenièvre : Que voulez vous dire par "tout le monde" ?

Morgane : Ceux qui les défient, ceux qui choisissent de combattre vont sûrement mourir, mais ceux qui ne résistent pas, ceux qui accueilleront le changement avec joie, ceux-là auront un avenir ! Tout le monde a le choix Guenièvre !

Guenièvre : Vous savez que je vous ai toujours été fidèle Dame Morgane ! Et toujours je le resterai !

Morgane : Alors n’aies crainte, il ne t’arrivera rien je puis te l’assurer !

Les deux femmes s’étreignent, ce qui ne semble pas beaucoup plaire à Guenièvre !

ALENTOURS DE CAMELOT

Pendant ce temps, dans la forêt, Merlin, Arthur et Gauvain arrivent à l’orée d’un village en feu.

Gauvain : Que s’est-il passé ?

Arthur : Je ne sais pas ! Hâtons-nous, on est encore à un jour de marche de Camelot !

Ils arrivent ensuite à l’endroit où la patrouille de Sir Léon a été surprise, il n’y a pas un seul survivant.

Arthur : L’une de nos patrouilles !

Merlin : Il n’y a pas un seul cadavre ennemi !

Arthur : Il a raison, au lieu d’un combat, ça a été une vraie tuerie !

Gauvain : Qui a pu faire une chose pareille ?

Arthur : Une armée de soldats immortels ! Venez !

Les trois hommes se trouvent alors en haut d’une colline et voient Camelot en feu !

VILLE BASSE

Ils continuent leur chemin, Arthur toujours boitant, et voient une autre patrouille décimée.

Arthur : Ils n’avaient aucune chance !

Arrivés dans la ville basse, les trois hommes décident d’aller directement voir dans la demeure de Guenièvre. Comme Arthur peine à ouvrir la porte, Gauvain vient l’aider.

Gauvain : Attends, laisse-moi faire ! (il défonce la porte)

En entrant, un homme surgit devant eux pensant qu'ils sont des soldats de l’armée de Cenred : c'est Elyan !

Merlin : Elyan !

Elyan : Désolé !

Arthur : Où sont les autres ?

Elyan : Ma… mais, mais… mais j’ai cru que…

Arthur : Elyan, je t’en prie, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Elyan : Ils sont arrivés de nulle part ! Une immense armée, nos armes n’étaient d’aucune utilité contre eux, c’était des hommes Altesse, mais…pas des hommes ! Rien ne pouvait les tuer ! Absolument rien !

Arthur (s’inquiétant pour Guenièvre) : Où est ta sœur… où est Guenièvre ?

Elyan : Elle était dans la Citadelle quand ils ont attaqué.

Arthur : Il reste de l’espoir !

Elyan : Altesse, ils ont réussi à prendre la Citadelle !

CHÂTEAU DE CAMELOT

Les trois hommes accompagnés d'Elyan sortent et gagnent la Citadelle.

Elyan (s'inquiétant pour Arthur) : Combien de temps peut-il tenir comme ça ?

Merlin : Aucune idée !

En traversant le château, Arthur voit des hommes de Cenred, il est encore plus furieux ! Puis ils traversent un couloir .

Gauvain : On va où maintenant ?

Arthur : Maintenant on… maintenant on va…(de plus en plus souffrant)

Merlin (le raisonnant) : Arthur, vous ne pouvez pas continuer !

Arthur : Il faut…il faut retrouver les autres !

Merlin : Vous devez d’abord recevoir des soins !

Arthur : Guenièvre, mon père…

Merlin : Elyan…

Elyan : Oui

Merlin : Tu connais le chemin vers les souterrains ?

Elyan : Oui bien sûr !

Merlin : Vas-y avec Gauvain et essaie de les retrouver !

Arthur : Je les accompagne !

Merlin (le retenant) : Pas question !

Arthur : C’est un ordre !

Merlin : Vos ordres, gardez-les pour vous, vous venez avec moi !

Ils réussissent avec quelques difficultés à regagner les appartements de Gaius.

MAISON DE GAIUS

Arthur : Tu désobéis aux ordres Merlin, je te ferai mettre au pilori…

Merlin : Très bien, mais restez tranquille et tachez de ne pas bouger la jambe !

Merlin commence à chercher un remède, mais il entend du bruit dans l’appendice, il saisit une épée et s'approche.

Merlin : Gaius !!!

Gaius : Merlin !!!

Merlin : Vous allez bien ?

Gaius : Encore mieux quand je te revois… Arthur ?!

Merlin (en baissant le ton) : J’ai tenté de le guérir grâce à la magie, mais ça n’a pas marché… !

Gaius tente alors de soigner le Prince.

Arthur (criant de douleur) : Aaaah…

Gaius : Ça vous fera peut-être un peu mal Altesse. La blessure est infectée, je vais devoir immobiliser la jambe pour réduire l’inflammation !

Arthur : Non non non… nous n’avons pas le temps, donnez-moi juste quelque chose pour tenir le coup !

Gaius (partant chercher un remède) : Oui Altesse !

Merlin (à Gaius) : C’est l’armée des immortels, n’est-ce pas ?

Gaius : On a eu de la chance d’être parmi les rares à avoir la vie sauve !

CHÂTEAU DE CAMELOT

Pendant ce temps, Elyan et Gauvain voient le roi se faire emmener hors d'un cachot !

Uther : Où m’emmenez-vous ? Je suis le roi ! J’exige de savoir !

MAISON DE GAIUS

Pendant ce temps, Merlin rassemble ses dernières affaires et pense à prendre le cadeau du Roi Pécheur.

Gaius (à Arthur) : L’effet sera immédiat Altesse, mais je ne peux garantir combien de temps, il durera.

Arthur : Merci Gaius !

Elyan et Gauvain reviennent.

Elyan : Le roi, Altesse, il est vivant !

Arthur : Où est-il ?

Gauvain : Ils l’emmènent à la Salle du Trône à l’instant où nous parlons !

Arthur : C’est peut être ma dernière chance !

Merlin : Arthur, ils sont trop nombreux, vous ne pouvez pas réussir !

Arthur : Je ne laisserai pas mon père mourir ici tout seul ! Gauvain, Elyan, emmenez Gaius  et traversez la forêt derrière le château. J’espère qu’on se retrouvera ! Merlin, tu devrais les accompagner !

Merlin (ironisant):  Non la forêt je l’ai déjà vue !

CHÂTEAU DE CAMELOT

Ils traversent alors le château et essaient d’accéder à la Salle du Trône discrètement.

Merlin : Est-ce que vous allez bien ?!

Arthur : Continue d’avancer !

Ils arrivent en haut de la Salle du Trône et se postent sur la mezzanine pour observer. Uther est mis à genoux devant Morgause qui lui retire sa couronne !

Morgause : Eh bien Uther ! Les puissants sont tombés bien bas !

Arthur s’énerv, mais Merlin essaie de le retenir.

Merlin : Les gardes sont immortels, ils vont vous écharper ! A quoi serviriez-vous une fois mort !

Morgause (prenant la couronne) : Vous n’aurez plus besoin de ceci, je suppose !

Uther : Tout cela est illégal ! Vous ne pouvez pas agir ainsi ! Vous n’avez aucun droit au trône !

Silence…

Morgane : Non elle n’y a aucun droit ! Mais moi j’y ai droit !

Uther ne dit plus un seul mot, il est effaré par ce que vient de faire Morgane !

Morgane : Je suis votre fille après tout !... Ne prenez pas cet air surpris, je le sais depuis un certain temps !

Elle s’assoit sur le trône et Morgause ordonne à Geoffrey de Monmouth de la couronner.

Geoffrey de Monmouth : En vertu des pouvoirs qui me sont conférés, Morgane Pendragon, je vous couronne Reine de Camelot !

Morgane siège donc sur le trône et Uther est anéanti... tout autant qu'Arthur, resté caché pour voir la scène.

 

Écrit par fanmerlin pour Merlin HypnoSeries.

Episode 3.12 - The Coming Of Arthur (Part One)

 

Forest

Corpses of knights in the mist. Amongst them, Sir Leon, lying on his back, he seems to be dead.

---

Council Chamber

Uther holds a Pendragon knight cape that is blood stained and torn.

Uther: It was Cenred who did this, you’re certain of it?

Arthur: Yes my lord. His messenger has only this minute departed from Camelot. Cenred said that the patrol trespassed on his land, and an example had to be made.

Uther: How many dead?

Arthur: All of them, Sire. Every last man.

Uther: The knights?

Arthur: All lost. Edric, Alduuf… Osric… And Sir Leon.

People stare at each other in the council chamber, the atmosphere is gloomy.

---

Forest

A group of people are looking for survivors amongst the bodies of the knights.

Man: Here!

They gather around Sir Leon. A man kneels and examines him. This man is a druid.

Iseldir: Quick! Help me. We do not have much time. Ready?

They carry Sir Leon in a cave.

---

Druids’ cave

Sir Leon is still alive but looks very weak.

Iseldir: His spirit leaves him. We must hurry.

Druids: (chanting) Buthed gwared…hrag pob ailed…

Iseldir goes near Sir Leon with a cup.

Druids: (chanting) Hrag pob evnis… boyd un thilis.

They repeat the incantation while Iseldir makes Sir Leon drink from the cup. Sir Leon opens his eyes, he seems to feel better.

Iseldir: Welcome back.

 

 

– Opening Credits –

 

Council Chamber

Arthur is welcoming Sir Leon.

Arthur: We thought you were dead for sure.

Sir Leon: I was dead, or as good as, until the druids found me.

Uther: Druids?

Sir Leon: Yes my Lord, I owe them my life.

Uther: How did they heal you? You were as good as dead, you said.

Sir Leon: I don’t know.

Uther: Did they use magic?

Sir Leon: Well, I…

Uther: Yes or no? It’s a simple enough question.

Sir Leon: I only know that I drank from some kind of cup, Sire.

Uther: Cup?

Sir Leon: It was extraordinary my Lord. I have known nothing like it. From the moment it touched my lips I could feel my life return to me.

In the room people look puzzled.

Uther: Well…your trials have left you weary I ‘m sure. We must let him rest.

Uther leaves the room; Morgana and Merlin are staring at each other.

---

Sir Leon’s chamber

Gaius examines Sir Leon.

Sir Leon: Is that it?

Gaius: That’s it. He is exhausted, Sire, and seriously dehydrated, but given time and he’ll make a fully recovery.

Arthur: Thank you Gaius.

Gaius leaves the room, followed by Uther and by Merlin.

---

Corridor

Uther: Well?

Gaius: It’s remarkable, Sire. He bears no sign of any kind of wound. He is in perfect health.

Uther: And the cup he spoke of?

Gaius: From his description, I would say it was the Cup of Life.

Merlin stares at Gaius in disbelief.

Uther: You are aware of its power Gaius?

Gaius: I am, indeed Sire. But the druids are peaceful people. They would only ever use the cup for good. Sir Leon is surely proof of that.

Uther: Be that as it may, according to Sir Leon's description, the druids' cave lies within Cenred's kingdom. It is imperative that we get to the cup before he does.

Gaius: My lord, druids are secretive by nature. They will have the cup well hidden. Might it not be wise to leave it where it is?

Uther: I'm not prepared to take that risk.

Uther leaves.

---

Gaius’s chamber

Merlin: I thought the cup was destroyed with Nimueh when I defeated her on the Isle of the Blessed.

Gaius: The cup cannot be destroyed. Its magic is eternal, unbound by time or place.

Merlin: But why does Uther fear it so much?

Gaius: Because the cup can be used for evil as well as good.

Merlin: I don't understand.

Gaius: Many centuries ago, it fell into the possession of a great warlord. One night, he gathered his army before him. He took a drop of blood from each and every man and collected it in the cup. Such was the vessel's power that the soldiers were made immortal where they stood.

Merlin: So they could not be killed.

Gaius: The carnage they wrought was beyond all imagining. The King's no fool. He knows that the forces of the Old Religion are rising against him once more. Heaven forbid that the cup should fall into the hands of Morgause.

Merlin:  Or Morgana.

Gaius: With Such a weapon at their disposal, Camelot would be all but lost.

---

Corridor

Uther is waiting.

Arthur: You called for me Father.

Uther: Cenred is our sworn enemy. We cannot risk him getting his hand on the Cup of Life.

Arthur: I know, Father.

Uther: You must retrieve it. Your mission must remain secret; you can speak to no-one of this.

Morgana is hidden nearby, spying on them.

Arthur: I will take only my most trusted men.

Uther: We've seen what happened to the last patrol that entered Cenred's land. You must go alone. I'm sorry to place such a burden upon you, but there is no one else I can trust.

Arthur: I understand, Father.

---

Arthur’s chamber

Merlin is packing.

Arthur: You will be ready by sunrise, won't, you Merlin?

Merlin: If I don't know where we're going, how do I know what to pack? Will it be hot? Will it be cold? Will it be wet? Will it be dry?

Arthur: Don't be such a girl, Merlin. We're not going on holiday.

Merlin: Holiday? What's a holiday?

Merlin begins to pack a red Camelot cape.

Arthur: Not that. Nothing bearing the crest of Camelot. We're going under cover.

Merlin: This is ridiculous. Are you going to tell me where we're going or not?

Arthur: Well, I can tell you it will be dangerous

Merlin: Great(!)

Arthur: And I can tell you we will be travelling through bandit-infested lands.

Merlin: Terrific. Then where?

Arthur: I can't tell you that.

Merlin: You don't know where we're going.

Arthur: No, Merlin. I know where we're going. It's just, I can't tell you, that's all.

Merlin: (joking) Right. Cos if you do, you'll have to kill me, I suppose.

Arthur: Immediately and without hesitation.

Merlin: Great.

Arthur grins.

Merlin: It'll be a surprise. I love surprises. Who doesn't love a good surprise?

---

Castle vaults

Morgana walks in the vaults, she stops, smirks and turns. Morgause shows up.

Morgause: What is it you wanted to tell me, sister?

Morgana: Arthur rides at dawn. He's been sent to recover some kind of cup. The Cup of Life, they called it?

Morgause: The Cup of Life - Are you sure?

Morgana: I heard every word.

Morgause: How long I have searched for it...

Morgana: Is it as powerful as they believe?

Morgause: Oh, yes. Trust me, sister, with the cup in our possession, Camelot would soon be at our mercy. Where is the cup now?

Morgana: It's in the hands of the druids. All I know is that their camp lies within Cenred's kingdom.

Morgause: Then perhaps Cenred will be of use to us again. He has spies everywhere. If he can have Arthur followed...

Morgana: Then Arthur will lead us all the way to the cup itself.

Morgause nods and they both laugh.

---

Morgana’s chamber

From her window, Morgana watches Arthur and Merlin leaving the castle

---

Countryside

Arthur and Merlin are galloping trough the countryside. Three men are spying on them, and then they ride to Cenred’s castle.

---

Cenred’s castle

Morgause: Which way was the Prince heading?

Spy: For the Forest of Ascetir, my lady.

Cenred: Send word to the scouts in the area. They must be prepared.

Spy: Yes, Sire.

Morgause: Can your scouts be relied upon?

Cenred: Of course. I handpicked them myself.

Morgause: Why does that not reassure me?

Cenred: Do not concern yourself, my lady. The Cup of Life will soon be in our hands, and when it is, Camelot will be ours.

Morgause: You forget yourself, Cenred. It is Morgana that will take the throne, not you or I.

Cenred: I make no claim upon the throne, only the spoils of victory.

Morgause: You will get what you deserve, Cenred. (Caressing Cenred’s face) I can assure you of that.

---

Forest

Merlin: We're going to Cenred's Kingdom, aren't we?

Arthur: What makes you say that?

Merlin: Er, we're in the Forest of Ascetir. We're not stopping.

Arthur: You can think what you like, Merlin.

Merlin: Come on! You might as well tell me.

Arthur: Then I'd have to kill you. I told you that.

Merlin: Go ahead. I'm probably going to die anyway. Look at what happened to the patrol that came here! Dead, the lot of them!

Arthur: Sir Leon survived.

Merlin: Right, so that gives me, what? A one in 40 chance of making it?

Arthur: Rather less, actually. There are only two of us.

Merlin: So I'm not probably going to die, I'm DEFINITELY going to die.

Arthur: Always the pessimist, Merlin. Who knows, maybe, just this once, we'll have no trouble.

Arthur gets shot in the neck by a dart and he falls from his horse.

Merlin: Maybe you're right. If past experience is anything to go by…

Merlin gets shot in the neck by a dart and he falls from his horse too.

---

Jail

Merlin is waking up in some kind of jail. The floor is covered with straw. There are people around him, staring at him. The scene is fuzzy. Arthur slaps Merlin’s face to wake him up.

Merlin: What was that you were saying about me being a pessimist?

Arthur: Must've slipped my mind.

Arthur helps Merlin to stand up. A hand touches Arthur’s shoulder.

Arthur: (grabbing the hand) Touch me again, you die.

Merlin: Gwaine?!

Gwaine: No manners you royals. Merlin, old friend, you look terrible.

Merlin: Likewise.

Arthur: What are you doing here?

Gwaine: Well, you know, wrong place, wrong time, wrong drink.

Arthur: Nothing's changed there, then.

Gwaine: That's just not fair.

Arthur: Where exactly are we?

Gwaine: The bowels of an old castle. Belongs to a fella names Jarl.

Arthur: Never heard of him.

Gwaine: Lovely bloke. Slave trader.

Merlin: We're going to be sold as slaves?

Jarl: Right, you filthy vermin. Which one of you is ready to face my champion in the arena? No volunteers? Well, I shall have to choose one of you toe rags myself, then. Let me see… How about you?

He points to Merlin, who looks around.

Merlin: Me?

Jarl: Death or glory, boy. You should be honoured.

Arthur: Who is this so-called champion? Can he crush nothing but weaklings like this?

Jarl: You think you could offer a better contest?

Arthur: I guarantee it.

Merlin: Arthur, no.

Jarl: Very well… But if you lose, I'll feed your little friend to the crows piece by stinking piece. Are you ready, my champion?

Gwaine: I am.

Arthur and Merlin taken aback look at Gwaine. Gwaine gives them a sorry smile.

---

Cenred’s castle

Morgause: How could you let this happen? You let Arthur slip through your fingers.

Cenred: He was taken before my men could get to him.

Morgause: Taken? By whom, exactly?

Cenred: The slave trader, Jarl. He's been working our western border for months.

Morgause: And you let him?

Cenred: We have an understanding. He doesn't bother me, and I don't bother him.

Morgause: And where is this Jarl now?

Cenred: Don't worry, Morgause. I'll find him soon enough.

Morgause: See that you do.

Cenred: Are you threatening me?

Morgause: Trust me, Cenred, when I am threatening you, you'll know about it.

---

Jarl’s den

Raucous men push Arthur and Gwaine in the middle of the arena.

Jarl: Gentlemen, the rules are simple. One man lives and one man dies. If you cannot or will not finish off your opponent… I'll kill you both.

Jarl throws swords at their feet.

Jarl: Let battle commence!

Gwaine and Arthur start fighting. The crowd cheers.

Arthur: Take it easy, will you?

Gwaine: It's got to look real, hasn't it?

Arthur: Fine. If it's real you want…

Arthur and Gwaine continue fighting. They drop their swords and wrestle on the ground.

Arthur: So far, so good.

Gwaine: What comes next?

Arthur: Er...there was no next.

Jarl: Finish him!

Merlin: Forbaern aeltaewlice.

Fire spreads along the ropes above the people. The men are panicking. It is chaos. Gwaine, Arthur, and Merlin manage to escape. They run out of the fortress.

---

Forest

They stop, panting for breath.

Gwaine: Now, that's somewhere I'll not be in a hurry to see again.

Arthur: Best stay out of trouble, then.

Gwaine: I could say the same to you.

Arthur: You could do, but I wouldn't have any idea what you're talking about.

Gwaine: C’mon. You must have done something to end up in a hole like that.

Arthur: Actually, we're on a quest.

Merlin: We're looking for the Cup of Life.

Arthur smacks the back of Merlin's head.

Merlin: What?

Arthur: What part of the word "secret" did you not understand?

Merlin: It’s… Gwaine.

Gwaine: Gentlemen, gentlemen. It seems whatever it is that you're after - you could use a little help.

Arthur does not like that pleased but ends by nodding his assent.

---

Jarl’s den

Jarl: No-one makes a fool of Jarl. No-one! I want to know who they are and where they're hiding!

Bandit: My lord…

The bandit brings Arthur's bag.

Jarl: What's that?!

Bandit: It was confiscated from the prisoners, my lord. It may hold some clues.

Jarl: I don't want clues. I want blood!

Jarl searches the bag and finds nothing.

Jarl: Ugh!

He throws the bag to the floor and it jingles. Jarl cuts open the inside and finds coins and a sealed note.

Jarl: Well, well, well. It seems we were entertaining royalty.

He cackles.

---

Forest

Gwaine: So according to Merlin here, if you tell me where this cup is, you have to kill me.

Arthur: That's correct.

Gwaine: You may as well tell me, then. I mean, let's be honest - you couldn't kill me even if you wanted to.

Arthur: Yeah? Try me.

Gwaine: I already did. Back in the arena. I had you bang to rights, did I not?

Arthur: That… was just a game.

Gwaine: Oh, a game, right. I won that game, did I not?

Arthur: No, you didn't. One more minute...

Merlin looks more and more fed up with the conversation.

Merlin: One more minute and you both would've been dead. Neither of you won. You're plan was a half-baked disaster, and if it was not for that fire we would all be pushing up daisies.

---

Cenred’s castle

Cenred: You're certain it was Arthur?

Jarl: Oh, yes. It was the prince, all right. Matched your description exactly. He had his servant with him. Him and another man.

Morgause: And do you have proof of this?

Jarl shows the note found in Arthur’s bag.

Cenred: Where were they headed?

Jarl: West. Into the Forest of Gedney. They've no horses. Their tracks told us as much. You'll soon run them down.

Cenred: Excellent.

Jarl: Always glad to be of help to, people of qualities such as yourselves. Perhaps some small compensation for my, time and trouble?

Morgause: Oh, my dear man, how remiss of me. You will have your reward this instant.

Morgause uses magic to kill Jarl by throwing him against the wall.

---

Forest

Arthur, Merlin, and Gwaine stop and look at the entrance of the druids’ cave.

Merlin: Well, don't tell me. We're actually here.

Gwaine: Easy, Merlin. Wouldn't want to rile the Prince.

Arthur, Gwaine, and Merlin go into the cave. The cave looks empty but there candles lit everywhere.

Arthur: It has to be here somewhere.

Arthur sheaths his sword. He notices a cloth move and pulls a small druid boy out of hiding.

Arthur: Where is it? Hmm?

He shakes the boy.

Arthur: Where's the cup? Tell me.

Merlin: Let him go, Arthur. He's just a boy.

Arthur: Where…is it?

Merlin: Arthur.

Gwaine draws his sword.

Arthur: Stay out of this, Merlin.

Merlin: No, Arthur, really.

Druids surround them. Arthur looks up and pulls his sword on the boy.

Arthur: One step closer...

Iseldir: There is no need for violence, Arthur Pendragon. The boy has done you no harm. Release him.

Arthur: Not without what I came for.

Iseldir: You seek the Cup of Life, do you not?

Arthur: I do.

Iseldir pulls out the cup.

Iseldir: It is yours. Please, now… the boy.

Arthur lets the boy go and grabs the cup, but Iseldir doesn't let go.

Iseldir: You meddle with a power you do not understand. Arthur Pendragon. By taking the Cup of Life you risk more than you know.

Arthur grabs the cup.

Arthur: I'll take my chances, thanks. Let's go.

Arthur, Gwaine, and Merlin turn to leave.

Iseldir (in Merlin’s head): ‘Emrys’.

Merlin turns and looks at Iseldir.

Iseldir (telepathy): ‘The cup is in your care now. Guard it well. The future of this land depends on it.’

Merlin catches up with Arthur and Gwaine out of the cave.

Gwaine: Hard work this quest business.

Arthur: Trust me, it's a great deed we did here today.

Merlin: Are you sure the cup wasn't safer with the druids?

Arthur: They can't be trusted, Merlin. No one can. The only safe place for the cup is the vaults of Camelot.

Merlin (mumbling): Yeah, but we have to get it there first.

Cenred and his soldiers are watching them.

Cenred: Get the cup… then kill them.

Arthur: We're approaching the border of Cenred's lands. Beyond the forest lies Camelot.

Gwaine: And food and water and a nice hot bath.

Arthur: Quiet.

They stop.

Arthur: Listen!

The forest is completely silent.

Merlin: I can't hear anything.

Arthur: Exactly.

Gwaine: Never satisfied, you city types. It's too noisy, it's too quiet...

Cenred's men jump out of hiding.

Arthur: Run!

Soldiers start chasing them. Arthur is shot in the leg by an arrow. Arthur falls unconscious. The soldier takes the cup from Arthur's bag. Merlin uses magic to knock the soldier out, but the cup goes flying and then rolls down on a hill, straight into the hands of Cenred's men below.

Gwaine: Merlin!

In the forest, the night has fallen, Gwaine and Merlin inspect Arthur's wound.

Gwaine: Right. That doesn't look too great.

Merlin: Arrow must've been poisoned. He's got a fever. We need to keep him warm.

Merlin takes off his jacket to cover Arthur.

Gwaine: I don't get it. Why all this bother over a cup?

Merlin: Because in the wrong hands it can become a terrible weapon.

Gwaine: Not so great Cenred's got it, then.

Merlin: It's worse than you can possibly imagine.

---

Cenred’s castle

Cenred’s soldiers are gathered. Cenred and Morgause bring the cup.

Cenred: Loyal friends…our time is at hand. From today no sword will fell you, no spear will stop you short. Your blood will not be spilled in vain, but in victory. You march with the mightiest weapon of them all: immortality.

Morgause: (casting a spell) Gegadra anne here from pise bune and heora blod… Swa paet he ne abuge and ne swelte noht,ac libbe a on ecnysse.

Morgause lifts the cup, then cuts a soldier's hand and pours the blood into the cup.

---

Council chamber

Uther: Arthur should be back by now.

Sir Leon: I'm sure there's a simple explanation, Sire.

Uther: You know as well as I do he's been gone too long. Take a patrol, as many men as you need. Whatever it takes, find him.

Sir Leon: Yes, Sire.

Sir Leon leaves.

Morgana: You show great strength, my lord.

Uther: What do you mean?

Morgana: Day after day you must send your only son into danger.

Uther: Not a responsibility any father would wish to bear.

Morgana: You must try not to worry. He's the First Knight of Camelot and your greatest warrior. He's made it home safe in the past. Why should this time be any different?

Uther: You're right. Of course you are.

---

Forest

Merlin and Gwaine sit by a dying fire camp. Arthur lies on the ground, shivering with fever.

Merlin: We need more firewood.

Gwaine: You're right about that.

Merlin: D’you want to go and get some?

Gwaine: Not really. Thanks for asking.

Merlin: There's wolves out there. Bears, boars...

Gwaine: Exactly.

Merlin: I'm not a warrior. I can't defend myself like you.

Gwaine: Never too late to learn… (silence) Merlin, don't you know when someone's joking with you? If I die collecting firewood, keep it to yourself. I got my reputation to consider.

Gwaine walks off. Merlin kneels over Arthur.

Merlin: Gehalge … Gehalge. Come on. Arthur, come on.

The spell does not work.

---

Cenred’s castle

Cenred and Morgause watch the army of immortals leaving the castle.

Cenred: Magnificent, aren't they? My army of immortals.

Morgause: YOUR  army?

Cenred: Well, they are my men.

Morgause: Correction. They WERE your men. It is I that made them immortal - they are bound to me now.

Cenred: Do not think for one moment that you can cross me, my lady.

Morgause: Cross you? Never. (casting a spell) Ic bebiode the thine cyning cwellan!

A soldier lifts his sword.

Cenred: What are you doing?

Morgause: Have I not always been honest with you, Cenred?

Cenred draws his sword.

Cenred: Stop! Stop, you answer to me not to her.

A brief fight starts. Cenred pierces the soldier through with his sword, but the man does not fall.

Cenred: Morgause, Morgause, Make him stop! Please, I beg you. Make him stop!

The soldier disarms Cenred and knocks him to the floor.

Morgause: Did I not say that, when I threatened you, you'd know about it?

The soldier raises his sword.

Morgause: Well, now you know.

Cenred: Morgause, please...!

The soldier runs Cenred through and kills him.

---

Countryside

On the top of a hill a patrol of Camelot watches Cenred’s army marching.

Sir Leon: My God! … All right men, come on!

They run through the woods, but they are caught by mounted soldiers. They try to flee. Sir Leon manages to throw one of mounted soldier from his horse. They start to fight, Sir Leon runs his sword through the soldier, but it does not kill him. Sir Leon is stunned and he has no other choice than running to save his life.

---

Forest

In the camp, everybody is asleep. Arthur coughs and wakes up.

Arthur: Where's the cup?

Merlin and Gwaine wake up.

Arthur: Where's the cup?

Merlin: Cenred's men - they took it.

Arthur: Then what are we still doing here?!

Merlin: You were unconscious.

Arthur: Always an excuse, Merlin.

Arthur tries to get up, but groans with pain. Merlin and Gwaine get up to help him.

Arthur: We have to get back to Camelot before it's too late

---

Camelot – Council Chamber

In the town, the church bell tolls.

Uther: We must convene the Council of War.

Sir Leon: They cannot be stopped. The soldiers, Sire. They will not fall.

Uther: What are you saying?

Sir Leon: They will not die.

Uther: Gather the Knights. Prepare whatever defences you can.

Sir Leon: But Sire.

Uther: DO IT!

Morgana smirks. Sir Leon bows and leaves the chamber. Uther turns to Gaius.

Uther: It’s Cenred. It must be. How? The location of the cup was secret.

Gaius: There's only one explanation, Sire. We have a traitor in our midst.

Morgana still smirks.

---

Camelot's army prepares for war. From a window, Uther looks at his men gathered in the courtyard. Sir Leon, who is getting ready for the battle, looks really frightened.

---

Morgana’s Chamber

Gwen watches the immortal army marching towards Camelot, she looks frightened. Morgana comes in.

Morgana: Gwen.

Gwen: Is it true they attack at dawn?

Morgana: I'm afraid so.

Gwen: And no word from Arthur?

Morgana: Nothing.

Morgana does not really hide her satisfaction.

Gwen: Then all is lost. We'll be massacred. Every last one of us.

Morgana: Not everyone has to die.

Gwen: What do you mean, “not everyone”?

Morgana: Those that defy them - those that choose to fight - they will surely die. But those who do not resist, those who choose to welcome change… They will have a future here. Everyone has a choice, Gwen.

Gwen: You know I have always been loyal to you, Morgana. And I always will be.

Morgana smiles and takes her hands.

Morgana: Then have no fear. No harm will come to you, I can promise you that.

They hug. Gwen looks uneasy, Morgana smirks.

---

Countryside

From the top of hill, Arthur, Merlin, and Gwaine watch a village on fire.

Gwaine: What the hell happened?

Arthur: I don't know. We need to hurry. We're still a day's march from Camelot.

They resume their way to Camelot. Arthur is limping.

They find the corpses of the Camelot knights.

Arthur: A Camelot patrol.

Merlin: There's not a single enemy body.

Arthur: He's right. This wasn't a fight, this was a slaughter.

Gwaine: Who could've done such a thing?

Arthur: An army of men that cannot die. Come on.

Arthur, Gwaine, and Merlin climb over another hill. They discover smoke rising from Camelot. On The way to the castle, they cross a battle field, the ground is strewn with bodies of Camelot's soldiers.

Arthur: They never stood a chance.

They arrive in the lower town, ruins are still smoking. Arthur struggles to open the door of a house.

Gwaine: Here… let me.

Gwaine kicks the door and they all enter the house that is dark and silent. Suddenly, some jumps in front of them waving a sword. Arthur and Gwaine take defensive stances.

Merlin: Elyan!

Elyan: I'm sorry.

Merlin shuts the door.

Arthur: Where is everyone?

Elyan: I- I - I thought that...

Arthur: Elyan, please, What happened?

Elyan: They came out of nowhere. A mighty army. Weapons were useless against them. They were men, Sire, but not men… Nothing could kill them… Nothing.

Arthur: Where's your sister? Where's Guinevere?

Elyan: She was in the citadel when they attacked.

Arthur: Then there's still hope.

Elyan: Sire… The citadel's been taken.

Arthur, Gwaine, Merlin, and Elyan leave the house. Arthur is limping more and more.

Arthur: Let's go.

Elyan: How much longer can he keep going like this?

Merlin: I don't know

---

Castle

They have to hide to avoid Cenred’s men.  It’s getting more and more difficult for Arthur to stand.

Gwaine: Where now?

Arthur: Now, er... Now we, er...

Merlin: Arthur, you can't go on.

Arthur: We must. We must find the others...

Merlin: You can't go on without treatment.

Arthur: Guinevere… my father.

Merlin: Elyan, do you know your way to the dungeons?

Elyan: Yes, I think so.

Merlin: Go with Gwaine. See if you can find them.

Arthur: I'm going with them.

Merlin: You're not.

Arthur: That's an order.

Merlin: To hell with your orders. You're coming with me.

Merlin puts Arthur's arm around his shoulder and drags him down the corridor. They have to hide again to avoid a patrol.

---

Gaius chamber

The place is in a mess. Everything has been wrecked.

Arthur: You're disobeying orders, Merlin. I'll have you in the stocks for this.

Merlin: Fine. Now, stay put. And try not to move that leg.

Merlin looks for a potion. He hears the sound of glass smashing in the cupboard. He picks up Arthur's sword and goes to check it out. Merlin yanks the door open.

Merlin: Gaius!

Gaius: Merlin!

They hug.

Merlin: Are you all right?

Gaius: All the better for seeing you.

Arthur clears his throat.

Gaius: Arthur!

Merlin (whispering): I tried to heal him, using magic, but it didn't work.

Gaius nods and goes to Arthur. Arthur grunts with pain.

Gaius: This may hurt a bit, Sire.

Gaius examines the wound. Arthur groans.

Arthur: Ah…

Gaius: The wound is infected. I'll have to re-dress the leg to reduce the inflammation.

Arthur: No, no, no. We haven't got time… Just give me something to keep going.

Gaius: Yes, Sire.

Merlin: It's the army of immortals, isn't it?

Gaius: We'll be lucky to get away with our lives. Any of us.

---

Dungeon

Gwaine and Elyan hidden in a corner, see Uther being dragged out of a cell by Cenred’s soldiers.

Uther: Where are you taking me? I am the King! I demand to know

---

Merlin’s room

Merlin is packing staff hidden under the floor of his room. He takes a big book and after a short hesitation, the flask of water the Fisher King gave him.

---

Gaius chamber

Gaius gives Arthur a potion.

Gaius: The effect will be instant, Sire, but I cannot guarantee how long it'll last.

Arthur: Thank you, Gaius.

Gwaine and Elyan enter.

Elyan: The King, Sire. He's alive.

Arthur: Where is he?

Gwaine: They're taking him to the throne room as we speak.

Arthur: This may be my last chance.

Merlin: Arthur, there's too many of them. You'll never make it.

Arthur: I won't leave my father to die here alone. Gwaine, Elyan, take Gaius and make your way to the woods beyond the castle. I hope we meet again.

Gwaine, Elyan, and Gaius leave.

Arthur: Merlin, you should go with them.

Merlin: Nah, I've seen the woods already.

Arthur smiles. They sneak through the corridors. Arthur stumbles.

Merlin: Are you all right?

Arthur: Keep moving.

---

Throne hall

Merlin and Arthur hide in a gallery above the Throne Room. The hall is packed. Soldiers force Uther to his knees in front of Morgause.

Morgause: Well, Uther… How the mighty have fallen.

Arthur makes a furious move, but Merlin grabs him.

Merlin (whispering): The guards are immortal, they'll cut you to ribbons! What use are you dead?!

Morgause: I don't think you'll be needing this anymore.

Morgause removes Uther's crown.

Uther: This is unlawful. You cannot do this. You have no right to the throne!

Morgana: No, she does not. But I do. I am your daughter, after all. Don't look so surprised. I've known for some time.

Shock dawns on Arthur's face. Morgana is seated on the throne. Morgause nods to a soldier, and the soldier shoves Geoffrey of Monmouth forward, he is holding the crown.

Geoffrey: By the power vested in me… I crown thee Morgana Pendragon… Queen of Camelot.

Geoffrey of Monmouth puts the crown on Morgana’s head. The soldiers oblige Uther to bow. Morgana and Morgause smirk. Arthur looks at the scene with horror.

 

Écrit par realbion pour Merlin HypnoSeries.

Kikavu ?

Au total, 74 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

crystal14 
24.05.2018 vers 22h

vampire141 
10.02.2018 vers 22h

SarahEllie 
24.09.2017 vers 22h

kazmaone 
18.09.2017 vers 11h

Linstead77 
23.07.2017 vers 04h

Larousse96 
07.07.2017 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Deux séries pour Mark Lewis Jones

Deux séries pour Mark Lewis Jones
Mark Lewis Jones (le roi Olaf) a deux projets sur le feu pour 2019: il jouera d'abord dans la série...

Adrian Lester dans un film historique

Adrian Lester dans un film historique
Vous vous souvenez peut-être de lui comme le mauvais Myror, un assassin envoyé au début de la saison...

Nouveau sondage !

Nouveau sondage !
Le précédent et très ancien sondage vous demandait avec qui vous aimeriez faire le mur! A 50%, vous...

Colin Morgan nominé aux Whatsonstage Awards

Colin Morgan nominé aux Whatsonstage Awards
La liste des nominés aux 19èmeWhatsonstage Awards  a été annoncée hier 5 Décembre...

Concours wallpapers séries historiques

Concours wallpapers séries historiques
Le quartier The Tudors organise un concours wallpapers pouvant regrouper n'importe quelle série...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

choup37, 09.12.2018 à 15:43

Nouveau calendrier sur Doctor Who, nouveau sondage sur merlin!

Locksley, Avant-hier à 17:14

L'interview du mois vient de paraître à l'Accueil ! Cobrate a répondu à nos questions Bonne lecture !

Supersympa, Avant-hier à 22:04

Bonsoir à tous ! Nouveau calendrier et nouveau sondage sur le quartier Dollhouse !

Supersympa, Avant-hier à 22:06

Et n'oubliez pas qu'Echo a toujours besoin de votre aide pour l'animation "A la recherche de Paul" !

Supersympa, Avant-hier à 22:07

Bonne soirée à tous !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site