500 fans | Vote

#412 : L'Epée dans la Pierre - 1ère Partie

Avec Morgane à la tête d'une imposante armée venue du Sud, une masse mortelle se referme sur Camelot. Lorsque la sorcière passe à l'attaque, la férocité dont elle fait preuve force tout le monde à fuir pour sauver sa vie, y compris Arthur.
Mais Morgane ne va pas le laisser échapper si facilement. C'est le début d'une traque terrifiante.

Popularité


4.67 - 6 votes

Titre VO
The Sword in the Stone: Part One

Titre VF
L'Epée dans la Pierre - 1ère Partie

Première diffusion
17.12.2011

Première diffusion en France
13.04.2012

Vidéos

412 - Trailer BBC

412 - Trailer BBC

  

Trailer "Finale" - épisodes 4.12 et 4.13

Trailer "Finale" - épisodes 4.12 et 4.13

  

Extrait - Teaser du 4.12

Extrait - Teaser du 4.12

  

Photos promo

Tristan - L'épée dans la pierre (1/2)

Tristan - L'épée dans la pierre (1/2)

Agravain - L'épée dans la pierre (1/2)

Agravain - L'épée dans la pierre (1/2)

Hunith, la mère de Merlin - L'épée dans la pierre (1/2)

Hunith, la mère de Merlin - L'épée dans la pierre (1/2)

Yseult - L'épée dans la pierre (1/2)

Yseult - L'épée dans la pierre (1/2)

Tristan et Yseult - L'épée dans la pierre (1/2)

Tristan et Yseult - L'épée dans la pierre (1/2)

Agravain à la tête de l'armée de Morgane - L'épée dans la pierre (1/2)

Agravain à la tête de l'armée de Morgane - L'épée dans la pierre (1/2)

Diffusions

Logo de la chaîne NRJ 12

France (inédit)
Mercredi 01.01.2014 à 21:40
0.53m / 2.1% (Part)

Plus de détails

Titre original : The Sword in the Stone: Part One

Réalisateur :  Alice Troughton

Scénariste : 
Jake Michie

 

Distribution

Colin Morgan ... Merlin
Bradley James ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Gwen
Anthony Head ... Uther
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Nathaniel Parker ... Agravain
Tom Hopper ... Perceval
Eoin Macken ... Gauvain
Adetomiwa Edun ... Elyan
Rupert Young ... Sir Leon

Terence Maynard ... Helios
Ben Daniels ... Tristan
Miranda Raison ... Yseult
Caroline Faber ... Hunith


Premières diffusions

Royaume-Uni : 17.12.2011
France : 13.04.2012
États-Unis : 23.03.2012

Merlin prépare les affaires d'Arthur pour le banquet du soir. Le roi est vexé quand il découvre que son serviteur est en train de rajouter un trou à sa ceinture, il aurait pris du poids. Alors que tous deux se chamaillent, Agravain neutralise deux gardes et envoie un signal à l'extérieur de la Cité. Au moment où son neveu s'attable dans la Grande Salle du banquet et s'étonne de son absence, Agravain ouvre l'entrée des tunnels qui permettent de s'infiltrer dans Camelot.

Bientôt, les hommes d'Hélios envahissent la ville basse et y mettent le feu. A la lisière des bois, Morgane se tient aux côtés de son allié et contemple avec ravissement les flammes s'élever au pied de la Cité. Léon dirige la lutte contre le feu mais soudain, il voit une horde de mercenaires se ruer vers lui et ses hommes. Il ordonne à Elyan d'aller sonner l'alarme et sort son épée.

Gauvain interrompt le banquet et informe Arthur que Camelot est attaqué. Le roi le rejoint aussitôt alors que le tocsin retentit dans toute la Cité. A l'intérieur du château, Elyan se retrouve face à Agravain escorté par une poignée d'hommes tout de noir vêtus. Il comprend que l'oncle d'Arthur les a trahi et sort son épée. Agravain se réjouit de l'affronter mais son plaisir lui est enlevé par Morgane qui arrive à son tour et se débarrasse du chevalier en le projetant en arrière d'un simple revers de la main.

Les hommes d'Hélios ont investi toute la Cité. La ville basse est tombée et les combats font rage dans les couloirs et dans les rues. Devant l'importance de l'armée ennemie, Léon ordonne à ses hommes de battre en retraite et de se réfugier dans les bois. Pendant ce temps, Merlin s'est lancé à la recherche d'Arthur et l'a retrouvé dans un corridor après qu'il ait été blessé. Les deux jeunes hommes s'enfuient et le jeune magicien s'arrange pour couvrir discrètement leurs arrières en embrasant le couloir. Arrivés dans la Cour d'Honneur, ils se dissimulent derrière des piliers et Arthur découvre avec consternation ceux qui dirigent l'armée ennemie : Morgane et Agravain. Gagné par la colère, il veut se ruer sur son oncle mais Merlin le retient et lui fait remarquer que les mercenaires sont bien trop nombreux.

Morgane s'est installée sur le trône de Camelot. Elle n'est pas totalement satisfaite car Arthur est introuvable mais Hélios est confiant et pense que ses hommes ne tarderont pas à le trouver. Le roi et son serviteur ont trouvé refuge vers Gaius qui organise tant bien que mal les soins pour les nombreux blessés. Perceval et Gauvain barricadent les portes mais ils sont conscients que leurs ennemis ne vont pas tarder à arriver. Merlin sait que les mercenaires tueront Arthur s'ils le trouvent. Il veut le faire sortir de la Cité mais il sait également que le roi refusera d'abandonner son peuple. La seule solution serait de lui donner une potion pour l'endormir mais Gaius n'a rien d'aussi puissant sous la main. Contraint d'utiliser la magie, Merlin jette discrètement un sort à Arthur. Ensorcelé, le Roi de Camelot ne montre aucune opposition à partir et quitte la pièce soutenu par Perceval. Gauvain refuse de les suivre, affirmant qu'il fera tout pour couvrir leurs arrières et Gaius se place à ses côtés, décidé lui aussi à rester pour ne pas retarder le petit groupe. A contre-coeur, Merlin abandonne le chevalier et le vieux médecin et emboîte le pas à Arthur et Perceval.

Le sacrifice de Gauvain est vain. Quand les portes cèdent, c'est une horde d'ennemis qui se rue sur lui et il est obligé de se rendre. Morgane jette un regard noir aux deux hommes et ordonne que les chevaux soient sellés. Elle se lance à la poursuite d'Arthur sans perdre un instant.

Dans les bois, le petit groupe de fugitifs retrouvent Elyan. Arthur semble totalement hébété, le sort que lui a jeté Merlin lui a enlevé toute volonté et il suit docilement toutes ses instructions. Après un dernier regard sur Camelot en flammes, les quatre hommes s'enfoncent dans la forêt. Merlin leur suggère de gagner son village natal, Ealdor, pour y trouver refuge mais ils sont rattrapés par Morgane et les hommes d'Hélios. La sorcière utilise sa magie pour ralentir leur course et les projettent à terre. Quand ils se relèvent, Arthur, Merlin et Elyan ont été séparé de Perceval. Ils repartent en courant et arrivent à l'entrée d'un défilé. Le frère de Gwen se poste en travers du chemin pour retarder leurs poursuivants.

A Camelot, Agravain vient faire son rapport à Morgane, installée sur le trône. Il est heureux de lui annoncer que les Chevaliers de Camelot sont en fuite, ou enfermés dans les geôles ou... morts. La jeune femme veut savoir si le peuple l'a accepté comme reine et, quand elle apprend qu'il n'en est rien, elle ordonne que toutes les cultures soient brûlées. Elyan est amené devant Morgane.

Merlin conduit Arthur jusqu'à une maison isolée où il dérobe des vêtements pour lui. Le roi se change derrière un muret et réapparaît vêtu d'un pantalon et d'une chemise bien trop courts pour lui. Merlin s’esclaffe mais Arthur ne semble pas outre mesure dérangé par son allure ridicule. Il est toujours sous l'effet du sort que lui a jeté le jeune magicien.

Pendant ce temps, Morgane torture Elyan car il refuse de lui dire où se trouve Arthur. Les cris de souffrance du frère de Gwen résonnent dans tout le château et Agravain grimace ce qui lui vaut les moqueries d'Hélios. Morgane a obtenu ce qu'elle voulait et Elyan est reconduit dans les geôles, très faible et le regard fixe. Gauvain est révolté et Gaius promet de faire tout ce qu'il pourra pour soigner le chevalier.

Avant de partir pour Ealdor, Agravain vient saluer Morgane et la supplie d'être prudente. Il lui conseille la plus grande prudence et lui affirme être son seul et unique allié. La jeune femme prend ses recommandations à la légère et lui ordonne de retrouver Arthur. Il quitte Camelot à la tête de nombreux mercenaires.

Merlin continue à prendre Arthur sous son aile et le roi, privé de sa personnalité, obéit sagement. Tous deux font la rencontre d'un groupe de contrebandiers dans la forêt. A leur tête, se trouvent Tristan et Yseult, un couple uni et amoureux. Les deux fugitifs de Camelot se présentent comme de simples voyageurs et demandent à se joindre au groupe. Merlin prend bien soin de présenter son compagnon de route comme un simple d'esprit afin d'assurer sa sécurité.

Agravain retrouve la trace de Merlin et Arthur. Lui et ses hommes ont découvert les vêtements abandonnés par le roi. Il poursuit sans relâche ses recherches.

Les contrebandiers s'arrêtent pour la nuit. Merlin et Arthur mangent un peu à l'écart et Merlin profite lâchement que son sortilège fait toujours effet pour faire faire les corvées au roi. Le lendemain matin, c'est à coup de pieds qu'Arthur réveille Merlin. Il n'est plus du tout ensorcelé et n'apprécie pas du tout d'être aussi ridiculement vêtu. Le jeune magicien lui raconte qu'il s'est évanoui suite à sa blessure et qu'il l'a aidé à quitter Camelot après que la Cité eut été prise par leurs ennemis. Il ajoute qu'il compte se rendre à Ealdor et que le déguisement qu'il lui a trouvé lui a paru une excellente idée pour dissimuler son identité. Quand Arthur découvre ensuite que Merlin l'a fait passé aux yeux de tous pour un simple d'esprit, il jette un regard noir à son serviteur.

Arthur n'a cependant pas besoin de jouer son rôle encore longtemps. Agravain et ses hommes attaquent le camp des contrebandiers. Il s'arme d'une arbalète et prend bientôt la direction des opérations. Submergés par le nombre, Arthur, Merlin, Tristan et Yseult sont contraints à s'enfuir. Le couple n'est plus dupe, ils ont compris que les mercenaires n'en avaient pas après leur cargaison mais recherchaient les deux mystérieux voyageurs. Ils ont également vu Arthur se battre. Le fugitif avoue alors son identité : Arthur Pendragon, Roi du Royaume de Camelot. Le temps des explications est écourté car ils sont attaqués par quelques hommes d'Hélios qui les ont repéré. Au cours de l'affrontement, Arthur sauve la vie d'Yseult mais la jeune femme est blessée. Merlin et Arthur persuadent alors Tristan de les accompagner à Ealdor où sa bien-aimée pourra recevoir des soins et se reposer.

A Camelot, Morgane rend visite à ses prisonniers dans les geôles. Gauvain lui fait face sans baisser les yeux et réclame de la nourriture pour Gaius. Avec un sourire diabolique, la jeune femme promet d'accéder à sa demande mais il y aura un prix à payer. Le chevalier est extrait de force de son cachot sous les regards inquiets de ses deux amis.

Arthur, Merlin, Tristan et Yseult atteignent la frontière qui sépare les Royaumes de Camelot et de Lot. Devant eux s'étend la vallée au bout de laquelle se trouve Ealdor. Pendant ce temps, Morgane prend plaisir au divertissement qu'elle a imaginé : Gauvain est obligé de se battre contre un mercenaire pourvu d'une masse d'arme. Même si le combat est inégal, le chevalier se bat rageusement. Il finit même par prendre le dessus et achève froidement son adversaire ce qui amène un sourire sur le visage de Morgane. En récompense de sa victoire, elle lui jette un morceau de pain moisi d'un geste méprisant.

Le lendemain, les quatre fugitifs arrivent à Ealdor et Hunith serre son fils dans ses bras. Plus tard, Tristan remercie Merlin pour les soins qu'il a prodigués à Yseult. Il discute aussi avec Arthur et lui affirme que, même s'il a perdu sa cargaison, il lui reste ce qu'il a de plus précieux : la femme qu'il aime. Le roi acquiesce, nostalgique.

A la nuit tombée, Agravain et ses hommes arrivent à Ealdor et encerclent le village. Sans savoir que leurs ennemis sont si près, Merlin et sa mère discutent posément. Ils passent devant leur maison où se trouve... Gwen qui est venue se réfugier auprès de Hunith. Quand Arthur se réveille, il la trouve à son chevet. La jeune femme lui dit simplement qu'il lui a manqué et il avoue qu'elle aussi lui a manqué. Tous deux s'étreignent tendrement. Les retrouvailles sont interrompues par l'attaque d'Agravain et de ses hommes. Arthur, Merlin, Gwen, Tristan et Yseult s'enfuient à travers bois et les mercenaires se lancent à leurs trousses.

 

À suivre...

 

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSéries.

 Épisode 4.12 : L’Épée dans la Pierre (1ère partie)

 

Voix (off) : En un pays de légende, au temps de la magie, le destin d'un grand royaume repose sur les épaules d'un jeune homme. Son nom : Merlin.

1. INT. - APPARTEMENTS D’ARTHUR, NUIT :

Arthur fait sa toilette à moitié habillé, en cotte de maille, derrière le paravent.

Arthur (à Merlin) : Qu’est-ce qui te prends tant de temps ?

Merlin : C’est la fête de Beltane ; le roi doit avoir une allure royale…

Arthur : Ce n’est pas en restant dans cette tenue que j’y parviendrais, Merlin.

Merlin : Faites preuve d’un petit peu de patience. Pensez à quelque chose d’agréable !

Arthur : Ah oui, toi exposé au pilori ?

Merlin est penché sur quelque chose sur la table.

Merlin : Attendez une seconde…

Arthur fronce les sourcils et sort de derrière le paravent.

Arthur : Une.

Merlin cache ses mains derrière son dos.

Arthur : Que caches-tu derrière toi ?

Merlin : Moi ? Rien. Ma main, (il la montre et la replace derrière son dos) mon autre main. (Il fait de même avec l’autre)

Arthur approche, agrippe Merlin et le retourne. Il prend l’objet que Merlin cachais et l’examine : il s’agit d’une ceinture.

Arthur : Pourquoi fais-tu un autre trou dans ma ceinture ?

Merlin : Je voulais… la retoucher. Pour que vous soyez à l’aise, Arthur.

Arthur : Je suis trop gros d’après toi ?

Merlin : Non je n’ai pas dit cela. Il manque (il cherche ses mots) … un trou à cette ceinture pour attendre la perfection.

Arthur : Ridicule !

Il tente de passer la ceinture autour de sa taille.

Arthur (étouffé) : C’est pas vrai ça !

Merlin croise les bras et l’observe rentrer son ventre et lutter contre la ceinture qui refuse de se boucler.

Merlin : Ne soyez pas aussi dur avec vous, vous devez présider à tant de fêtes, de banquets et de cérémonies qu’il est normal de grossir !

Arthur abandonne et lui tend la ceinture.

Arthur : D’accord Merlin, fais ce qui s’impose. Et surtout n’en parle à personne, tu entends ?

Merlin se remet au travail et sourit.

Merlin : Croyez-moi, s’il y a une chose que je maîtrise c’est garder au mieux un secret.

2. EXT. – FORTIFICATIONS DE CAMELOT, NUIT :

Agravain allume une mèche et sourit. Il lance une bombe fumigène qui explose au pied des gardes. Ils s’étouffent rapidement puis s’écroulent. Agravain s’empare d’une torche avec laquelle il exécute des signaux. Au loin, une autre torche répète les mouvements.

3. INT. – SALLE DES BANQUETS, AU MÊME MOMENT :

Arthur entre dans la pièce bondée et s’assied à table aux côtés de Gaius.

Arthur : Vous n’avez pas vu Agravain ?

Gaius : Non sire, pas depuis ce matin.

Arthur : C’est étrange. Il devrait être là.

Merlin, allègre, approche avec un plateau de nourriture.

Arthur : Ah ! Mon plat préféré. Le chapon farci aux herbes…

Merlin : Tout doux ou on va encore être obligé d’agrandir votre ceinture !

D’hilarité, Perceval s’étouffe dans son verre. Arthur rit jaune.

Merlin (À Gaius) : Du vin ?

Gaius hoche la tête et Merlin le sert. Arthur lui fait signe en souriant.

Arthur : Hé Merlin ? (il l’agrippe, menaçant) C’est une chance pour tous que tu n’aies pas de secret de la plus haute importance à garder, tu es d’accord ?

Arthur le libère et Merlin reprend du service, souriant légèrement.

4. INT./EXT. – TUNNELS DE CAMELOT, NUIT :

Agravain parcourt un souterrain à la lueur d’une torche. Il franchit une sortie au-delà de Camelot et attend. Lorsque des soldats inconnus approchent, Agravain se détend et sourit. Il les mène à travers les souterrains.

5. INT. – SALLE DES BANQUETS, AU MÊME MOMENT :

Mélancolique, Arthur regarde Perceval s’entretenir agréablement avec une convive.

Merlin : Ça va, Arthur ?

Arthur : Nul n’aime se faire traiter de gros, Merlin.

Merlin : Désolé.

Arthur boit à sa coupe et observe les invités.

Merlin : Guenièvre vous manque, hein ?

Arthur : Je la cherche dans la salle ; mais elle n’est pas là… et je me rappelle pourquoi.

Ils se dévisagent un instant puis Arthur recommence à boire.

6. EXT. – PORTES DE LA VILLE, NUIT :

Deux gardes s’effondrent, transpercés par des carreaux. Les guerriers du Sud investissent la ville basse et déverse efficacement du liquide inflammable. Agravain laisse tomber sa torche au sol. Alors qu’il s’éloigne des murs de flammes surgissent. Il sourit diaboliquement.

Plus loin, aux côtés d’Hélios devant son armée, Morgane observe le foyer de l’incendie.

Morgane : Allons-y maintenant.

***GÉNÉRIQUE***

7. EXT. – VILLE BASSE, NUIT :

L’incendie s’est propagé dans la ville et des gens tentent d’éteindre les flammes pendant que d’autres tentent de s’en échapper. Quelques chevaliers aident la population.

Elyan : Formez une colonne jusqu’au puits ! Il nous faut plus d’eau. Vite !

Sire Léon : C’est trop tard pour l’eau, regarde.

Elyan : Mais toute la ville… (Il aperçoit l’armée ennemie entrer dans la ville) Comment ils ont ouvert les portes ?!

Sire Léon : Ne nous soucions pas de cela Elyan. Vite ! Sonnez l’alarme !

Elyan part et Léon dégaine son épée, suivit des autres chevaliers.

8. INT. – SALLE DES BANQUETS, NUIT :

Le tocsin retentit et Gauvain entre dans la salle.

Gauvain : Sire ! On nous attaque ! Ils sont dans l’enceinte de la ville !

Arthur se lève et défait sa cape.

Arthur : Bon, Merlin, emmène-les dans la salle des chevaliers.

Merlin : Oui, sire. (Aux convives) Venez tous, suivez-moi !

Arthur enjambe la table et sort son épée.

Arthur : Gauvain défendez l’armurerie ! Perceval, avec moi !

9. INT. – CORRIDOR DU CHÂTEAU, NUIT :

Agravain et une poignée de guerriers arrivent dans un corridor, face-à-face avec Sire Elyan.

Elyan : Alors ceci est votre œuvre ?

Agravain : Écartez-vous. Il n’y a rien que vous puissiez faire contre nous.

Elyan (en dégainant son épée) : Vous faites erreur, je peux tuer le traître que vous êtes !

Agravain : Ces mots attestent de votre courage, et ils seront vos derniers.

Soudain, Elyan est projeté vers l’arrière, assommé. Les soldats se scindent pour faire place à Morgane derrière eux. Elle dépasse Agravain.

Morgane : Il n’est plus temps de jouer au soldat, Agravain !

Le groupe lui emboîte le pas, Elyan oublié.

Dans un autre corridor, Arthur mène furtivement ses chevaliers. Les guerriers du Sud envahissent la cour du château.

10. INT. – SALLES DES BANQUETS, NUIT :

Merlin dépose un blessé auprès de Gaius.

Merlin : Nous avons perdu la ville basse, Gaius. Ils ne vont pas tarder à pénétrer dans la citadelle.

Gaius : Comment cela a-t-il pu arriver ? Ils sont entrés sans problèmes, nul ne les as vus !

Merlin : Nous savions qu’Agravain fomentait quelque chose.

Gaius : Tes pires craintes se sont vraiment réalisées, Merlin.

Merlin quitte la salle.

Gaius : Merlin !

Merlin : Il faut que je trouve Arthur !

11. INT. – CORRIDOR DU CHÂTEAU, NUIT :

Suivit de ses chevaliers, Arthur défait plusieurs soldats ennemis en avançant dans un corridor.

Plus loin, Merlin court dans le château.

12. EXT. – VILLE BASSE, AU MÊME MOMENT :

Hélios se bat férocement parmi ses hommes.

Sire Léon : On ne va pas pouvoir les retenir encore longtemps ! Conduisez le peuple dans les bois ! Retraite ! Retraite !

Les chevaliers et la population recule sous l’invasion.

13. INT. – CORRIDOR DU PHÉNIX, NUIT :

Arthur et les chevaliers combattent des soldats ennemis. Un envahisseur abat le dernier chevalier tandis qu’Arthur tue un guerrier du Sud. Le dernier survivant ennemi atteint Arthur, qui crie de douleur. Merlin arrive. Arthur donne un coup de coude sur le visage de son agresseur qui s’écroule. Il longe le couloir en se tenant les côtes lorsque Merlin l’intercepte et le pousse contre un mur perpendiculaire.

Arthur (assaillit par la douleur) : Aaaah ! On se demande toujours d’où tu sors, Merlin !

Merlin : Venez, il faut partir d’ici !

Merlin pousse Arthur dans un couloir et jette un coup d’œil au corridor à la tapisserie du phénix. D’autres guerriers s’y engouffrent.

Merlin : Bæl on bryne!

Les yeux de Merlin deviennent dorés et les torches sur les murs rugissent, leurs flammes s’étalant à travers le corridor et bloquant l’avancée des guerriers.

14. INT. – CORRIDOR DE LA COUR DE CAMELOT, NUIT :

Des cris résonnent dans la cour. Merlin rejoint Arthur qui coure dans le corridor en se tenant toujours les côtes.

Merlin : Ça va Arthur ?

Arthur : Oui ça va !

Ils se cachent derrière une colonne et Arthur encaisse le coup.

Arthur : J’ai probablement une ou deux côtes cassées.

Arthur jette un coup d’œil sur la cour et aperçoit Hélios et Morgane à la tête d’une troupe. Arthur se fige en voyant Agravain les rejoindre. Il se remet à couvert, choqué.

Arthur : Agravain…

Sa colère monte et il lève son épée. Il veut se jeter sur eux mais Merlin le retient.

Merlin : Non ! Il faut attendre. Arthur ! Ils sont bien trop nombreux…

Ils observent l’armée défiler.

Merlin : Vous vous occuperez de votre oncle un autre jour. D’accord ?

Arthur se calme un peu et Merlin l’entraîne.

Merlin : Allez venez.

15. EXT. – FORÊT AUX ALENTOURS DE CAMELOT, AU MÊME MOMENT :

La population paniquée fuit hâtivement la citée, suivit par les gardes et chevaliers.

Sire Léon : Dépêchez-vous ! Par ici, allez ! Vite ! Courez !

Au loin, Camelot est assiégée par les flammes.

16. – INT. – GRANDE SALLE DU CHÂTEAU, NUIT :

Hélios avance en souriant vers le trône où Morgane est avachie.

Hélios : La ville est tombée. Camelot… est à nous.

Morgane (nonchalante: Et ?

Hélios ne comprends pas et Morgane se lève.

Morgane : C’était ce qu’il y avait de plus facile à accomplir, Hélios.  Je veux Arthur. Où est-il ?

Hélios : Il est là, Morgane. Dans ce palais. Il ne lui reste nul endroit où se réfugier.

Morgane sourit, satisfaite. Alors qu’elle le dépasse, Hélios se met à rire.

17. INT. – SALLES DES BANQUETS, NUIT :

Gaius assiste Arthur qui est affalé sur un banc contre une table.

Gaius : Je peux vous bander le thorax mais vous courrez le risque de vous perforer un poumon !

Arthur : Tant que je peux manier une épée Gaius, je vous laisse faire tout ce que vous voulez.

Gauvain et Perceval entre dans la salle et scellent les portes.

Gaius : Où en sommes-nous ?

Perceval : La citadelle est envahie. Nous ne saurions tenir plus longtemps.

Gaius : Ils seront là dans combien de temps ?

Perceval : Quelques minutes, au mieux.

Merlin : Ils viennent pour Arthur ; ils le tueront s’ils le prennent.

Perceval : Conduisons –le en lieu sûr tant qu’il est temps.

Gauvain : Arthur n’abandonnera jamais son peuple.

Ils jettent un coup d’œil au roi et Merlin réfléchit.

Gauvain : Il préféra mourir.

Merlin : Barricadez les portes. Retenez-les le plus possible. (Lui et Gaius vont en retrait) Il faut faire sortir Arthur d’ici. Auriez-vous une potion pour lui, un remède qui l’assommerais ?

Gaius : Je n’ai rien d’assez fort ici. Dans mes appartements peut-être, mais nos envahisseurs contrôlent le palais.

Merlin : Il doit bien y avoir un moyen.

Gaius : Je suis désolé Merlin… Mais peut-être peux-tu intervenir. Arthur ne s’en ira pas volontairement. Euh, imagine qu’il n’ait plus aucune volonté…

Merlin : Dois-je utiliser la magie ?

Gaius : Peux-tu réussir ?

Merlin : Je peux essayer.

Ils retournent auprès d’Arthur. Merlin prend place derrière lui.

Gaius (à Arthur) : Pardonnez-moi sire, cela va vous faire souffrir.

Arthur : Faites ce que vous avez à faire –

Arthur hurle de douleur.

Merlin (à voix basse) : Mod wæs cræftleas…

Arthur se détend instantanément, groggy. Gauvain et Perceval s’approchent.

Merlin (appuyé) : Nous devons nous enfuir, sire !

Arthur : Oui d’accord.

Les yeux hagards, Arthur se lève et vacille, comme étourdit. Gauvain et Perceval échange un regard puis haussent les épaules.

Perceval : Faut y aller.

Il soutient Arthur et se dirige vers le fond de la salle.

Perceval : Empruntons le passage secret.

Merlin rassemble les affaires d’Arthur. Gauvain suit Perceval mais s’arrête et lui tend la main.

Gauvain : Je les retiendrais aussi longtemps que possible.

Perceval fixe Gauvain un moment et lui serre la main. Il sort avec Arthur. Des bruits retentissent alors que les portes sont assaillies.

Merlin : Rassemblez vos affaires Gaius !

Gaius : Va avec eux ! Je ne ferais que vous retarder.

Merlin : Je vous en prie, non !

Gaius : C’est mieux ainsi, tu dois le comprendre.

Merlin : Non, si vous restez là…

Gauvain l’interrompt et le pousse vers la sortie.

Gauvain : Ce n’est pas le moment de discuter, je suis désolé.

Gaius : Prend soin de notre roi, Merlin.

Merlin hésite mais finit par s’en aller. Gaius se tourne vers les portes de la salle et Gauvain prend place à ses côtés en dégainant son épée. Soudain la barricade cède et les guerriers ennemis envahissent la salle, Morgane parmi eux. Ils entourent rapidement Gaius et Gauvain qui restent immobiles.

Gaius : Il semble que votre victoire soit de courte durée, Morgane.

Visiblement refroidit, Morgane quitte la salle.

Morgane : Préparer les chevaux. Nous allons chasser !

18. EXT. – FORÊT AUX ALENTOURS DE CAMELOT,  AUBE :

Perceval aide Arthur à marcher dans les bois. Merlin est à leur suite. Ils s’arrêtent et Arthur se dégage de Perceval.

Arthur : Merci, Perceval.

Merlin : Vous pouvez avancer seul ?

Arthur : Ah oui ! Dites-moi juste où je dois aller.

Perceval : Chut !

Des bruits retentissent et Perceval empoigne un intrus.

Perceval : Elyan !

Elyan : Je ne veux pas vous empêcher d’avancer.

Ils sourient et se remettent en route.

Perceval : On peut quitter Camelot sans problèmes ?

Elyan : La voie était libre.

Arthur est distrait par la vue de la citée embrasée et la contemple. Merlin l’attend.

Merlin : Suivez-moi, Arthur.

Arthur se retourne. Merlin sourit et hoche la tête vers la forêt. Arthur le suit.

19. EXT. – FORÊT, PLUS TARD:

Ils accélèrent le pas.

Perceval : Il nous pourchasserons. Ils savent qu’Arthur est vivant.

Elyan : Alors nous devons traverser la frontière et trouver asile où nous pouvons.

Merlin : Je connais un endroit. Ealdor, au-delà des Montagnes Blanches. Attendez ! (Il s’arrête) Écoutez…

Des chevaux approchent.

Perceval : Fuyons !

Ils se mettent à courir. Parmi la troupe à leur trousse se trouvent Agravain et Morgane. Celle-ci lance un sort. Arthur, Perceval, Elyan et Merlin sont aussitôt projetés dans les airs, comme propulsés par une déflagration. Elyan et Merlin se remettent sur pieds et aide Arthur à en faire autant. Ils courent.

Merlin (en ralentissant) : Où est Perceval ?!

Elyan : Avancez, dépêchez-vous !

Ils atteignent l’entrée d’un ravin et Elyan s’arrête. Il tend l’épée d’Arthur à Merlin.

Elyan : Allez-y.

Merlin : Où allez-vous ?

Elyan : Ne t’inquiètes pas pour moi. Courez !

Arthur et Merlin détalent. Elyan se tient prêt à l’embouchure et accueille le premier ennemi à pied. Il le défait rapidement mais d’autres arrivent. Il les combat les uns après les autres.

20. EXT – FORÊT, AUBE :

Arthur et Merlin courent quand Merlin s’arrête en levant la main pour faire signe à Arthur d’arrêter. Arthur fonce tout de même sur lui, leur faisant perdre l’équilibre.

Arthur : Oh pardon c’est - (il lève une main) c’est ma faute.

Merlin est perplexe. Puis il observe les bois environnants.

Merlin : On est en sécurité, pour l’instant. (Il examine Arthur) Mais il vous faut un déguisement ; avec ces vêtements vous ne pourrez pas passer inaperçu.

Arthur regarde sa cape et sa cotte de maille comme s’il ne les avait pas remarqués.

Arthur : Je m’en remets entièrement à toi, comme tu veux. (Il acquiesce)

Merlin regarde Arthur-simplet, stupéfait. Puis ils continuent leur route.

21. INT. – SALLE DU TRÔNE, JOUR :

Agravain entre dans la salle et fait face à Morgane qui est assise sur le trône. Elle sourit à Hélios, debout à ses côtés.

Agravain (fier) : Tous les quartiers de Camelot sont sous notre contrôle. Quelques chevaliers ont pu s’enfuir dans les bois, mais ceux qui ne se sont pas échappés sont soit dans nos cachots, soit morts.

Morgane : Bonne nouvelle.

Agravain sourit mais son expression se fige lorsqu’il échange un regard avec Hélios.

Morgane : Le peuple de Camelot m’accueille-t-il comme sa reine ?

Agravain : Il ne jura allégeance à personne hormis Arthur.

Morgane : Le contraire m’eut étonnée. Brûlez leurs récoltes. (Le visage d’Agravain se décompose) Et nous verrons quand leurs enfants mourront de faim.

Hélios : Quand est-il d’Arthur ?

Morgane fait signe aux gardes dans la salle. Elyan est emmené devant elle. En passant près d’Agravain, Elyan le foudroie du regard. Hélios hoche la tête et Elyan est agenouillé de force. Il soutient le regard de Morgane.

Morgane : Nous trouverons Arthur bien assez tôt.

22. EXT. – FORÊT, PRÈS D’UNE HUTTE, JOUR :

Merlin épie une hutte ou plus précisément, des vêtements étendus sur une corde juste devant celle-ci. Arthur se penche au-dessus de son épaule.

Merlin : Parfait…

Arthur hoche la tête avec conviction. Lorsque Merlin se retourne, il doit forcer son chemin car Arthur reste dans la même position et hoche toujours la tête.

Plus tard, Merlin est adossé contre un muret alors qu’Arthur se change.

Arthur : Argh !

Merlin (ironique) : Prenez votre temps. Évidemment…

Arthur : Argh. Désolé Merlin ! Ces vêtements sont loin d’être tout à fait à ma taille !

Merlin : Mais nécessité fait loi, sire.

Arthur : Oui, tu as raison ! Je devrais apprendre à réfléchir avant de parler, n’est-ce pas ?

Merlin (souriant: Pour commencer, oui…

Arthur : Argh ! Et voilà ! Ah !

Arthur contourne le muret. Ses vêtements sont clairement trop petits pour lui. Le bas de son pantalon lui arrive à peine sous les genoux et sa chemise découvre son nombril. Merlin éclate de rire lorsqu’il le voit.

Merlin : Eh bien Arthur, comment dire… vous avez l’air d’un véritable idiot. Ou d’un épouvantail.

Arthur regarde avec hésitation derrière le muret.

Arthur : J’essaie autre chose, Merlin, y’a un tas de vêtements ici.

Merlin : Non, non. C’est – ça fera largement l’affaire. Cela dit, je vais – (il prend la bourse d’Arthur) je vais vous enlever ça.

Arthur : Oh mon ooor !

Merlin : Il sera bien plus en sécurité avec moi.

Arthur : Ah oui, bien sûr.

Merlin acquiesce et sourit. Puis il fronce les sourcils à l’expression étrange d’Arthur-simplet.

23. INT. - SALLE DU TRÔNE, JOUR :

Morgane interroge Elyan. Elle prend un petit serpent qui siffle dans ses mains.

Morgane : Savez-vous ce que c’est ? (Elyan reste silencieux) Non ? C’est un serpent. Un Nathair qui vient des montagnes d’Asgora. La plupart du temps il est inoffensif mais ; en insistant un peu il a la vertu de causer aux hommes qu’on lui oppose des douleurs inimaginables. Vous avez donc le choix. Dites-moi où se trouve Arthur… (Elyan sourit caustiquement) ou goûtez aux délices de ce serpent extraordinaire ! (elle sourit)

Elyan : Je ne vous dirais rien du tout !

Morgane : En fait j’espérais que vous me diriez cela. (Elle élève le serpent) Unmicel snacca, suge tha nothan…swilcnesse!

Elle agrippe soudainement Elyan.

24. INT. – COULOIR, AU MÊME MOEMENT :

Hélios et Agravain sont appuyés contre des colonnes non loin de la pièce lorsque les cris d’agonie d’Elyan retentissent. Hélios mange une cuisse de poulet avec appétit.

Agravain (écœuré) : Cela n’en finira jamais, je le crains…

Hélios (en mastiquant) : Cela vous dérange ? (Il sourit, moqueur) Vous ne supportez pas les cris ?

Morgane sort de la salle du conseil.

Morgane : Arthur va se réfugier à Ealdor. Vous allez partir immédiatement. Et, Agravain… Décevez-moi encore et Elyan pourra vous donner sa place. (Elle sourit)

Hélios part avec Morgane en souriant, sous le regard d’Agravain.

25. INT. – CACHOTS, PLUS TARD :

Elyan inanimé est traîné dans la cellule de Gauvain et Gaius. Gauvain l’attrape alors que les soldats referment la grille.

Gauvain : Que lui ont-ils fait ?

Gaius : Ceci est l’œuvre du serpent d’Asgora. Il a été torturé à la limite de ce qu’un être humain peut endurer.

Gauvain : Vous pouvez le soigner ?

Gaius : Je vais essayer…

Ils soulèvent Elyan.

26. INT. – APPARTEMENTS D’ARTHUR, JOUR :

Morgane s’est approprié les appartements de son demi-frère et lit des documents à son bureau. Agravain entre.

Morgane (froide) : Je croyais vous avoir dit de partir ?

Agravain : Mes hommes sont tous prêts à partir.

Morgane : Alors qu’attendez-vous au juste ?

Agravain : Je…

Agravain hésite et Morgane lui accorde enfin de l’attention

Agravain : Je suis venu vous dire au revoir.

Morgane : Considérez que c’est chose faite.

Agravain approche.

Agravain : Et vous enjoindre de faire attention à vous.

Morgane : Pourquoi ? Je n’ai rien à craindre.

Agravain : En dépit de ce que vous avez réalisé, Morgane… demeurer prudente est une nécessité. Le danger risque de surgir à chaque instant. Vous ne pouvez faire confiance à personne. Pas même à Hélios.

Morgane (amusée) : À personne hormis vous, c’est cela ?

Agravain : Croyez-moi, je suis votre seul véritable allié. Je suis votre seul véritable ami. Je ferais n’importe quoi pour vous ! Vous le savez.

Morgane : Je vous suis reconnaissante de votre loyauté. (Elle sourit) Et c’est pourquoi je vous ai confié cette mission, voyez-vous ?

Agravain : J’en suis conscient. Bien entendu, j’aurais souhaité rester présent à vos côtés, car c’est là que je peux le mieux vous défendre.

Morgane : Retrouvez Arthur et vous resterez à mes côtés à jamais.

Agravain incline la tête.

Agravain : Ma Dame…

Il part et Morgane reste songeuse.

Agravain quitte la citadelle avec sa garnison.

27. EXT.  – FORÊT, JOUR :

Arthur et Merlin marchent dans la forêt.

Merlin : Une minute…

Ils s’arrêtent. Merlin écoute attentivement.

Merlin (à Arthur, en pointant du doigt) : Vous. M’attendez. Là.

Arthur acquiesce et Merlin s’en vas… Puis Arthur part dans une direction opposée.

Merlin avance et aperçoit des gens en train de charger une carriole. Soudain, la pointe d’une épée fait pression sur son dos. Il se tourne et s’aperçoit qu’une femme blonde tient l’épée.

Iseult (souriante) : Bonjour.

La femme mène Merlin et Arthur parmi les inconnus.

Iseult (à Tristan) : Ils nous espionnaient cachés dans la forêt.

Un homme aiguise son couteau, appuyé contre un arbre. Il observe les nouveaux venus.

Tristan : Vous avez vu quelque chose d’intéressant ?

Merlin : Non.

L’homme lance son couteau vers Merlin, qui se baisse à temps. Le couteau se plante dans l’arbre derrière lui.

Tristan : Il faut faire attention où vous mettez les pieds !

Merlin : Je n’ai rien vu, je vous le promets ! On passait par là, c’est tout.

Iseult : Ils n’ont pas de chevaux, pas de vivres : rien.

Tristan : Vous aimez voyager léger ?

Merlin (évasif) : On peut dire cela.

Tristan : Où est-ce que vous allez ?

Merlin : Au nord, après la frontière.

Tristan : Chez le roi Lot ? Il accueille bien mal les étrangers, je vous l’assure. (Il s’avance vers eux et confronte Merlin) C’est avec leurs têtes qu’il tient à décorer sa forteresse.

Merlin : Alors pourquoi y allez-vous ?

Tristan : J’ai mes raisons.

Merlin : …D’accord.

L’homme dévisage Merlin, suspicieux.

Arthur : Moi je suis d’accord avec lui.

Merlin lui lance un regard venimeux.

Tristan : Qu’est-ce qu’il lui arrive ?

Merlin : C’est un simplet ; il n’y peut rien.

Tristan : Tu t’occupes de lui ?

Merlin : Sans moi il ne saurait survivre.

Arthur approuve. Tristan échange un regard avec Iseult.

Tristan : Très bien, vous pouvez reprendre la route.

Il reprend son couteau et s’éloigne. Après un temps de réflexion, Merlin le suit et Arthur lui emboîte le pas en trébuchant.

Merlin : On peut venir avec vous ? Croyez-moi, j’aimerais bien avoir de la compagnie, pour être honnête. (Il jette un coup d’œil éloquent à Arthur)

Arthur s’avance.

Arthur : Je suis très énervant.

Tristan : Désolé.

Merlin : Je vous en prie !

Tristan : N’insiste pas et estime-toi heureux car je vous ai laissé la vie sauve !

Merlin : J’ai de l’or.

Tristan et Iseult sont tout de suite intéressés.

Merlin : Je peux vous payer.

Tristan (souriant) : Pourquoi avoir attendu si longtemps pour le dire.

Arthur sourit idiotement. Merlin le regarde et il redevient aussitôt sérieux.

28. EXT. – FORÊT, PRÈS D’UNE HUTTE JOUR :

Agravain passe derrière le muret et découvre la cotte de maille et la cape d’Arthur.

Agravain : Il faut être lâche pour renier ce que l’on est… Messieurs, allons par-là ! Ils ne peuvent pas être bien loin.

Les hommes partent dans la direction indiquée.

29. EXT. – FORÊT, JOUR :

La carriole s’arrête sur un chemin.

Tristan : Nous camperons ici !

Merlin, Tristan, et plusieurs autres mettent pied à terre. Tristan aide doucement Iseult à faire de même. Pendant ce temps, Arthur, qui cherche à descendre, passe son corps à travers une fenêtre de la carriole. Merlin le repousse à l’intérieur. Tristan et Iseult se sourient amoureusement.

Iseult : Merci, cher ami.

Tristan : Tout le plaisir est pour moi.

Elle caresse son visage et ils s’éloignent. Merlin les regarde lorsqu’Arthur passe sa jambe à travers les barreaux. Merlin la repousse à l’intérieur.

Plus tard, Merlin aide à décharger la carriole pendant qu’Arthur est hautement occupé à enlacer tendrement un arbre. Merlin détache une boîte et l’ouvre. Iseult approche, couteau à la main mais toujours souriante.

Iseult : De quoi te mêles-tu ?

Merlin ferme la boîte.

Merlin : Excusez-moi, j’ai reconnu l’odeur, c’est pour ça. C’est de l’encens, n’est-ce pas ?

Tristan (en approchant) : Et si cela en étais ?

Merlin hausse les épaules.

Merlin : Cela doit valoir une fortune.

Tristan : C’est probable.

Merlin les regarde gravement.

Merlin : Vous êtes contrebandiers ?

Iseult : Nous préférons nous considérer comme des négociants. (Elle sourit à Tristan)

Merlin : C’est interdit par décret du roi. Si on vous arrête vous pourriez être tués.

Tristan (souriant) : Si on nous arrête ? Tristan et Iseult ? J’en doute fort. Nous sommes trop vifs et trop intelligents pour cet imbécile de roi de Camelot.

Tristan s’éloigne et passe devant Arthur qui tapote sur l’arbre et écoute, d’un air subjugué.

Merlin : C’est possible.

Iseult lui donne le feu vert et Merlin s’éloigne. Il va vers Arthur et siffle. Arthur se retourne.

Merlin : Allez, venez.

Merlin entraîne Arthur par le bras.

30. EXT. – CAMPEMENT, FORÊT, NUIT :

Arthur et Merlin sont assis près d’un feu.

Merlin : Un peu de soupe ?

Arthur : S’il te plaît.

Merlin le sert.

Arthur : Merci.

Merlin : Un merci et un s’il te plaît au même moment ? Impressionnant.

Arthur boit sa soupe.

Arthur : Tu trouves ?

Merlin acquiesce.

Merlin : Eh bien, disons que les bonnes manières sont loin d’être votre point fort.

Arthur : Ah bon ? (Merlin acquiesce encore) Qu’est-ce que tu veux dire ?

Merlin : Vous êtes dur, égoïste, insensible, et cela quand vous êtes d’excellente humeur.

Arthur : Je suis navré de l’entendre.

Merlin hoche la tête lorsqu’une pensée semble lui traverser l’esprit.

Merlin : Je doute que vous ayez conscience de tous ce que je fais pour vous. Vous êtes le roi, certes, mais cela ne devrais pas vous dispenser de vous prendre en charge. De… faire un geste, de montrer du respect.

Arthur : Je regrette de t’avoir tellement déçu, Merlin. Je ferais des efforts à l’avenir.

Merlin (amusé) : Oh là, J’ai hâte de voir ça ! … D’un autre côté ; pourquoi attendre ?

Il met son écuelle vide dans les mains d’Arthur.

Merlin (souriant) : Ce pot-là, il va falloir aller le laver !

Arthur : D’accord.

Merlin : Et quand vous aurez fini, il faudra vous occupez des chevaux.

Arthur : Avec plaisir.

Arthur se lève et prend le pot de soupe.

Merlin : C’est par là. (Il pointe)

Arthur s’éloigne et chute, la vaisselle tombant par terre avec fracas. Merlin s’installe confortablement et s’allonge sur le sol, toujours souriant.

Merlin : Tout va bien ?

Arthur (voix off) : Oui !

31. EXT. – FORÊT, NUIT :

Agravain est à cheval et sa troupe, à pied. Ils voyagent dans la forêt à la lueur de torches.

32. EXT. – CAMPEMENT, FORÊT, MATIN :

Arthur regarde le campement et les dormeurs qui l’entourent alors qu’il se dirige vers Merlin. Il lui assène un coup de pied dans les jambes suivit de plusieurs autres, ce qui réveille Merlin.

Arthur : Tu as intérêt à avoir une bonne explication à cela, Merlin. (Merlin ne répond pas) Bien, je vais continuer à te botter les fesses dans ce cas !

Il recommence à lui administrer des coups quand Merlin se lève. Il dévisage Arthur

Merlin : Vous êtes de retour.

Arthur : Comment cela je suis de retour ? Arrête de dire n’importe quoi.

Merlin : Écoutez-moi bien ! Camelot est vaincu. Vous avez été blessé au combat, vous avez perdu connaissance. J’ai dû vous faire sortir de la ville…

Arthur accuse le coup.

Arthur : Mais où est-ce qu’on est ?

Merlin : Nous allons vers le nord, nous trouverons refuge à Ealdor. Les chevaliers nous rejoindront là-bas.

Arthur observe le campement.

Arthur (à voix basse) : Qui sont ces gens, Merlin ?

Merlin (embarrassé) : Ce sont des… contrebandiers.

Arthur : Des contrebandiers ?!

Merlin : Chut !

Arthur : D’accord, considérons un court moment que tu saches ce que tu fais, dis-moi pourquoi j’ai l’air de l’idiot du village ?

Merlin : Ce déguisement est idéal. Nul ne saurait vous soupçonnez le moindre instant d’être… qui vous êtes.

Arthur : Je suis désolé, Merlin. Je n’ai pas l’intention d’aller où que ce soit dans cette tenue-là.

Merlin : Vous n’avez pas le choix. Vous devez continuer à jouer votre rôle.

Arthur : À jouer un rôle ? … Mais quel rôle ?

Tristan : Hé, vous deux ! (Merlin se retourne) Nous partirons dès que les chevaux seront désaltérés… Explique cela au simplet, tu veux bien ?

Tristan s’éloigne. Arthur regarde Merlin, acide. Merlin se retourne, penaud.

Plus tard, les contrebandiers défont le camp et s’apprêtent à tout emporter. Arthur et Merlin, qui a l’épée d’Arthur à la main, avancent vers la carriole où sont Tristan et Iseult. Arthur enlève l’épée à Merlin.

Tristan : Simplet !

Merlin (à Arthur) : C’est à vous qu’il s’adresse…

Arthur : Je ne saurais réagir.

Merlin (à voix basse) : Vous jouez un rôle, l’oubliez pas.

Tristan : Quelle belle épée…

Arthur (d’une voix étrange) : C’est gentil de le dire, messire !

Tristan : Puis-je ?

Il prend l’épée et l’examine.

Tristan : Elle est magnifique ! Le seul endroit où l’on trouverait un travail de cette qualité… c’est à la forge royale de Camelot. (Il met la pointe de l’épée contre la gorge d’Arthur) Dis-moi… où as-tu trouvé cette épée ?

Merlin (en croisant les bras) : Je l’ai gagné en jouant aux cartes. Je lui en ai fait présent et- et il s’en sépare jamais depuis… À mon avis elle le rassure.

Tristan les dévisage et Arthur acquiesce. Tristan lui remet l’épée.

Tristan : J’espère pour toi que c’est la vérité. Je détesterais voyager en compagnie d’un chevalier de Camelot.

Arthur serre l’arme contre son torse.

Arthur (stupidement) : Ah ouais !

Il manie maladroitement l’épée. Iseult rigole.

Iseult : Un chevalier de Camelot ! (Merlin s’esclaffe) Regarde-le !

Tristan (moqueur) : Tu as raison. Les chevaliers sont peut-être stupides, mais y’a sans doute des limites !

Merlin ébouriffe les cheveux d’Arthur. Ils s’éloignent mais Arthur et Merlin se forcent à rire.

Merlin (en riant) : Rassemble tes affaires, Simplet, allez !

Arthur agrippe le bras de Merlin en souriant.

Arthur : Donne-moi ce nom encore une fois et je te tue.

Merlin : Soyez sans craintes, nous ne jouerons pas éternellement ces rôles.

Arthur : Jusqu’à quand ?!

Un sifflement retentit et un homme derrière eux est touché par un carreau. Les guerriers du Sud lancent des cris de guerre et se ruent vers le campement. Arthur agrippe Merlin mais un projectile se fiche dans un arbre à côté de sa tête.

Arthur : Reste à mes côtés !

Les contrebandiers tentent de se défendre et des combats éclatent. Arthur et Merlin se réfugient derrière la carriole où sont Tristan et Iseult, armes au poing. Arthur range son épée dans la carriole et en sort des arbalètes.

Arthur : Allez derrière ces arbres, nous vous couvrons !

Tristan et Iseult sont stupéfaits.

Tristan (confus: Quoi ?

Arthur : Vous tenez à la vie oui ou non ?!

Tristan s’apprête à dire quelque chose mais Iseult l’entraîne. Arthur et Merlin décochent des carreaux et font mouche. Merlin prend d’autres munitions et en tend une à Arthur.

Merlin : Qu’est-ce qu’on fait, maintenant ?

Ils préparent leurs arbalètes.

Arthur : Maintenant… c’est à notre tour.

Merlin : Mais qui va nous couvrir ?!

Arthur : Ne fait pas le simplet, Merlin !

Ils tirent encore puis abandonnent leurs arbalètes. Arthur reprend son épée et ils rejoignent Tristan et Iseult, accroupis derrière un tronc d’arbre à terre. Ils aperçoivent Agravain et ses hommes entourer la carriole puis commencer à fouiller les bois alentour.

Iseult (à voix basse) : Ils n’ont pas trouvé le chargement.

Tristan : Ils le trouveront. D’ailleurs, c’est pas ce qu’ils cherchent, (à Arthur) ce qu’ils veulent c’est vous. Qui diable êtes-vous ?!

Arthur : Je m’appelle Arthur Pendragon.

Tristan : Quoi ? (Il échange un regard effaré avec Iseult) Vous êtes le roi de Camelot ?!

Arthur : Du moins je l’étais.

Tristan (en colère) : J’ai perdu le fruit de mon travail pour un roi qui ne vaut rien !

Arthur : Venant d’un contrebandier ça ne manque pas d’intérêt !

Tristan : Je ne le serais pas si vos maudits impôts ne m’avaient pas forcé à le devenir !

Arthur : Sachez qu’ils servent à protéger le peuple de ce pays !

L’attention de Merlin est attirée derrière eux.

Tristan : Mon peuple est mort, c’est ce que vous appelez « protéger » ?

Merlin : Excusez-moi de vous interrompre, mais…

Ils tournent leurs têtes et Merlin indique les guerriers du Sud qui foncent sur eux. Arthur et Tristan se lèvent aussitôt. Ils engagent le fer avec leurs opposants et en viennent rapidement à bout. Iseult se bat aussi lorsque son adversaire la frappe au front puis entaille son bras qui tenait son épée. Il la renverse d’un coup de pied et lève son arme. Il s’apprête à la tuer quand soudain, Arthur le transperce. Tristan accoure auprès d’Iseult et la prend dans ses bras. Arthur et Merlin observe la scène.

Tristan : Iseult… Nous avons fait un pacte tous les deux. Compagnons à jamais, tu ne l’as pas oublié ?

Iseult (souriante) : Quand n’ai-je pas tenu mes promesses ?

Tristan sourit et lui baise le front.

Arthur : Il faut absolument avancer. Ils reviendront bientôt plus nombreux, venez.

Tristan : Allez-y sans nous ! Rien ne vous en empêche.

Arthur lève les yeux au ciel.

Merlin : Venez avec nous à Ealdor, là-bas vous serez en sécurité.

Tristan : Non, je ne m’entoure pas de n’importe qui, moi.

Iseult : Il m’a sauvé la vie, Tristan. (À Arthur) Merci.

Tristan : Rien de tout cela ne serait arrivé sans eux.

Arthur : Elle est blessée. Il lui faut un refuge et des soins.

Tristan hésite. Il les regarde eux puis Iseult, qui hoche la tête.

Tristan : Bon, très bien. Mais sachez Arthur Pendragon, que je le fait pour elle. Vous n’avez rien apporté hormis la misère à ce pays.

33. INT. – CACHOTS, PLUS TARD :

Morgane entourée de gardes arrive devant le cachot de Gaius, Gauvain et Elyan.

Gaius : Vous êtes venue pour jubiler à notre vue ?

Morgane : Est-ce une façon de traiter une vieille amie ? Oh mais je vous pardonne, il est vrai que vous êtes mal en point.

Gauvain : Vous ne voyez pas qu’il est en train de mourir de faim ? On l’est tous.

Morgane : Oui en effet. Vous qui avez tué tant de mes hommes, espérez-vous que je me rende à la cuisine en exigeant que l’on vous prépare un festin ?

Gauvain s’avance mais Elyan attrape son bras et hoche la tête. Gauvain n’en a cure et vas faire face à Morgane, ses chaînes cliquetant bruyamment.

Gauvain : Ce n’est pas à moi que je pensais mais à Gaius. Il ne pourra survivre encore longtemps sans nourriture.

Morgane sourit, comme attendrie et s’approche.

Morgane : Oh… Gauvain. Si séduisant. Si désintéressé. Bien sûr que vous aurez de quoi souper. Tant que vous êtes prêt à tout pour l’obtenir.

Son sourire devient malveillant et elle s’éloigne. Les gardes ouvre la grille de la cellule et emmène Gauvain de force sous les yeux impuissants de Gaius et Elyan.

34. EXT. – FORÊT, À LA FRONTIÈRE, JOUR :

Arthur et Merlin ce sont arrêtés, Tristan soutenant Iseult à leurs côtés. Ils observent le paysage en contrebas.

Arthur : Nous sommes à la frontière des royaumes de Camelot et de Lot.

Merlin : Ealdor se trouve à l’extrémité la plus éloignée de la vallée. À une demi-journée de marche d’ici.

Arthur : Nous passerons la nuit ici. Agravain n’a pas été en mesure de nous suivre à travers les montagnes.

Merlin : Je vais faire du feu, il ne faut pas qu’Iseult prenne froid.

Il prend le relais de Tristan et aide Iseult à marcher. Arthur tend une gourde d’eau à Tristan.

Arthur : Tenez, de quoi récupérer.

Tristan : Je préfère la mienne.

Il s’éloigne.

35. INT. – SALLE DU TRÔNE, PLUS TARD :

Gauvain est emmené devant Morgane dans la salle du trône bondée de guerriers du Sud hargneux. Morgane, souriante et moqueuse, fait taire la clameur.

Morgane : Admirez ! Un chevalier de Camelot, l’un des plus grands chevaliers des cinq royaumes… (Elle agrippe la mâchoire de Gauvain et fait mine de l’examiner) Nous allons voir s’il est à la hauteur de sa renommée.

Gauvain sourit légèrement. Un grand guerrier s’avance avec une batterie d’armes. Morgane s’éloigne et s’assied sur le trône.

36. EXT. – FORÊT, FEU DE CAMP, NUIT :

Arthur et Merlin veillent devant un feu, perdus dans leurs pensées. Non loin, Tristan et Iseult dorment enlacés.

Arthur : Tu le savais…Tu le savais qu’Agravain me trahissait.

Merlin : Je n’en étais pas sûr… Mais il est vrai que j’avais des soupçons.

Arthur : J’ai l’impression d’être tellement idiot. J’avais confiance en cet homme… Je n’avais pas vu sa fourberie et déjà j’avais été aveugle à celle de Morgane.

Merlin : On a abusé votre confiance, cela pourrait arriver à n’importe qui.

Arthur : Et cela m’arrive constamment. Je tenais beaucoup à eux, Merlin. Je ne comprends pas… Qu’est-ce que j’ai fait de mal, pourquoi est-ce qu’ils me détestent ?

Merlin : Ils ne vous détestent pas, ils sont… assoiffés de pouvoir et ils convoitent le vôtre.

Arthur : Peut-être. Mais le convoiteraient-ils si j’étais le roi que mon peuple attend ? Peut-être Tristan avait-il raison…

Merlin : Tristan était hors de lui ! Et… (Il jette un coup d’œil au couple) il a eu peur. Il avait besoin de trouver un responsable. Mais ce n’est pas vous qui êtes à blâmer.

Merlin soupire de frustration.

Arthur : Tu sembles tellement sûr de cela.

Merlin : Tous ce que je sais c’est que vous avez bien des défauts mais… vous êtes honnête, courageux et loyal, Arthur. Un jour viendra où vous serez le plus grand roi que cette contrée ait connue.

Un silence s’installe.

Arthur : Bon. (Il sourit un peu) Je suis content d’avoir au moins le soutient de mon serviteur.

Merlin : Je ne suis pas le seul. Vous pouvez me croire.

Ils se regardent dans les yeux un instant puis retombent dans le silence.

37. INT. – SALLE DU TRÔNE, NUIT :

Gauvain est par terre lorsqu’une masse s’abat devant son visage. Il se relève aussitôt et évite les coups de son assaillant. Gauvain parvient à délester le guerrier d’une arme mais il est repoussé dans la foule qui le repousse à son tour vers son adversaire. Celui-ci l’envoie choir par terre et assène un coup qui manque le chevalier de peu. Gauvain se relève à nouveau puis désarme son adversaire.

Gauvain (essoufflé) : C’est tout c’que t’as en toi? On m’avait promis un vrai combat.

Le guerrier dégaine une autre arme de sa ceinture et parvient à désarmer Gauvain.

Gauvain : T’es en colère ? C’est normal. Ça doit être dure d’être repoussant, hein ? (Le guerrier en colère attaque ; Gauvain se baisse) Les enfants sanglotent et les femmes hurlent de peur à ta vue, hein ?! (Il évite un autre coup) Allez !

Gauvain tire avantage de l’assaut du guerrier et l’expédie au sol. Le guerrier perd une arme. Il se relève et se bat de façon plus rapprochée ; Gauvain en profite puis grimpe sur ses épaules. Il le frappe et le guerrier réplique en se heurtant contre une colonne ; Gauvain encaisse le coup. Il descend rapidement et lance à son adversaire un coup de pied à l’abdomen. Morgane sourit, émerveillée. Le guerrier s’effondre et Gauvain utilise sa masse pour le mettre K.O. Dans la salle maintenant silencieuse, Morgane applaudit lentement et se lève.

Morgane : Félicitation, chevalier. Quelle admirable démonstration. Voilà votre récompense.

Elle fait signe et une miche de pain moisie est lancée aux pieds de Gauvain.

Morgane : Mais il va falloir faire mieux si vous en voulez plus…

L’audience ricane et Hélios fait signe à ses hommes. Deux de ses guerriers approchent de Gauvain. La clameur reprend et le chevalier se prépare.

38. EXT. – EALDOR, JOUR :

Les paysans vaquent à leurs occupations lorsqu’Arthur, Merlin, Tristan et Iseult entre dans le village. Hunith transporte un panier quand elle aperçoit son fils. Merlin lui sourit et Hunith, émue, court l’enlacer.

Merlin : Mère !

Hunith : Oh Merlin, laisse-moi te regarder. (Elle s’exécute) Bienvenue à la maison.

39. INT. – MAISON, EALDOR, PLUS TARD :

Merlin est au chevet d’Iseult, endormie sur un lit pendant qu’Arthur et Tristan mangent à table.

Merlin (à Tristan) : J’ai nettoyé la plaie ; il n’y a aucun signe d’infection. Il faut qu’elle se repose et elle récupérera.

Tristan : Merci, Merlin, pour tout ce que tu as fait pour elle.

Merlin : De rien.

Il se lève et s’éloigne.

Arthur : Je suis navré d’être responsable de votre infortune. Et de cette malheureuse blessure.

Tristan : J’ai perdu ma marchandise… mais j’ai toujours ma bien-aimée Iseult.

Arthur regarde pensivement Iseult puis Tristan.

Arthur : Alors vous êtes plus riche que vous ne le croyez.

Tristan dévisage Arthur puis fixe son regard sur Iseult et soupire. Arthur les observe avec mélancolie.

40. EXT. – ALENTOURS D’EALDOR, NUIT :

Agravain et ses hommes marchent furtivement dans les bois. Agravain s’arrête et observe le village en contrebas.

Agravain : Déployez-vous. Assurez-vous que le village est encerclé. Nul ne doit pouvoir s’échapper…

41. EXT. – EALDOR, NUIT :

Merlin marche dans le village aux côtés de sa mère.

Hunith : Je suis si heureuse de te revoir, Merlin.

Merlin : Il y a tellement longtemps, Mère, je suis désolé.

Hunith : Non, je sais ce que c’est. Toute ta vie est à Camelot. J’avoue que je m’inquiète pour toi, parfois. Tu dois affronter tant de dangers…

Merlin : Mère, je ne veux pas que tu t’inquiètes.

Hunith : Je suis une mère ; je n’y peux rien du tout.

Merlin met une main sur l’épaule d’Hunith.

Merlin : Nous sommes tous en sécurité ici, on ne craint rien. (Il regarde ailleurs) Comment va-t-elle ?

Hunith : Aussi bien que possible en fait, mais… un cœur brisé ne cicatrise pas aisément.

Via l’embrasure d’une porte, la silhouette de Guenièvre reste immobile.

Merlin : C’est vrai.

Ils s’éloignent. Guenièvre avance.

42. INT. – MAISON, EALDOR, NUIT :

Guenièvre soigne la blessure aux côtes d’Arthur quand celui-ci se réveille. Il lève la tête et Guenièvre attend, silencieuse.

Arthur : Guenièvre ?

Guenièvre : Bonjour, Arthur.

Il se redresse sur ses coudes.

Arthur : Qu’est-ce que tu fais là ?

Guenièvre (en haussant les épaules) : Cet endroit est aussi bien qu’un autre. (Un silence s’installe) Vous m’avez tant manqué.

Arthur : Toi aussi.

Guenièvre sourit tristement et Arthur se redresse. Ils se serrent dans leurs bras.

43. EXT. – EALDOR, NUIT :

Hunith et Merlin sont assis sur un banc lorsque des cris retentissent. Merlin se lève aussitôt et aperçois au loin les guerriers du Sud encercler le village.

Merlin : Agravain. Il nous a retrouvés.

44. INT./EXT. – MAISON, EALDOR, PLUS TARD :

Arthur, Guenièvre, Merlin, Tristan et Iseult observent les hommes d’Agravain entrer dans le village, cachés dans une maison sombre.

Agravain : Fouillez toutes les maisons !

Tristan : Alors, des suggestions ?

Merlin : On passe par derrière.

Les autres acquiescent et s’exécutent, alors que Merlin reste. Il repère une charrette et utilise la magie pour la faire avancer.

Merlin : Bæl on bryne!

La charrette s’enflamme et fonce vers Agravain et son détachement. Agravain doit se jeter sur le sol. C’est en se relevant qu’il aperçoit les fuyards courir.

Agravain : Ils sont là ! Rattrapez-les !

45. EXT. – FORÊT AUX ALENTOURS D’EALDOR, NUIT:

Arthur, Guenièvre et Merlin courent dans les bois, suivit de Tristan qui soutient Iseult. Ils sont poursuivis par les guerriers du Sud.

***FIN***

 

Écrit par Merlinelo pour Merlin HypnoSéries.

[Ce script a été réalisé grâce au travail de Lika_mikala sur LJ, merci de nous avoir autorisés à reprendre son texte.
We are very grateful to Lika_mikala for allowing us to use her work. Thanks
]



Episode 4.12 – The Sword in the Stone (Part One)

 

Arthur’s Chambers


Arthur dresses behind the screen.

Arthur: What’s taking so long?

Merlin: It’s the Feast of Beltane. The King must look kingly.

Arthur: I’m hardly going to look kingly in my undergarments, am I?

Merlin: Have a little patience. Think of something pleasant.

Arthur: You in the stocks?

Merlin: Wait one second...

Merlin fiddles with something.

Arthur: One.

Arthur steps out from behind the screen and Merlin spins around, hiding something behind his back.

Arthur: What have you got there?

Merlin: Nothing. My hand.

Merlin shows his right hand, then hides it behind his back.

Merlin: My other hand.

Merlin shows his left hand, then hides it behind his back. Arthur walks forward dressed in everything but his trousers. He turns Merlin around and sees his belt in Merlin’s hands. He takes it.

Arthur: Why are you putting another hole in this belt?

Merlin: I was, er...enhancing it for comfort and ease of use.

Arthur: Are you saying I’m fat?

Merlin: No! I’m saying the belt is one hole shy of perfection.

Arthur: Ridiculous!

Arthur tries to put the belt on over his chainmail. He cringes as he tries to squeeze it tight.

Arthur: Come on.

The belt doesn’t close.

Merlin: Don’t be too hard on yourself. A little extra padding goes with the job. What, with all the feasts and banquets and ceremonies.

Arthur gives up on the belt and hands it to Merlin.

Arthur: All right, Merlin, do what you have to do. Not a word of this to anyone, understand?

Merlin: Trust me, if there’s one thing I’m good at, it’s keeping secrets.

---
Castle – Siege tunnels



Agravaine strikes a match, lights a smoke grenade and launches it at the feet of the sentries guarding the entrance to the siege tunnels. The guards cough and choke. Agravaine steps past them and signals Morgana's troops with a torch. They signal back.


---
Castle – Dining Room



The dining room bustles with conversation as Arthur enters. He passes Gaius as he heads to the head of the table.

Arthur: Have you seen Agravaine?

Gaius: No, sire. Not since this morning.

Arthur: Strange. He should be here by now.

Arthur takes his place at the head of the table and Merlin arrives with a heaping plate of food.

Arthur: Ah! My favourite. Herb crusted capon.

Merlin: Easy now, we don’t want any more holes in that belt!

Percival chokes on his wine as he sniggers. Arthur laughs uneasily.

Merlin (to Gaius): Wine?

Gaius nods and Merlin pours him a glass.

Arthur: Merlin?

Arthur nods for him to lean in. Merlin steps closer and Arthur grabs the front of his shirt.

Arthur: It’s a good job you don’t have anything of any actual importance to keep secret, isn’t it?



---
Castle – Siege tunnels



Agravaine exits the tunnels and looks for Morgana's army, worried that she's not there yet. His expression relaxes and he smiles when he sees the Southrons approaching. He leads them through the tunnels.



---
Castle – Dining Room



Arthur watches Sir Percival chatting up a lovely lady. He turns away, depressed.

Merlin: You all right?

Arthur: No-one likes to be called fat, Merlin.

Merlin: Sorry.

Arthur looks around, continuing to mope.

Merlin: It's Gwen, isn't it?

Arthur: I look for her in the room; she’s not there… Then I remember why.



---
City Gate



Southrons snap the necks of the sentries at the gate, then cover the lower town with lighter fluid. Agravaine drops a torch on it and the whole lower town goes up in flames. He smirks. Morgana watches from the hills, Helios at her side and the Southron army behind her.

Morgana: It's time.



– Opening Credits –




---
Camelot – Lower Town



The townsfolk flee as knights attempt to put out the fires. Elyan shouts an order.

Elyan: Form a line to the well!  We need more water. Now!

Sir Leon: Forget about the water.

Elyan: But if we can't…

[SHOUTING]

Leon grabs Elyan's arm and directs his attention to the arch where the Southron army is advancing.

Elyan: How did they breach the gate!?

Sir Leon: We can't worry about that now. Quickly! Sound the alarm!

The knights draw their swords.



---
Dining room



Arthur stands in confusion as the warning bells sound and Gwaine enters.

Gwaine: Sire! We're under attack! They're within the city walls!

Arthur takes off his cloak.

Arthur: Merlin, get everyone to the inner chamber.

Merlin: Yes, sire. Everyone follow me!

Arthur jumps over the table and grabs a sword.

Arthur: Gwaine, secure the armoury! Percival, with me!




---
Castlecorridor



Elyan runs into Agravaine marching down the corridors with the Southrons.

Elyan: This is your doing.

Agravaine: Stand aside. There's nothing you can do about it now.

Elyan draws his sword.

Elyan: I can kill you for the traitor that you are.

Agravaine draws his sword.

Agravaine: Brave words, Elyan. And they shall be your last.

Elyan is thrown backwards and falls to the floor unconscious. The Southrons step aside revealing Morgana behind them with a hand raised.

Morgana: We don't have time to play soldiers, Agravaine.

Morgana marches past them and they follow.




---


Arthur leads the defensive through the corridors. Southrons pour into the main square.

[BELL TOLLS]

 


---
Inner chamber



Merlin and Gaius help the wounded.

Merlin: The lower town is lost. It's only a matter of time before they reach the citadel.

Gaius: How did this happen? How did they get in without being detected?

Merlin: We knew Agravaine was planning something.

Gaius: It seems your worst fears have been realised, Merlin.

Merlin takes off.

Gaius: Merlin…

Merlin: I've got to find Arthur!



---
Castle corridors



Arthur slices through Southrons on his way down the corridor. Merlin runs to find him.



---
Camelot Lower Town



Helios kills his way through the lower town.

Sir Leon: We can't hold them for much longer! Lead the people to the woods! Retreat! Retreat!



---
Phoenix corridor



Arthur and his knights fights Southrons. Arthur kills the two attacking him, but a third takes down one of his knights and turns on Arthur, striking him in the ribs. Arthur cries out in pain. Merlin arrives. Arthur elbows the attacker in the face and clutches his side as he runs down the corridor. Merlin intercepts him and pulls him around the corner. Arthur yells in pain.

Arthur: Arrrgh! Been hiding in the broom cupboard as usual, Merlin?

Merlin: We need to get out of here!

Merlin shoves Arthur down another corridor, then turns back to the Phoenix corridor as the Southrons run toward them.

Merlin: *Bæl on bryne!*

The torch fires spring across the width of the corridor, blocking the Southrons as they cower back.



---
Courtyard corridor


Merlin and Arthur run down the corridor, Arthur still clutching his side.

Merlin: Are you all right?

Arthur: I'm fine.

They stop against a column and Arthur groans.

Arthur: Maybe a broken rib or two.

Arthur peeks around the corner and sees Helios and Morgana leading the Southron army. His expression changes to shock when he sees Agravaine with them. He rests back against the column.


Arthur: Agravaine.

Arthur's anger rises and Merlin grabs him to stop him from launching out to face the entire Southron army alone.

Merlin (whisper): No! It's no good! Arthur! There are too many of them. We can deal with your uncle later. All right?

Arthur calms a little and Merlin leads him away.

Merlin : Go!



---
Woods



Knights, guards, and townsfolk flee the city.

Sir Leon: Quickly, this way! Go on! Quickly! Go on!

Sir Leon looks back at the burning city.



---
Throne room



Helios approaches Morgana who lounges on the throne alone.

Helios: The city has fallen. Camelot is ours.

Morgana (unimpressed): And?

Helios gives her a look. She rises from the throne.

Morgana: Taking Camelot was the easy part, Helios. I want Arthur. Where is he?

Helios: He's right here, my lady. In the palace. He's nowhere left to run.

Morgana smiles. Helios smiles and laughs as Morgana stalks past him.



---
Inner chamber



Gaius: I can bind the ribcage, but even that would run the risk of puncturing a lung.

Arthur: Do whatever it takes, Gaius, just so long as I can swing a sword.

Gwaine and Percival enter and bar the doors.

Gaius: How do we stand?

Percival: The citadel is overrun. We can't hold out much longer

Gaius: How long before they reach us?

Percival: Minutes at best.

Merlin: We can't wait for Arthur. If they find him, they'll kill him.

Percival: We must get him to safety while we still can.

Gwaine: Arthur would never abandon his people. He'd rather die.

Merlin: Barricade the doors. Give us as much time as you can.

Merlin and Gaius step aside.

Merlin: We need to get Arthur out of here whether he likes it or not. Give him some kind of potion, something to knock him out?

Gaius: I don't have anything strong enough. In my chambers, perhaps, but the Southrons control the palace.

Merlin: There must be something.

Gaius: I'm sorry, Merlin. Maybe there's something you can do. Arthur won't go willingly. What if he was to lose his will?

Merlin: Are you suggesting magic?

Gaius: Can you do it?

Merlin: I can try.

Merlin steps behind Arthur and Gaius steps in front of him as Arthur leans back against the table.

Gaius: I'm sorry, sire, this is going to hurt.

Arthur: Just get on with it!

Gaius presses his hands into Arthur's wound and Arthur howls in pain.

Merlin: *Mod Wes craeftleas…*

Merlin's eyes glow and Arthur stirs weirdly. Gwaine and Percival rush up.

Merlin: We need to leave now, sire!

Merlin looks at Gaius, waiting.

Arthur: Of course.

Arthur stands up, slightly unsteady and the others look at each other. Merlin gives Gaius a shrug and Gwaine and Percival brush off their surprise.

Percival: Then let's go.

Percival slings Arthur's arm around his neck and helps him out.

Percival: We'll use the Postern Gate.

Merlin gathers Arthur's things. Gwaine stops as the walk out and offers his hand to Percival.

Gwaine: I'll keep them off your back as long as I can.

Percival looks at Gwaine, then he grasps Gwaine's arm and exits with Arthur. Gaius just stands there.

Merlin: Gather your things, Gaius.

Gaius: You go, Merlin. I'll just slow you down.

Merlin: Gaius, no.

Gaius: You must know it's for the best.

Merlin: No, if you stay here…

Gwaine: No time to argue. I'm sorry.

Gwaine shoves Merlin toward the exit.

Gaius: Look after our King, Merlin.

Merlin hesitates, then runs off. Gwaine and Gaius face the door. The Southrons burst in, Morgana in their midst. Gwaine allows his sword to be taken.

Gaius: It seems your victory is short-lived, Morgana.

Morgana scowls and turns to the door.

Morgana: Prepare the horses! We're going on a hunt.


---
Woods


Percival support Arthur through the woods, Merlin at their side. They slow to a stop.

Arthur:Thank you, Percival.

Merlin: Can you walk on your own?

Arthur:Oh, yes. Just point me in the right direction.

Footsteps approach.

Percival: Shh!

Percival grabs someone.

Percival: Elyan!

Elyan: Don’t all back on my account.

They smile.

Percival: Is the way out of Camelot clear?

Elyan: As far as I can tell.

They head off, while Arthur lingers to watch Camelot burn. Merlin waits for him.

Merlin: Come on, Arthur.

Merlin nods for Arthur to follow and he walks on slowly.

---
Woods


Percival: They'll come after us. They know Arthur's still alive.

Elyan: Then we have to make it across the border. Find sanctuary anywhere we can.

Merlin: I know a place. Ealdor. It's beyond the White Mountain. Wait…

They stop and Merlin turns back to listen.

[HOOVES APPROACH]

Merlin: Listen.

Percival: Run!

They run as Morgana, Agravaine, and the Southrons ride straight for them.

Morgana mutters curse. Morgana's eyes glow and they're all thrown forward. Merlin and Elyan help Arthur to his feet and they keep running. Southrons pursue on foot.

Merlin: Where's Percival?

Elyan: We have to go!

They reach a rock trench and Elyan stops.

Elyan: Go!

Arthur runs on. Elyan hands Merlin a sword.

Merlin: What about you?

Elyan: Don't worry about me. Go!

Merlin runs off. Elyan steps into the trench opening and fights off the Southrons as they come one at a time.


---
Woods


Merlin stops running and holds up a hand and Arthur runs into him.

Arthur: Sorry! My fault.

Merlin is surprised.

Merlin: I think we're safe for now…  But we need to find you some kind of disguise. You're too conspicuous in those clothes.

Arthur looks down at his armour and red cape.

Arthur: Whatever you say. I'm entirely in your hands.

Merlin stares at simpleton Arthur for a moment and they continue on.


---
Council Chamber


Morgana is curled up on the throne, smiling up at Helios as Agravaine enters.

Agravaine: All quarters of Camelot are now under our control. Some knights have fled to the woods, but those that did not escape are either in our dungeons or dead.

Morgana: Very good.

Agravaine smiles at Morgana, but it fades when he catches Helios's eye.

Morgana: Now [...] the people of Camelot welcome me as their Queen?

Agravaine: They will swear allegiance to no-one but Arthur.

Morgana: I expected no less. Burn their crops.

Agravaine is clearly shocked.

Morgana: Let’s see how they feel when their children begin to starve.

Helios: And what of Arthur?

Morgana nods and a couple of Southrons shove Elyan into the chamber. Helios nods and they shove him to his knees in front of Morgana.

Morgana: We'll find Arthur soon enough.


---
Woods


Merlin and Arthur find a hut with laundry hanging on the clothesline outside. Arthur hunches down over Merlin's shoulder.

Merlin: Perfect.

Arthur nods like an imbecile behind him as Merlin tries to get up with Arthur squeezed in next to him. Merlin sits against a wall as Arthur changes.

Merlin: In your own time. Obviously.

Arthur:Agh. Sorry, Merlin. Some of these things are a little on the tight side.

Merlin: Beggars can't be choosers, sire.

Arthur: No, you're right. I Probably should learn to think before I speak, shouldn't I?

Merlin smiles.

Merlin: It'd be a start.

Arthur: Agh. All done.

Arthur steps out from behind the wall for inspection. The trousers reach just below the knee, the sleeves barely reach past his elbows, and the shirt shows a large section of midriff. Merlin laughs.

Merlin: Well, Arthur, what can I say? You look like a total turniphead.

Arthur: Well, should I try something else? There's, there's plenty more here.

Merlin: No. No. That, that will do absolutely fine. Although, maybe I'll take that.

Merlin takes the money pouch on Arthur's belt.

Arthur: My gold!

Merlin: Probably safer with me.

Arthur: Of course.

Merlin smiles a bit, then gives simpleton Arthur a strange look.



---
Council Chamber


Morgana holds out a small black snake.

Morgana: Do you know what this is? No? It's a Nathair from the Mountains of Asgorath. Harmless enough most of the time, but with a little persuasion, it can cause a man pain beyond all imagining. So you have a choice. Tell me where Arthur is...

Elyan smirks.

Morgana: Or sample the delights of my little friend here.

Elyan: I'll tell you nothing.

Morgana: I was hoping you'd say that.

Morgana holds up the snake.

Morgana: *Unmicel snacca, suge tha nothan…swilcnesse!*

Morgana grabs Elyan. Helios and Agravaine watch as Morgana applies the snake and Elyan screams in agony. Later, Helios eats some chicken while he and Agravaine wait outside the torture chamber, listening to Elyan's screams. Agravaine is clearly disturbed.

Agravaine: Good God, will it never end?

Helios: What's wrong? Don't have the stomach for it?

Helios smirks at Agravaine. Morgana exits the torture chamber.

Morgana: Arthur travels to Ealdor. You will leave without delay. And Agravaine, fail me again and you'll be taking Elyan's place.

Agravaine shoots Helios a look. Helios smirks and walks off at Morgana's side.


---
Dungeons


Elyan is dragged to the same cell as Gaius and Gwaine. Gwaine catches Elyan as the Southrons drop him and lock the door.

Gwaine: What have they done to him?

Gaius: This is the work of the Nathair serpent. He's been tortured to the limit of human endurance.

Gwaine: Can you help him?

Gaius: I'll do what I can.


---
Arthur's chambers


Morgana reads Arthur's documents. Agravaine enters.

Morgana: I thought I told you to leave at once.

Agravaine: My men are all ready to depart.

Morgana: Then what are you waiting for?

Agravaine: I...

Morgana looks at him with a confused scowl.

Agravaine:I just wanted to say goodbye.

Morgana: Consider it done.

Agravaine: And to ask you to take care.

Morgana:Why? I have nothing to fear.

Agravaine: Despite all that you have achieved, Morgana, you must remain cautious. There's danger at every turn. You can trust no-one. Not even Helios.

Morgana smiles and leans back.

Morgana: No-one except you, is that it?

Agravaine: I am your one true ally, my lady. I am your one true friend. I will do anything for you, you know that.

Morgana: I am grateful for your loyalty, Agravaine. That is why I've entrusted this mission to you.

Agravaine: I understand. Of course I do. I only wish it did not take me from your side where I can best protect you.

Morgana:Find Arthur and you need never leave my side again.

Agravaine bows.

Agravaine: My lady.

Agravaine exits and Morgana sits back and considers their conversation. Agravaine leads the Southrons out of Camelot.


---
Woods


Merlin senses something.

Merlin: Stop.

Merlin listens, then turns to Arthur and speaks slowly.

Merlin: Wait…here.

Arthur nods and Merlin heads off. Arthur heads off in the other direction. Merlin catches sight of set of travellers breaking camp. Someone puts a sword at his back. It's a blonde woman.

Isolde: Hello!

She smiles. Isolde brings Merlin and Arthur to Tristan, who's sharpening a knife.

Isolde: I found them lurking in the woods.

Tristan: See anything interesting?

Merlin: No.

Merlin and Arthur duck as Tristan throws the knife into the tree behind Merlin's head.

Tristan: You want to watch where you stick your beak, boy.

Merlin: I didn't see anything, I promise. We were just passing through.

Isolde: They've no horses, no supplies, nothing.

Tristan: Like to travel light, do you?

Merlin: Something like that.

Tristan: So where're you headed?

Merlin: North over the border.

Tristan: Lot's kingdom?  He doesn't take kindly to strangers, I can tell you. Likes to decorate his fortress with their heads.

Merlin: So why are you heading there?

Tristan: I have my reasons.

Merlin: Right.

Arthur: I agree with him.

Tristan: What's wrong with your friend?

Merlin: He's a simpleton, he can't help it.

Tristan: Look after him, do you?

Merlin: Without me, he wouldn't last a day.

Arthur nods. Tristan narrows his eyes at them suspiciously, then looks back at his wagon.

Tristan: Very well, I suppose you can be on your way.

Tristan retrieves his knife from the tree.

Merlin: Could we not come with you? I mean, I would be grateful for the company, to be honest.

Arthur steps forward.

Arthur: I'm very annoying.

Tristan (scoffs): I'm sorry.

Merlin: Please?

Tristan: Don't push it, boy. You're lucky I let you go with your lives.

Merlin: I could pay you.

That catches their attention.

Merlin: With gold.

Tristan: Well, why didn't you say so before?

Arthur smiles like an idiot. Merlin looks at him and Arthur goes serious.


---
Near the hut in the woods


Agravaine finds Arthur's discarded clothes.

Agravaine: What kind of coward would deny who he is? Men, this way! They can't have got far!


---
Woods


Merlin and Arthur travel with Tristan and Isolde.

Tristan: We make camp here!

Isolde smiles as Tristan helps her down from the wagon and he holds her in his arms.

Isolde: Why, thank you.

Tristan: My pleasure.

Arthur sticks a leg out of the wagon and Merlin shoves it back in. Later, Merlin helps them make camp. He opens a box and Isolde steps around the corner of the wagon.

Isolde: That doesn't concern you.

Merlin: I'm sorry. It's just, I recognise that smell. That is frankincense isn't it?

Tristan: What if it is?

Merlin: It must be worth a fortune.

Tristan: It must be.

Merlin: You're smugglers.

Isolde: We prefer to think of it as free trade.

Tristan chuckles.

Merlin: It's forbidden. By edict of the King, if you're caught, you could be killed.

Tristan: Caught? Tristan and Isolde? I don't think so. We're too quick and too smart for the halfwit king in Camelot.

Tristan walks past Arthur who is hugging a tree, tapping it with his knuckles with an ear pressed against the trunk.

Merlin: You don't say.

Merlin goes to collect Arthur.


---
Woods (night)


Merlin and Arthur sit by their own campfire.

Merlin: More soup?

Arthur: Yes, please.

Merlin ladles some soup for Arthur.

Arthur: Thank you.

Arthur lifts the bowl to his lips.

Merlin: A please and a thank you all the same time? That's amazing.

Arthur: Is it?

Merlin: Mm. Well, let's just say manners are not your strong point.

Arthur: Really?

Merlin nods.

Arthur: In what way?

Merlin: Rude. Thoughtless, insensitive. And that's when you're in a good mood.

Arthur: I’m sorry to hear that.

Merlin: I don't think you realise how hard I work for you. I know you're the King, but it would be nice if you could do one small think for yourself as a...gesture, a mark of respect.

Arthur: Sorry to have been a disappointment, Merlin. I'll try harder in future.

Merlin: Oh, I look forward to that. On the other hand, why wait?

Merlin drops his soup bowl on top of the one Arthur is holding.

Merlin: That pot will need rinsing out as well.

Arthur: Of course.

Merlin: And when you're done with that, the horses need a rub-down, too.

Arthur: My pleasure.

Merlin watches Arthur as he gets up and takes the stew pot.

Merlin: Over there.

Merlin points. Arthur walks over the bushes and falls over, crashing down with a clatter. Merlin smiles and lies down.

Merlin: You all right?

Arthur: Yeah.

Arthur gets up and continues on while Merlin gets ready to sleep.


---
Woods


Agravaine rides through the woods, the Southrons bearing torches behind him on foot.


---
Camp in the woods (morning)


Arthur walks through the camp while everyone's asleep. He walks up to Merlin and kicks him to wake him.

Arthur (low): You better have a damn good explanation for this, Merlin.

Merlin stares at him.

Arthur: Fine. I'll just carry on kicking you.

Arthur kicks Merlin some more and Merlin scrambles to his feet.

Merlin: Arthur.

Merlin looks into Arthur's face.

Merlin: You're back.

Arthur: What do you mean, I'm back? You're talking gibberish.

Merlin: Listen to me, please. Camelot is lost. You were injured in an attack, you passed out. I had to get you out of there.

Arthur is stunned as he remembers.

Arthur: Where are we now?

Merlin: We're heading north to a safe haven, to Ealdor. Hopefully the knights will meet us there.

Arthur looks around the camp.

Arthur: Who are these people?

Merlin: They're, er...smugglers.

Arthur: Smugglers?!

Merlin: Shhh!

Arthur: All right, let's assume, for one moment, you know what you're doing. It doesn't explain why I look like a village idiot.

Merlin: It's the perfect disguise. No-one would ever suspect you of being, you know...who you are.

Arthur: I'm sorry, Merlin. I am not going around looking like this.

Merlin: You have to. You got to keep in character.

Arthur: Character? What character?

Tristan: You.

Merlin turns around.

Tristan: We leave as soon as the horses are watered. Explain it to the simpleton, would you?

Arthur looks at Merlin and Merlin smiles sheepishly. Merlin carries the sword as he and Arthur walk toward the wagon. Arthur takes the sword back and Tristan and Isolde look up.

Tristan: Simpleton.

Merlin: He's talking to you.

Arthur: I don't answer to that name.

Merlin: In character, remember?

Tristan looks down at the sword.

Tristan: Impressive piece…

Arthur (pirate): Thankyee, sirrr.

Tristan: May I?

Arthur lets Tristan take the sword. He examines the blade.

Tristan (scoffs): Magnificent. The only place you find workmanship of this quality is the royal forge of Camelot.

Tristan puts the sword to Arthur's throat.

Tristan: Tell me…  how did you come by it?

Merlin: I won it in a card game. Gave it to him as a present. Won't be parted from it. Makes him feel safe.

Tristan narrows his eyes suspiciously. Arthur nods stupidly and Tristan hands the sword back to him.

Tristan: I hope for your sake that's true.

Arthur takes the sword like he doesn't know how to hold it.

Tristan: I'd hate to think that I was riding with a knight of Camelot.

Arthur hugs the sword to his chest.

Arthur (pirate): Aye.

Isolde giggles.

Isolde: A Knight of Camelot? Look at him!

Merlin chuckles. Arthur pretends not to know how to put the sword in his belt.

Tristan: You're right. Their knights may be stupid, but they're not that stupid.

Arthur puts on a big smiles and chuckles with the rest of them as Merlin tussles his hair.

Merlin: Pack your things, simpleton!

Arthur grabs Merlin's arm.

Arthur (smiling): Call me that again and I'll run you through.

Merlin: Don't worry, sire, I'm sure you won't have to keep it up for too much longer.

Arthur: How long?!

The man walking past them gets shot with an arrow. They turn and see Southrons charging the camp. Arthur grabs Merlin to duck out of the way. An arrow lands in the tree next to Arthur's head and they run to take cover behind the wagon with Tristan and Isolde. Arthur takes charge.

Arthur: Head for those trees, we'll cover you.

Tristan and Isolde exchange a confused look.

Arthur: Do you want to live or not?

Tristan steps forward to question Arthur, but Isolde grabs his arm and they run off.

Arthur and Merlin fire crossbows at the Southrons through the wagon. Merlin tosses Arthur another bolt and reloads his own crossbow.

Merlin: Now what?

Arthur: Now it's our turn.

Merlin: Who's going to cover us?

Arthur: Don't be a simpleton, Merlin.

They take aim and hit another two Southrons, but more keep coming. Arthur grabs the sword from the wagon and they run off. They take cover behind a fallen tree with Tristan and Isolde. Agravaine directs the Southrons by the wagon.

Isolde: They haven't found the cargo.

Tristan: They will. Besides, they weren't after the cargo. They were after you. Who the hell are you?

Arthur: My name is Arthur Pendragon.

Tristan: The King of Camelot!

Arthur: At least I was…

Tristan: I've lost everything I've worked for some good for nothing king!

Arthur: That's quite something coming from a smuggler.


Tristan: Well, I wouldn't have to be a smuggler if it wasn't for your damn taxes, would I?!

Arthur: Those taxes help protect the people of this land.

Tristan: My people are dead. You call that protection?

Merlin: Excuse me, sorry to interrupt, but...

Merlin directs their attention to the Southrons charging them from behind. Arthur and Tristan charge the Southrons and fight side by side. Isolde fights more Southrons. One elbows her in the head and slashes her sword arm, kicking her to the ground. The Southron poises for the final blow, but crumples as Arthur stabs him in the back. Tristan runs to Isolde and holds her. Arthur and Merlin watch empathetically.

Tristan: Isolde… We had a deal. Partners for life, remember?

Isolde: When have I not kept my promises?

Tristan kisses her forehead.

Arthur: We need to keep moving. There'll be more coming soon.

Tristan: Then go. There's nothing stopping you.

Arthur rolls his eyes.

Merlin: Come with us to Ealdor. You'll be safe there.

Tristan: I'm choosy about the company I keep.

Isolde: He saved my life, Tristan. Thank you.

Tristan: None of this would've happened if it wasn't for them.

Arthur: She's injured. She needs shelter and rest.

Tristan sighs, looks at Arthur, then back at Isolde. Isolde nods.

Tristan: Very well. But know this, Arthur Pendragon, I do this for her. You and your kind bring nothing but misery to this land.


---
Camelot dungeons

 


Morgana arrives outside Elyan, Gwaine, and Gaius's cell with a few Southrons.

Gaius: Have you come to gloat, my lady?

Morgana: Is that any way to treat an old friend? I'll forgive you. After all, you're not looking your best.

Gwaine: Can't you see he's starving? We all are.

Morgana: Of course you are. You killed so many of my men. I'll have the kitchen prepare you a feast.

Gwaine steps forward, but Elyan grabs his arm and shakes his head. Gwaine steps up to the gate more slowly, chains dragging as he walks. Morgana raises an eyebrow.

Gwaine: I think not of myself, but of Gaius. He can't survive long without food.

Morgana smiles and steps close to the bars.

Morgana: Gwaine, so handsome, so selfless. Of course you shall have some supper...as long as you're prepared to sing for it.

Morgana smirks and steps away as the guards open the door and drag him out.


---
At the border in the woods


Arthur: This marks the border between Camelot and Lot's kingdom.

Merlin: Ealdor lies at the far side of the valley. Maybe half a day on foot.

Arthur: We'll rest here for the night. There's no way Agravaine could've tracked us through those mountains.

Merlin: I'll make a fire, we must keep Isolde warm.

Tristan lets Isolde go as Merlin puts her arm around his neck and helps her to a campsite. Arthur holds out a water flask to Tristan.

Arthur: Here, you should drink up.

Tristan walks on.

Tristan: I'll get my own.


---
Council Chamber


Southrons shove Gwaine into the middle of a fight circle where Morgana stands. She smiles at their rowdy enjoyment.

Morgana: Behold! A Knight of Camelot, famed as the greatest knights in Five Kingdoms.

Morgana grabs Gwaine's face.

Morgana: Let's see if that fame's deserved, shall we?

Gwaine scoffs with a smile and glares at her as she walks to sit her throne. A Southron brings out a couple of weapons.


---
Woods campfire (night)


Tristan and Isolde sleep in each other's arms, propped up against a tree trunk. Merlin and Arthur sit by the fire.

Arthur: You knew…  You knew Agravaine was betraying me.

Merlin: I couldn't be sure. But, I did have my suspicions.

Arthur: I feel like such a fool. I put such trust in him. All this time I was blind to his treachery as I was to Morgana's.

Merlin: You were deceived, Arthur. It could happen to anyone.

Arthur: Yet it keeps happening to me. I cared about these people. I don't understand. What have I done wrong? Why do they hate me?

Merlin: No, they don't hate you. They just...crave your power for themselves.

Arthur: Perhaps. Would they still want that power if I was the King my people deserve? Maybe Tristan's right…

Merlin: Tristan was angry and...

Merlin looks over at them sleeping.

Merlin: ...afraid. He needed to blame someone, but it's not you that's to blame.

Merlin looks at Tristan and shakes his head.

Arthur: You seem very sure about all this.

Merlin: All I know is that, for your many faults, you are honest and brave and truehearted, and one day you will be the greatest King this land has ever known.

Arthur: Well...good to know I have the support of my servant at least.

Merlin: I'm not alone. Believe me.


---
Council chamber


Gwaine fights one of the Southrons. Gwaine disarms one of the man's weapons.

Gwaine: That all you have? I was promised a decent fight.

The Southron pulls out another weapon from his belt and disarms Gwaine.

Gwaine: You're a very angry man, I can see that. Must be hard…  being so ugly. Children crying, women screaming. Come on.

Completely unarmed, Gwaine knocks the Southron to the ground. The Southron gets up with one weapon left. Gwaine climbs on his back and punches him in the stomach. The Southron rams Gwaine into a column, but Gwaine gets off, punches the Southron and kicks him against the column. Gwaine picks up the mace and knocks him out with it in the now silent council chamber. Morgana stands, clapping slowly.

Morgana: Congratulations, Sir Knight. And admirable display. You've earned your reward.

She indicates to someone and they toss a half-loaf of mouldy bread at his feet.

Morgana: But you're going to half to do better if you want some more.

The Southrons chuckle darkly and Helios motions for two more warriors to step forward. The chanting begins again as Gwaine prepares for their attack.


---
Ealdor (day)


Tristan supports Isolde and the four travellers enter the village. Hunith catches sight of Merlin and runs to hug him, huge smiles on their faces.

Merlin: Mother…

Hunith: Welcome home, Merlin.


---
A house in Ealdor


Merlin checks on Isolde sleeping on the bed while Tristan and Arthur eat.

Merlin: I’ve cleaned her wound. No sign of infection. So as long as she gets plenty of rest, she'll be fine.

Tristan: Thank you, Merlin, for everything you've done for her.

Merlin nods and leaves.

Arthur: I'm sorry I brought this...misfortune upon you.

Tristan: Well, I may have lost my cargo… but I still have my beloved Isolde.

Arthur: Then you're richer than you know.

Tristan considers Arthur and then looks at Isolde. Arthur watches them sadly.


---
Woods (night)


Agravaine and the Southrons sneak through the woods around Ealdor.

Agravaine: Spread out. Ensure the village is surrounded. No one must escape.



---
Eealdor


Merlin walks with his mother.

Hunith: It's good to have you home, Merlin.

Merlin: I'm so sorry it's been so long.

Hunith: I understand how it is, your life in Camelot. I worry about you sometimes. The dangers you must face.

Merlin: Mother, I don't want you to worry.

Hunith: I can't help it. It's what mothers do.

Merlin: Well, we are safe here. All of us.

Merlin looks at something.

Merlin: How's she been?

Hunith: As well as can be expected, but, erm...a broken heart takes time to mend.

They regard Gwen through a crack in the door as she stands there sadly. They continue walking. Gwen steps forward.



---
A house in Ealdor


Gwen dressed Arthur's wounded ribs. He wakes and realises someone's there. He lifts his head when he recognises her. She waits sadly for his response.

Arthur: Guinevere.

Gwen smiles sadly.

Gwen: Hello, Arthur.

Arthur sits up on his elbows.

Arthur: What are you doing here?

Gwen shrugs her shoulders and shakes her head.

Gwen: It's as good a place as any.

Arthur stares at her.

Gwen: I've missed you.

Arthur: And I you.

Gwen smiles bitter sweetly. Arthur sits up and Gwen waits until he holds out arm to hug her. She leans forward and they embrace each other tightly.



---
Ealdor



Merlin and Hunith hear screams as they sit talking. Merlin stands and sees the Southrons' torches surrounding the village.

Merlin: Agravaine... He's found us.



---
A house in Ealdor



Merlin, Arthur, Tristan, Isolde, and Guinevere watch as Agravaine and the Southrons harass the villagers.

Tristan: Any suggestions?

Merlin: Round the back.

Merlin waits for them to leave, then his eyes glow and he sets a cart rolling toward Agravaine.

Merlin: *Bæl on bryne!*

Merlin's eyes glow and inside the cart goes up in flames. Agravaine and the Southrons dash out of the way just in time, but Agravaine looks up to see Arthur's party escaping.

Agravaine: There! Get them!



---
Woods

Southrons chase Arthur's party through the woods. Tristan supports Isolde as they go.

 

 

 

Compléments Realbion pour Merlin-HypnoSeries


Kikavu ?

Au total, 93 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Emmalyne 
04.05.2020 vers 11h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

isadu35 
23.02.2019 vers 10h

crystal14 
26.05.2018 vers 18h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

byoann 
choup37 
Locksley 
Merlinelo 
realbion 
Ne manque pas...

Opération maintenance : aidez-nous à faire du ménage sur la citadelle.
Job d'été ! | Plus d'infos

De nouvelles HypnoCards sont disponibles pour les collectionneurs !
HypnoCards | Nouvel arrivage !

Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, 08.08.2022 à 17:07

Viens aider le célèbre détective londonien à départager huit criminels en votant dans le sondage. Bonne semaine à tous

lolhawaii, 09.08.2022 à 01:24

Le calendrier d'août est arrivé sur les quartiers Hawaii 5-0 et MacGyver Ce sont des créations de Terillynn, venez nous donner votre avis svp !!

Supersympa, 09.08.2022 à 23:06

Bonsoir à tous ! Nouveau mois (encore très chaud) sur les quartiers Alias, Angel, Dollhouse et The L Word.

ShanInXYZ, 10.08.2022 à 18:12

Voyage au centre du Tardis : thème de la semaine, l'Aventure qui vous a le plus marqué, on attend vos photos alors passez voir le Docteur

sanct08, 10.08.2022 à 21:43

Bonsoir, animations + forums + sondages vous attendent sur Le Caméléon et X-Files ! De même un nouvel EV vous attend chez Jarod !

Viens chatter !