500 fans | Vote

#508 : Merlin et le jeune druide

 

Lorsque Merlin accepte de venir en aide au jeune druide Daegal, pour soigner sa soeur souffrante,  il doit quitter Camelot pour se rendre à la Vallée des Rois Déchus.
En parallèle, l'attention de la citadelle est accaparée par la visite du redoutable Sarrum d’Amata, qui doit signer un traité de paix avec Arthur. 

Popularité


4.17 - 6 votes

Vidéos

 'The Hollow Queen' Next Time Trailer - Episode 5.08 - BBC

'The Hollow Queen' Next Time Trailer - Episode 5.08 - BBC

  

Arrival of the Sarrum - Merlin Episode 5.08 - BBC

Arrival of the Sarrum - Merlin Episode 5.08 - BBC

  

Photos promo

Signature du traité de paix entre le Roi Arthur et le Sarrum d'Amata sur la Table Ronde - Merlin et le jeune druide

Signature du traité de paix entre le Roi Arthur et le Sarrum d'Amata sur la Table Ronde - Merlin et le jeune druide

Merlin protège Daegal - Merlin et le jeune druide

Merlin protège Daegal - Merlin et le jeune druide

Mordred - Merlin et le jeune druide

Mordred - Merlin et le jeune druide

Le Sarrum d'Amata - Merlin et le jeune druide

Le Sarrum d'Amata - Merlin et le jeune druide

L'arrivée du Sarrum d'Amata à Camelot - Merlin et le jeune druide

L'arrivée du Sarrum d'Amata à Camelot - Merlin et le jeune druide

Daegal, le jeune druide - Merlin et le jeune druide

Daegal, le jeune druide - Merlin et le jeune druide

Le Roi Arthur et la Reine Guenièvre devant la Table Ronde

Le Roi Arthur et la Reine Guenièvre devant la Table Ronde

Le Roi Arthur, Gaius et les Chevaliers de la Table Ronde sur les marches de Camelot - Merlin et le jeune druide

Le Roi Arthur, Gaius et les Chevaliers de la Table Ronde sur les marches de Camelot - Merlin et le jeune druide

Albin visant le roi Arthur dans la salle du Trône - Merlin et le jeune druide

Albin visant le roi Arthur dans la salle du Trône - Merlin et le jeune druide

Le Sarrum d'Amata - Merlin et le jeune druide

Le Sarrum d'Amata - Merlin et le jeune druide

Arthur et le Sarrum signant le traité de paix - Merlin et le jeune druide

Arthur et le Sarrum signant le traité de paix - Merlin et le jeune druide

Albin, homme de main du Sarrum d'Amata - Merlin et le jeune druide

Albin, homme de main du Sarrum d'Amata - Merlin et le jeune druide

Diffusions

Logo de la chaîne NRJ 12

France (redif)
Dimanche 29.04.2018 à 13:05

Logo de la chaîne NRJ 12

France (inédit)
Samedi 20.12.2014 à 20:50
0.38m / 1.6% (Part)

Logo de la chaîne SciFi

France (inédit)
Vendredi 22.02.2013 à 22:00
1.41m / 0.3% (Part)

Logo de la chaîne BBC 1

Grande-Bretagne (inédit)
Samedi 24.11.2012 à 00:00
6.86m

Plus de détails

Titre original : The Hollow Queen

Réalisateur : Alice Troughton

Scénariste : Julian Jones


Distribution


Colin Morgan ... Merlin
Bradley James  ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Guenièvre
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Alexander Vlahos ... Mordred
Tom Hopper ... Perceval
Eoin Macken ... Gauvain
Rupert Young ... Léon

John Shrapnel ... Le Sarrum
Alfie Stewart ... Daegal 
Matthew Clancy .... Albin
Mitch Benn ... Gerin 


Premières diffusions

Royaume-Uni : 24/11/12
France : 12/04/13
États-Unis : 22/02/13

Episode 5.08 – Merlin et le jeune druide

 

Voix-off : En un pays de légende, où règne la magie, le destin d'un grand royaume repose sur les épaules d'un jeune homme. Son nom ... Merlin.

 

CAMELOT

Une silhouette se cache de la sentinelle pour entrer dans Camelot. Elle se blesse au bras en sautant des remparts. Elle se retrouve ensuite dans la rue principale menant au château. Guenièvre, escortée des chevaliers dirigés par Sir Léon, arrive derrière lui.

Léon : Arrêtez !... [Dégainant son épée] Montrez votre visage !

L’intrus s’exécute et attends que le groupe de chevaliers arrive près de lui.

Guenièvre : Oh ! Ce n’est qu’un jeune homme.

Léon : Dans la rue ? Au beau milieu de la nuit ?

Guenièvre : Vous pouvez rengainer votre épée.

Le jeune homme met un genou à terre.

Guenièvre : Debout. [Elle l’aide à se relever et avec bienveillance] Où allais-tu comme ça ?

Daegal : Je faisais la chasse aux grenouilles.                                       

Léon : Aux grenouilles ?

Guenièvre : Léon, c’est la pleine lune. On le faisait aussi. [Se retournant vers le jeune homme] Tu devrais être au lit. Va-t’en vite.

Daegal (s’inclinant) : Merci Majesté.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Guenièvre entre dans la chambre et aperçoit Merlin et Arthur installant des guirlandes de fleurs autour du lit royal.

Guenièvre : Oh Arthur comme c’est gentil. Vous vous êtes donné toute cette peine. Et des giroflées, mes fleurs préférées. Vous vous êtes souvenus. Je vous ai manqué ?

Arthur : Hum ! Hum !... Merlin… il est tard. Va donc te coucher.

Merlin : Merci Sire.

Guenièvre : Oh Merlin ? Avant de t’en aller, peux-tu me préparer un bain chaud ?

Guenièvre rit car Arthur l’a prise dans ses bras et la porte sur le lit.

Merlin : Certainement Majesté.

 

TUNNEL DU CHÂTEAU

Daegal ouvre une porte fermée à clef, entre dans le tunnel puis referme la porte à clef et remet celle-ci au-dessus de la porte à l’extérieur.

 

CUISINES DU CHÂTEAU

Merlin remplit une grande bassine avec de l’eau chaude. Il sent que quelqu’un l’observe. Il se retourne et aperçoit Daegal à la porte.

Merlin : Qui es-tu ?

Daegal : Je m’appelle Daegal.

Merlin : Comment es-tu entré ?

Daegal : Ce n’était pas difficile.

Merlin : Vraiment ? Sors d’ici.

Daegal : Je t’en prie. C’est ma sœur. Elle est malade. Elle a besoin d’un médecin.

Merlin : Amène-la Gaius. Je ne peux pas.

Daegal : C’est trop dangereux pour nous autres.

Il lui montre un tatouage dessiné sous son poignet.

Daegal : Il faut que tu viennes avec moi. Elle a besoin de toi. Si tu l’aides pas, elle va mourir.

Merlin : Je ne suis pas médecin.

Il entend des bruits de pas. Il faut entrer Daegal à l’intérieur des cuisines et referme la porte.

Daegal : Elle n’a que six ans. Elle souffre de la suette. Tu es sa dernière chance.

Merlin : Elle est loin d’ici ?

Daegal : Dans la vallée des Rois Déchus.

Merlin : C’est à plus d’une demi-journée de marche.

Daegal : Elle ne tiendra plus longtemps. Il faut que tu viennes tout de suite.

Merlin : Non. Impossible… Je ne peux pas.

Daegal : J’ai risqué ma vie pour la sauver. Dis-moi que ça n’a pas été en vain.

Merlin : Va-t-en. Sors d’ici. File.

Il ouvre la porte et le fait sortir.

Daegal (se retournant) : Tu vas l’aider, j’espère ?

Merlin hésite.

Merlin : Retrouve-moi… Disons près de l’entrée des Bois Obscurs au levée du jour.

Daegal opine de la tête et s’en va. Merlin referme la porte.

 

***GENERIQUE***

 

APPARTEMENTS DE GAIUS

Merlin prépare son voyage.

Gaius (assis dans son lit) : Tu ne sais même pas qui est ce garçon ?

Merlin : C’est un druide.

Gaius : Il est entré dans le château par effraction comme un voleur.

Merlin : Comment m’aurait-il rejoint autrement ?

Gaius : Et te promener dans la vallée des Rois Déchus, Merlin, c’est un repère d’assassins et de criminels.

Merlin : Oui l’endroit est dangereux.

Gaius : Il est en fait beaucoup plus que dangereux.

Merlin : Et vous voulez que je laisse cette petite fille mourir ?

Gaius : Le trajet aller et le retour te prendront pratiquement toute la journée. Comment cacheras-tu ton absence à Arthur ?

Merlin : Je suis sûr que vous trouverez une idée.

Gaius : Moi ?

Merlin : Le Sarrum d’Amata va arriver aujourd’hui. Arthur sera trop occupé pour se demander où je suis.

Gaius (inquiet) : Merlin.

Merlin : J’ai promis à ce garçon et je ne peux pas revenir en arrière… Je s’rai de retour avant la nuit.

Gaius se recouche tandis que Merlin quitte le château.

 

BOIS OBSCURS

Daegal attend Merlin assis sur un tronc d’arbre.

Merlin : Désolé d’être en retard.

Daegal : J’ai cru que tu ne viendrais pas.

Merlin : Je t’ai pris un petit déjeuner [Il lui lance un petit paquet et se met immédiatement en route] … Il est frais.

Daegal (le suivant) : C’est gentil de ta part d’être venu.

Merlin : Tout ce que j’espère c’est que je pourrais aider ta sœur.

Daegal : Tu risques pas d’ennuis ?

Merlin : Non.

Daegal : Mais t’es le serviteur du roi.

Merlin : Arthur ne verra même pas que je suis parti.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Arthur fouille dans un tiroir d’une armoire.

Arthur : Merlin ?... Merlin ?

Guenièvre entre dans la pièce.

Guenièvre : Qui a-t-il ?

Arthur : Je ne trouve pas mon peigne.

Guenièvre : Avez-vous bien cherché ?

Arthur : Oui partout.

Guenièvre s’avance vers l’armoire, trouve rapidement le peigne d’Arthur et le montre à Arthur.

Arthur : Euh il devait être sous quelque chose.

Guenièvre : Sous votre nez.

Arthur : Vous avez vraiment un truc pour voir les objets.

Guenièvre : J’ai même deux trucs. Ils s’appellent des yeux.

Arthur : Et en plus ce sont de très beaux yeux.

Guenièvre : N’essayez pas de changer de sujet.

Arthur : De quel sujet ?

Guenièvre : Que vous êtes un cas désespéré.

Arthur : Je suis désespérément amoureux.

Il l’attire contre lui. Il veut l’embrasser mais elle met le peigne entre leurs deux lèvres.

Guenièvre : Il est temps de vous préparer pour l’arrivée du Sarrum.

Elle le pousse sur son lit puis s’en va.

Arthur : Oh oui ! Cette corvée ! Mais vous savez pas où sont mes tenues…

Il se rend compte qu’il est seul.

Arthur : de… ouais.

 

APPARTEMENTS DE GAIUS

Gaius utilise un mortier et son pilon lorsqu’Arthur entre dans la pièce.

Arthur : MERLIN ?

Gaius : Euh il est en train de cueillir des herbes, Sire.

Arthur : Mais j’ai besoin de lui maintenant.

Gaius : Euh eh bien, il en a peut-être pour un moment.

Arthur : Où est-il ?

Gaius : Il est parti à la recherche de jeunes pousses d’aigremoines.

Arthur : De quoi ?

Gaius : D’aigremoines, Sire. C’est une plante d’une grande noblesse mais un peu farouche. Pas facile à trouver. Cela peut lui prendre toute la journée.

Arthur : Toute la journée ?

Gaius : Oui. Elle est inestimable, Sire. Ses propriétés favorisent le fonctionnement du foie et de la rate.

Arthur : Il est à la taverne, c’est cela ?

Gaius : Non, Sire.

Arthur : Bon quand il aura fini de faire fonctionner son foie et sa rate. Dites-lui qu’il a juste une heure pour désaouler et rejoindre mes appartements. Nous devons nous préparer pour l’arrivée d’un invité.

Il claque la porte. Gaius soupire.

 

BOIS OBSCURS

Merlin tend une gourde à Daegal.

Merlin : Tiens.

Daegal accepte la gourde et boit. Mais il gémit de douleur.

Merlin : Tu as mal ?

Daegal : J’suis tombé en entrant dans la citadelle.

Merlin : Laisse-moi regarder.

Daegal : C’est ma sœur qui a besoin d’être soignée. Pas moi.

Merlin : Attends. [Il s’arrête et force Daegal à s’arrêter aussi] On a un long trajet devant nous. Ne laisse pas ton état s’aggraver.

Merlin emmène Daegal s’assoir sur un tronc d’arbre couché au sol et lui bande le bras.

Merlin : La consoude va cicatriser la plaie et réduire le gonflement.

Daegal : Où as-tu appris tout ça ?

Merlin : Gaius. Quand j’suis arrivé à Camelot, il m’a hébergé. Il m’a appris tout ce que j’sais. Parle-moi de toi et de ta famille.

Daegal : Je n’ai qu’une petite sœur.

Merlin : Tes parents ?

Daegal : Ma mère est morte.

Merlin : C’était une druidesse ?

Daegal hoche affirmativement la tête.

Daegal : Gaius t’a bien formé. T’as de la chance de l’avoir.

Merlin : Ah oui, c’est vrai… [Il se relève] En avant.

Il tend la main à Daegal pour l’aider à se relever et les deux hommes repartent.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Arthur tente, avec difficulté, de mettre son pantalon lorsqu’on frappe à la porte.

Arthur : Oui.

Gaius entre.

Arthur : Où est-il ?

Gaius : Il n’est toujours pas revenu.

Arthur : Alors je fais comment moi pour m’habiller ?

Gaius : Voyons ! Je suis sûr que c’est pas très difficile, Sire.

Arthur : Vraiment ? Vous croyez pouvoir le faire ?

Gaius ne sait quoi répondre.

Arthur : Parfait. [Il retire sa chemise] Allez au travail, Gaius.

Il se penche les bras en avant et attend. Mais Gaius est décontenancé par son attitude et ne sait pas comment réagir.

Arthur (levant la tête) : Chemise.

Gaius reste sans voix.

Arthur : Allez on s’active là !

Gaius prend une chemise au hasard. Arthur tape des mains pour qu’il accélère. Il commence par la lui enfiler mais cela ne se passe pas très bien.

Arthur : Qu’est-ce que vous faîtes ?

Gaius : Elle est coincée.

Arthur : Ah ! C’est Impossible !

Gaius : Elle est trop petite.

La chemise se déchire. Arthur réussit à sortir la tête et ses deux mains par le même trou.

Arthur : C’est la chemise de nuit de Guenièvre.

Gaius : Ah !

 

BOIS OBSCURS 

Daegal : Je te le dis. Si j’attrape cette mouche, je la mange.

Merlin lui tend une pomme.

Merlin : Tiens, c’est meilleur pour toi.

Il lui en lance une deuxième.

Merlin : Tiens.

Daegal : Tu ne les aimes pas ?

Merlin (s’arrêtant au pied d’un arbre) : Les pommes sont mes fruits préférés.

Daegal : Alors pourquoi tu me les donnes ?

Merlin : J’en ai pas besoin. J’ai bien mangé ce matin.

Daegal : Pourquoi tu te comportes comme ça ? Les gens que j’ai rencontré, ils sont pas comme toi. Ils s’en fichent. J’ai pas d’importance.

Merlin : Ne dis jamais ça. On a tous de l’importance. [Il lui tend une gourde] Bois un peu d’eau.

Daegal (touché par ses attentions) : Merci.

Merlin : En route.

 

CAMELOT

Guenièvre prend la clé au-dessus de la porte du tunnel qu’avait emprunté Daegal, ouvre la porte puis quitte le château de Camelot. Elle se rend ensuite dans la forêt et dépose un petit parchemin au pied d’un arbre puis s’en va.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Gaius finit d’habiller Arthur. Il lui attache sa cape.

Gaius : Vous êtes bien silencieux, Sire.

Arthur : Cela peut se comprendre.

Gaius : Le Sarrum a une sacrée réputation.

Arthur : Même mon père le craignait. On dit qu’il prend plaisir à empaler des hommes.

Gaius : Pas seulement des hommes, Sire. [Il va chercher des gants et les donne à Arthur] Des femmes et des enfants aussi. Il est également fort enclin à assassiner ses amis.

Arthur : Je ne risque pas de devenir ami avec lui. Bien que nous ayons une chose en commun. Notre haine de Morgane.

Gaius : Vous connaissez donc la rumeur ? Il l’a jadis gardé sous les verrous.

Arthur : J’espère qu’il nous en dira davantage.

Gaius : Etant donné sa réputation, êtes-vous certain qu’il soit sage de rechercher une alliance avec le Sarrum ?

Arthur : Si on veut parvenir à la paix dans les cinq royaumes, on n’a guère le choix. Je n’approuve pas son régime politique mais traiter avec lui est peut-être le seul moyen d’atteindre le but.

Gaius : Vous avez raison, bien entendu. [Il lui tend son épée] Arthur, vous êtes en train de devenir un véritable homme d’Etat. J’espère que vous vous en rendez compte.

Arthur : Je vais être en retard. [Il attache son épée autour de la taille] Je vais vous dire une chose. Le Sarrum ne supporterait pas d’avoir pour serviteur un bon à rien comme Merlin. Celui-là, il va m’entendre.

Il quitte la pièce.

Gaius : Oh oui, assurément.

 

BOIS OBCURS

Daegal s’arrête. Merlin se retourne

Merlin : Qu’est-ce qu’y a ? Ton bras ?

Daegal secoue négativement la tête.

Merlin : Nous devons rejoindre ta sœur.

Daegal hésite. Merlin revient vers lui.

Merlin : Quand tu l’as vu pour la dernière fois… elle était très malade ?

Daegal (peu sûr de lui) : Je te l’ai dit. La vie l’avait presque quitté.

Il contourne Merlin puis se retourne vers lui en lui tendant la pomme que Merlin lui avait donnée.

Daegal : Tiens reprends-là. J’en veux pas.

Soucieux, Merlin prend la pomme tandis que Daegal reprend la route. Merlin le suit.

 

FORÊT DE CAMELOT

Morgane s’arrête au pied de l’arbre où Guenièvre avait déposé le petit parchemin. Elle le lit puis sourit.

 

BOIS OBSCURS

Merlin suit Daegal lorsqu’il entend le cliquetis des armes. Il lève la tête et aperçoit des hommes armés marcher au-dessus de lui.

Merlin (avec son esprit et se cachant au pied d’un arbre) : Daegal, des bandits…

Mais Daegal ne réagit. Merlin se précipite sur lui.

Merlin :Baisse-toi !

Il attrape Daegal et le force à se cacher avec lui.

Daegal : Qu’est-ce que tu fais ?

Merlin : Chut !

Les bandits s’éloignent.

Merlin : Tu ne m’as pas entendu ?

Daegal : Non… [mal à l’aise] Merci. Tu m’as sauvé la vie.

Merlin : On n’est pas tiré d’affaires.

Il reprend son sac et oblige Daegal à se relever.

Merlin : En avant. Plus tôt on rejoindra ta sœur et mieux ce s’ra.

 

COUR DU CHATEAU DE CAMELOT

Arthur et les chevaliers attendent le Sarrum sur les marches du château. La reine Guenièvre assiste à son arrivée depuis un balcon.

Arthur : Nous sommes très reconnaissants au Sarrum d’avoir accepté notre invitation. Sa présence est un honneur pour notre palais. Nous l’accueillons, ainsi que ses guerriers, comme on accueille un ami.

Le Sarrum : La dernière fois que je vous ai vu, vous n’aviez que dix ans. Uther a organisé un tournoi en votre honneur.

Arthur : Je me bats maintenant moi-même en tournoi.

Le Sarrum : C’est avec plaisir que nous vous mettrons à l’épreuve.

 

VALLEE DES ROIS DECHUS

Daegal : Nous y sommes. Elle est juste de l’autre côté de ces arbres.

Daegal est très mal à l’aise mais pousse Merlin devant lui.

Merlin : Qu’est-ce qu’y a ?

Daegal : Oh rien. J’espère seulement qu’elle est encore en vie.

Merlin approche de la ravine indiquée par Daegal, resté en retrait. Merlin ne semble pas très surpris. Il pose son sac à terre puis se retourne vers Daegal.

Merlin : Il n’y a personne. Pourquoi m’as-tu amené ici ? Qu’est-ce que ça signifie ?

Daegal : Je peux t’expliquer.

Merlin, furieux, lui attrape le bras.

Merlin : Tu n’es pas un druide.

Il montre le tatouage à moitié effacé de Daegal, visiblement très mal à l’aise.

Merlin : Qui es-tu ?

Daegal regarde derrière Merlin. Morgane est là. Elle utilise alors sa magie pour attraper Merlin par derrière et l’envoyer plus loi, au bord de la ravine. Merlin est assommé.

Morgane : Tu t’es bien débrouillé. [Elle s’avance vers lui] Je savais que ça s’rait pas difficile. Merlin a un faible pour les réprouvés. [Elle lui lance une bourse] En particulier les druides.

Daegal : Pourquoi vous faites ça ?

Morgane : Parce que Merlin s’est mêlé de mes affaires une fois de trop.

Elle s’agenouille près de Merlin.

Morgane : Tu vas souffrir le martyr. [Elle enlève le bouchon d’une fiole] Tu s’ras content quand viendra la mort.

Elle lui fait avaler le contenu noirâtre de la fiole. Avec son pied, elle le jette dans la ravine. Daegal accourt au bord de la fosse.

Daegal : Vous allez réellement tuer le roi ?

Morgane : Tiens ta langue ! Pas un mot de ceci à qui que ce soit. [Elle s’en va] N’oublie pas qu’il m’en reste encore quelques gouttes.

 

SALLE A MANGER DU CHÂTEAU DE CAMELOT

Arthur dîne entre le Sarrum à sa gauche et la reine à sa droite : les chevaliers et les guerriers sont assis à des tables séparés en face d’eux.

Arthur : Je crois que beaucoup de choses nous rapprochent. Nous avons beaucoup d’alliés et d’amis en commun. Et aussi un ennemi.

Le Sarrum : La sorcellerie.

Arthur : Selon une rumeur, Morgane aurait été votre prisonnière. Est-ce exact ?

Le Sarrum : Elle n’a rien de redoutable. Je l’ai enfermé… comme un animal.

Arthur : Comment l’avez-vous capturé ? C’est une… magicienne, une grande prêtresse.

Le Sarrum : J’ai trouvé sa faiblesse. Tout le monde en a une. Même les grandes prêtresses. Un jeune dragon. Son amour pour cette créature lui a occasionné plus de souffrance qu’elle n’aurait jamais cru possible. Mais en même temps, toute cette souffrance, elle le méritait… Je savais qu’elle n’oserait pas se servir de sa magie contre moi. Pas tant que sa créature bien-aimée courrait le risque de représailles. Quel dommage. Tout ce pouvoir. Toute cette beauté… abandonnée, oubliée dans un tombeau vivant.

 

PUITS

Morgane est enchaînée au mur au fond d’un minuscule puit sombre coincé avec Aithusa son dragon. La trappe du puit s’ouvre et la lumière pénètre jusqu’à eux.

 

SALLE A MANGER DU CHÂTEAU DE CAMELOT

Arthur : Vous êtes un juge sévère, Seigneur Sarrum.

Le Sarrum : Quand il s’agit de magie, nous devons être impitoyables. Je n’ai pas été assez impitoyable. Morgane a fini par s’évader. Une faute de ma part. Je ne serais plus aussi imprudent. Ce n’est pas que le temps qu’elle a passé avec moi était du temps perdu. A mesure que le dragon a grandi, le puit a fini par devenir trop petit. Peu à peu, la créature est devenue paralysée et toute tordue. La nuit, on entendait ses grands cris. C’était encore plus déchirants et plus affreux que ceux de Morgane.

Ecœurée par ses propos, Guenièvre se lève.

Guenièvre : J’espère que le Sarrum ne m’en voudra pas si je me retire pour la nuit.

Le Sarrum : Non.

Arthur est troublé par la description de la captivité de Morgane tandis que Guenièvre marche dans le couloir les larmes aux yeux.

 

FORÊT DE CAMELOT

Guenièvre galope sur un cheval blanc en pleine nuit pour rejoindre Morgane.

Morgane : Madame

Les deux femmes s’étreignent.

Guenièvre : Qu’en est-il de Merlin ?

Morgane : Il est en route vers la mort. En emportant tout ce qu’il sait… Et le Sarrum ?

Guenièvre : Il festoie avec Arthur en ce moment-même.

Morgane : Alors nous devons agir vite. Pas question d’admettre une alliance entre Amata et Camelot. Elle mettrait le trône hors de ma portée.

Guenièvre soupire.

Morgane : Qu’est-ce qui t’inquiète ?

Guenièvre : Le Sarrum. Avons-nous raison de faire appel à tel individu ? N’y-a-t-il pas d’autres moyens ?

Morgane : Ne vois-tu pas que notre plan est parfait ? La réputation du Sarrum n’est plus à faire. Il n’y a pas d’assassins plus implacables dans les cinq royaumes. Arthur n’aura aucune chance de s’en tirer.

Guenièvre : Etes-vous sûrs qu’il acceptera ?

Morgane : Tu oublies que je le connais mieux que personne. Pendant deux ans, il a été la seule voix que j’ai entendue. Je connais le Sarrum. Je connais sa soif de pouvoir. Il ne refusera pas ton offre. Il croira pouvoir te contrôler mais ce sera compter sans moi.

Guenièvre : Et quand Arthur sera mort ?

Morgane : Les chevaliers attaqueront ton hôte et ils te f’ront reine. Mais tu dois me faire une promesse. Tu veilleras à ce qu’en mourant le Sarrum souffre le martyr.

Guenièvre : Je le ferai avec plaisir.

 

VALLEE DES ROIS DECHUS

Le lendemain, Merlin se réveille très affaibli. Il constate qu’il est blessé à la jambe et crache de la bave. Il tente d’utiliser la magie pour se guérir mais il s’évanouit.

 

APPARTEMENTS DE GAIUS

Gaius se réveille couché sur sa table de travail et constate que le repas qu’il avait préparé la veille pour Merlin est intact. Il va dans la chambre de Merlin et découvre que son lit n’est pas défait. Il s’assoit dessus très inquiet.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Guenièvre aide Arthur à s’habiller.

Arthur : Vous faites cela bien mieux que Gaius.

Guenièvre : J’ai été servante, l’auriez-vous oublié ?

Arthur : Vous avez toujours été plus que cela.

Elle sert avec force une des lanières de l’armure d’Arthur ce qui lui comprime fortement la poitrine.

Guenièvre : Cessez de gigoter.

Elle recommence avec l’autre lanière.

Arthur : Oh ! Je veux que Merlin revienne. Où est-il ?

Guenièvre : Il ne faut pas être dur avec lui.

Arthur : Je suis un peu inquiet. Il ne lui est rien arrivé, à votre avis ?

Guenièvre : Il est sans doute surchargé de travail. Peut-être que pour une fois, vous pouvez le laisser tranquille.

Arthur : Certes.

Guenièvre : Et par ailleurs, vous avez des sujets d’inquiétude plus important… Voilà.

 

TERRAIN D’ENTRAINEMENT DES CHEVALIERS

Arthur se bat à l’épée avec l’un des guerriers du Sarrum sous le regard de ce dernier, assis sous une tente. Guenièvre assiste au combat depuis une des fenêtres du château. Elle sourit lorsqu’Arthur se prend des coups. Après une feinte, le guerrier du Sarrum frappe Arthur à la jambe. Ce dernier met un genou à terre et le guerrier lève son épée sur lui. Les chevaliers s’apprêtent à dégainer leurs épées. Les soldats du Sarrum se préparent à combattre. L’adversaire d’Arthur regarde en direction du Sarrum. Ce dernier lève la main. Le guerrier s’éloigne d’Arthur et tout le monde se détend. Le Sarrum rejoint Arthur.

Le Sarrum : Vous combattez avec bravoure.

Arthur : Votre guerrier manie l’épée mieux que tous les combattants que j’ai affrontés.

Le Sarrum : Je l’ai formé moi-même. Peut-être pourrais-je un jour vous former vous aussi.

Arthur : J’en s’rais honoré.

Le Sarrum donne une tape amicale sur le bras d’Arthur sous le regard intéressé de Guenièvre.

 

COULOIR DU CHÂTEAU DE CAMELOT

Le Sarrum marche avec ses hommes dans le couloir. Guenièvre l’attend derrière un pilier puis elle va au-devant de lui en souriant.

Le Sarrum : Madame.

Guenièvre : Votre guerrier a vaincu mon mari d’une manière fort habile.

Le Sarrum : Les hommes d’Amata viennent au monde avec une épée dans la main.

Guenièvre : Je suis persuadé qu’il serait avantageux pour Camelot d’avoir un chef tel que vous. [Plus bas] Vous auriez dû le laisser mourir.

La Sarrum (à ses hommes) : Sortez.

Les guerriers du Sarrum se retirent.

Le Sarrum : J’ai dû mal comprendre.

Guenièvre : Certainement pas.

Le Sarrum : Vous n’êtes pas heureuse avec votre mari.

Guenièvre : S’il mourait demain, là, je le serais totalement. Si quelqu’un pouvait provoquer sa mort, je veillerais à ce qu’il soit généreusement récompensé.

Le Sarrum : Je ne sais pas si je dois vous croire.

Guenièvre entend du bruit.

Guenièvre : Retrouvez-moi ce soir dans la cour royale. Nous pourrons y parler sans détours.

Elle poursuit sa route laissant le Sarrum très perplexe.

 

VALLEE DES ROIS DECHUS

Merlin se meurt. Quelqu’un approche et le secoue pour le réveiller puis verse de l’eau sur ses lèvres. Merlin ouvre les yeux et est mécontent de voir Daegal au-dessus de lui.

Merlin : Tu… Tu es revenu pour quoi ?

Daegal : Je ne pouvais pas t’laisser mourir.

Merlin : Il est trop tard.

Daegal : Non, je peux t’aider. Tu es médecin alors dis-moi quoi faire.

Merlin : Il n’y a rien à faire !

Daegal : Il doit bien y avoir un remède. Dis-moi quelles herbes il te faut et je te les trouverai… Vite, de quoi on a besoin ?

Merlin : De la spélium. Une plante qui a des fleurs jaunes.

Daegal : Et des feuilles qui sont duveteuses.

Merlin : De la millefeuille.

Daegal : De l’achillée ?

Merlin : Il faut les broyer pour en faire une teinture.

Daegal acquiesce de la tête et s’en va.

Merlin : Fais vite… Fais vite.

 

Quelques instants plus tard, Daegal revient avec la potion dans une feuille transformée en cornet.

Daegal : Voilà.

Il lève la tête de Merlin et lui fait boire la potion. Puis il lui offre sa gourde.

Daegal : Tiens bois un peu.

Mais Merlin la refuse.

Merlin : Je dois rester éveillé.

Soudain, le corps de Merlin est pris de spasmes douloureux. Daegal le maintient au sol. Puis soudain, Merlin perd connaissance.

Daegal : Je l’ai perdu.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Le soir venu, Guenièvre s’apprête à rejoindre le Sarrum lorsqu’on frappe à la porte. Gaius entre.

Gaius : Sire ? Arthur ?

Guenièvre soupire d’agacement puis fait bonne figure avant de se présenter à Gaius.

Guenièvre : Gaius ? Qu’y-a-t-il ?

Gaius : Je voulais juste voir le roi.

Guenièvre : Il est à une réunion dans la salle du conseil. Puis-je vous aider ?

Gaius : C’est Merlin. Je ne l’ai pas revu depuis hier matin.

Guenièvre : Oh mon dieu. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé.

Gaius : Euh je me demandais si peut-être nous ne devrions pas envoyer des hommes à sa recherche ?

Guenièvre : Je suis sûre que ce n’est pas encore nécessaire. Surtout tant que le Sarrum est parmi nous. Car vu sa réputation, je crois qu’il vaut mieux maintenir nos effectifs au complet.

Gaius : En effet.

Guenièvre : Je demanderai aux domestiques s’ils l’ont vu.

Gaius : Merci madame.

Elle sort de la chambre laissant Gaius seul et perplexe.

 

COUR ROYALE

Le Sarrum attend, adossé à un pilier. Guenièvre le rejoint.

Guenièvre : Pardonnez-moi, j’ai été retardé.

Le Sarrum : Je vous écoute.

Guenièvre : Je vais vous faire une proposition très simple. Qui nous sera profitable à tous deux. Vous tuez Arthur. Je m’approprie le trône et en témoignage de reconnaissance, un tiers des terres de Camelot seront données à Amata.

Le Sarrum : Vous croyez que le peuple va accepter cela ?

Guenièvre : En l’absence d’un roi, je maintiendrai qu’il s’agit du prix à payer pour notre protection.

Le Sarrum : Et les chevaliers ?

Guenièvre : Ils me resteront loyaux. Ils feront tout ce que je leur dirai.

Le Sarrum : Comment le tuerons-nous ? Le roi est constamment entouré par des gardes armés.

Guenièvre : Les gardes obéiront à mes ordres. Vous désignerez l’assassin et je fournirai les moyens.

Le Sarrum (en souriant) : J’ai l’homme qui convient.

Guenièvre : Qu’il se tienne prêt. Arthur a proposé un traité. Sa signature demain nous procurera une occasion idéale.

Elle se retire en souriant.

 

VALLEE DES ROIS DECHUS

Il fait nuit. Daegal est assis près de Merlin en proie à de la culpabilité. Soudain Merlin se réveille.

Daegal : Tu es vivant !... [Merlin s’assoit] Il faut que tu me croies. J’ignorai ce que Morgane voulait faire.

Merlin : Tu m’as trahi.

Daegal : Elle m’a proposé de l’argent. Tu sais comment ça se passe ?

Merlin : Connais-tu les projets de Morgane ?

Daegal : Non.

Merlin doute.

Daegal : Je n’ai rencontré Dame Morgane et la reine qu’une seule fois.

Merlin : Je ne te crois pas.

Daegal fuit le regard de Merlin.

Merlin : Je t’en prie, si tu sais quoi que ce soit.

Daegel : Je crois qu’elles veulent tuer le roi.

Merlin essaie de se relever.

Daegel : Qu’est-ce que tu fais ?

Merlin : Il faut que j’avertisse Arthur avant qu’il ne soit trop tard.

Il se relève et se met en route. Daegel le suit. Ils sortent de la ravine mais tombent sur un groupe d’hommes autour d’un feu de camp.

Merlin : Des bandits… Ils ne peuvent pas nous voir.

Daegal : Non.

Merlin : On va contourner par l’extérieur.

Daegal : Y’aura des guetteurs.

Merlin : Nous n’avons pas le choix. Il faut retourner à Camelot.

Merlin contourne le campement. Daegal le suit. Mais Merlin trébuche et tombe près du campement des bandits. Daegal le rejoint et l’aide à se relever. Les bandits arrivent sur eux.

Merlin : Va-t-en.

Daegal : Non.

Merlin : J’suis assez grand pour faire attention à moi.

Daegal : Je ne t’abonnerai pas cette fois-ci.

Merlin : Va te mettre en sûreté… [S’adressant aux bandits] Si vous tenez à rester en vie, ne faites pas un pas de plus !

Daegal : Qu’est-ce que tu fais ?

Merlin : Aie confiance.

Daegal (lançant sa bourse à l’un des bandits) : Tenez, voilà tout l’argent que nous avons.

Le bandit (pointant Merlin avec son épée) : Toi ! Vide tes poches !

Merlin : C’est votre dernière chance.

Le bandit : Tu n’as même pas d’épée.

Merlin : Je n’en ai nul besoin.

Soudain les yeux de Merlin brillent et le bandit est projeté loin en arrière à la grande stupéfaction de Daegal. Les autres bandits s’enfuient.

Merlin : Allons-nous-en

 

COULOIR DU CHÂTEAU DE CAMELOT

Le lendemain, le Sarrum et Guenièvre, souriante, se rencontrent.

Le Sarrum : Majesté, très heureux de vous voir.

Il lui baise la main.

Guenièvre : J’espère que vous avez passé une bonne nuit ?

Le Sarrum : Oui, fort agréable.

Ils continuent son chemin mais cette fois-ci le Sarrum tient une clef dans sa main que Guenièvre vient juste de lui donner discrètement.

 

BALCON INTERIEUR

Le Sarrum marche avec l’un de ses guerriers.

Le Sarrum : Arthur sera mort au coucher du soleil. Et ensuite, le seul obstacle qui nous restera sera une domestique qui joue à être une reine.

Il donne la clef à son guerrier. Les deux hommes se séparent.

 

FORÊT

Merlin, boitant, s’arrête près d’un arbre centenaire.

Daegal : Tu as des pouvoirs magiques, Merlin ?

Merlin : Ouais.

Daegal : Et tu vis à Camelot ? Est-ce que quelqu’un est au courant ?

Merlin s’assoit au pied d’un arbre afin de regarder sa blessure à la jambe.

Merlin : Seulement Gaius.

Daegal : Pas Arthur.

Merlin : Non. Si jamais il le découvrait, il me ferait pendre.

Daegal : Mais tu l’aides quand même ?

Merlin : Je le dois. C’est mon travail.

Daegal : Alors qu’il est prêt à te tuer ?

Merlin : Au fond de son cœur, c’est quelqu’un de bien… et, je sais qu’un jour, il inventera le monde dont tout le monde rêve.

Daegal : Ce ne s’ra pas facile. [Merlin essaie de se relever] Merlin, tu es peut-être sorcier mais il faut soigner cette blessure. Laisse-moi t’aider. Je t’en prie… Je t’en prie.

Merlin se rassoit.

 

APPARTEMENTS DE GAIUS

Gaius sort de la chambre vide de Merlin.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Gaius discute avec Arthur tandis que Guenièvre se prépare devant un miroir derrière un paravent.

Gaius : Son lit n’a pas été défait. Je crains qu’il ne soit en danger.           

Arthur : Que voulez-vous dire ?

Gaius : Je pense qu’il faut envoyer des hommes à sa recherche.

Guenièvre sort de derrière le paravent.

Guenièvre : Que se passe-t-il ?

Arthur : Merlin a disparu.

Guenièvre : Oh je savais que j’aurais dû en parler. Arthur, je m’en veux énormément. C’est ma faute. Je sais où Merlin se trouve.

Gaius : Où ?

Guenièvre : Je ne devrais pas le dire. Je lui ai promis de me taire mais… Il est allé rendre visite à quelqu’un.

Arthur : A qui ?

Guenièvre : Il n’est pas en danger. Il voit une fille.

Arthur : Merlin ?

Guenièvre : Gaius, je suis désolé mais il n’y a aucune raison de s’inquiéter.

Arthur : Sauf pour la pauvre fille.

Guenièvre : J’aurai dû vous le dire mais je crois qu’il ne souhaitait pas que quiconque le sache.

Gaius : Merci madame.

Arthur : Parfait, nous pouvons procéder à la signature. Gaius, aidez-moi à m’habiller.

Gaius regarde Guenièvre avec suspicion. Elle lui sourit puis retourne derrière le paravent pour continuer de se préparer.

 

FORÊT

Daegal panse la blessure à la jambe de Merlin. Ce dernier est inquiet.

Merlin : C’est du bon travail.

Daegal : C’est vrai ? Je crois pas avoir fait beaucoup de choses bien au cours de ma vie.

Merlin : Tu as fait une chose bien aujourd’hui. Tu vois ? Ça va beaucoup mieux. Tu as un don.

Daegal : Ça doit venir de ma mère.

Merlin : Alors ce point-là était vrai ?

Daegal (acquiesçant) : A part pour ma sœur, tout ce que j’ai dit était vrai.

Merlin : Elle n’est pas malade ?

Daegal : J’ai pas de sœur.

Merlin sourit et s’appuie sur l’épaule de Daegal pour se lever.

Merlin : Et ta mère n’était pas une druidesse ?

Daegal : Non mais elle était comme toi. Elle avait des pouvoirs magiques. Et Uther l’a tué à cause de ça.

Merlin : J’en suis navré… [Merlin regarde sa jambe] Ça fait du bien. Allons-y !

Ils se remettent en route.

 

ESCALIER INTERIEUR DU CHÂTEAU DE CAMELOT

Arthur descend les marches avec Guenièvre à son bras.

Arthur : Cette journée est capitale pour l’avenir de Camelot.

Guenièvre : En effet, Majesté. Elle marquera le début d’une ère nouvelle.

 

ESCALIER ETROIT DU CHÂTEAU

Le soldat du Sarrum teste son arbalète et monte se poster dans les hauteurs du château.

 

EXTERIEUR DE CAMELOT

Merlin et Daegal arrivent près du château.

 

INTERIEUR DU CHÂTEAU DE CAMELOT

Arthur et le Sarrum font leur entrée dans la salle où trône la Table Ronde, suivis de la reine et des guerriers du Sarrum.

 

Pendant ce temps, Merlin pénètre dans la chambre d’Arthur avec Daegal mais s’aperçoit qu’il n’est pas là. Il fait demi-tour.

 

Le guerrier du Sarrum marche dans un petit couloir pendant qu’Arthur marche, en tête, dans la salle du trône. Le Sarrum adresse un regard complice à la reine Guenièvre à ses côtés.

 

De son côté, Merlin trébuche dans les escaliers. Il aperçoit alors des lances rangées sur un présentoir dans une petite pièce. Il en attrape une et s’en sert comme béquille. Le guerrier du Sarrum utilise la clé que ce dernier lui a donné pour ouvrir une porte qui mène à un étroit escalier en colimaçon. Merlin et Daegal empruntent le même couloir que le guerrier du Sarrum.

 

Pendant ce temps, Arthur et le Sarrum et leurs suites se rassemblent autour de la Table Ronde tandis que le guerrier du Sarrum arrive sur la galerie surplombant la salle de la Table Ronde. Merlin s’arrête et entend un courant d’air.

Daegal : Qu’est-ce qu’y a ?

Merlin remarque qu’une porte est entrouverte.

Merlin : Elle devrait être verrouillée.

Merlin et Daegal suivent le même chemin que le guerrier du Sarrum.

 

SALLE DU TRÔNE

Arthur et le Sarrum sont face au traité. Ce dernier jette un coup à son guerrier sur les hauteurs qui pointe son arme sur Arthur. Le Sarrum se penche pour signer le traité. Le guerrier s’apprête à tirer mais Merlin et Daegal arrivent sur la galerie. Le guerrier les vise avec son arme et tire. Merlin protège Daegal et dévie la flèche avec sa magie. Le guerrier leur lance alors deux couteaux. Merlin et Daegal tombent à la renverse et évitent les deux projectiles. En bas, le Sarrum signe le traité. Le guerrier a repris sa position et pointe son arme en direction du roi. Merlin utilise alors sa magie et projette sa lance contre lui. Elle l’atteint au moment où il tire. Sa flèche est déviée et attend le Sarrum en pleine poitrine. Ce dernier s’effondre sur le traité. Son guerrier meurt également.

Arthur (pointant la galerie) : Léon !

Gaius se porte au secours du Sarrum. Arthur regarde brièvement Guenièvre qui est très déçue. Merlin s’approche du guerrier et constate qu’il est mort. Il porte ensuite son regard sur la table Ronde et constate que le roi est sauvé.

Merlin : On a réussi.

Il tourne la tête vers Daegal. Ce dernier est encore au sol à demi assis, appuyé contre le mur, un couteau dans le ventre. Merlin le rejoint.

Daegal : Est-ce que j’ai sauvé Arthur ?

Merlin : Ouais.

Daegal : Est-ce que j’ai fait quelque chose de bien ?

Merlin acquiesce.

Daegal : Finalement tu vois…

Mais Daegal meurt.

Merlin : Tu as réussi.

 

CHAMBRE D’ARTHUR

Arthur dîne en compagnie de Guenièvre.

Arthur : J’ai dû mal à croire à quel point j’ai eu de la chance. Je dois à ce garçon d’être encore en vie et je ne sais même pas qui il était, ni d’où il venait… [A Merlin] Tu veilleras à ce qu’il ait des funérailles convenables ?

Merlin : Je m’en chargerai… si vous me laissez le temps de souffler.

Il lui donne son assiette.

Arthur : Oh ! Pour que… que tu puisses retourner voir cette fille ?

Merlin sert Guenièvre.

Merlin : Quoi ?

Arthur : Ta fiancée.

Merlin : Je n’en ai pas.

Arthur : Ce n’est pas ce que m’a dit Guenièvre… [Surpris, Merlin se retourne et Guenièvre lui sourit] Alors pourquoi ne pas tout nous raconter ?

Merlin lui sert à boire puis s’avance vers Guenièvre pour la servir.

Merlin : Entendu.

Arthur : Et tu nous diras aussi pour quelle raison tu boites.

Merlin et Guenièvre se regardent avec insistance.

 

FORÊT DE CAMELOT

Merlin et Gaius se tiennent debout devant la tombe de Daegal. Merlin y dépose une plante.

Merlin : Sa vie avait à peine commencé.

Ils se retirent.

Merlin : Ça ne peut pas continuer comme ça !

Gaius : Guenièvre ?

Merlin : Il faut parvenir à la contrer.

Gaius : Oui mais la question est… comment faire ?

Merlin continue d’avancer d’un air très déterminé.

 

MERLIN…

 

***GENERIQUE DE FIN***

 

Ecrit par byoann pour Merlin Hypnoweb.net.

Episode 5.08 – The Hollow Queen

 
Lower Town

A hooded figure sneaks into the castle grounds, injuring his arm on the way. Guinevere’s honour guard spots him.

Sir Leon: Stop! Show yourself.

The boy lowers his hood.

Guinevere: Oh, he’s just a boy.

Sir Leon: Out here in the middle of the night?

Guinevere: There’s no need for your sword.

The boy kneels to her.

Guinevere: Come.

Gwen reaches out to him and the boy stands.

Guinevere: Where are you going?

Daegal: Been catching frogs.

Sir Leon: Frogs?

Guinevere: It’s a full moon, Leon. We used to do it. Come on, you should be in bed. Off you go.

The boy bows.

Daegal: Thank you, my lady.

 

---
Royal chambers

Gwen enters to find Arthur and Merlin arranging garlands around the bed.

Guinevere: Oh, Arthur, that is so sweet. You’ve gone to all this trouble. And gilly flowers, my favourite. You remembered.

Gwen puts her arms around his neck.

Arthur: Mm-hmm.

Guinevere: You miss me.

Arthur: Mm.

Arthur stops, looking up at Merlin.

Arthur: Merlin, er, it’s late. You should probably get some sleep.

Merlin walks toward the door.

Merlin: Sire.

Guinevere: Oh, Merlin. Before you go, I’d love a hot bath.

Gwen giggles as Arthur sweeps her up in his arms.

Merlin: Certainly, my lady.

Merlin leaves and Arthur carries Gwen to the bed.

 

---
Castle Tunnels

The boy uses a key to enter the tunnels. He places the key above door frame.

 

---
Kitchens

Merlin prepares hot water for Gwen’s bath. Merlin hears the door creak open and sees the boy standing there.

Merlin: Who are you?

Daegal: My name is Daegal.

Merlin: How’d you get in here?

Daegal: It wasn’t difficult.

Merlin: Really? Get out.

Daegal: Please, it’s my sister. She’s sick. She needs a physician.

Merlin: Well, bring her to Gaius.

Daegal: I can’t. It’s too dangerous for our kind.

Daegal shows Merlin a druid symbol on his arm.

Daegal: I need you to come with me. She needs your help or she will die.

Merlin: I’m not a physician.

Merlin hears footsteps and pulls the boy inside the room.

Daegal: She’s only six. She has the sweating sickness. I’m begging you. You are her only chance.

Merlin: How far is she?

Daegal: The Valley of the Fallen Kings.

Merlin: That’s more than half a day away.

Daegal: She won’t last much longer. You must come now.

Merlin: No. Can’t.

Daegal stares at him.

Merlin: I can’t.

Daegal: I have risked my life to save her. Please tell me it was not in vain.

Merlin: Go, get out of here. Go.

Daegal: Will you help her?

Merlin hesitates.

Merlin: Meet me… at the entrance to the Darkling woods at first light.

Daegal nods and leaves.

[OPENING TITLES]

---
Physician’s chambers

Gaius: You don’t even know who this boy is.

Merlin: He’s a druid.

Gaius: He broke into the castle like a thief.

Merlin: How else was he going to reach me?

Gaius: The journey to the Valley of the Fallen Kings, Merlin, it’s a den of murderers, cutthroats.

Merlin: It is dangerous.

Gaius: It’s a long way north of dangerous.

Merlin: What am I supposed to do? Let this girl die?

Gaius: The journey there and back is going to take you the best part of the day. How are you going to keep it from Arthur?

Merlin: I’m sure you’ll think of something.

Gaius: Me?!

Merlin: Sarrum of Amata is arriving today. Arthur’ll be too busy to notice where I am.

Gaius: Merlin.

Merlin: I promised the boy and I can’t go back on it now. I’ll be back by nightfall.

Merlin exits and walks right through the front gate unnoticed.

 

---
Darkling woods

Merlin: Sorry I’m late.

Daegal: I thought you weren’t coming.

Merlin: I was bringing you some breakfast. It’s fresh.

Daegal: It’s good of you to do this.

Merlin: I only hope I can help your sister.

Daegal: Did you get in trouble?

Merlin: No.

Daegal: But you’re the king’s servant.

Merlin: Arthur won’t even notice I’m gone.

 

---
Royal chambers (morning)

Arthur: Merlin?

Arthur searches for something. Guinevere enters.

Arthur: Merlin!

Guinevere: What is it?

Arthur: I can’t find my comb.

Guinevere: Have you looked?

Arthur: Everywhere.

Arthur sits on the bed. Gwen walks over to the nightstand and picks up the comb, holding it in front of Arthur.

Arthur: It must’ve been under something.

Guinevere: Your nose.

Gwen taps Arthur’s nose with the comb.

Arthur: You just have this way of seeing things.

Guinevere: Yes, two of them. They’re called eyes.

Arthur: Very beautiful they are, too.

Arthur draws Gwen close.

Guinevere: Don’t try and get out of this.

Gwen combs Arthur’s hair.

Arthur: Out of what?

Guinevere: How hopeless you are.

Arthur: I am. I’m hopelessly in love.

Arthur draws Gwen in for a kiss, but she puts the comb between their lips.

Guinevere: You need to prepare for the Sarrum’s arrival.

Arthur lets go as Gwen pushes him and he flops backward onto the bed. She tosses the comb on his stomach and exits.

Arthur: Oh, yes. That. Do you know where my robe…?

Gwen is gone.

Arthur: …s are?

 

---
Physician’s chambers (day)

Arthur enters.

Arthur: Merlin!

Gaius: Er, he’s garnering herbs, sire.

Arthur: But I need him, now.

Gaius: Well, he may be some time.

Arthur: Where is he?

Gaius: He’s gone in pursuit of a young agrimonia.

Arthur: A what?

Gaius: Agrimonia, sire. A noble, but shy plant, not easy to find, and it could take him all day.

Arthur: All day?

Gaius: It is invaluable, sire. Its properties open up both the liver and the spleen.

Arthur: He’s in the tavern, isn’t he?

Gaius: No, sire!

Arthur: Well, when he’s finished opening up his liver and his spleen, tell him he has exactly one hour to sober up and get to my chambers. We’ve a guest to prepare for.

 

---
Darkling woods (day)

Merlin: Here.

Merlin hands a flask to Daegal. Daegal gasps in pain as he lifts it to his lips.

Merlin: What’s wrong?

Daegal: I fell getting into the citadel.

Merlin: Here, let me have a look.

Daegal: It’s my sister that needs caring for, not me.

Merlin: Wait. We’ve a long journey ahead of us. You don’t want this getting any worse.

Merlin bandages Daegal’s arm.

Merlin: It helps slow the blood flow, take away the swelling.

Daegal: Where’d you learn all this?

Merlin: Gaius. When I first came to Camelot, he took me in, taught me everything that I know. What about you? Your family?

Daegal: I only have a sister.

Merlin: Your parents?

Daegal: My mother’s dead.

Merlin: She was a druid too?

Daegal nods.

Daegal: Gaius taught you well. You’re lucky to have him.

Merlin: I am. Come on.

Merlin gives Daegal a hand up.

---
Royal chambers (morning)

A knock at the door. Arthur fastens his trousers.

Arthur: Yes?

Gaius enters.

Gaius: He’s still not returned.

Arthur: How am I to get dressed?

Gaius: Ha, well, surely that’s not too difficult, sire.

Arthur: Really? You think you can do it?

Gaius is surprised. Arthur takes off his nightshirt.

Arthur: Right. Come on, then, Gaius.

Arthur throws his night shirt on the bed, then bends over with his arms stretched out to have Gaius put a shirt over his head. Gaius stares. Arthur looks up.

Arthur: Shirt.

Gaius makes an “Oh” expression.

Arthur: Quickly.

Gaius picks up a shirt and Arthur gets back into shirt-dressing position. Gaius and Arthur struggle to get the shirt on.

Arthur: What are you doing?

Gaius: It’s stuck.

Arthur: Can’t be.

Gaius: It’s too small.

Arthur struggles and rips something. He finally gets his head through and looks at the shirt.

Arthur: It’s Guinevere’s nightdress.

Gaius gives another “Oh” expression.

 

---
Darkling woods (day)

Daegal: I tell you, if I catch this fly, I’m going to eat it.

Merlin: (chuckle) Here. Better for you.

Merlin hands Daegal an apple.

Merlin: Here.

Merlin hands Daegal an apple.

Daegal: Don’t you like them?

Merlin: They’re my favourite.

Daegal: Then why are you giving it to me?

Merlin: I don’t need it. I had a big breakfast.

Daegal: Why are you being like this? People I’ve met, they’re…not like you. They don’t care. I don’t matter.

Merlin: Don’t ever think that. We all matter. Have a drink.

Merlin hands him the flask.

Daegal: Thank you.

Merlin: Come on.

 

---
Tunnels and woods

Gwen takes the key from above the gate and exits the same way Daegal entered. Gwen leaves a note at the base of a tree.

 

---
Royal chambers (day)

Gaius: You’re very quiet, sire.

Arthur: Pfft. Can you blame me?

Gaius: Sarrum does have a reputation.

Arthur: Even my father feared him. They say he takes joy in impaling men.

Gaius: Not just men, sire. Women and children, too. He also has a fondness for assassinating his friends.

Arthur: I doubt we’ll ever be that close. Although, we do share one thing: a hatred for Morgana.

Gaius: So you’ve heard the rumours. He once had her under lock and key.

Arthur: I’m hoping he’ll tell us more.

Gaius: Given Sarrum’s reputation, are you certain it’s wise to seek an alliance?

Arthur: If we’re to achieve peace in the five kingdoms, we’ve got little choice. I don’t agree with his regime, Gaius, but dealing with him may be the only way of achieving our aims.

Gaius: You’re right, of course. You are becoming a true statesman, Arthur. I hope you realise that.

Arthur: I’m going to be late. I’ll tell you this, Gaius, Sarrum wouldn’t put up with an idle-brained servant like Merlin. He’s got a lot to answer for.

Gaius: He certainly has.

 

---
Darkling woods (day)

Daegal stops walking and Merlin looks back.

Merlin: What is it? You’re arm?

Daegal shakes his head.

Merlin: We need to get to your sister.

Daegal hesitates.

Merlin: When you last saw her, how bad was she?

Daegal: I told you, the life had nearly gone from her.

Daegal walks forward and hands the apple back to Merlin.

Daegal: Here, I don’t want it.

Merlin senses something’s wrong, but follows Daegal.

 

---
Darkling woods (day)

Morgana fetches the note that Gwen left. She reads it and smirks.

 

---
Darkling woods (day)

Merlin hears a twig snap and looks up to see bandits patrolling. Merlin ducks behind a tree and calls silently to Daegal.

Merlin: (telepathy) Daegal, bandits.

Daegal keeps walking.

Merlin: (telepathy) Get down.

Daegal keeps walking. Merlin grabs him and pulls him into hiding.

Daegal: What are you doing?

Merlin: Shh!

Daegal sees the bandits.

Merlin: (whisper) Did you hear me?

Daegal: No.

Merlin knows Daegal is not a druid.

Daegal: Thank you. You saved my life.

Merlin: It’s not safe yet.

Keeping low, Merlin helps Daegal stand up.

Merlin: Come on. The sooner we get to your sister, the better.

 

---
Main courtyard (day)

Arthur and his knights greet Sarrum’s party. Gwen stands on the balcony.

Arthur: We are most grateful to the Sarrum for accepting our invitation and gracing our palace with his presence. We welcome him and his warriors with friendship.

Sarrum: The last time I met you, you were ten years old. Uther held a tournament in your honour.

Arthur: I fight my own tournaments now.

Sarrum: Well, we shall enjoy putting you to the test.

 

---
Valley of The Fallen Kings

Daegal: We’re here. She’s just the other side of those trees.

Merlin: What’s wrong?

Daegal: Nothing. I just hope she’s still alive.

Merlin approaches the place.

Merlin: There’s no one here. Why have you brought me here? What is this?

Daegal: I can explain.

Merlin grabs Daegal’s arm angrily.

Merlin: You’re not a druid.

Merlin pulls up Daegal’s sleeve, revealing that the druid symbol is rubbing off.

Merlin: Who are you?

Merlin sees Morgana. She throws him with magic, knocking him unconscious.

Morgana: You’ve done well. I knew it wouldn’t be difficult. Merlin has a weakness for outcasts.

Morgana throws Daegal a purse full of coins.

Morgana: Especially druids.

Daegal breathes heavily.

Daegal: Why are you doing this?

Morgana: Because Merlin has meddled in my plans once too often.

Morgana crouches over Merlin.

Morgana: The agony you feel...you’ll be glad when death comes.

Morgana uncorks a bottle and pours black liquid down Merlin’s throat. She kicks him down the hill. Daegal rushes to the edge to look down at him.

Daegal: You really going to kill the king?

Morgana: Hold your tongue. Not a word of this to anyone. You’re forgetting, I still have a few drops left.

Morgana leaves. Daegal looks down at Merlin, then leaves.

 

---
Banquet Hall (night)

Arthur: I feel we have much in common. We share many allies and friends. Also an enemy.

Sarrum: Sorcery.

Arthur: There is a rumour that you held Morgana prisoner. Is it true?

This catches Gwen’s attention.

Sarrum: She’s nothing to be feared. I kept her like an animal.

Arthur seems slightly disturbed.

Arthur: How did you capture her? She’s...a sorceress, a high priestess.

Sarrum: I found her weakness. Everyone has one, even a high priestess. A young dragon. Her love for that creature caused her to suffer more than she ever imagined possible. But not more than she deserved. I knew that she wouldn’t dare use magic against me, not while her beloved creature was at risk of harm.

Arthur stares.

Sarrum: Such a shame. All that power, all that beauty, abandoned, forgotten in a living grave.

Flashback to Morgana’s imprisonment with Aithusa. Gwen looks away from Sarrum.

Arthur: You’re a harsh judge, Lord Sarrum.

Sarrum: When it comes to sorcery, we must be merciless. I was not merciless enough. Morgana escaped. A lapse on my part, but I will not be so foolish again. Not that her time with me was entirely wasted. As the dragon grew, the pit became too small. Gradually the creature was crippled and twisted. At night you could hear its cries. They were even more heartbreaking than Morgana.

Arthur and Gwen are both repulsed. Gwen stands.

Guinevere: I hope the Sarrum will forgive me if I retire for the night.

Sarrum gives his consent. Gwen leaves with a smile.

 

---
Woods (night)

Gwen leaves the castle and rides to meet Morgana.

Morgana: My lady.

They embrace.

Guinevere: What of Merlin?

Morgana: He’s gone to his death, along with everything he knows. And the Sarrum?

Guinevere: He’s feasting with Arthur as we speak.

Morgana: Then we must talk quickly. We cannot afford an alliance between Amata and Camelot. It would put the throne beyond my reach forever.

Gwen shakes her head with a sigh.

Morgana: What is troubling you?

Guinevere: Sarrum. Are we right to enlist such a man? Is there not another way?

Morgana: Do you not see how perfect this plan is? The Sarrum’s reputation precedes him. There’s no deadlier assassin in the five kingdoms. Arthur will not stand a chance.

Guinevere: You’re sure he’ll agree?

Morgana: You’re forgetting how well I know this man. For two years, his was the only voice I heard. I know the Sarrum. I know his lust for power. He will not refuse your offer. He will think he can control you, but he will reckon without me.

Guinevere: And once Arthur is dead?

Morgana: The knights will turn on your guest and make you their queen.

Gwen smiles.

Morgana: But you must promise me something. You must make sure the Sarrum’s last moments are filled with agony.

Guinevere: It will be my pleasure.

 

---
Valley of The Fallen Kings

Merlin wakes, weak and injured. He tries to heal himself with magic and fails.

 

---
Physician’s chambers

Gaius wakes from the table to find Merlin still gone.

 

---
Royal chambers

Gwen helps Arthur dress.

Arthur: You’re much better at this than Gaius.

Guinevere: I was a servant, remember?

Arthur: You were always much more than that.

Gwen tightens his chest strap too much and Arthur grunts.

Guinevere: Stop moving then.

Arthur: Ow. I want Merlin back, where is he?

Guinevere: You mustn’t be hard on him.

Arthur: I am a bit worried. You don’t think something’s happened to him, do you?

Guinevere: He’s probably overworked. Maybe just once, let him enjoy himself.

Arthur: You’re right.

Guinevere: Besides, you’ve got more important things to worry about.

She smiles.

Guinevere: There.

 

---
Training grounds (day)

Sarrum watches as Arthur fights one of his men, Albin. Arthur is actually struggling; Sarrum chuckles. Gwen watches from the window and smiles at Arthur’s floundering attempts. Albin forces Arthur to his knees and poises for a killer blow. The knights of Camelot draw their swords and Sarrum’s warriors ready their spears. Albin looks to Sarrum who holds up a hand to stop. The knights relax and Sarrum approaches Arthur. Arthur doesn’t look too pleased by his defeat.

Sarrum: You fight bravely.

Arthur: Your man wields a sword better than any fighter I’ve ever met.

Sarrum: I trained him myself. Perhaps one day, I’ll teach you.

Arthur: Yeah, I’d be honoured.

Sarrum pats Arthur on the shoulder and leaves. Arthur seems pleased by the encounter. Gwen thinks for a moment, then smiles.

 

---
Palace corridor

Gwen waits for Sarrum, then turns the corner to encounter him.

Sarrum: My lady.

Guinevere: Your man showed great skill to beat my husband.

Sarrum: The men of Amata are born with swords in their hands.

Sarrum is about to move on.

Guinevere: I can’t help but believe that Camelot would benefit from a leader like you.

Sarrum: Mm.

Guinevere: You should have let him die.

Sarrum looks back at his guards and motions for them to leave.

Sarrum: Must have misheard you.

Guinevere: I don’t think so.

Sarrum: You’re not happy with your husband?

Guinevere: I’d be happy if he died tomorrow. If someone can make that happen, I would ensure that they were richly rewarded.

Sarrum: I’m not sure I believe you.

Guinevere: Hm.

Gwen hears footsteps.

Guinevere: Meet me outside the king’s solar tonight. We can speak openly there.

Gwen leaves and Sarrum considers their conversation.

 

---
Valley of the Fallen Kings (day)

Merlin is dying. Daegal returns, shakes him, and gives him water, which wakes Merlin. Merlin glares at Daegal.

Merlin: You came back. Why?

Daegal: I couldn’t leave you to die.

Merlin: You’re too late.

Daegal: No, I can help. You’re a physician. You tell me what to do.

Merlin: There’s nothing.

Daegal: There must be a cure. You tell me which herbs and I’ll find them for you.

Merlin struggles with the pain.

Daegal: Come on, what do we need?

Merlin: Rue. It’s got yellow flowers.

Daegal: And feathery leaves.

Merlin: Milfoil.

Daegal: Yarrow.

Merlin: Ground into a tincture.

Daegal takes off to find them.

Merlin: Hurry...hurry.

Later, Daegal returns with the cure.

Daegal: Here.

He supports Merlin’s head to drink the cure.

Daegal: Here.

Daegal offers Merlin water, but Merlin refuses.

Merlin: Nothing else.

Merlin convulses and goes still. Daegal looks upset.

 

---
Royal Chambers (night)

Gaius knocks and enters as Gwen walks behind the curtain.

Gaius: Sire?

Gwen’s annoyed.

Gaius: Arthur?

Gwen pauses, then sweeps around the curtain and greets him pleasantly.

Guinevere: Gaius. What is it?

Gaius: I was looking for the king.

Guinevere: He’s at a meeting in the council chambers. Can I help?

Gaius: Merlin. I haven’t seen him since yesterday morning.

Guinevere: Oh, dear. I do hope there isn’t anything wrong.

Gaius: I was wondering, perhaps, if we should send out a search party.

Guinevere: I’m sure there’s no need just yet, especially with the Sarrum here. Given his reputation, I think it best we keep the garrison at full strength.

Gaius nods.

Gaius: Indeed.

Gwen smiles and walks to the door.

Guinevere: I’ll ask the servants if they’ve seen him.

Gaius: Thank you, milady.

Gaius seems slightly suspicious.

 

---
King’s solar (night)

Sarrum waits for Gwen.

Guinevere: Forgive me, I was waylaid.

Sarrum: Speak.

Guinevere: I have a simple proposition, one that would be mutually beneficial. You kill Arthur, I assume the throne, and in gratitude give one third of Camelot’s lands to Amata.

Sarrum: You think the people will accept this?

Guinevere: Without a king, I will insist that it’s a necessary price for our protection.

Sarrum: And the knights?

Guinevere: They will remain loyal to me. They’ll do whatever I say.

Sarrum: How do we kill him? The king is surrounded by armed guards at all times.

Guinevere: Guards who answer to me. You appoint the assassin, I will deliver the means.

Sarrum: I have just the man.

Guinevere: Then make him ready. Arthur has proposed a treaty. The signing tomorrow will provide us with the perfect opportunity.

Gwen smiles and leaves.

 

---
Valley of the Fallen Kings (night)

Daegal sits with the unconscious Merlin. Merlin stirs.

Daegal: You’re alive.

Merlin sits up slowly.

Daegal: You have to believe me, I did not know what Morgana intended.

Merlin: You betrayed me.

Daegal: She offered me money. You’ve seen what it’s like.

Merlin: Do you know what Morgana’s planning?

Daegal: No. I met the Lady Morgana and the queen only once.

Merlin: I don’t believe you.

Daegal looks away.

Merlin: Please, whatever you know...

Daegal: I think they mean to kill the king.

Merlin starts to get up.

Daegal: What are you doing?

Merlin: I need to warn Arthur before it’s too late.

Merlin leaves. Daegal watches him, then follows. Merlin struggles up a hill and sees bandits sitting at camp.

Merlin: Bandits. They won’t see us?

Daegal: No.

Merlin: We’ll edge around the outside.

Daegal: They’ll have lookouts.

Merlin: We don’t have a choice. We need to get back to Camelot.

Merlin runs around the outside of the camp; Daegal follows. Merlin falls down the hill towards the bandits; Daegal helps him up. The bandits close in on them.

Merlin: Go.

Daegal: No.

Merlin: I can look after myself.

Daegal: I’m not going to leave you this time.

Merlin: Get to safety.

The bandits surround them.

Merlin: If you value your lives, you won’t take another step.

Daegal: What are you doing?

Merlin: Trust me.

Daegal: Here. It’s all the money we have.

Daegal throws Morgana’s gold to the bandits. The bandit points his sword at Merlin.

Bandit: You. Empty your pockets.

Merlin: Last chance.

Bandit: You don’t even have a sword.

Merlin: I don’t need one.

Magic flashes in Merlin’s eyes and the bandit is thrown backward. Daegal is shocked and the bandits flee.

Merlin: Let’s go.

Daegal follows.

 

---
Palace, corridor

Sarrum and Gwen meet and Sarrum takes her hand and kisses it.

Sarrum: My lady, how good to see you.

Guinevere: I trust you passed a pleasant night.

Sarrum: Most agreeable.

They pass each other and Sarrum fingers the key she just gave him.

 

---
Palace, balcony corridor

Sarrum walks with Albin.

Sarrum: Arthur will be dead by sundown. And then all that stands in our way is a serving girl who plays at being a queen.

 

---
Woods (day)

Daegal: You have magic, Merlin.

Merlin: Yes.

Daegal: And you live in Camelot. Does anyone know?

Merlin stops to nurse his wounded leg.

Merlin: Only Gaius.

Daegal: Not Arthur?

Merlin: No. And if he ever found out, he’d probably hang me.

Daegal: But you still help him?

Merlin: I have to. It’s my job.

Daegal: But he would kill you.

Merlin: In his heart, he’s a good man, and I know that one day he’ll bring about a world we will dream of.

Daegal: That must be hard. Merlin, you may be a warlock, but you need that treated. I’ll help you, please. Pelase.


---
Physician’s chambers

Gaius checks Merlin’s room, but he’s still gone.

 

---
Royal chambers

Gwen grooms herself as Gaius and Arthur enters. Gwen freezes as she overhears their conversation.

Gaius: The bed has not been slept in. I fear he’s in danger.

Arthur: What do you mean?

Gaius: We need to send a search party.

Gwen steps out from behind her dressing screen.

Guinevere: What’s happened?

Arthur: Merlin’s gone missing.

Guinevere: Oh, I knew I should’ve said something. Arthur, I feel terrible. This is my fault. I know where Merlin is.

Gaius: Where?

Guinevere: I shouldn’t say. I promised him I wouldn’t, but...he’s gone to visit someone.

Arthur: Who?

Guinevere: He’s not in danger. He’s seeing a girl.

Arthur: Merlin?

Guinevere: Gaius, I’m sorry, but there is no reason to worry.

Arthur: Except for the poor girl.

Guinevere: I should’ve told you, but I don’t think he wanted anyone to know.

Gaius obviously knows she’s lying.

Gaius: Thank you, milady.

Arthur: Good. Then we can get on with the signing. Gaius, you can help me get dressed.

Gaius looks at Gwen, who smiles with a shrug and goes back to her grooming.

 

---
Woods

Daegal bandages Merlin’s leg.

Merlin: You’ve done well.

Daegal: Really? I don’t think I’ve done many good things in my life.

Merlin: Well, you’ve done something good now. See? I’m better. You’ve the gift.

Daegal: Must be from my mother.

Merlin: So that bit was true?

Daegal: It was all true. Except about my sister.

Merlin: She isn’t sick?

Daegal: (chuckle) I don’t have a sister.

Merlin: (exhale/chuckle) And you mother? She wasn’t a druid?

Daegal helps Merlin stand.

Daegal: No, but she was like you. She had magic, and Uther killed her for it.

Merlin: I’m sorry.

Merlin looks at his leg.

Merlin: Feels good.

Merlin starts walking and Daegal follows.

 

---
Griffin staircase

Gwen and Arthur walk down arm in arm.

Arthur: What a momentous day this is for Camelot.

Guinevere: Indeed, my lord. It marks the beginning of a new era.

 

---
Palace

Albin tests a crossbow. Merlin and Daegal approach the citadel. Arthur and Sarrum enter the great hall with their entourages. Merlin looks for Arthur. Albin walks to his perch. Merlin stumbles on the stairs and conveniently grabs a spear for a crutch. The entourages gather near the round table and Albin takes his place. Merlin pauses, hearing the wind blow through an open door.

Daegal: What's wrong?

Merlin: This should be locked.

Merlin and Daegal climb the spiral staircase that Albin just took. Sarrum stalls signing the treaty. He leans forward slowly, looking up as Albin takes aim. Gwen anticipates the moment. Merlin and Daegal step into the balcony and Albin switches his aim to kill them. Merlin magics the arrow past him. Daegal throws two knives and they drop for cover. Sarrum is about to sign, Gwen is anxious, Albin aims back at Arthur. Merlin magics the convenient spear at Albin, killing him and diverting Albin's shot into Sarrum's chest. Albin and Sarrum die.

Arthur: Leon!

Arthur points to the balcony. Gaius steps forward to check Sarrum. And Gwen nods to Arthur that she's all right. Knights follow Leon out. Gwen is upset by the failure. Merlin gets up to check Albin and view the scene below. Merlin turns to Daegal.

Merlin: We did it.

Daegal lies against the wall with a dagger in his stomach. Merlin goes to him.

Daegal: Did I save Arthur?

Merlin: Yes.

Daegal: Did I do something good?

Merlin nods.

Daegal: Finally, eh?

Daegal dies.

Merlin: You did.

 

---
Royal chambers

Arthur: I still can't believe how lucky I was. I owe that boy my life and I don't know who he was or where he's from. You need to make sure you give him a decent burial.

Merlin: I'll do that. If you'll allow me the time.

Merlin serves dinner.

Arthur: Oh, so you can go and visit that girl again.

Gwen looks at Arthur.

Merlin: What?

Arthur: The girl.

Merlin: Don't have one.

Arthur: That's not what Guinevere tells me.

Merlin pauses, then turns to look at Gwen. She smiles at him.

Arthur: So, why don't you tell us all about her?

Merlin pours Arthur's wine, then looks at Gwen. She holds out her glass and raises her eyebrows.

Merlin: Right.

Merlin pours Gwen's drink.

Arthur: And why you're walking with a limp.

Gwen quirks an eyebrow at Merlin and they stare each other down.

 

---
Woods

Merlin and Gaius stand by Daegal's grave. Merlin places a plant by it.

Merlin: His life had only begun.

Merlin and Gaius walk away.

Merlin: It can't go on, Gaius.

Gaius: Gwen?

Merlin: We have to do something about her.

Gaius: Yes, but the question is, "what?"

Merlin strides with a determined look on his face.

 

 

Note: incantations found at Merlin Wiki

Thanks to Lika_mikala for allowing us to use her work.

Écrit par realbion pour Merlin HypnoSeries.

Kikavu ?

Au total, 90 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Emmalyne 
07.05.2020 vers 18h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

isadu35 
27.02.2019 vers 14h

vampire141 
10.02.2018 vers 22h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

byoann 
choup37 
realbion 
Ne manque pas...

Opération maintenance : aidez-nous à faire du ménage sur la citadelle.
Job d'été ! | Plus d'infos

De nouvelles HypnoCards sont disponibles pour les collectionneurs !
HypnoCards | Nouvel arrivage !

Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, 08.08.2022 à 17:07

Viens aider le célèbre détective londonien à départager huit criminels en votant dans le sondage. Bonne semaine à tous

lolhawaii, 09.08.2022 à 01:24

Le calendrier d'août est arrivé sur les quartiers Hawaii 5-0 et MacGyver Ce sont des créations de Terillynn, venez nous donner votre avis svp !!

Supersympa, 09.08.2022 à 23:06

Bonsoir à tous ! Nouveau mois (encore très chaud) sur les quartiers Alias, Angel, Dollhouse et The L Word.

ShanInXYZ, 10.08.2022 à 18:12

Voyage au centre du Tardis : thème de la semaine, l'Aventure qui vous a le plus marqué, on attend vos photos alors passez voir le Docteur

sanct08, 10.08.2022 à 21:43

Bonsoir, animations + forums + sondages vous attendent sur Le Caméléon et X-Files ! De même un nouvel EV vous attend chez Jarod !

Viens chatter !