500 fans | Vote

#408 : Lamia

Une mystérieuse maladie attire Merlin jusqu'à un village éloigné. Mais, quand les choses tournent au vinaigre, il devient rapidement évident qu'il y a plus en jeu que sa santé.
Loin de chez lui, sans personne à qui faire confiance, Merlin se retrouve pris dans un jeu mortel de chat et la souris. Le jeune magicien n'est plus sûr de savoir qui est le chasseur et qui est la proie, pourra-t-il survivre assez longtemps pour découvrir la vérité ?

Popularité


3.57 - 7 votes

Titre VO
Lamia

Titre VF
Lamia

Première diffusion
19.11.2011

Première diffusion en France
30.03.2012

Vidéos

BBC Preview 4.08

BBC Preview 4.08

  

Photos promo

Le chevalier Elyan face à Lamia - Lamia

Le chevalier Elyan face à Lamia - Lamia

Merlin ne comprend pas l'attitude des chevaliers - Lamia

Merlin ne comprend pas l'attitude des chevaliers - Lamia

Lamia utilisant ses pouvoirs magiques sur ses victimes - Lamia

Lamia utilisant ses pouvoirs magiques sur ses victimes - Lamia

Lamia se réfugie dans les bras de sa première victime, Sir Perceval - Lamia

Lamia se réfugie dans les bras de sa première victime, Sir Perceval - Lamia

Lamia ressert son emprise sur les chevaliers - Lamia

Lamia ressert son emprise sur les chevaliers - Lamia

Mary du village de Longstead vient demander de l'aide à Guenièvre et au Roi Arthur - Lamia

Mary du village de Longstead vient demander de l'aide à Guenièvre et au Roi Arthur - Lamia

Lamia, sous sa forme humaine - Lamia

Lamia, sous sa forme humaine - Lamia

Lamia s'apprête à s'emparer de la force vitale d'un chevalier - Lamia

Lamia s'apprête à s'emparer de la force vitale d'un chevalier - Lamia

Lamia sous sa forme originelle - Lamia

Lamia sous sa forme originelle - Lamia

Château abandonné, piège tendu par Lamia aux chevaliers de Camelot - Lamia

Château abandonné, piège tendu par Lamia aux chevaliers de Camelot - Lamia

Gauvain dans un couloir du château abandonné - Lamia

Gauvain dans un couloir du château abandonné - Lamia

Arthur et Gaius à la recherche de Guenièvre et de ses chevaliers - Lamia

Arthur et Gaius à la recherche de Guenièvre et de ses chevaliers - Lamia

Plus de détails

Titre original : Lamia

Réalisateur : Justin Molotnikov

Scénariste : Jake Michie


Distribution

Colin Morgan ... Merlin
Bradley James ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Gwen
Anthony Head ... Uther
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Nathaniel Parker ... Agravain
Tom Hopper ... Perceval
Eoin Macken ... Gauvain
Adetomiwa Edun ... Elyan
Rupert Young ... Sir Leon

Charlene McKenna ... Lamia
Melanie Hill ... Mary Howden
Wayne Foskett ... John Howden

 

Premières diffusions

Royaume-Uni : 19.11.2011
France : 30.03.2012
États-Unis : 24.02.2012

Dans un petit village du Royaume de Camelot, des cris retentissent en pleine nuit. John, le chef du village s'aventure dehors avec une torche malgré les supplications de sa femme, Mary. Il finit par découvrir un des habitants, blême et terriblement affaibli.

Quelques jours plus tard, Mary vient frapper à la porte de Gwen. Elle lui explique qu'elle ne sait pas vers qui se tourner, les habitants de son village sont terrifiés... La jeune femme obtient une audience pour Mary auprès du Roi Arthur. Elle lui expose le problème auquel ils sont confrontés : des gens meurent autour d'elle, victimes d'une mystérieuse maladie, mais Longstead n'a pas de médecin... Arthur s'engage à venir en aide à ce petit village éloigné.

Le roi demande à Gaius de se rendre sur place mais le vieux médecin est très occupé à soigner les habitants de Camelot. Il suggère d'envoyer Merlin à sa place. Surpris par cette proposition, Arthur se laisse convaincre par les arguments de Gaius qui explique que le jeune serviteur le voit travailler et l'assiste depuis longtemps. Le roi accepte et Merlin, qui doutait lui aussi d'avoir les compétences requises, accepte de se rendre à Longstead. Gaius lui confie sa propre trousse de médecin et lui répète qu'il a toute confiance en lui.

Merlin prend la route, accompagné par Gwen, Mary, et les plus fidèles chevaliers d'Arthur. L'amie de Guenièvre les guide à travers la forêt et ils finissent par apercevoir le village, niché au loin au creux d'une vallée. Léon mène le petit groupe qui atteint Longstead à la fin de la journée. Gwen étreint chaleureusement le chef du village, mais John ne peut cacher sa déception quand il se rend compte que Gaius n'est pas là, remplacé par Merlin.

Le jeune homme examine les malades et constate qu'ils respirent à peine. Il envoie Gwen et John chercher des herbes médicinales et des couvertures pour réchauffer ses patients. Aussitôt qu'ils sont sortis, il tente d'utiliser ses pouvoirs magiques pour guérir les hommes étendus devant lui, mais en vain, la magie n'opère pas.

Au milieu de la nuit, Merlin entend des bruits suspects à l'extérieur de la maison où il se repose. Il sort armé d'une canne à pêche et se retrouve face à Gauvain, sorti pour satisfaire un besoin naturel. Leur frayeur passée, les deux hommes rentrent se reposer.

Le lendemain, Merlin explique à Gwen qu'il ne sait pas comment guérir les malades. Déçu et inquiet, John lui demande si la sorcellerie est à l'origine du mal et le jeune magicien ne peut rejeter cette hypothèse. Merlin décide de prendre conseil auprès de Gaius et tout le groupe envoyé par Arthur reprend la route de Camelot.

Alors qu'ils traversent la forêt, les chevaliers aperçoivent de la fumée. Ils s'approchent discrètement et découvrent un groupe de bandits. Léon décide de les éviter jusqu'au moment où ils voient que les malfrats retiennent une jeune femme. Immédiatement, Gauvain sort son épée et s'élance, ses compagnons lui emboîtent le pas. Le combat s'engage et les hommes de Camelot ont vite fait de se débarrasser de leurs adversaires. Merlin prend également part à l'affrontement en utilisant discrètement ses pouvoirs. Les bandits qui n'ont pas été tués prennent la fuite. Perceval se porte au secours de la jeune et frêle prisonnière, inanimée. Quand elle reprend conscience, elle pousse un hurlement strident en se trouvant face à Merlin, et elle se réfugie dans les bras puissants du chevalier. Celui-ci tente de la rassurer puis Gwen s'approche et lui demande son nom d'une voix douce. L'inconnue répond qu'elle s'appelle Lamia et alors que Guenièvre défait ses liens, elle raconte avoir été capturée par les brigands alors qu'elle rentrait chez elle. Très éprouvée par l'épreuve qu'elle vient de subir, Lamia sursaute quand Merlin s'approche à nouveau pour lui prodiguer des soins. Perceval porte sa jeune protégée jusqu'à l'endroit où ils ont laissé leurs chevaux et la dépose sur sa monture.

A l'heure du crépuscule, Léon décide que le groupe doit s'arrêter et campera en forêt pour la nuit. Quand le jeune magicien veut aider Lamia à descendre de cheval, elle tressaute en criant et Perceval jette un regard noir au jeune homme en lui ordonnant de ne pas s'approcher de la jeune femme. Merlin est surpris par le ton inamical du chevalier mais Gwen le rassure en mettant cette étrange attitude sur le compte de la fatigue.

En pleine nuit, Perceval découvre Lamia en pleurs, recroquevillée au pied d'un arbre. Il la rassure et la prend contre lui. Sans qu'il le voit, les yeux de la jeune femme changent et deviennent reptiliens. Au moment où elle se retourne vers lui, ils sont interrompus par Merlin qui vient simplement proposer de l'eau à Lamia. Perceval lui jette à nouveau un regard noir puis regagne le camp avec sa protégée.

A Camelot, Arthur est inquiet, la petite expédition devrait déjà être de retour dans la Cité. Agravain propose d'envoyer une patrouille mais le roi décide d'organiser lui-même les recherches. Il annonce son départ avec une poignée d'hommes dès l'aube le lendemain. Gaius, qui a réussi à endiguer la maladie qui se propageait à Camelot, sera du voyage.

Le lendemain matin, alors que le roi s'élance avec ses hommes hors de la Cité, Lamia refuse toute nourriture offerte par Gwen. Léon annonce au groupe qu'ils vont repartir en direction de l'Est. Merlin s'étonne : Camelot se trouve à l'Ouest ! Elyan l'informe que Lamia a demandé aux chevaliers de la raccompagner chez elle. Quand le jeune magicien insiste, argumentant qu'il leur faut voir Gaius, il doit affronter le courroux des hommes de Camelot. Léon traite Merlin avec mépris, lui rappelant qu'il est un simple domestique, et quand Gwen veut prendre sa défense, c'est son frère Elyan qui la rabroue vertement. Sidérés, Merlin et Gwen voient leurs compagnons de route être aux petits soins pour leur jeune protégée et commencent à se poser des questions sur leur très inhabituelle attitude.

Arthur et sa patrouille tentent de remonter la piste des chevaliers. Ils découvrent bientôt des hommes morts dans leur campement. En les examinant, Arthur et Gaius remarquent qu'ils ne portent aucune trace de blessures, pas même une égratignure... Identifiés comme des marchants d'esclave, ces hommes disposaient d'une charrette fermée dans laquelle le vieux médecin remarque des traces de griffures faites par une main humaine. La patrouille découvre un rescapé, très affaibli. Le roi décide de l'emmener avec eux jusqu'à Longstead.

Rien ne va plus du côté des chevaliers. Gauvain a pris la gourde d'eau que Léon voulait apporter à Lamia et les deux hommes ont commencé à se quereller avant de sortir leurs épées et de se battre ! Merlin et Gwen sont stupéfaits. Elyan et Perceval finissent par intervenir et par séparer les deux combattants. Adossée à un arbre, Lamia regarde la scène en affichant un sourire satisfait tout en conservant un air de pure innocence.

Arthur et ses hommes sont arrivés à Longstead à la tombée de la nuit. En interrogeant les villageois, Agravain a appris que Léon et ceux qui l'accompagnaient ont repris la route pour Camelot. De plus en plus inquiet, le roi décide poursuivre ses recherches dès l'aube. Gaius examine les blessés et confirme à John le diagnostique énoncé par Merlin : tout ceci est l’œuvre de la sorcellerie.

Dans la forêt, Gwen bande le bras de Léon, entaillé pendant son duel avec Gauvain. Quand il s'est éloigné, Merlin et Guenièvre en profitent pour échanger leurs impressions : le comportement des chevaliers est de plus en plus étrange. Le jeune magicien lui avoue qu'il pense que Lamia est responsable, mais Gwen doute de sa culpabilité : comment une aussi frêle jeune femme pourrait-elle être impliquée ?

Au village, Gaius conte une bien étrange et inquiétante histoire à Arthur. Le rescapé de la forêt a raconté que les marchands d'esclaves transportait une jeune fille qui les a ensorcelés, jusqu'à ce qu'ils s’entre-tuent. Elle a ensuite pris la fuite après qu'ils soient tous morts. Le roi est perplexe mais le vieux médecin lui explique qu'ils n'ont pas affaire à une jeune fille ordinaire mais à une Lamia, une créature magique créée à partir de sang humain et de sang de serpent. Dotée de puissants pouvoirs, elle peut manipuler les hommes et aspirer leur force vitale. Agravain et Arthur écoutent avec attention le récit du vieil homme.

Pendant ce temps, dans la forêt, Elyan monte la garde. Intrigué par un bruit suspect, il s'enfonce dans la nuit et se retrouve face à Lamia. La jeune fille s'approche, prend son visage entre ses mains et l'embrasse. Elyan retombe sur le sol, inanimé. Le lendemain matin, ses compagnons constatent sa disparition et se lancent à sa recherche.

De son côté, Arthur a retrouvé la piste du groupe. Il découvre avec surprise qu'ils ont pris la direction de l'Est et s'élance pour les rattraper.

Les chevaliers ont retrouvé le corps d'Elyan, il est en vie mais très faible. Effondré, Gwen se précipite vers lui avant de prendre Merlin en aparté et de lui avouer qu'elle aussi est désormais persuadée que Lamia est à l'origine de tous leurs maux. Le jeune homme demande à repartir vers Camelot sans délai mais Lamia s'interpose et affirme connaître un endroit proche où ils pourraient s'abriter et soigner Elyan. Une fois encore, les chevaliers prennent fait et cause pour leur jeune protégée et Léon se montre très dur et arrogant avec Merlin et Gwen. N'ayant pas d'autre choix, les deux amis emboîtent le pas à leurs compagnons. Ils prennent cependant soin de fermer la marche pour pouvoir discuter librement. Tous deux conviennent que les chevaliers ont été ensorcelés et placent leur espoir en un seul homme... Arthur. Sûrs que le jeune roi est à leur recherche, ils décident de semer des indices afin d'être plus faciles à pister.

Arthur ne baisse pas les bras. Il ordonne à ses hommes de se déployer pour maximiser leurs chances de trouver des traces. C'est sans compter son oncle qui, quand il découvre une empreinte, prend soin de l'effacer discrètement d'un coup de botte avant de la recouvrir de branchages.

Le groupe mené par Lamia pénètre dans un château en ruines en s'introduisant dans un passage souterrain. Merlin tente une nouvelle fois de convaincre les chevaliers de rebrousser chemin et d'aller à Camelot. Mais cette fois-ci Perceval fait beaucoup plus que le rabrouer, il menace carrément le jeune homme de le réduire au silence s'il persiste ! L'étroit passage entre les rochers est loin d'être rassurant : des dizaines de squelettes jonchent le sol et les rats grouillent partout. Lamia profite de la stupeur générale pour s'éclipser. Persuadés qu'elle court un danger, les chevaliers veulent la retrouver sans délai. Merlin fait une ultime tentative pour ramener ses compagnons à la raison : il accuse haut et fort Lamia de les avoir attirés dans un piège. Hors de lui, Léon bouscule Merlin qui tombe à terre. Avant que le chevalier s'en prenne à lui, Gwen intervient en réclamant des soins pour son frère. Léon abaisse l'épée qu'il pointait déjà sur Merlin et les chevaliers cherchent un endroit où installer Elyan. Gauvain reste avec le jeune magicien et Gwen, et propose de faire un feu pour réchauffer le blessé. Les hommes de Camelot se montrent particulièrement agressifs envers Merlin.

Alors qu'Agravain propose à Arthur de remettre les recherches à plus tard, son neveu refuse. Il rétorque qu'il n'y a pas de temps à perdre, d'autant plus que Guenièvre se trouve avec les chevaliers portés disparus. Face à la détermination du jeune roi, son oncle est obligé d'acquiescer.

La nuit est tombée. Le feu allumé pour réchauffer Elyan faiblit et Merlin propose d'aller chercher du bois mais Gauvain lui répond vertement qu'il va s'en charger avant de disparaître dans un couloir. Gwen est très anxieuse, elle craint que son frère ne survive pas. Elle se demande aussi pourquoi eux seuls ont été épargnés par l'ensorcellement. Le jeune magicien lui répond qu'elle est une femme... quant à lui, il a eu de la chance tout simplement ! Guenièvre est perplexe, elle dit à Merlin que Lamia le voit visiblement comme un ennemi.

Le jeune magicien décide qu'il est temps de faire quelque chose. Alors que les chevaliers progressent indépendamment dans le château, il laisse Gwen seule et part à la recherche de Gauvain. Il ne tarde pas à le retrouver mais son ami est pétrifié, tout comme Elyan.

Arthur progresse. Il a découvert un morceau de la tunique de Gwen accroché à une branche. Le jeune roi suit la piste laissée par la jeune femme avec la complicité de Merlin et il arrive bientôt en vue du château de Lamia.

Perceval a retrouvé sa jeune protégée. Une fois encore, elle est prostrée dans un recoin en train de pleurer. Cette fois-ci, la jeune fille a le temps d'aller jusqu'au bout de son plan sans être interrompue par Merlin. Elle s'empare des lèvres du chevalier et aspire sa force vitale. Perceval retombe lourdement sur le sol au moment où Léon arrive. Comprenant qu'ils ont été dupés, le chevalier pousse un cri de fureur et se rue en avant, l'épée à la main. Mais Lamia est puissante. D'un seul regard reptilien, elle le désarme et le projette contre un mur. Léon retombe, inconscient.

Merlin arrive au moment où la jeune femme veut aspirer les forces vitales du chevalier. Les deux ennemis se font face. Lamia affirme ne pas craindre la magie de Merlin. Elle le projette violemment en arrière et il réplique en ensorcelant l'épée lâchée par Léon. L'arme décolle du sol, fonce sur Lamia et la transperce. Elle tombe à la renverse derrière un amas de pierres. Le jeune magicien se précipite vers Perceval, toujours inconscient quand des sifflements résonnent dans la pièce. Il s'approche de l'endroit où a disparu Lamia et se retrouve face à une hideuse créature tentaculaire. Il s'enfuit tout en lançant un sort qui fait s'effondrer le plafond de la pièce. Le jeune homme se croit sauvé, séparé de la créature par l'éboulis mais elle parvient à sortir en repoussant les rochers avec violence. Merlin se met à courir.

Alertée par le bruit de l'éboulement, Gwen saisit l'épée de son frère et s'engage à son tour dans le château. Arrivée dans un couloir, elle voit Merlin qui court dans sa direction. Il l'attrape et l’entraîne avec lui. La jeune femme a juste le temps de voir l'hideuse Lamia les poursuivre. Le jeune magicien trébuche et tombe. La créature en profite pour lui attraper une jambe avec l'une de ses tentacules et le tire vers elle. N'écoutant que son courage, Gwen se jette en hurlant sur la créature et la transperce de son épée. Lamia pousse un cri strident, elle est gravement blessée mais encore en vie ! Déséquilibrée, Guenièvre est tombée à côté de Merlin et tous deux rampent pour s'échapper. Le jeune magicien tend la main, prêt à utiliser la magie pour sauver leurs vies quand la créature s'effondre. Derrière elle, apparaît Arthur qui vient à son tour de la transpercer de son épée. Éperdue, Gwen se relève et se jette au cou du Roi qui l'étreint en souriant. Arthur aide ensuite Merlin à se relever et tous trois partent rejoindre leurs compagnons.

De retour à Longstead, les chevaliers se remettent de leur mésaventure grâce à un remède mis au point par Gaius. Arthur est soulagé d'être arrivé à temps pour les sauver. Après une franche poignée de main échangée avec Perceval, le roi rejoint Merlin à l'extérieur et lui dit que c'est un peu humiliant d'avoir été sauvé par une femme. Plein de bon sens, son serviteur lui répond que ça vaut mieux qu'être mort ! Arthur retrouve leurs éternelles chamailleries pour sa plus grande joie.

Tout le monde est revenu sain et sauf à Camelot. Arthur a convoqué Gwen pour s'assurer qu'elle allait bien. Il ne peut s'empêcher de la complimenter sur son héroïsme et de lui faire part de sa fierté par rapport à ce qu'elle vient d'accomplir. Radieuse, la jeune femme l'écoute louer sa bravoure avant qu'il ne l'attire contre lui pour l'embrasser passionnément.

 

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSéries.

Episode 4.08 - Lamia

 

 

Voix Off : En un pays de légende, où règne la magie, le destin d'un grand royaume repose sur les épaules d'un jeune homme, son nom : Merlin.  

 

UN VILLAGE - NUIT

 

Le plan montre des maisons dans la pénombre, puis se focalise sur un foyer dont l'âtre est attisé. Lentement, le regard remonte le long du tisonnier vers une main puis le bras d'un homme d'âge mûr, assis devant l'âtre, qui prend la parole :

 

Homme : L'air a fraîchi ce soir.

 

Derrière lui, on aperçoit une femme en train de replier des couvertures. Elle émet un léger rire, faisant se retourner l'homme vers elle : 

 

Homme : Quoi donc ?

Femme : C'est ce que tu dis tout les soirs (en souriant largement, moqueuse)

 

L'homme sourit à son tour, avant de rire à son tour.

 

Homme : T'as remarqué.

Femme : J'ai l'habitude depuis trente ans (en achevant son pliage). Cesse donc tes manières et viens te coucher.

 

L'homme commence à hocher la tête, quand un cri atroce jaillit de l'extérieur : 

 

Homme dehors : Aaaaaaaaarrghhhhhhhhhhhh!

 

Femme : Jean, (en tournant la tête inquiète en direction de l'origine du cri par la fenêtre) Jean, ne sors pas, je t'en supplie, écoute-moi.

Jean : Il faut que j'y aille, Je suis le chef de ce village.

 

Il attrape une torche et se dirige vers la porte, tandis qu'elle continue ses supplications :

 

Femme : Jean je t'en supplie

Jean : Verrouille la porte derrière moi, n'ouvre à personne. Personne, tu entends !

 

L'homme sort, la torche à la main et avance dans la nuit noire, on n'entend que de légers bruits nocturnes et les pleurs d'un bébé au loin. Il contourne une maison puis deux, avant de s'approcher d'une porte qui claque contre son chambranle. Au fur et à mesure d son avancée on entends de léger sifflements, communs au serpent. Il l'ouvre enfin, brusquement mais n'y découvre rien avant de pénétrer dans la pièce et que ne tombe dans ses bras un jeune homme, la figure blanche et les yeux grand ouverts fixement. L'ayant attrapé par automatisme, il enlève sa main des cheveux du jeune homme, et le redresse avant de l'interroger, bien que le jeune homme semble avoir les membres raides et être totalement absent.

 

Jean : Aldreef ?

 

Mais le corps ne fait rien d'autre que garder ce visage pétrifié et finit par retomber en avant dans ses bras, Jean le laissant s'écrouler sur son bras alors que les sifflements augmentent de volume et qu'il ne sonde la pénombre dehors : 

 

Jean : Il y a quelqu'un ? Montrez-vous qui est-là ?

 

Son regard se fixe, mais n,obtenant aucune réponse il redirige son attention sur le jeune homme inanimé, alors que dans les branchages, on aperçoit une ombre bouger en faisant bruisser les branches, faisant se retourner le chef, les yeux toujours écarquillés et perdus.

 

***GÉNÉRIQUE***

 

CAMELOT - VILLE BASSE - MAISON DE GWEN - JOUR.

 

Guenièvre est occupée à replier du linge lorsque on entend de légers coups à la porte qu'elle courre ouvrir, découvrant la femme de Jean.

 

Femme de Jean : Guenièvre ?

 

D'abord elle ne semble pas la reconnaître, puis soudain se visage s'éclaire d'un sourire tandis qu'elle s'exclame :

 

Guenièvre : Marie !

Marie : On m'a dit que je te trouverai ici.

 

Guenièvre lâche la porte afin de s'avancer et de prendre ses mains, criant sa joie de voir la femme :

 

Guenièvre : Oh Marie… (Et la faisant pénétrer dans sa demeure en la tirant prestement) Quelle merveilleuse surprise.

Marie (le visage livide) : J'espère que je ne te dérange pas trop.

Guenièvre : Oh non pas du tout. Que viens-tu faire à Camelot ?

Marie (l'air apeurée): Je ne veux pas t'importuner Guenièvre. Jean et moi, oui je sais cela fait des années qu'on ne s'est pas vu, mais tu étais la seule vers qui nous pouvions nous tourner.

Guenièvre (inquiète à son tour) : Que se passe-t-il ?

Marie : Nous sommes … (sa voix se brise)absolument terrifiés.

Guenièvre : Marie!

 

CAMELOT - CHÂTEAU -APPARTEMENTS D'ARTHUR - JOUR

 

Arthur :  Guenièvre me dit que vous habitez Longstead, dans les Monts Féhor, c'est cela ? 

 

Marie et Gwen sont assises à la table, et le regardent faire le tour de la pièce avant qu'il ne s'arrête et ne repose ses bras sur le dossier d'une chaise en bois sculptée.

 

Marie : Oui, sire. (Arthur se croise les mains toujours les bras appuyés contre le dossier de la chaise)Notre village est frappé d'un mal étrange. Trois hommes robustes y ont déjà succombé. Nous n'avons pas de médecin, sire. Cela dépasse tout ce que nous connaissons.

Arthur : Je vois.

Marie : Pardonnez-moi, sire. Je suis bien embarrassée d'importuner votre majesté avec de si petites choses

Arthur : Vous ne m'importunez pas (Il retira ses bras du dossier, se recula avant de contourner la chaise qu'il avait légèrement reculé dans le même mouvement, avant de s'asseoir tandis qu'il poursuivait.). J'ai le devoir de protéger tous les habitants de ce royaume, quel qu'ils soient.

Marie :Vous nous aiderez alors ?

Arthur : Je ferai tout ce que je peux.

Marie (se tournant vers Gwen en lui serrant les mains pour s'adresser à elle) : Merci

 

Gwen se contenta de poser sa main sur les siennes et de lui sourire.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - LABORATOIRE DE GAIUS - JOUR

 

Gaius : Voici quatrième cas de suée morbide que je rencontre aujourd'hui. En d'autres circonstances, je me serai volontiers rendu au village pour y faire des recherches, mais …

 

Gaius se tient debout en train de s'essuyer les mains, alors que Merlin assis à coté du malade, s'occupe de le rafraîchir, alors qu'Arthur se tient assis sur les marches en pierre de l'escalier près de la fenêtre.

 

Arthur : Bien sûr, je comprend.

Gaius : Puis-je faire une suggestion, sire ? Pourquoi ne pas y envoyer Merlin à ma place ?

 

Merlin tourne la tête surpris vers le médecin qui s'est avancé jusqu'Arthur passablement stupéfait et interrogatif sur le choix émis :

 

Arthur : Merlin ?

Gaius : Il connaît le processus de guérison. Si le diagnostic est simple, il pourra sans nul doute prescrire un remède.

Arthur : Et si c'est un mal inconnu ?

Gaius : Il me fera part de ses observations.

Arthur : Ces … observations ? (doutant passablement de l'idée.) Merlin a déjà du mal à observer la différence entre une grenouille et un boeuf.

 

Merlin qui avait repris ses occupations auprès du malade, hausse les sourcils, ne sachant pas trop s'il doit intervenir face à l'insulte.

 

Gaius : Je le crois capable de bien plus que ce que vous n'imagines, sire.

 

Merlin espionne toujours la conversation alors qu'Arthur l'observe dubitativement, peu convaincu

 

Arthur : Vous le croyez vraiment capable de prendre une telle responsabilité ?

Gaius : Oui sire, assurément.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - LABORATOIRE DE GAIUS - NUIT

 

Gaius coupe du pain alors que Merlin est en train de lire un parchemin consciencieusement.

 

Merlin : Croyez-vous vraiment que je puisse le faire, Gaius ?

Gaius : (s'arrêtant) J'en suis certain.

Merlin : Je ne suis pas médecin et je n'ai pas le quart de vos connaissances.

Gaius : (reprenant sa découpe) Il y a de nombreuses années que tu travailles avec moi. J'ai le sentiment que tu en sais bien plus que tu ne le crois

Merlin : Je me contente de faire ce que vous dites. Je ne prends pas de décision. La vie de ces gens sera entièrement entre mes mains

Gaius : Je remets ma vie entre tes mains tous les jours, Merlin, et il en va de même pour Arthur et tous ceux de Camelot, même s'il n'en sont pas conscient. C'est toi qui maintient l'équilibre entre les forces qui régissent ce royaume.

Merlin : C'est différent. Cela ne requiert nullement une vie entière d'étude. Ce n,est qu'une question de …

Gaius : D'intelligence, de courage, de compassion…

 

Merlin soupira, gêné.

 

Gaius : Ma seule certitude est que j'ai en toi une confiance absolue.

 

Merlin détourna le regard, perdu dans ses pensées.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - CHAMBRE DE MERLIN - JOUR

 

Merlin rassemble des objets éparpillés sur son lit dans une sacoche.

 

Gaius : Merlin, ne t'en va pas sans emporter cela (en montrant sa sacoche de médecin).

Merlin : Oh je ne veux pas, c'est votre trousse de remède.

Gaius : Ne t'inquiète pas, j'ai amplement ce qu'il me faut dans mes réserves.

 

Merlin se redresse et s'approche de Gaius, prenant la sacoche dans ses mains.

 

Merlin : Merci, Gaius.

Gaius : Tu es prêt ?

Merlin : Autant que je peux l'être.

 

Gaius lui sourit, fier de lui.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - COUR INTÉRIEURE/PONT-LEVIS - JOUR

 

Des cavaliers galopent hors du château pour rejoindre la forêt. Le groupe est composé de  Marie, de quatre chevaliers, de Merlin et de Gwen.

 

FORÊT - JOUR

 

Sir Léon arrête son cheval au bord d'un talus, tandis que le reste de la troupe s,immobilise et que Marie ne donne les instructions suivantes.

 

Marie : Mon village se trouve au pied de ses montagnes.

Sir Léon : Nous devrions y être à la tombée de la nuit.

 

Il relance son cheval, descendant doucement le talus, suivi par les autres.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD -DEHORS - TOMBÉE DE LA NUIT

 

Les cavaliers pénètrent dans le village et s'y arrête avant de descendre de leur monture tandis que Jean brise la foule pour s'approcher. Marie se dépêche de le rejoindre pour l'enlacer. Lorsqu'enfin ils se séparent, Gwen avance pour le saluer et le prendre dans ses bras :

 

Guenièvre : Jean! Quelle joie de te revoir. Nous avons fait au plus vite

Jean : Y a pas de mots pour te dire combien on t'est reconnaissant (relevant la tête, il fronça les sourcils). Où est Gaius ?

Merlin : Je regrette, mais il lui fallait rester à Camelot, je ferai du mieux que je peux pour vous aider.

Jean : Chaque matin, nous craignons de ne pas vivre jusqu'au soir. C'est un homme de science qu'il nous faut, pas un gamin.

 

Merlin se raidit face à l'insulte.

 

Sir Elyan : Le gamin s'appelle Merlin (posant sa main sur son épaule en signe de confiance et de fermeté).

Guenièvre (se mordant les lèvres): Il a été nommé médecin suppléant par le roi Arthur en personne.

Merlin (plantant son regard dans celui du chef, tenant bon face à lui et prenant une voix ferme): Où sont-ils ?

 

Jean attend quelques secondes puis lève le bras gauche pointant une direction. Merlin la suivit sans mot, tandis que le reste du groupe se mettait sur ses pas.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD - MAISON OÙ ON A RÉUNI LES MALADES - NUIT

 

Merlin se penche vers le malade un miroir à la main qu'il place sous son nez afin d'y repérer des traces de respiration. Il se redresse, commentant :

 

Merlin : Ce qu'il  leur reste de vie ne tient qu'à un fil (en aparté). Depuis combien de temps sont-ils comme cela ? (se tournant vers Gwen et Jean)

Jean : Deux ou trois jours. On a essayé de les nourrir, de les garder au chaud, mais rien n'a l'air leur faire du bien.

Guenièvre : Tu n'as aucune idée de ce qui leur est arrivé ?

Jean : Non, le mal frappe soudain, sans prévenir.

 

Durant ce temps, Merlin semble se rembrunir, reportant son attention vers les malades. 

 

Merlin : Pour l'heure, il nous faut stimuler le flux sanguin. Des cataplasmes d'huile de patchouli devraient être bénéfique avec de l'extrait de belladone pour stimuler le coeur

Jean : Ça va les guérir ? Ils vont … retrouver la santé ?

Merlin : Nous verrons où ils en sont au matin. Pour l'instant, il nous faut de l'eau chaude et plus de couverture.

 

Gwen hocha la tête, tandis qu'elle suivait Jean pour apporter ce dont Merlin avait besoin. Il les regarda partir avant de se diriger vers un malade et de tenter une formule :

 

Merlin : Ic þe þurhhæle þin licsare!

 

Mais rien ne se passe… La nuit s'est bien avancée. Merlin lit à la lueur de chandelles, lorsqu'il perçoit l'étrange sifflement. Il relève la tête vers le haut du muret pour voir une ombre passer le long des barreaux de la fenêtre. Il se raidit, se lève et tourne la tête, essayant de trouver l'origine du bruit. I se dirige vers la porte, attrape une canne et ouvre la porte.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD -DEHORS - NUIT

 

Il entend le sifflement et on voit quelque chose de vert et d'écaillé ramper par terre. Il s'avance, se préparant à être attaqué et donc à frapper de sa canne, lorsque surgit devant lui un chevalier :

 

Merlin : Gauvain !

 

Ils sursautèrent tous les deux, Gauvain se reprenant vite de sa frayeur le sourire aux lèvres.

 

Sir Gauvain : Excuse-moi, un besoin pressant.

Merlin : J'aurais pu vous tuer !

Sir Gauvain : Avec une canne à pêche ? Messire Gauvain fut trucidé par une canne à pêche … (Et il se met à rire vite suivi par Merlin, se rendant compte de ce qu'il tenait entre ses mains). C'est ainsi que se bâtissent les légendes.

 

Il part toujours en riant, laissant Merlin souriant jusqu'à ce qu'un sifflement se fasse entendre. Tendu, il repartit.

 

 

 

VILLAGE DE LONGSTEAD -DEHORS - JOUR

 

Les villageois se sont levés et ont repris leur activités habituelles.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD - MAISON OÙ ON A RÉUNI LES MALADES - JOUR

 

Merlin est en train d'observer ces malades, perplexe quant à leur évolution.

 

Merlin(s'adressant à Gwen): Je ne sens presque plus son pouls. 

 

Gwen soupire, Tandis que la porte s'ouvre, laissant entrer Jean.

 

Jean : Comment vont-ils ?

 

Gwen se mord la lèvre, fixant Merlin, celui-ci se redresse et se tourne vers le visiteur.

 

Merlin : Le traitement ne semble avoir aucun effet.

Jean : Ils sont en train de mourir.

Merlin : J'en ai peur. (pause) Nous sommes ne présence de forces qui nous dépassent.

Jean : Vous pensez à de la sorcellerie ?

Merlin : C'est … possible, oui.

Jean : C'est ce que je craignais. L'autre nuit, quand j,ai trouvé Aldreef, j'ai senti une … présence, …un diable dans l'air

 

Merlin se tourne vers Gwen, atterrée par la conversation.

 

Merlin : Il faut rentrer en parler à Gaius. Il n'y a que lui qui peut savoir.

 

Jean hoche la tête, d'accord.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD -DEHORS - JOUR

 

Les cavaliers repartent, sans Marie et se dirigent vers la forêt.

 

FORÊT - JOUR

 

Sir Léon s'arrête lève un bras faisant signe de la main de s'arrêter, lorsqu'il voit un fumée blanche à travers les feuillages.

 

Sir Léon : Pied à terre, et ne laisser pas bouger les chevaux. Gardez tous le silence.

 

Il descend promptement de son cheval. Se dirigeant à pied le plus silencieusement possible, le groupe se rapproche du lieu qui les intrigue. Ils aperçoivent des brigands

 

 

Merlin : Des bandits.

Sir Elyan : Ouais, on dirait.

Sir Léon : On va passer au large de leur campement, on atteindra la plaine sans qu'ils nous voient.

 

Gauvain aperçoit une jeune fille ligotée être molestée.

 

Sir Gauvain : Regardez-ça (en tirant son épée.).

 

Il se lance en avant arrive en contrebas et se lance dans la bagarre, rapidement suivi par les autres. Les quatre chevaliers se défont facilement de leur assaillant, alors que Merlin les rejoint. Un homme tente de se jeter sur Merlin avec un bâton mais celui-ci fait dorer ses yeux et l'homme s'assomme avec son propre bâton rendant Merlin satisfait. En rejoignant le reste du groupe, les bandits s'enfuient laissant les chevaliers satisfait de leur combat.

 

Sir Perceval : Venez-voir

 

De derrière un arbre où il est agenouillé Perceval a lancé son cri d'appel. Ils s'approchent pour le voir tenant une fille, évanouie.

 

Sir Perceval : On est arrivé trop tard ?

 

Merlin se penche et pose sa main sur le front de la jeune fille.

Merlin : Non, elle est… 

Fille : Arhh Aaaaaaaaaaah (le cri perçant fait reculer Merlin tandis que Perceval tente de la calmer.)

Sir Perceval : Là là … On ne te ferra pas de mal. (Merlin semble surpris)Tout va bien. Nous sommes les chevaliers de Camelot. (Pour la rassurer, il a pris son visage dans sa main, tandis qu'elle s'accroche à lui comme elle peut avec ses mains attachée). Tu ne risques plus rien. Tu es en sécurité.

Guenièvre (en s'approchant): Viens (en la détachant). Je m'appelle Guenièvre, quel est ton nom ?

FIlle : Lamia, mon nom est Lamia

Guenièvre : Que t'est-il arrivé, Lamia ?

Lamia : Je rentrais chez nous, quand les bandits m'ont capturées. 

 

Elle éclate en sanglot et se blottit dans les bras de Perceval. Gwen soupire.

 

Merlin : Tes mains, ce sont eux qui t'ont fait cela ? (Il s'approche et tend les mains pour les examiner)Je vais les nettoyer…

Lamia : Non! non non… (en criant et se débattant).

 

Léon s'agenouille près de Merlin et lui appuie une main dans le dos, pour montrer son appui, il semble inquiet. Il tend sa main gantée vers la jeune fille et l'interroge :

 

Sir Léon : Tu as la force de tenir à cheval ?

 

La jeune fille hoche lentement la tête.

 

Sir Léon : Allez ne restons pas ici, ils vont revenir.

 

Il se relève, et se dirige vers les chevaux. Perceval prend la jeune Lamia dans ses bras, encadré par Gwen qui veille à ce qu'elle ne se fasse pas mal, les autres suivant le mouvement. Merlin ramasse ses affaires, un peu vexé.

 

Le groupe avance à pied, en guidant les chevaux par les rênes alors que Lamia se tient sur la monture de Perceval.

 

Sir Léon : Ici nous serons à l'abri jusqu'à matin.

 

Le groupe s'immobilise, les chevaliers attachant leur chevaux. Merlin se dirige vers Lamia et lui tend la main pour l'aider : 

 

Merlin : Viens

 

Mais la jeune fille sursaute et retire vivement son bras.

 

Sir Perceval (intervenant immédiatement, très agressif): Hé là,  laisse la tranquille, Merlin!

 

Il lui tend les bras dans lesquelles elle s'installe en s'accrochant à son cou pour la faire descendre

 

Sir Perceval : Ne t'en approche pas.

 

Il s'en va, laissant Merlin blessé par son attitude.

 

Guenièvre : Merlin il ne voulait pas te vexer. Il est fatigué, c'est tout. (tout en flattant le nez de sa monture blanche.)

 

Merlin soupire, se tourne et se dirige vers les chevaux en désespoir de cause.

 

FORÊT - NUIT

 

On entends des hurlements d'animaux, et des pleurs. Sir Perceval qui fait la garde, se lève et se dirige vers les sources des pleurs. Derrière un arbre, Lamia pleure. Il s'agenouille à sa hauteur, lui caresse les cheveux prenant son visage dans la main pour l'apaiser.

 

Sir Perceval : Ne crains rien, Maintenant il n'y a plus de danger.

 

Il la prend dans ses bras. On entends le sifflement et on voit les yeux de la jeune fille se jaunir. Elle relève lentement la tête pour se mettre à hauteur de celui du chevalier et se recule brusquement, effrayée. Le chevalier se lève, arme à la main pour trouver Merlin surpris par la scène

 

Merlin : Désolé…

 

Perceval laisse redescendre son bras armé.

 

Merlin : Vous voulez un peu d'eau (en tendant la gourde qu'il tenait dans sa main.).

 

Perceval se tourne, tend un bras à la jeune fille, l'aide à se relever et s'en va avec elle sans mots dire.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - SALLE DU CONSEIL - NUIT

 

Arthur, Agravain et Gaius se tiennent debout autour de la longue table du conseil, tandis qu'Arthur rumine.

 

Arthur : Deux jours qu'ils sont partis, ils devraient déjà être de retour.

Agravain : Ils ont dû être retenu à Longstead, sire.

Arthur : S'ils avaient eu un contretemps, ils auraient prévenus.

Agravain : Le pont est peut-être endommagé à Brechfa

Arthur : Non, J'ai fait vérifié. Une patrouille l'a traversé hier.

Agravain : Alors envoyons-des éclaireurs à leur recherche

Arthur (s'adressant à Gaius et s'appuyant contre la table): Vos travaux ici sont-ils terminés ?

Gaius : Oui, sire, je suis satisfait, cette épidémie paraît enrayée.

Arthur : Nous partirons pour Longstead à l'aube

 

Arthur s'est relevé et quitte la pièce.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - COUR INTÉRIEURE/PONT-LEVIS - JOUR

 

Des cavaliers galopent hors du château pour rejoindre la forêt. Le groupe est composé d'Arthur, de quatre chevaliers, d'Agravain et de Gaius.

 

FORÊT - CAMP DE MERLIN ET DES CHEVALIERS - JOUR 

 

Guenièvre : tu n'en veux pas ? … je te la laisse là.

 

Assise sur une souche, Lamia vient de refuser catégoriquement de toucher à la nourriture que lui tendait Gwen en secouant vivement la tête.

 

Autour d'elles, les chevaliers finissent leur petit déjeuner ou replient leur affaire. Assis par terre contre un arbre, Merlin observe la scène à l'écart, en mangeant une pomme. Gwen se dirige vers lui avant de s'agenouiller à sa hauteur.

 

Guenièvre : Elle refuse encore tout nourriture, elle n'a aucun appétit. La pauvre.

 

Sir Léon arrive avec une couverture qu'il range dans une des sacoches accrochée à un arbre.

 

Sir Léon : Préparez vos sacs, nous partons vers l'est au soleil levant.

Merlin : Non, attendez, vers l'est ? … Camelot est à l'ouest d'ici.

Sir Elyan : Lamia nous a demandé de la raccompagner chez elle.

Merlin : Il faut aller chercher Gaius

Sir Gauvain (se levant) : Gaius peut attendre.

Merlin : Nous sommes venus porter secours au gens de Longstead. Leur vie dépende de nous.

 

Sir Léon s'avance sa couverture à la main, l'air en colère.

 

Sir Léon : Tu oses mettre en doute nos décisions, tu n'es pas chevalier. Tu n'es même pas médecin, tu 'es qu'un domestique.

Guenièvre (en se relevant et se dirigeant vers les chevaliers irrités): Mais enfin, écoutez Merlin a raison, il faut que nous…

Sir Elyan : Ne te mêle pas de ça (la coupant et en la pointant du doigt). Ce n'est pas ton affaire.

 

Gwen reste interloquée et revint vers Merlin, Lamia se levant et suivant les chevaliers, manifestement satisfaite. Tandis que les deux amis restent interdits.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR 

 

Arthur fait stopper son groupe, un éclaireur à ses cotés, à pied part en avant, tandis qu'il descend de son cheval. Les autres l'imitent et Gaius le rejoint.

 

Gaius : Quelque chose vous inquiète ?

Arthur : Chut! Écoutez (silence quelques instants)… pas un oiseau ne chante, j'entends rien.

 

L'éclaireur revient en courant, derrière lui apparait une sorte de fumée blanche.

 

L'éclaireur : Sire ! 

 

Après l'avoir interpellé, il fait un hochement de tête au prince qui le lui rend et se tourne pour prendre son épée  et pour faire geste aux autres de le suivre.

 

Sortant de la brume, ils découvrent un campement ravagé : tous les hommes sont allongés mort. Arthur se penche pour inspecter la tête d'une homme d'un plus près, Gaius de son coté regarde perplexe les corps jonchés avant de le rejoindre et d'examiner à son tour l'homme.

 

Arthur : Ses cadavres présentent-ils une particularité ?

Gaius : Oui, sire. Aucun ne porte la moindre blessure.

Arthur : Pas une égratignure.

Agravain : Par ici, votre altesse.

 

Arthur tourne la tête en direction de son oncle pour voir un sorte de calèche fermée, telle une cage basculée de biais sur le côté.

 

Arthur : Des marchands d'esclave de Soudron, à priori

Agravain : Que transportait-il ? un animal quelconque ?

Gaius : Non, ces marques ont été faites par des humains, et quel qu'ils soient, il ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour sortir.

 

Un gémissement se fait entendre de la part de ce qu'ils pensaient être déjà un cadavre, tandis qu'Agravain s'arme de son épée, Arthur se précipite à ses côtés , plante son épée dans le sol et le relève légèrement pour l'écouter.

 

Arthur : Peut-on le soigner ?

Gaius : Je ne sais. Je pourrais essayer, sire. Mais il me faudrait du temps et un lieu où travailler.

Arthur : Nous l'emmenons alors. Nous arriverons à Longstead dans quelques heures.

 

Il se relève et s'éloigne tandis que ses chevaliers s'approchent du blessé pour le transporter.

 

FORÊT - MERLIN/GWEN ET LES CHEVALIERS - JOUR

 

Sir Léon défait son paquetage pour prendre une gourde, puis on voit derrière Gauvain faire de même. Tandis que Léon s'avance avec la gourde, Gauvain le repousse une gourde à la main, provoquant une dispute.  On aperçoit alors Lamia contre un arbre, lieu vers lequel ils se dirigeaient

 

Sir Léon : Tu devrais faire attention à ce que tu fais.

Sir Gauvain : Et toi, fais attention à ce que tu dis.

Sir Léon : Tu devrais apprendre quelques bonnes manières.

Sir Gauvain : Ce n'est pas toi qui me les apprendra.

Sir Léon : Tu mérites une bonne leçon.

 

Ils commencent à en venir aux mains. ALors que Merlin est en train de s'occuper de son cheval aux cotés de Gwen, il finit par intervenir :

 

Merlin (en les coupant) : Calmez-vous !

 

Tout le monde se tourne vers lui, tandis que Lamia continue de jouer avec ses cheveux contre son arbre.

 

Merlin : Mais vous avez perdu l'esprit ou quoi ?

 

MàSir Léon et Sir Gauvain font mine d'être contrit, et en partant, Sir Léon lui rentre dedans délibérément de manière frontale, alors Gauvain sort son épée et un combat s'engage. Les autres sont atérés, mais Sir Elyan et Sir Perceval finissent par intervenir pour les séparer, alors que Gwen et Merlin les regardent impuissants, Lamia quant-à elle se contente d'observer de son arbre toujours les mains jouant avec ses mèches, le combat amène un sourire fugace sur ses lèvres. Sir Léon se fait blesser.

 

Merlin : Ah bravo, Il est blessé !

Guenièvre : Je vais chercher les médicaments.

Merlin : Allez, venez

 

Merlin emmène Sir Léon pour le soigner, tandis que Gauvain se calme de son coté, laissant le plan se rétrécir sur Lamia, jouant avec ses cheveux, très satisfaite.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD -DEHORS - NUIT

 

Arthur est entouré par ses chevaliers à qui il donne ses derniers ordres :

 

Arthur : Déployez-vous, interrogez tout le monde, quelqu'un  a dû voir quelques chose.

 

Tous les chevaliers partent dans des directions différentes tandis qu'Arthur s'éloigne pour s'adresser à son oncle.

 

Arthur : Vous avez vu le chef du village ?

Agravain : Il semble qu'ils aient pris la route hier matin.

Arthur : où se dirigeaient-ils ?

Agravain : À camelot, Sire.

Arthur (en secouant la tête): il a du se passer quelque chose.

Agravain : Il est trop tard pour les chercher.

Arthur : Nous partirons à l'aube, que les hommes se tiennent prêts.

Agravain : Oui, sire.

 

Agravain s'éloigne.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD - MAISON OÙ ON A RÉUNI LES MALADES - NUIT

 

Gaius : Et cela fait quatre jours qu'ils sont ainsi ?

Jean : Ils s'affaiblissent d'heure en heure.

Gaius : Merlin a raison : ceci n'est pas un mal ordinaire. Quelqu'un a du faire oeuvre de sorcellerie.

 

FORÊT - CAMP DE MERLIN ET DES CHEVALIERS - NUIT

 

Le groupe s'est arrêté pour la nuit, et chacun déballe ses affaires. Guenièvre apporte des bandages à Merlin qui est occupé à soigner l'égratignure de Sir Léon.

 

Sir Léon : Ton aiguille est grande comme une lance.

Merlin : Je regrette mais c'est tout ce que j'ai sous la main. 

 

ALors qu'il vient d'achever de le recoudre, Guenièvre s'empresse de bander le bras de Sir Léon.

 

Guenièvre : Attendez, voilà.

Sir Léon : Je te remercie.

 

Le ton reste sec, et il se lève prestement, se rhabillant et s'éloignant.

 

Guenièvre s'installe à sa place et l'observe avec son compagnon regagner son cheval à coté duquel se tient Lamia.

 

Merlin : Je n'ai jamais vu Léon et Gauvain se conduire ainsi.

Guenièvre : Elyan est pareil, il est méconnaissable.

 

À peine finit-elle ses mots, qu'ils le voient passer, les plongeant dans le silence quelques secondes.

 

Merlin : Je crois qu'elle y est pour quelque chose.

Guenièvre : Lamia ?

Merlin : Les chevalier sont comme des frères, pourtant ils ont des rapports hostiles depuis qu'on l'a trouvé.

Guenièvre : Regarde, ce n'est qu'une jeune fille. Quel pouvoir peut-elle avoir sur eux ?

Merlin : Je n'en sais rien. 

 

Il soupire puis se lève. Il s'éloigne en regardant Gauvain emmener Lamia de son coté après l'avoir enveloppée dans une couverture.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD - QUARTIERS D'ARTHUR - NUIT

 

Arthur se trouve devant l'âtre juste avant de se retourner alors que Gaius arrive dans la pièce, une sacoche d médecin à la main.

 

Arthur : Comment va notre  blessé ?

Gaius : J'ai fait de mon mieux sire, son état est préoccupant mais il vit encore.

Arthur : Sera-t-il capable de nous renseigner ?

Gaius : C'est bien un marchand d'esclave comme vous le pensiez, il allait vers le sud avec une jeune fille.

Arthur : Il a dit ce qu'ils leur étaient arrivés ?

Gaius : Il prétend qu'ils auraient été victime d'une sorte d'envoûtement. Les querelles et les affrontements entre eux se sont multipliés, ils ont soupçonné la fille de les avoir ensorcelés. Ils sembleraient qu'ils aient eu raison.

Arthur : Pourquoi ? Que s'est-il passé ?

Gaius : La fille s'est enfuie les tuant tous sauf lui.

Arthur : Mais comment est-ce possible ? Une fille toute seule ?

Gaius : Non, pas une fille sire, une lamia.

 

Surpris, Arthur tourne la tête vers son oncle avant de revenir vers Gaius.

 

Arthur : Une lamia ?

Gaius : C'est une créature magique. AU cours de leur guerre contre les rois d'Antan, les grandes prêtresses de l'ancienne religion ont pris une mesure de sang à une fille et la mélangèrent avec le sang d'un serpent. Les créatures ainsi engendrées avaient d'effrayants pouvoirs. Elles contrôlaient l'esprit d'un homme aspirant la vie qui se trouvait en lui en l'espace d'une seule étreinte.

Arthur : Voilà pourquoi aucun des marchands ne portaient de blessures.

Gaius : Les lamais se sont avérées bien plus meurtrières que l'avait prévue leur créateur, elles avaient le pouvoir de changer de forme à leur gré, devenants d'effroyables monstres…

 

FORÊT - CAMP DE MERLIN ET DES CHEVALIERS - NUIT

 

Elyan est en charge du tour de garde, on le voit s'éloigner du feu de camp, et s'enfoncer dans la forêt …

 

VILLAGE DE LONGSTEAD - QUARTIERS D'ARTHUR - NUIT

 

Gaius : et elles continuaient leur oeuvre de mort. Nul ne les en empêchait.

Arthur : Donc cette fille, cette créature rôde encore quelque part.

Gaius (en hochant la tête) : J'en ai bien peur Sire.

 

FORÊT - CAMP DE MERLIN ET DES CHEVALIERS - NUIT

 

Sir Elyan s'enfonce un peu plus, et se retourne soudainement en entendant un bruit derrière lui, la lame de son épée frottant son armure alors qu'il la sortait et se mettait en garde. Lamia apparaît et avance, écartant les bras qu'elle avait levé en signe de protection.

 

Lamia : Pardonnez-moi (ses bras retombent tout à fait le long de son corps.) Je ne voulais pas vous alarmer. Je n'arrivais pas à dormir (elle s'avance vers lui).

Sir Elyan : Moi non plus. Quoique mon devoir est de rester éveillé (Lamia se rapproche de plus en plus, arrivant presque à sa hauteur les yeux agrandi, un air de petite fille naïve peint sur le visage.)

Lamia : Ne craignez rien (en souriant), Je ne vous ferai pas de mal.

 

Elle prend son visage entre ses mains et l'embrasse. Très vite, il tombe par terre les yeux grands ouvert, tandis qu'en reculant, Lamia laisse apparaître ses yeux de serpent.

 

FORÊT - MERLIN/GWEN ET LES CHEVALIERS - JOUR

 

On voit Merlin se réveiller, suivi de Gwen puis de Sir Léon et de Sir Gauvain avant de finir sur Lamia et Perceval.

 

Sir Léon : Elyan ?

Guenièvre (en se levant) : Il était sensé monter la garde, Il aurait du nous réveiller plus tôt. Elyan ! 

 

En même temps les chevalier se sont levés et Sir Léon remplit ses obligations de meneur.

 

Sir Léon : Elyan !

 

Gauvain en profite pour sortir son épée de son fourreau, tandis que Léon reprend son appel :

 

Sir Léon : Elyan ! Guenièvre (rabaissant la voix, et la prenant par le bras), reste avec Lamia, Les autres avec moi !

 

Il s'éloigne et prend son épée.

 

Sir Léon : Hâtez-vous ! ELyan !

 

Les autres chevaliers sur les talons, il part, laissant Gwen angoissée.

 

Lamia : N'ayez crainte. Il ne tarderont pas à retrouver votre frère.

 

Enveloppée dans une couverture, elle n'a même pas pris la peine de se lever. Gwen s'éloigne légèrement et soupire.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR

 

À pied et tirant leur monture, Arthur et un des chevaliers avancent dans la forêt semblant suivre une piste. Derrière eux, Agravain et un second chevalier suivent sur leur monture.

 

Arthur : Six chevaux et ils vont vers l'Est. Les traces n'ont pas plus d'une journée. 

 

Il retourne vers sa monture. Agravain ne semble pas particulièrement enthousiaste, mais il ne dit rien et quand Arthur lance la troupe au galop, il les suit.

 

FORÊT - MERLIN/GWEN ET LES CHEVALIERS - JOUR

 

Les chevaliers partis à la recherche d'Elyan reviennent au camp. Gauvain en tête, suivi de Sir Léon et de Sir Perceval qui portent leur frère d'arme, inconscient, alors que Merlin ferme la marche. Gwen les aperçoit.

 

Guenièvre : Dieu du ciel, Elyan !

 

Elle avance, alors que Merlin se met à courir pour prendre son matériel.

 

Guenièvre : Que lui est-il arrivé, en soutenant légèrement la tête puis abandonnant tandis que Sir Léon et Sir Perceval lui redresse le dos pour le reposer sur ses pieds, afin d'alléger son poids.

 

Sir Léon : On n'en sait rien, on l'a retrouvé comme cela.

 

Gwen cours vers Merlin pour lui parler en tête à tête.

 

Guenièvre : Merlin ! C'est elle qui a fait cela, je sais que c'est elle.

 

Lamia dans son coin, affiche un visage hautain et fermé et Merlin tendu se redresse et se retourne vers le malade.

 

Merlin : Il faut que nous le ramenions tout de suite à Camelot.

Lamia : Je connais la région. Il y a un château non loin d'ici, nous pourrions y trouver refuge et soigner votre ami.

Sir Léon : Montre-nous le chemin.

Merlin : Nous avons nul besoin de refuge, c'est Gaius qu'il nous faut.

Guenièvre : Il a raison.

Sir Léon : Silence, taisez-vous tous les deux, vous n'avez pas votre mot à dire. Vous nous suivez ou vous restez ici. C'est à vous de décider.

 

Aidé de Sir Perceval, il le soulève et s'en va. Lamia les suit, non sans avoir jeté un regard triompher à Merlin et Gwen.

 

Ils avancent alors dans la forêt. Gauvain en tête, tenant les rênes de son cheval et celui d'Elyan sur lequel on l'a déposé, suivi par les autre sur leur monture : Perceval, Léon, Merlin et Gwen.

 

Guenièvre : Nous pourrions essayer de les raisonner, les convaincre que tout arrive par la faute de Lamia.

Merlin : Impossible, tu vois bien comment ils se conduisent. On les croirait envoûtés.

Guenièvre : Il ne faut pas les laisser faire

Merlin : Arthur est notre seul espoir, nous sommes partis depuis trop longtemps, il doit se douter de quelque chose.

Guenièvre : Il ne nous retrouveras jamais, nous sommes loin de tout.

Merlin : Alors aidons-le à nous retrouver.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR

 

Les cavaliers se sont arrêtés, Arthur cherche une piste.

 

Arthur : Les traces s'arrêtent ici.

Agravain : Nous perdons notre temps, Sire. Il se pourrait qu'ils soient déjà de retour à Camelot.

Arthur : Non Camelot se trouve à l'ouest d'ici. Les traces, elles, allaient vers l'ouest.

 

Il se mord la lèvre, semblant réfléchir puis tourne la tête.

 

Arthur : Déployez-vous, voyons ce qu'on trouve.

 

Il part.

 

FORÊT - MERLIN/GWEN ET LES CHEVALIERS - JOUR

 

Gwen s'est arrêtée, elle arrache un pan de sa tunique bleue et l'attache à un arbre avant de vite remonter en selle.

 

Bien vite, ils arrivent devant une vue imprenable du château.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR

 

ALors que les chevaliers cherchent des traces de leurs amis, Agravain repère une empreinte de fer, il entreprend de rapidement la faire disparaître d'un coup de talon dans la boue avant de la recouvrir d'un branchage.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - JOUR

 

Enfin ils sont au pied du château et pénètrent au niveau des donjons. Une grille s'est affaissée libérant l'entrée d'un souterrain. Gauvain porte Elyan sur ses épaules.

 

Lamia : Par ici.

 

Les chevaliers la suivent, alors que Merlin tente de raisonner Perceval :

 

Merlin : C'est de la folie pure, Perceval. Il faut soigner Elyan, vous ne savez rien de cette fille, et vous n'avez aucune idée de l'endroit où elle veut vous mener.

 

Le visage de Perceval se durcit et en s'approchant il force Merlin à se caler contre le mur, mal à l'aise.

 

SIr Perceval : Tu as entendu messire Léon, ton opinion ne nous intéresse en aucune façon, alors surtout plus un mot ou je me charge de te faire taire.

 

Il s'en va.

 

Sir Léon entre dans une cavité suivi par Lamia lorsque soudain toutes les torches s'éteignent. Merlin use de magie pour rallumer la sienne, et s'avance pour éclairer les autres et les rallumer. 

 

SIr Léon : Où est lamia ? Lamia ?

 

Il avance et les chevalier le suivent tout aussi inquiet pour leur protégée. Exaspéré, Merlin soupire avant de se décider à les rejoindre à son tour avec Gwen.

 

Ils passent une baie et se retrouvent dans une grande salle dont la voûte s'est écoulée. Impressionnés, ils restent cois quelques instants.

 

Merlin : Où sommes-nous tombés ?

SIr Léon : Je ne sais pas mais l'endroit n'est pas sûr. Il nous faut retrouver Lamia, elle peut être en danger.

Merlin : C'est nous qui sommes en danger, Léon. (Perceval se raidit dans son coin) Elle nous a conduit jusqu'ici, elle nous a attiré dans un piège.

SIr Perceval (en criant) : Mensonges!

Merlin : Elle a empoisonné vos esprits et vous ne le sentez même pas.

SIr Léon : Assez maintenant !

Merlin : C'est Lamia qui a attaqué Elyan !

 

Le visage de Léon se décompose et il jette Merlin à terre.

 

SIr Léon : J'ai dit assez !

Guenièvre : Arrêtez ! Mon frère est très mal, il faut l'étendre et faire du feu.

 

Sir Léon essaie de se contenir, et finit par partir, furieux. Merlin essaie de se lever et se retrouve nez à nez avec un squelette. Il se relève tout de même à la suite des autres qui ont emboité le pas à leur chef.

 

SIr Léon mène le groupe suivit par Perceval, seul détenteur de torches, alors que Gauvain et Gwen portent péniblement Elyan

 

Sir Gauvain : Venez par là.

 

Ils se glissent sur le coté entre les colonnes du couloir, et le déposent dans une petite pièce.

 

Sir Gauvain : Je vais faire du feu.

SIr Léon : Perceval et moi allons chercher Lamia. (En aparté à Merlin, mais finissant par hausser le ton) Tu vas rester ici et tu obérais à Gauvain, me suis-je fais clairement comprendre ?

 

Gauvain laisse tomber une caissette par terre et l'écrase, attirant l'attention de Sir Léon et Merlin. Léon se retire, laissant Merlin aux ordres de Gauvain.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR

 

Les chevaliers sont éparpillés sur une petite zone de la forêt à dos de cheval. Arthur fait avancer sa monture près de celle de son oncle.

 

Arthur : Ils n'ont pas pu simplement disparaître.

Agravain : Nous suivons peut-être la mauvaise piste, votre altesse. Nombreux sont ceux qui traversent ces bois.

Arthur : Ce sont leurs traces. Je sais que ce sont eux.

Agravain : Rentrons à Longstead et reprenons les recherches demain.

Arthur : Demain il se peut qu'ils soient tous morts.

Agravain : Ce sont des chevaliers de Camelot, Sire. Ils n'ont besoin de personne pour veiller sur eux.

Arthur : En principe c'est vrai, oui, mais vous oubliez mon oncle, que Guenièvre les accompagne.

Agravain : J'en suis conscient, Sire.

Arthur : Continuons d'avancer. Toute la nuit s'il il le faut.

 

Il fait avancer sa monture, laissant son oncle en arrière, passablement ennuyé.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - DONJONS  - JOUR

 

Merlin s'appuie contre le montant d'une baie, derrière lui, Elyan est allongé, la tête sur les genoux de sa soeur qui lui caresse les tempes. Gauvain, agenouillé près du feu relève la tête et se redresse en levant sa torche.

 

Sir Gauvain : Il faut encore du bois.

Merlin : Je vais en chercher.

Sir Gauvain : (en posant sa main gantée près de son cou)Haha!, Non ! Toi tu ne bouges pas d'ici. J'en trouverai tout seul (il le frappe de manière amicale, même si la tension montre qu'il ne l'est pas.) Tu ne vas nulle part

Merlin : Gauvain, vous vous mettez en danger si vous vous éloignez (il veut s'avancer, mais Gauvain repose sa prise en lui maintenant l'épaule.) 

Sir Gauvain : Tu oses me donner des ordres ?

Merlin : Non, je vous dis simplement… 

Sir Gauvain : Que me dis-tu ?

Merlin : Rien… 

 

Merlin se dégage et se repose contre son montant de baie, comprenant qu'il est inutile d'essayer de le convaincre. Gauvain tente de l'effrayer en agitant la torche devant les yeux et puis s'en va. Merlin se tourne vers Gwen.

 

Guenièvre : Si on tarde trop à le soigner, … il va mourir.

 

Merlin garde le silence.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - COULOIRS  - JOUR

 

Gauvain avance dans les couloirs en balayant sa torche dans l'air. En entendant un bruit il se tourne, mais ce n'est qu'un rat.

 

Plus loin, Sir Léon et Sir Perceval semblent apercevoir quelque chose.

 

SIr Perceval : Ça c'était elle, j'en suis sûr.

 

Ils courent dans la direction.

 

Sir Léon : Lamia ! Ce n'était pas elle. 

 

Léon fait demi-tour. Perceval hésite puis finalement va dans la direction qu'il pense être la bonne.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - DONJONS  - JOUR

 

Guenièvre : Je ne comprends pas : pourquoi seulement les chevaliers ont été envouté ? Pourquoi y avons-nous échapper ?

Merlin : Tu es une femme.

Guenièvre : Et alors ?

Merlin : Toutes ses victimes sont des hommes.

Guenièvre : Pourquoi es-tu le seul à ne pas sentir l'effet de son pouvoir ?

Merlin : Juste un coup de chance je suppose.

Guenièvre : Il y a forcément une raison.

Peut-être parce que je ne suis pas chevalier.

Guenièvre : Les trois villageois ne l'étaient pas non plus.

Merlin : Qui sait alors ?

Guenièvre : Il s'agit de toi, de ta personne. Elle te regarde d'une étrange manière. Comme si tu étais un ennemi.

 

Merlin l'observe sans rien dire, quand un cri retentit.

 

Un chevalier : Aaaaaaaaarrghhhhhhhhhhhh!

 

Merlin : Quoiqu'il arrive, surtout ne bouge pas.

Guenièvre : Mais … 

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - COULOIRS  - JOUR

 

Merlin avance dans les couloirs alors qu'il entend les sifflements.

 

Merlin : Gauvain ? (Il marche quelques mètres, puis l'aperçoit) Gauvain ?

 

Il pose sa main sur son épaule. Et tout à coup Gauvain s'écroule sur lui, comme l'avait fait Aldreef sur Jean. Merlin le tient du mieux qu'il peut, et tente de reprendre son souffle.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR

 

ALors qu'ils chevauchent toujours en quête d'indices, Arthur aperçoit un des lambeaux bleus de la tunique de Gwen. Il s'approche et le prend.

 

Arthur (en criant) : Agravain !

Agravain : Oui ?

Arthur : C'est à Guenièvre.

Agravain : Comment le savez-vous ?

Arthur : C'est sa tunique. Je la reconnaitrai entre mille. Ils ne doivent pas être loin.

 

Il relance le groupe.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - COULOIRS  - JOUR

 

Merlin court, toujours à la suite des sifflements.

 

FORÊT - ARTHUR ET SES CHEVALIERS - JOUR

 

Arthur voit enfin le château en ruine.

 

Il se lance dans sa direction :

 

Arthur : En avant !

 

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - COULOIRS  - JOUR

 

Perceval entends des pleurs, il s'approche doucement de la source, avançant dans le couloir encrassé. Il dégage un morceau de tissu en lambeau et aperçoit sur le sol Lamia.

 

SIr Perceval : Lamia ?

 

Il se penche pour la réconforter. Elle se redresse tandisqu'il caresse ses cheveux.

 

SIr Perceval : Tu es blessée ? Nous t'avons cherchée partout.

Lamia :J'ai cru que vous en me retrouveriez jamais. Merci, Perceval. Je vous dois la vie.

 

Elle l'embrasse.  Elle se redresse et ses yeux verdisse tandis que les yeux exorbités, Perceval s'écroule.

 

Sir Léon : Non… Non !

 

Lamia aperçoit le chevalier effrayé par ce qu'il vient de comprendre.

 

Sir Léon (en se jetant sûr elle, l'épée à la main) : Noooooooooooooooon !

 

Ses yeux se verdissent et il est stoppé dans son élan, pris de coups invisibles. Elle le projette sur un mur et se penche sur lui prête à l'embrasser mais Merlin surgit.

 

Merlin : Je ne serai pas une proie aussi facile.

 

Elle se relève.

 

Lamia :Ta magie ne représente aucun danger pour moi. J'aurais pu te tuer dès que l'envie m'en prenait.

Merlin : Et alors, maintenant tu attends quoi ?

 

Elle sourit pince les lève et se yeux se verdissent nouveau alors que Merlin est violemment projeté. Il lance un sort à son tour, projetant l'épée de Léon dans sa direction.

 

Merlin : Þurhdrif hie ecg!

 

Elle est transpercée et retombe derrière un tronc tombé sur le château

 Merlin s'avance vers Perceval pour surveiller son état. Mais un sifflement retentit. Il s'approche du tronc et alors il se fait frapper par une tentacule. En se relevant, il voit une bête hideuse recouverte de tentacule s'avancer vers lui, il court vers la baie par laquelle il est arrivé et fait tomber des pierres pour lui en empêcher l'accès.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - DONJONS  - JOUR

 

En attendant le bruit de cette chute de pierre, Gwen se lève et s'avance inquiète.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - COULOIRS  - JOUR

 

Par terre, Merlin reprend son souffle, mais c'est de courte durée, les débris de pierre se mettent à voler provoquant un brouhaha.

 

FORÊT - CHÂTEAU ABANDONNÉ - DONJONS  - JOUR

 

Ce nouveau bruit décide la jeune fille, elle prend une épée et sort pour voir ce qu'il se passe. Guenièvre aperçoit le jeune homme.

 

Guenièvre : Oh Merlin !

 

Il l'attrape pour l'emmener et c'est là que Gwen voit le monstre. Elle se laisse alors emmener. Mais Melrin tombe, attrapé par une des tentacules qui le tire vers elle. Gunièvre reste immobile, indécise, ne sachant que faire.

 Merlin est au bord de la panique ne pouvant user de magie, mais Gwen s'est décidée.

 

Guenièvre : En arrière ! Ne le touchez pas ! (en courant l'épée à la main pour l'embrocher)

 

Elle lui assène quelques coups, mai ses retrouve par terre projetée par une des tentacules. REampant, Merlin et elle recule, et s'apprêtant à user de ses pouvoirs, la bête s'écroule, tuée par une lance projeté par Arthur qui apparaît derrière elle une fois écroulée. Il avance de quelques pas, Gwen se lève et se précipite.

 

Guenièvre : Aah, Arthur

 

Elle se jette dans ses bras.

 

Merlin (en se redressant péniblement) : Tout va bien, ne vous souciez pas de moi.

Arthur (À Gwen): Pardon.

 

Il la lâche et va aider Merlin à se relever.

 

Arthur : Hahaha, Ça me ferait presque plaisir de te voir.

Merlin : Oui, moi aussi.

Arthur : J'ai dit presque.

 

Il rejoint Guenièvre, faisant secouer la tête à Merlin, amusé. Il finit par les suivre pour sortir  avant de jeter un dernier coup d'oeil à la créature morte.

 

VILLAGE DE LONGSTEAD - MAISON OÙ ON A RÉUNI LES MALADES - JOUR

 

Arthur entre.

 

Arthur : Comment se porte-t-il ? 

Gaius : Je leur ai donné la mixture qui a guéri les villageois, Sire. Ils ont eu beaucoup de chance. Vous les avez retrouvé juste à temps.

Arthur (en posant une main fraternelle sur son épaule pour la serrer) : Merci Gaius.

Gaius : Mmh.

 

Arthur tend la main à Perceval, couché juste à coté qui lui rend la poignée de main, en reconnaissance. Ensuite Arthur sort.

.

VILLAGE DE LONGSTEAD -DEHORS - JOUR

 

Arthur : Dis-donc, Merlin, être sauvé par une femme, cela doit être un rien contrariant.

Merlin : Être mort me contrarierait davantage.

Arthur : Tu crois ? Être sauvé par une femme ou mourir (se faisant il fait un geste de balance avec le mains soupesant le choix). Ça demande quand même réflexion.

Merlin : Ne réfléchissez pas trop, vous risqueriez d'être incommodé.

 

Arthur reste bouche bée, mais se reprend assez vite.

 

Arthur : Oh … oh 

 

il lui donne un coup sur l'épaule.

 

CAMELOT - CHÂTEAU - APPARTEMENTS D'ARTHUR - JOUR

 

On frappe à la porte, Arthur est en train de trier des papiers.

 

Arthur : Oui ?

 

Guenièvre entre et referme la porte

 

Guenièvre : Vous avez demandé à me voir ?

 

Il sourit et s'assied sur la table. 

 

Arthur : Je voulais m'assurer que tu allais bien. Ces derniers jours n'ont pas été faciles. 

 

Elle soupire joyeusement.

 

Guenièvre : Je vais bien, guérie par des vêtements propres.

Je croyais tout savoir de toi, Guenièvre. D'abord ta loyauté, puis ta sagesse, mais je ne te savais pas aussi intrépide.

 

Tout en écoutant son discours, Gwen s'approche pour répondre, souriante.

 

Guenièvre : C'est que vous n'aviez peut-être pas remarqué jusqu'à maintenant.

Arthur : C'est possible oui. (elle lui sourit un peu plus) Mai sache-le, tu as été d'un courage exemplaire.

Guenièvre : J'ai fait ce que n'importe qui aurait fait.

Arthur : Non beaucoup plus que cela. Ce que tu as fait est digne d'un chevalier de Camelot. Je suis fier de toi.

Guenièvre : C'est vrai ?

Arthur : Tout à fait.

 

Ils s'embrassent.

 

***FIN***

 

Note : incantations trouvées sur Merlin Wiki.

 

Écrit par abeilledic pour Merlin HypnoSéries.

[Ce script a été réalisé grâce au travail de Lika_mikala sur LJ,. Nous la remercions de nous avoir autorisés à reprendre son texte.
We are very grateful to Lika_mikala for allowing us to use her work. Thanks]

 

Episode 4.08 - Lamia

 

“In a land of myth and a time of magic, the destiny of a great kingdom rests on the shoulders of a young man. His name...Merlin”.

 

LONGSTEAD, THE HOWDENS' HOUSE - NIGHT

 

John stirs the fire while Mary folds a blanket.

John Howden: There's a chill in the air tonight.

Mary chuckles.

John Howden: What?

Mary Howden: You say that every night.

John Howden: Do I now?

Mary Howden: Only for the last thirty years. Stop your fussing and come to bed.

There is a scream outside. John lights a torch and gets up. Mary grabs his arm.

Mary Howden: John...don't go outside, I'm begging you.

John Howden: It's my duty. I'm the elder of this village.

Mary Howden: John, please!

John Howden: Lock the door behind me. Let no one in. No one, do you hear?

John searches outside. He enters a common building and sees a door opening and closing with the wind. He steps through the doorway and a man falls on him. John supports him and looks at his pale, staring face.

John Howden: Aldref?

Aldref is limp on his feet, eyes wide. John looks around him.

John Howden: Hello? Is there anybody there?

Nearby a figure slithers out of sight.

 

------------------------

OPENING TITLES

------------------------

 

LOWER TOWN, GWEN'S HOUSE - DAY

 

Gwen is at home. Someone knocks at the door. She opens it.

Mary Howden: Gwen?

Gwen: Mary?

Mary Howden: I was told I might find you here.

Gwen: Mary ! (pulls Mary into her house). What a wonderful surprise!

Mary Howden: I hope I'm not interrupting anything.

Gwen: No, no, not at all. What brings you to Camelot?

Mary Howden: I don't want to trouble you, Gwen. John and I, I…I know we haven't seen you for many years, but...there was no one else we could turn to.

Gwen: What is it?

Mary Howden: Just...we're just so scared.

Gwen: Oh, Mary...

They hug.

 

KING'S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS - DAY

 

Gwen and Mary sit at the table. Gwen holds Mary's hand.

King Arthur: Guinevere informs me that you live in Longstead in the Fiore Mountains, is that right?

Mary Howden: That's right, Sire. Our village…we are blighted by a sickness. Three good men it has taken now. We have no physician, Sire. It is beyond our understanding.

King Arthur: I see.

Mary Howden: Forgive me. I have no right to bring such a small matter before the king.

King Arthur: You have every right (he sits) It's my responsibility to protect the people of this kingdom, whoever they may be.

Mary Howden: You'll help us?

King Arthur: I'll do whatever I can.

Mary looks hopefully at Gwen and touches her hand.

 

KING'S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS – DAY

 

Merlin cares for a sick patient while Gaius speaks with Arthur.

Gaius: This is the fourth case of sweating sickness I've seen today. In normal circumstances, I'd be happy to travel to this village to investigate, but…

King Arthur: Of course. I understand.

Gaius: Might I make a suggestion, Sire? Why not send Merlin in my place?

Merlin looks at Gaius and Gaius looks at Arthur.

King Arthur: (dubious): Merlin?

Gaius: He has a knowledge of the healing arts. If the diagnosis is straightforward, he can prescribe a remedy, I'm sure.

King Arthur: And what if it isn't?

Gaius: Then he can bring his findings to me.

King Arthur: "Findings"? Merlin can't find his own backside most of the time.

Gaius: I think he's capable of much more than you imagine, Sire.

King Arthur: (aside to Gaius): Do you really think he'll be able to...handle the responsibility?

Gaius: Yes, Sire. I do.

 

KING'S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS - NIGHT

 

Merlin: Do you really think I can do this, Gaius?

Gaius: I know you can.

Merlin: I'm not a physician. I don't have anything like the knowledge you do.

Gaius: You've been working for me for many years, Merlin. I suspect you know more than you think you do.

Merlin: I just do what you tell me to do. I don't have to make the decisions myself. These people will be putting their lives in my hands. 

Gaius: I put my life in your hands every day, Merlin, as does Arthur and Gwen and all of Camelot, though they may not know it. You're the one who holds the fate of this kingdom in the balance.

Merlin: That's different. That doesn't require a lifetime of learning, just…

Gaius: Intelligence, courage, compassion (Merlin smiles) All I know is...I have every faith in you.

 

KING'S PALACE, MERLIN'S CHAMBER

 

Merlin packs for the journey. Gaius enters.

Gaius: Merlin. Before you go (holds out his medicine bag), you'll need this.

Merlin: Oh, I can't take that, Gaius. That's your medicine bag.

Gaius: Don't worry. I've got plenty of spare supplies.

Merlin: Thanks, Gaius.

Gaius: Are you ready?

Merlin: As I'll ever be.

Gaius nods with a smile.

 

FOREST - DAY

 

Mary, Merlin, and Gwen ride off with the knights. They stop at the top of a hill.

Mary Howden: My village lies at the foot of those mountains.

Sir Leon: With luck, we should be there by nightfall.

 

LONGSTEAD - NIGHTFALL

 

A few villagers gather as they arrive. Mary dismounts and John greets her with a hug.

Gwen: John (she hugs him). It's good to see you. We came as quickly as we could.

John Howden: Words cannot express our gratitude, Gwen. (he looks up) Where's Gaius?

Merlin: I'm sorry. He was needed in Camelot, but I will help in any way that I can.

John Howden (to Gwen): We're living in fear for our lives. We need a skilled physician, not a boy.

Sir Elyan (offended): His name is Merlin.

Gwen: He was appointed acting physician by King Arthur himself.

Merlin: Where are they?

John points. Merlin and Gwen head off in that direction.

 

LONGSTEAD, TEMPORARY WARD - NIGHT

 

Merlin uses a small mirror to check for breath.

Merlin: They're alive, but only just. How long have they been like this?

John Howden: Two or three days. We've tried to feed them, keep them warm, but nothing seems to make any difference.

Gwen: And you've no idea what happened to them?

John Howden: No. It just strikes suddenly, without warning.

Merlin: Well, we need to stimulate the blood flow. Poultice of betulial should work, and a tincture of belladonna to stimulate the heart.

Gwen nods to his instructions.

John Howden: Will it kill them? Will it...bring them back?

Merlin: Let's see what the morning brings. Right now we need hot water and plenty of blankets.

Gwen and John leave. Merlin waits to be alone and turns to one of the patients.

Merlin: Ic þe þurhhæle þin licsare!

Merlin's eyes glow, but nothing happens.

 

LONGSTEAD, TEMPORARY WARD - NIGHT

 

Merlin is reading. He hears a hissing sound outside. He takes a fishing rod by the door and goes to investigate. After a tense moment with more hissing, he turns around the corner of the house and is startled by Gwaine.

Merlin: Gwaine!

Sir Gwaine: Sorry. Call of nature.

Merlin: I could've killed you!

Sir Gwaine: With a fishing rod? "Sir Gwaine was slain...with a fishing rod"?

Merlin laughs.

Sir Gwaine: That's the stuff of legends, eh?

Gwaine chuckles and walks off. Merlin hears the hissing again, but nothing's there. He follows Gwaine.

 

LONGSTEAD, TEMPORARY WARD - DAY

 

Merlin and Gwen see to the sick.

Merlin: I barely feel a pulse.

John enters.

John Howden: How are they?

Merlin: I'm afraid the treatments have had no effect.

John Howden: You mean they're dying.

Merlin: I'm sorry. There's something at work here that I don't understand.

John Howden: Are you suggesting sorcery?

Merlin: That's...possible, yes.

John Howden: I feared as much. The other night, when I found Aldref, I felt a...a presence. An evil in the air.

Merlin turns to Gwen.

Merlin: We need to get back to Gaius. Only he can explain this.

 

LONGSTEAD - DAY

 

Gwen, Merlin, and the knights ride out.

 

FOREST - DAY

 

Sir Leon sees campfire smoke and holds up a hand to stop the group.

Sir Leon: Dismount and muzzle your horses. Not a sound, any of you.

They dismount and they sneak closer on foot.

Merlin: Bandits ?

Sir Elyan (nods): Looks like it.

Sir Leon: We'll skirt their camp. With any luck, we'll reach the plain unnoticed.

Sir Gwaine sees a girl with her hands tied being jostled by the men.

Sir Gwaine: Over there.

Sir Gwaine draws his sword and rushes down to the camp. The others follow. They kill most of the bandits, and the rest flee.

Sir Percival: Over here.

Sir Percival is cradling the unconscious girl.

Sir Percival: Looks like we're too late.

Merlin checks her.

Merlin: No, she's…

The girl screams and tries to get away from Merlin.

Sir Percival: Hey. Hey. Hey, it's all right. It's all right.

Gwen crouches down next to them. The girl settles down as Percival cradles her and looks into her eyes.

Sir Percival: We're knights of Camelot. You're safe now. You're safe.

Gwen: Here (she reaches to untie the girl's bonds and the girl squirms). My name's Gwen. What's yours?

Lamia: Lamia. My name is Lamia.

Merlin gets out some medical supplies.

Gwen: What happened to you, Lamia?

Lamia: I…was travelling home and the bandits took me. They… (whimpers and snuggles against Sir Percival).

Merlin: Your hands. Did they do this to you? 

Merlin reaches to tend to Lamia's wrists, but she recoils from his touch.

Lamia: No ! No !

Sir Leon crouches down and puts a hand on Lamia’s arm.

Sir Leon: Are you strong enough to ride?

She nods.

Sir Leon: Then let's get out of here before they return.

Sir Percival picks up Lamia and they head off.

 

FOREST - DAY

 

They all lead their horses, Lamia sits on Percival’s. 

Sir Leon: We'll be safe here till the morning.

The group stops and Merlin offers Lamia help to dismount.

Merlin: Here.

She hisses

Sir Percival: Hey! (pushes merlin) Get away from her, Merlin ! (picks her in his arms)…and stay away.

Gwen (low): Merlin, he didn't mean it. They're just tired, that's all.

 

FOREST CAMP - NIGHT

 

Sir Percival takes the first watch. He hears a girl crying in the woods and goes to investigate. He finds Lamia curled up by a tree. He kneels down and comforts her.

Sir Percival: Don't worry (stroking her face) No harm can come to you now.

Sir Percival holds her close and her eyes glow green with a hiss. She lifts her face up, but a twig snaps and Percival stands up, sword ready for attack.

Merlin: Sorry.

Sir Percival lowers the sword. Lamia glares at Merlin.

Merlin: Would you like some water?

Merlin holds out a flask. Sir Percival ignores him, returns to Lamia, and walks off with his arm around her.

 

KING'S PALACE, COUNCIL CHAMBER - NIGHT

 

King Arthur: It's been two days. They should be back by now.

Agravaine: There must be some delay at Longstead, Sire.

King Arthur: If there was a delay, they would have sent word.

Agravaine: Then the bridge is down at Brechfa River.

King Arthur: No, I already checked. A patrol passed through there yesterday.

Agravaine: Well, should I send some scouts out to search for them?

King Arthur: Gaius, is your work done here?

Gaius: Yes, Sire. I'm satisfied the sweating sickness is all but passed.

King Arthur: Then we leave for Longstead at first light.

 

CAMELOT - DAY

Arthur's party rides out.

 

FOREST - DAY

 

Gwen: Would you…

Gwen tries to hand Lamia a bowl of food, but Lamia flinches away from her.

Gwen: I'll just put it here.

Gwen places the bowl nearby and walks over to Merlin.

Gwen: She still won't eat. No appetite at all. Poor girl.

Sir Leon: Pack your bags. We ride East with the rising sun.

Merlin: Wait...East? Camelot lies West of here.

Sir Elyan: Lamia has asked that we take her home.

Merlin: No, we need to get Gaius.

Sir Gwaine: Gaius can wait.

Merlin: We were sent to help the people of Longstead. Their lives depend on us.

Sir Leon: You dare to question our judgment? You are not a knight! You're not even a physician! You're nothing but a servant! Come on.

Gwen: Please! Listen! Merlin's right, we have to get back to…

Sir Elyan: Stay out of this, Gwen. It's none of your business.

Gwen is surprised and confused. The knights all help Lamia on their way. Gwen scoffs in disbelief. Merlin is suspicious.

 

FOREST - DAY

 

Arthur's party rides through the forest. Arthur sends out a scout and dismounts. Gaius dismounts and approaches him.

Gaius: Is anything wrong, Sire?

King Arthur (whispers): Listen. No birdsong. Nothing.

The scout comes back.

Knight (whisper): Sire!

Arthur draws his sword from his horse. They discover a Southron camp, corpses lying on the forest floor.

King Arthur: Does anything strike you as odd about these bodies?

Gaius: Yes, Sire. There's not a mark on them.

King Arthur: Not so much as a scratch.

Agravaine: Over here, my Lord!

Arthur approaches a prison wagon.

King Arthur: Southron slave traders by the looks of it.

Agravaine: What were they transporting? Some kind of an animal?

Gaius (examines scratch marks on the wood): No. These marks were made by humans. And whoever they were, they did anything they had to to get out.

One of the Southrons moans. Arthur and Gaius check on him.

King Arthur: Can he be treated?

Gaius: I… I could try, Sire. But I'll need time and somewhere to work.

King Arthur (to knights): He comes with us! (to Gaius) We'll make Longstead in a matter of hours.

 

FOREST - DAY

 

Sir Leon heads towards Lamia to offer her some water but Sir Gwaine gets the water skin from him, pushing Sir Leon away. Sir Leon grabs Sir Gwaine by the arm and stops him.

Sir Leon: Why don't you watch what you're doing?

Sir Gwaine: Why don't you watch your damn tongue?

Sir Leon: You'd do well to learn some manners.

Sir Gwaine: Nothing I can learn from you, Leon.

Sir Gwaine shoves him. Merlin and Gwen look over.

Sir Leon: We'll see about that.

Leon shoves Gwaine.

Merlin: Enough! What's got into you?

Sir Leon pushes Sir Gwaine and they start fighting. Lamia twirls her hair with a smirk as Sir Percival and Sir Elyan pull Sir Gwaine and Sir Leon apart. Sir Leon is wounded.

Merlin: Great!

Merlin goes to check Sir Leon's arm.

Gwen: I'll get the medicine bag.

Merlin leads Leon away.

Merlin: Come on.

Lamia smirks.

 

LONGSTEAD - NIGHT

 

Arthur gives orders to his knights.

King Arthur: Spread out and speak to everyone. Someone must know something.

Agravaine meets Arthur.

King Arthur: Did you speak to the village elder?

Agravaine: It seems they left yesterday morning.

King Arthur: Where are they headed?

Agravaine: Camelot, my Lord.

King Arthur: Something must've happened.

Agravaine: We can't go after them tonight.

King Arthur: Then we ride at dawn. See that the men are prepared.

Agravaine: Sire.

 

LONGSTEAD, TEMPORARY WARD - NIGHT

 

Gaius: And they've been like this for four days?

John Howden: And each day they grow weaker.

Gaius (nods): Merlin is right. This is no ordinary illness. There is sorcery at work here.

 

FOREST - NIGHT

 

Merlin tends to Leon and Gwen brings him bandages.

Sir Leon: That needle’s the size of a spear.

Merlin: I'm sorry, it's all I have.

Gwen: There. Done.

Sir Leon: Thank you.

Sir Leon gets up in a huff and puts his shirt back on. Gwen sits in his place.

Merlin (low): Leon and Gwaine, I've never known them to act like this. 

Gwen (whispers): Elyan's the same. I hardly recognize him.

Merlin: I think it's something to do with her.

Gwen (surprised): Lamia?

Merlin: The knights are like brothers. Yet, they fight and quarrel like foes?

Gwaine puts a blanket on Lamia's shoulders.

Merlin: It started the moment we found her.

Gwen: But look at her. She's just a girl. How could she affect them this way?

Merlin: I don't know.

 

LONGSTEAD, ARTHUR'S QUARTERS - NIGHT

 

Gaius enters.

King Arthur: Any luck with the Southron?

Gaius: I've done my best, Sire. His condition is perilous, but he lives.

King Arthur: Was he able to tell us anything?

Gaius: He is a slave trader, as you suspected. They were travelling South with a girl.

King Arthur: Did he say what happened to them?

Gaius: He claims they fell under some kind of spell. Quarrels and fights broke out among them. They began to suspect the girl of bewitching them. Seems they were right.

King Arthur: Why? What happened?

Gaius: The girl escaped and killed them all but him.

King Arthur: How's that possible? She's just one girl.

Gaius: Not a girl, Sire. A lamia.

King Arthur: A lamia?

Gaius: A creature of magic. In their wars with the ancient kings, the High Priestesses of the Old Religion took the blood from a girl and mingled it with that of a serpent. The creatures they created had ferocious powers. They could control the mind of a man, suck the life from him with a single embrace.

King Arthur: Which is why none of the traders had a mark on them.

Gaius: But the lamia proved more deadly than their makers had ever imagined.

 

FOREST, CAMP - NIGHT

 

Sir Elyan is on watch as the others sleep.

Gaius (V.O.): They could transform at will and become hideous monsters.

Elyan hears a hiss and goes to investigate.

 

LONGSTEAD - ARTHUR'S QUARTERS - NIGHT

 

Gaius: And they kept on killing, Sire. They would not stop.

King Arthur: So this girl, this creature, is still out there somewhere.

Gaius (nods): I'm afraid so, Sire.

 

FOREST CAMP - NIGHT

 

Sir Elyan keeps on investigating. He hears a rustle and draws his sword. It's Lamia. She holds up her hands.

Lamia: Forgive me (Sir Elyan lowers the sword) I didn't mean to frighten you. I couldn't sleep.

Sir Elyan: Nor could I. Then again, it is my job to stay awake.

Lamia (walks closer): Don't be afraid. I won't hurt you.

Lamia takes his face in her hands and kisses him. She hisses. Sir Elyan convulses and drops to the ground as Lamia's eyes flash green.

 

FOREST CAMP - DAY

 

Everyone wakes.

Sir Percival: Elyan?

Gwen: He was supposed to be on guard. He should've woken us long before now. Elyan!

Sir Leon: Elyan! Elyan! Gwen, stay with Lamia. The rest of you, come with me. Spread out. 

The knights draw their swords and head off.

Sir Leon: Elyan!

Lamia: Don't worry. They'll find your brother soon enough.

Sir Percival (distant): Elyan! Elyan!

 

FOREST - DAY

 

Arthur leads his horse as he tracks Gwen's party. He examines the ground.

King Arthur: Six horses...running East...tracks are no more than a day old.

Arthur mounts and they ride off.

 

FOREST - DAY

 

Sir Leon and Sir Percival carry an unconscious Sir Elyan

Gwen: Oh, g… Elyan! What happened to him?

Sir Leon: I don't know. We found him like this.

Gwen rushes to Merlin.

Gwen: Merlin! (whispers) She did this. I know she did.

Merlin turns to the knights.

Merlin: We need to get him back to Camelot now.

Lamia stands up.

Lamia: I know this area. There's a castle not far from here. We could take shelter there. You could tend to your friend.

Sir Gwaine: Then lead the way.

Merlin: We don't need shelter, thank you. We need Gaius.

Gwen: He's right.

Sir Leon: Silence! Both of you! You have no say in these matters! You come with us, or you stay here. It's up to you. Let's go.

Sir Leon and Sir Percival carry off Sir Elyan. Lamia glares at Gwen and Merlin and follows.

 

FOREST - DAY

 

Gwen and Merlin ride in the back of the party. They speak in low tones.

Gwen: We could try reasoning with them or tell them Lamia's responsible for what's happening. 

Merlin: They won't listen to reason. You've seen how they are. It's like they're under an enchantment.

Gwen: We have to do something!

Merlin: Arthur's our only hope now. We've been gone too long, he must know something's wrong.

Gwen: They'll never find us now. We're in the middle of nowhere.

Merlin: We need to give him some help.

 

FOREST - DAY

.

King Arthur: Tracks stop here.

Agravaine: I fear we're wasting our time, Sire. For all we know, they could've gone back to Camelot already.

King Arthur: No. Camelot lies West of here. Tracks heading...East.

Arthur thinks for a moment, then turns to his knights.

King Arthur: Fan out! See what you can find.

 

FOREST - DAY

Merlin waits as Gwen rips off part of her tunic and ties it to a tree. She mounts and they catch up to the others. They reach an opening in the trees that looks down on the castle Lamia mentioned.

 

FOREST - DAY

 

Arthur's party continues searching for tracks. Agravaine finds some and covers them up. He smirks.

 

CASTLE - DAY

 

Gwen's party enters the castle through a cave.

Lamia: This way.

Merlin grabs Sir Percival's arm. The others continue on.

Merlin: This is madness, Percival. Elyan needs help. You know nothing about this girl. You have no idea where she's taking you.

Sir Percival looms menacingly over Merlin.

Sir Percival: You heard Sir Leon. We've no interest in your opinion. So keep your mouth shut, or I'll shut it for you.

They enter the caves and Leon's torch goes out.

Sir Leon: Is everyone all right?

Merlin lights his torch with a spell and brings it up to light Sir Leon's. Lamia is gone.

Sir Leon: Where's Lamia. Lamia!

They enter a great hall to find it strewn with skeletons.

Merlin: What is this place?

Sir Leon: Whatever it is, it isn't safe. We need to find Lamia. She could be in danger.

Merlin: We're the ones in danger, Leon. She's brought us here to… She's led us to a trap.

Sir Percival: That's a lie!

Merlin: She's poisoned your minds and you can't see…

Sir Leon: Enough!

Merlin: It was Lamia that attacked Elyan!

Sir Leon (grabs Merlin): I said ENOUGH! (pushes Merlin to the ground).

Gwen: Please! My brother's hurt! We need to find him somewhere warm!

Sir Leon is barely able to contain his anger and rushes out. They follow. Sir Gwaine and Gwen continue carrying Sir Elyan between them. Sir Gwaine stops.

Sir Gwaine: Over here.

They enter a vine-covered room and set Elyan down.

Sir Gwaine: I'll make us a fire.

Sir Leon: Percival and I will search for Lamia.

Leon gets in Merlin's face.

Sir Leon: You will stay here and you will do as Gwaine says. Do I make myself clear?

Sir Gwaine steps on a wooden box, breaking it, stating his authority

 

FOREST - DAY

 

Arthur's party rides through the woods.

King Arthur: It's impossible. They can't have just disappeared.

Agravaine: It could be that we're following the wrong tracks, my Lord. Any number of people pass through these woods.

King Arthur: It was them. I know it was.

Agravaine: Maybe we should go back to Longstead, try again in the morning.

King Arthur: By morning they could all be dead.

Agravaine: They're knights of Camelot, my Lord, more than capable of looking after themselves.

King Arthur: Maybe so. But you're forgetting one thing, Uncle. Guinevere is with them.

Agravaine: I realise that, Sire.

King Arthur: We keep going. All night if necessary.

 

CASTLE, VINE CHAMBER - DAY

 

Merlin leans against a column while Gwen sits on the floor stroking her brother's head on her lap.

Sir Gwaine: We need more wood.

Merlin: I'll go and get some.

Sir Gwaine laughs humourlessly.

Sir Gwaine: No! You stay where you are. I'll go get it myself. You're not going anywhere.

Merlin: Gwaine, please listen to me. It's not safe for you out there.

Sir Gwaine: You trying to tell me my business?

Merlin: No, I'm just saying that...

Sir Gwaine: What?

Merlin: Nothing.

Sir Gwaine whips the torch in front of Merlin's face and stalks off. Merlin turns to Gwen. She's crying.

Gwen (about Sir Elyan): If he doesn't get some help soon, he's not going to make it.

 

CASTLE CORRIDORS - DAY

 

Sir Gwaine searches the castle, a hand on his sword hilt. He hears a noise and draws his sword, but it turns out to be a rat crawling through some bones. Meanwhile, Sir Leon and Sir Percival hear a hiss.

Sir Percival: That was her. I'm sure of it.

Sir Leon (excited): Lamia? (looks down both ends of the corridor) It's nothing.

Leon continues, but Percival hears a hiss and walks toward it.

 

CASTLE, VINE CHAMBER - DAY

 

Gwen: I don't understand it. Why have only the knights been enchanted? Why not us as well?

Merlin: You're a woman.

Gwen: So?

Merlin: All the victims have been men.

Gwen: So why haven't you fallen under her spell?

Merlin: I've just been lucky, I suppose.

Gwen: There must be a reason.

Merlin: Maybe it's because I'm not a knight.

Gwen: The three villagers weren't knights, either.

Merlin: Who knows?

Gwen (shakes her head): There's something about you, Merlin. It's the way she looks at you as if you were the enemy.

They hear a distant yell.

Merlin: Whatever you do, don't leave this room.

He leaves

CASTLE - DAY

 

Merlin hears the lamia hiss and investigates.

Merlin (whispers): Gwaine?

Merlin approaches Sir Gwaine who is standing against a column.

Merlin (whispers): Gwaine?

Merlin touches his shoulder and Sir Gwaine falls on him, slack jawed.

 

FOREST - DAY

 

Arthur's party continues their search. Arthur finds one of Gwen's cloth scraps on a broken tree.

King Arthur: Agravaine!

Agravaine: Sire?

Arthur holds Guinevere’s cloth scrap.

King Arthur: It's Guinevere's.

Agravaine: How can you be certain?

King Arthur: It's from her tunic. I'd know it anywhere. We must be close.

Arthur rides off.

 

CASTLE - DAY

 

Merlin runs down a hall and hears the lamia hiss.

 

FOREST - DAY

 

King Arthur's party reaches the view of the castle.

King Arthur: Come on.

 

CASTLE - DAY

 

Sir Percival hears a girl weeping and investigates. He pulls back a curtain and finds Lamia curled up on the floor crying.

Sir Percival: Lamia.

He crouches down to her and turns her to face him.

Sir Percival: You all right? I've been looking everywhere for you.

Lamia: I thought you might never find me. Thank you, Percival. Thank you.

Lamia kisses Sir Percival and her eyes glow green as Percival's life force is drained. He falls unconscious.

Sir Leon (arrives in time to witness it): No. No. No! No!

He tries to attack her but she blasts him away. Merlin arrives to find Lamia crouched over, kissing Sir Leon.

Merlin: You won't find me such easy prey.

Lamia: Your magic holds no fear me. I could've killed you anytime I wished.

Merlin: Then…what are you waiting for?

Lamia attacks, throwing Merlin backwards. She hisses.

Merlin: Þurhdrif hie ecg!

The spell throws a sword into Lamia's torso. She is blasted away. Merlin gets up and checks Sir Percival's pulse. Lamia hisses from the shadows. Merlin searches for her and is smacked with a tentacle. The lamia pursues him.

Merlin: *spell*

Merlin collapses the ceiling on the lamia. Gwen hears the collapse. The rocks have not squashed the lamia. She bursts through with a shriek. Gwen hears it, grabs a sword, and goes looking for it. Merlin runs from the lamia. Gwen finds Merlin running towards her.

Gwen: Merlin!

Gwen goes to Merlin, but he pushes her in the opposite direction and they take off running as the lamia comes around the corner. The lamia knocks Merlin down, grabs his leg with a tentacle and drags him in. The lamia is about to strike when…

Gwen: Get away from him!

Gwen charges the lamia and runs her sword into it. She strikes again, but loses the sword and falls down. She and Merlin slide quickly backwards along the floor, trying to scramble away from the tentacles, but the lamia looms overhead. Merlin raises a hand ready to cast a spell, his eyes already glowing but the lamia topples forward, a spear in its back, revealing Arthur behind it. Arthur steps cautiously forward, checking for any movement. Gwen scrambles to her feet and runs to him. 

Gwen: Arthur!

Gwen jumps into his arms. He laughs.

Merlin: You carry on. Don't worry about me.

King Arthur: Sorry. 

Arthur helps him off the ground. Laughs and pats his shoulder

King Arthur (teasingly): It's almost good to see you, Merlin.

Merlin: Likewise.

King Arthur: Almost.

Merlin scoffs in amusement. Arthur goes back to Gwen and they walk out. Merlin picks up Gwen's sword and follows.

 

LONGSTEAD - DAY

 

Gaius treats the Knights of the Round Table. Arthur enters.

King Arthur: How are they doing?

Gaius: I have given them the same compound that cured the villagers, Sire. They're fortunate that you got to them when you did.

King Arthur: Thank you, Gaius.

Arthur pats Gaius on the shoulder and Gaius nods. Arthur shakes hands with Sir Percival, who's awake and he exits.

 

LONGSTEAD - DAY

 

Arthur emerges from the temporary ward and sees Merlin.

King Arthur (teasing): So…Merlin. Being saved by a woman! That really can't feel good.

Merlin: Feels a lot better than being dead.

King Arthur: Does it? Being saved by a woman…(raises one hand, palm up) …or dying…

He raises the other hand, palm up, and shifts them like he's weight the scales. He drops his arms.

King Arthur: I'd have to think about that one.

Merlin: Well, don't think too hard. I wouldn't want you to hurt yourself.

Arthur drops his jaw in mock astonishment and punches Merlin in the arm. Merlin grins.

 

KING'S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS - DAY

 

Arthur stands at the table reading some documents. Someone knocks.

King Arthur: Come.

Gwen enters.

Gwen: You wanted to see me?

Arthur turns around and leans against the table.

King Arthur: Just want to make sure you're all right. You've been through a lot these past few days.

Gwen: I'm fine. Nothing a change of clothes couldn't cure.

King Arthur: I thought I knew everything about you, Guinevere. Your loyalty, your wisdom. Since when did you become this fearless hero?

Gwen (chuckles): Well, maybe you just didn't notice before.

King Arthur: Mm. Maybe I didn't. Truly…(he takes her hand) you showed great courage back there.

Gwen: I did what anyone else would've done.

King Arthur: You did a good deal more than that. You were equal to any knight of Camelot. I'm proud of you.

Gwen (beams): Really?

Gwen steps closer. Arthur smiles.

King Arthur: Really.

Arthur takes her in his arms and they kiss.

 

Posté par Gwayd pour Merlin HypnoSéries.

Kikavu ?

Au total, 93 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Emmalyne 
04.05.2020 vers 11h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

isadu35 
20.02.2019 vers 10h

crystal14 
26.05.2018 vers 18h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

abeilledic 
byoann 
Gwayd 
Locksley 
Merlinelo 
Ne manque pas...

Opération maintenance : aidez-nous à faire du ménage sur la citadelle.
Job d'été ! | Plus d'infos

De nouvelles HypnoCards sont disponibles pour les collectionneurs !
HypnoCards | Nouvel arrivage !

Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, 08.08.2022 à 17:07

Viens aider le célèbre détective londonien à départager huit criminels en votant dans le sondage. Bonne semaine à tous

lolhawaii, 09.08.2022 à 01:24

Le calendrier d'août est arrivé sur les quartiers Hawaii 5-0 et MacGyver Ce sont des créations de Terillynn, venez nous donner votre avis svp !!

Supersympa, 09.08.2022 à 23:06

Bonsoir à tous ! Nouveau mois (encore très chaud) sur les quartiers Alias, Angel, Dollhouse et The L Word.

ShanInXYZ, 10.08.2022 à 18:12

Voyage au centre du Tardis : thème de la semaine, l'Aventure qui vous a le plus marqué, on attend vos photos alors passez voir le Docteur

sanct08, 10.08.2022 à 21:43

Bonsoir, animations + forums + sondages vous attendent sur Le Caméléon et X-Files ! De même un nouvel EV vous attend chez Jarod !

Viens chatter !