500 fans | Vote

#402 : L'Heure la plus sombre, 2ème partie

Le royaume est sur le point de s'effondrer et Morgane est prête à attaquer.
Alors que Lancelot s'en retourne à Camelot avec Merlin agonisant, Arthur doit poursuivre sa mission pour vaincre les Dorocha, sans eux. Bien que les Chevaliers sachent que leur périple vers l'Ile des Fortunés est périlleux, aucun d'entre eux ne s'attend au sacrifice qu'Arthur a l'intention de faire.

Popularité


4.33 - 6 votes

Titre VO
The Darkest Hour: Part Two

Titre VF
L'Heure la plus sombre, 2ème partie

Première diffusion
08.10.2011

Première diffusion en France
02.03.2012

Vidéos

Extrait de  l'épisode 402

Extrait de l'épisode 402

  

402 - Scènes coupées

402 - Scènes coupées

  

402 - Trailer BBC One (CultFix)

402 - Trailer BBC One (CultFix)

  

Merlin: The Darkest Hour (Part 2) - Series 4 Episode 2 preview - BBC One

Merlin: The Darkest Hour (Part 2) - Series 4 Episode 2 preview - BBC One

  

Photos promo

Agravain, l'oncle d'Arthur - L'heure la plus sombre (2/2)

Agravain, l'oncle d'Arthur - L'heure la plus sombre (2/2)

Prince Arthur - L'heure la plus sombre (2/2)

Prince Arthur - L'heure la plus sombre (2/2)

Arthur fait ses adieux à Merlin gravement blessé - L'heure la plus sombre (2/2)

Arthur fait ses adieux à Merlin gravement blessé - L'heure la plus sombre (2/2)

Lancelot ramène Merlin à Camelot - L'heure la plus sombre (2/2)

Lancelot ramène Merlin à Camelot - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Elyan, Sir Perceval et Merlin

Sir Elyan, Sir Perceval et Merlin

Sir Lancelot prend soin de Merlin - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Lancelot prend soin de Merlin - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Lancelot au chevet de Merlin - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Lancelot au chevet de Merlin - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Gauvain - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Gauvain - L'heure la plus sombre (2/2)

Agravain dans les souterrains de Camelot - L'heure la plus sombre (2/2)

Agravain dans les souterrains de Camelot - L'heure la plus sombre (2/2)

Merlin mourant - L'heure la plus sombre (2/2)

Merlin mourant - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Perceval au chevet de Merlin - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Perceval au chevet de Merlin - L'heure la plus sombre (2/2)

Agravain présidant le Conseil de Camelot - L'heure la plus sombre (2/2)

Agravain présidant le Conseil de Camelot - L'heure la plus sombre (2/2)

Arthur et ses chevaliers dans les tunnels creusés par les Wilddeorens - L'heure la plus sombre (2/2)

Arthur et ses chevaliers dans les tunnels creusés par les Wilddeorens - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Elyan, Sir Perceval, Arthur et Sir Léon au coin du feu - L'heure la plus sombre (2/2)

Sir Elyan, Sir Perceval, Arthur et Sir Léon au coin du feu - L'heure la plus sombre (2/2)

Plus de détails

Titre original : The Darkest Hour : Part Two

Réalisateur : Alice Troughton

Scénariste : Julian Jones

 

Distribution

Colin Morgan ... Merlin
Bradley James ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Gwen
Anthony Head ... Uther
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Nathaniel Parker ... Agravain
Santiago Cabrera ... Lancelot
Tom Hopper ... Perceval
Eoin Macken ... Gauvain
Adetomiwa Edun ... Elyan
Rupert Young ... Sir Leon

Gemma Jones ... Le Cailleach

Premières diffusions

Royaume-Uni : 08.10.2011
France : 02.03.2012
États-Unis : 13.01.2012

Merlin est toujours dans un état critique, après s'être jeté contre le Dorocha. Arthur ne peut se résoudre à le voir agoniser sous ses yeux et veut le ramener sans délai à Camelot, mais Léon lui rappelle qu'ils ont une quête à accomplir et qu'ils ne peuvent pas s'en détourner. Lancelot propose alors de ramener le jeune magicien auprès de Gaius. Arthur accepte à contre-cœur et lui demande d'être très prudent.

Lancelot décide de prendre le plus court chemin pour regagner Camelot et il s'engage avec son blessé dans la vallée de Rois Déchus. Il fait halte au bord d'un lac et installe Merlin au bord de l'eau. Le jeune homme, à moitié inconscient plonge sa main dans l'eau et celle-ci est aussitôt parcourue par une lumière brillante qui se repend sur tout son corps. Lancelot s'alarme mais il est bientôt fasciné par de minuscules gouttelettes qui s'envolent de la surface de l'eau. L'une d'elle s'approche de lui et le visage d'une femme, Vilia, apparaît à l'intérieur. Elle se présente comme l'esprit des lacs et des cours d'eau, et explique que les bons esprits ont été libérés tout comme les mauvais suite à la déchirure du voile entre les deux mondes. Elle et ses semblables s'engagent à guérir Merlin et à le protéger ainsi que Lancelot pendant la nuit qui va bientôt tomber. Alors que la luminosité baisse, le chevalier voit avec fascination une auréole lumineuse l'envelopper tout comme Merlin.

Pendant ce temps, Arthur et ses compagnons ont repris la route. Pour gagner du temps, le Prince propose d'emprunter des tunnels infestés de Wilddeorens. Gwaine hésite : entre les rats-taupes géants carnivores et les Dorochas, son cœur balance. Le groupe s'engage dans les grottes après s'être enduits de baies nauséabondes, une méthode pour tromper les créatures qu'Arthur a déjà expérimentée avec Merlin [204 – Lancelot et Guenièvre] Un Wilddeoren s'approche cependant très près de Gwaine et celui-ci le transperce avec son épée. Il ne reste plus d'autre solution pour Arthur et ses hommes que de courir très vite pour échapper au reste de la meute.

A Camelot, les villageois affluent venant chercher asile et protection dans la Citadelle. Gwen découvre qu'Agravain a ordonné de fermer les portes de la Cité pour leur en interdire l'accès. Choquée, elle va informer Gaius et tous deux se rendent à la Salle du Conseil pour protester. Le vieux médecin expose la situation et son désaccord mais Agravain, calme et serein, défend son point de vue en expliquant que la Cité ne peut nourrir tout le monde. Gwen demande alors à pouvoir s'exprimer devant la Cour et l'oncle d'Arthur, vers qui tous les nobles se tournent, ne peut refuser. La jeune servante fait valoir que les réfugiés qui sont aux portes de la ville, arrivent avec des vivres et du bétail et qu'ils ont au contraire beaucoup à offrir pour la survie de tous. Elle ajoute que jamais le Prince Arthur ne refuserait son appui à son peuple. Son plaidoyer touche les membres du conseil et Geoffrey de Monmouth la soutient. A contre-cœur, Agravain acquiesce et donne des ordres pour qu'on rouvre les portes de la ville, mais intérieurement il est furieux.

Le lendemain matin, quand Lancelot se réveille, il découvre Merlin totalement guéri en train de pêcher pour leur petit déjeuner. Il veut le reconduire à Camelot auprès de Gaius mais le jeune magicien lui oppose un refus, et tous deux reprennent la route pour rejoindre Arthur et les autres chevaliers.

Agravain se rend discrètement dans la forêt et retrouve Morgane dans une vieille cabane. Il lui confirme que le royaume de Camelot est mal en point et lui rapporte qu'Arthur est parti pour accomplir son destin, se sacrifier. Il lui raconte également l'intervention de Gwen dans la Salle du Conseil, un incident qu'il considère comme mineur mais qui inquiète beaucoup Morgane qui lui explique que Guenièvre est plus qu'une simple servante, c'est la femme qu'elle a vue assise sur le trône de Camelot – son trône ! - au cours d'une vision. La décision de la sorcière est prise : Gwen doit mourir !

De retour à Camelot, Agravain propose à Guenièvre de le retrouver dans ses appartements le soir venu. Mielleux, il lui déclare avoir besoin de ses conseils pour mieux comprendre les attentes du peuple de Camelot. La jeune femme hésite, puis accepte l'invitation.

Lancelot et Merlin décident de s'arrêter pour la nuit dans une cabane. Ils découvrent le propriétaire des lieux, mort, tué par un Dorocha. Les deux amis discutent et Merlin ne peut s'empêcher d'interroger le chevalier sur ses sentiments pour Gwen. Lancelot nie être encore épris de la jeune femme et déclare qu'il est heureux de voir qu'elle a trouvé le bonheur aux côtés d'un homme qui l'aime et qu'il estime meilleur que lui, Arthur.

Morgane s'introduit en pleine nuit à Camelot. Elle se débarrasse d'un garde et se poste en haut d'un rempart pour guetter Gwen. La jeune servante s'est rendue dans les appartements d'Agravain et lui a rappelé que le peuple attendait principalement qu'il montre l'exemple et affronte sa peur. L'oncle d'Arthur s'est montré attentif à ses remarques avant de la faire raccompagner chez elle par deux gardes. Dissimulée dans la ville basse, Morgane utilise ses pouvoirs pour projeter le trio violemment en arrière et les abandonne, inanimés, comptant sur les Dorochas pour les achever. Mais Gaius vient contrecarrer son plan : si l'un des gardes est mort quand il le retrouve, le vieux médecin arrive à temps pour sauver Gwen, il fait fuir un Dorocha en l'effrayant avec sa torche.

Épuisés, Lancelot et Merlin se sont endormis dans la vieille cabane. Un courant d'air vient éteindre les chandelles tandis que le foyer ne contient plus que quelques braises. Un Dorocha s'introduit et les deux hommes quittent précipitamment leur abri. Dans sa course, Merlin a recours à ses pouvoirs de Dragonnier et appelle le Grand Dragon. L'immense créature apparaît bientôt et se débarrasse des Dorochas en crachant du feu. Impressionné mais prêt à combattre, Lancelot sort son épée avant que Merlin lui présente Kilgharrah comme un ami. Le Grand Dragon se montre très respectueux envers le chevalier qu'il salue comme « le plus brave et le plus noble de tous ». Il confirme à Merlin que seul un sacrifice humain consenti à Cailleach pourra refermer la brèche ouverte entre les deux mondes et s'insurge quand le jeune magicien lui déclare vouloir offrir sa vie pour sauver celle d'Arthur.

Lancelot et Merlin reprennent la route, tout en philosophant sur les raisons qui peuvent justifier qu'un homme sacrifie sa vie. Ils finissent par rejoindre leurs compagnons. Quand ceux-ci découvrent que Merlin est vivant, ils expriment leur joie et viennent lui donner une amicale accolade. Arthur, plus bouleversé qu'il ne veut le montrer, tape sur l'épaule de son serviteur.

La nuit venue, autour du feu, Merlin et Arthur discutent alors que les chevaliers prennent du repos. Merlin explique à Arthur qu'il offrira sa vie en sacrifice car l'existence d'un simple serviteur est bien peu de choses au regard de celle d'un prince. Arthur refuse mais lui demande de bien veiller sur Gwen une fois qu'il sera mort. Merlin promet de s'occuper de la jeune femme.

L'expédition menée par Arthur fait la traversée dans la barque du passeur le lendemain matin. Arrivés sur l'Ile Fortunée, ils sont attaqués par des vyvernes. Merlin parvient discrètement à les repousser grâce à ses pouvoirs magiques mais elles ressurgissent bientôt. Léon, Elyan et Perceval se chargent de les combattre pour permettre à leurs compagnons de progresser. Arthur, Gwaine, Lancelot et Merlin entrent dans les ruines. Ils se retrouvent face à Cailleach au pied de l'autel où Morgane a sacrifié Morgause.

Dans un premier temps, Arthur tente de raisonner la vieille prêtresse mais en vain. Son épée en main, Gauvain se jette alors sur elle mais elle le repousse violemment par magie et il retombe lourdement sur le sol, inanimé. Arthur s'avance alors vers Cailleach, prêt à offrir sa vie, mais Merlin intervient et, grâce à la magie, il repousse le Prince qui perd lui aussi connaissance. La prêtresse sourit et s'avance vers celui qu'elle appelle Emrys, en lui demandant s'il est prêt à rejoindre le monde des esprits pour rétablir l'ordre des choses. Merlin acquiesce gravement mais il ne peut mettre à exécution son plan. Lancelot s'est avancé silencieusement jusqu'à la brèche et s'apprête à la franchir. Un dernier sourire adressé au jeune magicien, et le chevalier s'engage dans la faille. Merlin hurle son désespoir tandis que le voile entre les deux mondes se referment.

De retour à Camelot, un vibrant hommage est rendu à Lancelot. Particulièrement éprouvé, Arthur met le feu à un bucher dressé au centre de la Cour d'Honneur. Au milieu des flammes, une épée est posée et une cape rouge brodée aux armoiries de Camelot s'enflamme. Les Chevaliers de Camelot sont tous présents, graves, tandis que les flammes grandissent. Gwen ne peut retenir ses larmes et Arthur lui prend la main. Elle lui avoue qu'elle avait demandé à Lancelot et veiller sur lui, et qu'il s'était engagé sur sa vie à le faire. Arthur acquiesce en silence, pose une main réconfortante sur son épaule avant de la laisser seule face au bûcher.

Agravain vient faire son rapport à Morgane dans la forêt. Celle-ci est hors d'elle et pousse des cris stridents, furieuse d'avoir été vaincue. Elle fait part à l'oncle d'Arthur de sa conviction de l'implication d'Emrys dans cet échec et réclame son aide pour trouver ce mystérieux sorcier. Son principal but est désormais de détruire cet ennemi ! Agravain boit littéralement ses paroles, il lui est entièrement dévoué.

De retour à Camelot, Agravain rend visite à Gaius et lui demande s'il a jamais entendu parler d'un sorcier nommé Emrys. Le vieux médecin nie avoir jamais entendu ce nom et l'oncle d'Arthur s'en va, en précisant qu'une récompense est à la clé pour quiconque lui apportera des renseignements. Merlin et Gaius comprennent qu'Agravain est à la solde de Morgane et qu'il leur faudra se méfier de lui. Plus que jamais, l'identité de Merlin doit être préservée...

 

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSéries.

Épisode 4.02 : L’heure la plus sombre (1ère partie)

 

Voix (off) : En un pays de légende, au temps de la magie, le destin d'un grand royaume repose sur les épaules d'un jeune homme. Son nom : Merlin.

Aperçu du dernier épisode.

***GÉNÉRIQUE***

1. EXT. -  LES RUINES DE DAELBETH, MATIN :

Merlin, le teint cadavérique, est avachi contre le foyer en pierre. Il est inanimé. Lancelot le recouvre d’une couverture. Non loin, Arthur et sire Léon leur lancent des regards inquiets.

Arthur (à Léon) : Nous devons le ramener à Gaius.

Sire Léon : Et abandonner notre quête ?

Arthur : Il m’a sauvé la vie, je ne le laisserais pas mourir.

Sire Léon : Sire, si nous n’allons pas sur l’île Fortunée, des centaines d’autres personnes périront.

Arthur observe Merlin. Lancelot s’approche d’eux.

Lancelot : Laissez-moi le ramener !

Arthur : Ramener un homme blessé, tout seul ? Il faudra deux ou trois jours pour atteindre Camelot.

Lancelot : Non, pas si je traverse la Vallée des Rois Déchus. (Arthur considère l’idée) Vous ne devez pas renoncer à la quête.

Sire Léon : Il a raison, sire.

Arthur hésite et regarde à nouveau Merlin. Plus tard, Perceval transporte le sorcier dans ses bras. Merlin est déposé sur son cheval, affalé sur l’encolure de sa monture. Arthur procède à quelques réglages sur sa selle.

Arthur : C’est ma faute. Je suis navré.

Merlin lutte pour parler.

Merlin (faiblement) : Je vous en prie, emmenez-moi avec vous.

Arthur : Non, tu es mourant.

Merlin : Il le faut, c’est important. De grâce Arthur !

Arthur : Crois-tu que tu feras un jour ce qu’on te dit ?

Merlin : Il faut que je vienne avec vous !

Arthur : Merlin !

Lancelot (off) : Il est temps de partir.

Arthur serre l’épaule de Merlin et fait partir son cheval.

Arthur : Allez !

Lancelot et Merlin partent. Les autres chevaliers s’éloignent mais Arthur s’attarde. Il regarde les montures quitter, ému.

2. EXT. – VALLÉE DES ROIS DÉCHUS, FORÊT, JOUR :

Lancelot et Merlin chevauchent à travers une plaine puis jusque dans une forêt de la Vallée des Rois Déchus.

3. EXT. – FORÊT, PLUS TARD :

Les chevaliers galopent à un rythme soutenu pendant la journée puis mettent pied à terre au crépuscule dans un sentier.

Gauvain : Vous entendez ce que j’entends ?

Sire Léon : Des abeilles ?

Gauvain : À manger !

Gauvain enlève ses gants. Sire Léon arrive à sa hauteur.

Sire Léon : Vous tenez à nous faire tuer ?

Gauvain : On chevauche vers notre mort, alors…

Gauvain tend un bras, à la recherche d’une ruche. Sire Léon se dirige vers Arthur qui est visiblement troublé.

Sire Léon : Les chevaux doivent se reposer. (Arthur ne répond pas) Vous êtes bien silencieux.

Arthur : C’est ce qui arrive après trois jours passés à écouter Gauvain.

Léon sourit.

Sire Léon : Vous avez pris une excellente décision. Merlin n’aurait pas pu continuer avec nous.

Arthur : J’aurais dû le sauver…

Ils sont interrompus par les imprécations de Gauvain qui, attaqué par les abeilles, tente de s’en débarrasser. Sire Léon rigole.

Sire Léon : Si quelqu’un peut ramener Merlin à Camelot, c’est bien Lancelot.

Il administre une claque amicale sur l’épaule d’Arthur et s’en va. Après un moment, Arthur le suit.

4. EXT. – VALLÉE DES ROIS DÉCHUS, FORÊT, NUIT :

Lancelot et Merlin s’arrêtent pour la nuit près d’un cours d’eau. Le chevalier dépose Merlin sur la berge. Il couvre Merlin de sa cape puis enlève ses gants pour puiser de l’eau. Le sorcier marmonne et tend le bras pour atteindre le ruisseau. Lorsque ses doigts reposent dans l’eau, des reflets bleutés font briller sa peau. S’en apercevant, Lancelot retire le bras de Merlin du ruisseau.

Vili (off) : Lancelot… Lancelot…

Une goutte d’eau s’élève au-dessus du ruisseau sous les yeux de Lancelot. Elle grandit jusqu’à ce qu’un visage féminin y apparaisse. D’autres gouttes s’élève.

Vili : Lancelot… Nul malheur ne vous arrivera. Vous portez secours c’est ce qui nous anime.

Lancelot : Qui êtes-vous ?

Vili : Nous sommes les vili. Les esprits des cours d’eau et des courants… La déchirure du voile a rompu l’équilibre du monde. Les bons comme les mauvais esprits errent librement, et cette situation dangereuse ne saurait durer plus longtemps.

Lancelot : C’est pour cela que le prince Arthur chevauche vers l’Île Fortunée, dans l’intention de restaurer le voile.

Vili : Il aura besoin d’aide. De la vôtre et de la sienne.

Lancelot : Mon ami est souffrant, je dois le ramener à Camelot.

Vili : Merlin est plus fort que vous le supposez. Le jeune sorcier a un grand pouvoir. Et un destin qui a été tracé depuis l’aube des temps. N’ayez crainte, en cet instant mes sœurs commencent à guérir Merlin…

Lancelot observe Merlin dont la peau brille. Lancelot sourit.

Vili : Vous êtes fatigué. Vous devez vous reposer.

Lancelot : Il faut que je trouve un refuge.

Vili : Vous êtes en sécurité ici.

Lancelot : Mais le Dorocha ?

Vili : Nous resterons auprès de vous et nous vous protégerons toute la nuit.

Lancelot, émerveillé, vois les gouttes se transformer en petites lumières.

5. EXT. – GALERIES D’ANDOR, NUIT :

Les chevaliers mettent pied à terre et descendent une dénivellation jusqu’à l’entrée des tunnels.

Arthur : À l’aube, nous serons de l’autre côté des montagnes.

Gauvain : J’imagine que vous plaisantez ? Ces galeries sont infestées de wilddeorens !

Arthur : Les galeries nous épargnerons des jours de voyage.

Gauvain : Ouais ! Si on va en sortir vivants !

Arthur : Nous nous enduirons de baie de gaja.

Gauvain : Ah ! Charmante perspective.

Arthur : À vous de choisir, Gauvain : wilddeorens  ou le Dorocha ?

Elyan : Pour moi, le choix est fait !

Sire Léon : Pour moi aussi.

Les chevaliers entrent dans les tunnels lorsque Gauvain, le dernier dans la file, entend un cri distant. Il se retourne et observe les alentours. Quand rien ne se manifeste, il reprend son chemin. Soudain, un Dorocha crie et l’attaque. Perceval plaque Gauvain à terre, le sauvant de justesse.

Gauvain : Cet attachement m’enchante…

Arthur arrive avec une torche et aide Gauvain à se relever.

Arthur : Vite !

Il couvre les arrières de Perceval et Gauvain qui s’empressent d’entrer dans les galeries.

6. INT. – GALERIES D’ANDOR, PLUS TARD :

Les chevaliers avancent en file indienne à la lueur des torches.

Perceval : Rappelez-moi pourquoi nous sommes couverts de cette pâte immonde.

Arthur : Les wilddeorens sont complètement aveugles, ils dépendent de leur odorat pour se nourrir. Les baies de gaja masquent notre odeur.

Gauvain : Quelle chance avons-nous de sortir d’ici sans croiser de wilddeorens ?

Arthur : Aucune.

Le pied de Gauvain refoule un crâne humain. Voyant cela, il prend peur et s’empresse de se mettre juste derrière Arthur à la tête de la file. Des cris porcins se font entendre.

Arthur : Chut !

D’autres cris retentissent et les chevaliers se dépêchent d’éteindre leurs torches et de se mettre à couvert derrière une formation rocheuse. Un wilddeoren entre dans le tunnel. Les chevaliers observent la créature jusqu’à ce qu’elle approche. Ils se retournent alors dos contre la formation.

Arthur : Évitez de bouger. Évitez de respirer.

La créature renifle, pousse un cri perçant puis s’en va. Gauvain sourit, soulagé. Les autres chevaliers tournent la tête vers lui et arborent différentes expressions d’horreur. Le sourire de Gauvain se fane. Il tourne lentement la tête et un autre wilddeoren s’avance sur lui. Celui-ci le renifle avec insistance. Au bout d’un moment, Gauvain est agacé et poignarde la bête. Elle pousse un hurlement et s’écroule. Le chevalier sourit.

Arthur : Vous êtes fou.

Gauvain : Je l’ai tué !

Arthur : Celui-là, oui. Ils chassent en meute.

Des cris perçants résonnent.

Elyan : Courez !

Les chevaliers prennent la fuite, les wilddeorens à leur trousse.

7. EXT./INT. – CAMELOT, NUIT :

Des gardes refoulent des paysans désespérés derrière les portes de la Citadelle et les verrouilles. Guenièvre, dans les escaliers, les vois agir en regardant par la fenêtre. Gaius arrive sur le palier en donnant des ordres à un garde.

Gaius : Il nous faut davantage de civières et de draps, tous les draps que vous trouverez !

Guenièvre : Gaius ! (Il vient vers elle) Les gardes ont reçu l’ordre d’interdire l’accès de la ville au crépuscule.

Gaius : L’ordre de qui ?!

Guenièvre : De Messire Agravain.

8. INT. – SALLE DU CONSEIL, PLUS TARD :

Gaius entre dans la salle en plein conseil, Guenièvre sur les talons. Agravain préside la rencontre.

Agravain : Gaius. Vous joignez-vous à nous ?

Gaius : Les portes de la ville sont-elles fermées sur votre ordre ?

Agravain : Nos ressources sont limités vous le savez, Gaius. Les portes sont fermées car nous ne pouvons pas nourrir et désaltérer tout le royaume.

Gaius : Il s’avère que le peuple a le droit d’être protéger !

Agravain : Je mettrais alors Camelot en danger. La famine, les maladies s’installeront et vous êtes bien placé pour comprendre cela, je crois, Gaius. (Gaius reste coi) Les portes de la ville resteront fermées jusqu’à ce que nous soyons libérés cette malédiction.

Gaius semble n’avoir plus d’arguments et bat en retraite.

Agravain : Et maintenant messieurs, où en étions-nous ? Si vous voulez bien me…

Guenièvre (le coupant) : Mes Seigneurs ! (Toutes les têtes se retournent) Pouvez-vous m’accorder la permission de m’adresser à la Cour ?

Agravain sourit d’un air affable.

Agravain : Guenièvre.

Guenièvre se place devant la table.

Guenièvre : Le prince Arthur m’a toujours dit que chaque citoyen de Camelot est important. Il n’aurait jamais supporté de les voir souffrir, il leur serait venu en aide quoi qu’il en coûte et nous devons faire comme lui.

Agravain lève une main apaisante.

Agravain : Attend, je ressens la même peine que toi. Mais nous n’avons pas le choix. Si nous continuons à accueillir les gens, nos vivres vont s’épuiser ce n’est qu’une question de jours.

Guenièvre : Vous faites erreur.

La Cour est stupéfaite. 

Agravain (froidement) : Aurais-tu l’obligeance de m’éclairer sur ce point ?

Guenièvre : Les gens que vous avez laissés dehors ont des terres, ils sont fermiers ! Voilà des jours qu’ils troquent leur marchandise avec des habitants de la ville contre la sécurité des leurs. Ils apportent plus qu’ils prennent et vous le savez.

Agravain : Mais dans combien de temps ces denrées seront-elles épuisés ?

Guenièvre : Il y a trois jours que le prince Arthur est partit avec l’espoir de nous délivrer de ces créatures. Au pire nous avons encore trois jours de plus à tenir avant qu’il réussisse… Ou êtes-vous sûr qu’il échouera ?

Agravain reste silencieux puis sourit.

Agravain : Bien sûr que non.

Geoffrey de Monmouth : Mon Seigneur, elle a raison.

Agravain : Très bien. Ouvrons les portes alors.

Guenièvre s’incline et recule. Le sourire d’Agravain se fane.

9. EXT. – VALLÉE DES ROIS DÉCHUS, FORÊT, MATIN :

Lancelot se réveille, allongé sur le sol. Il s’aperçoit que Merlin n’est plus à ses côtés, seule sa cape y est.

Lancelot : Merlin ? (Il se redresse) Merlin ?!

Merlin : Chuuut !

Merlin est en équilibre sur des pierres au milieu du cours d’eau et attend le bon moment pour harponner un poisson avec un bâton. Il fait une tentative, sans succès. Lancelot se lève et Merlin brandit ses prises avant d’aller vers lui.

Merlin : Un petit déjeuner ?

Lancelot : Merlin… t’es… (en riant) de quoi est-ce que t’es faits ?!

Merlin : Pardon ?

Lancelot : T’es sensé être… à l’agonie !

Merlin : Désolé. Tenez (il lui donne le bâton).

Lancelot : Que veux-tu que j’en fasse ?

Merlin : Vous aviez l’air d’être sur le point de tomber.

Lancelot lui assène un coup de bâton mais Merlin se baisse à temps.

Merlin : Vous n’êtes pas aussi vif qu’Arthur.

Lancelot : Ah ouais ?

Merlin : Venez, on doit rattraper les autres.

Il reprend le bâton et se dirige vers les chevaux.

Lancelot : Non, tu retournes à Camelot !

Merlin : Rentrez tout seul !

Lancelot : Merlin !

Merlin : Saluez Gaius de ma part !

Lancelot : Merlin !

Le sorcier s’arrête enfin et se retourne. Lancelot ramasse son épée et sa cape.

Merlin : Arthur ne peut pas triompher sans nous.

Lancelot : En tout cas il a raison sur une chose : tu fais jamais ce qu’on te dit.

Merlin fait mine de réfléchir et secoue la tête.

Merlin : Non.

Il va vers les chevaux.

10. EXT. – RUISSEAU DANS LA FORÊT, MATIN :

Arthur et les chevaliers nettoient leur peau des baies de gaja avec l’eau d’un ruisseau. Léon s’accroupi auprès d’Arthur.

Sire Léon : Ils sont fatigués, sire. (Goguenard) Même Gauvain ne dit plus rien !

Arthur : C’est une excellente raison de continuer.

Il se lève et les chevaliers lui emboîtent le pas.

11. EXT. – FORÊT, PLUS TARD :

Agravain chevauche à toute allure à travers la forêt.

12. INT. – CABANE DE MORGANE, MATIN :

Morgane, assise devant un feu, est perdue dans ses pensés.

Agravain (off) : Dame Morgane ?

Agravain entre.

Morgane : Quelle nouvelles de la puissante Camelot ?

Agravain (en enlevant ses gants) : Tout ce passe comme nous l’avions prévu. La ville est en train de courir à sa ruine.

Morgane : Et Arthur ?

Agravain se fige. Puis il se reprend et s’approche du feu pour réchauffer ses mains.

Agravain : Aux dernières nouvelles il a réussi à passer Daelbeth.

Morgane se recule dans son siège.

Morgane : Nous ne serons jamais débarrassés de lui.

Agravain : Patience, Morgane. Car même s’il arrive sur l’île Fortunée l’issue demeura inchangée.

Morgane (intriguée) : Qu’est-ce que vous faites là aussi tôt ? (Agravain hésite) Un problème, peut-être ?

Agravain : Une petite source d’irritation.

Il contourne le foyer et se tient debout derrière la chaise de Morgane.

Agravain : Guenièvre. Elle a pris sur elle de s’élever contre moi.

Morgane : Elle est dangereuse.

Agravain : Ce n’est qu’une servante ! Elle parle avec éloquence, mais c’est une servante tout de même.

Morgane : Non vous faites erreur ! (Elle se lève rageusement) J’ai vu l’avenir en rêve et cette servante était assise sur mon trône !

Elle fait face à Agravain.

Morgane : Je préfèrerais me noyer dans mon propre sang que de voir ce jour.

Agravain : Alors assurons-nous qu’il ne puisse arriver.

Morgane sourit.

Morgane : Je ne peux que vous approuver. Elle ne doit pas voir un autre jour se lever.

13. INT. – APPARTEMENTS D’UTHER, PLUS TARD :

Guenièvre redresse le roi Uther qui est en chemise de nuit dans son fauteuil. Elle le couvre convenablement.

Uther : Où est Arthur ?

Guenièvre : Je ne saurais vous dire…

Uther (en détresse) : Où est-il ?

Guenièvre : Le prince est à la chasse Majesté.

Uther : Quand reviendra-t-il à Camelot ?

Guenièvre : Dans quelques jours… Avez-vous besoin d’autre chose ?

Uther secoue vaguement la tête et replonge dans ses pensés. Guenièvre s’éloigne. Agravain l’observe, appuyé contre la table du roi.

Agravain : Ton dévouement est vraiment… impressionnant. (Il lui fait face) Je voudrais m’entretenir quelques instants avec toi. Je te présente mes excuses car hier j’ai eu- j’ai trahi le prince en quelque sorte. Mais je te suis reconnaissant d’avoir pris la parole.

Guenièvre : Je ne voulais pas vous offenser, mon Seigneur.

Agravain : Loin de moi cette idée. Il n’en est rien. (Il sourit, rassurant) Guenièvre si tu le permettais, j’aurais plaisir à te demander conseil, cela m’aiderait. Car tu comprends le peuple.

Guenièvre est surprise et flattée mais hésitante.

Guenièvre : Je ne sais pas si je suis…

Agravain : Et une chose est sûre : tu seras honnête avec moi. (En aparté) L’heure est mal choisie pour discuter maintenant mais… mais peut-être, dans la soirée, viens dans mes appartements. (Guenièvre hésite) Je t’en pris Guenièvre, les temps sont difficiles ;  j’ai besoin que l’ont m’aide, s’il m’appartient de nous en libérer.

Guenièvre (opinant) : Très bien.

Agravain : Je te remercie.

Gaius entre dans la pièce comme Agravain s’en va.

Gaius : Tout va bien Guenièvre ?

Guenièvre : Oui. Il souhaite simplement s’entretenir avec moi plus tard. (Fière) Je crois qu’il a besoin de mes conseils.

Gaius hoche la tête puis se dirige vers le roi. Alors que Guenièvre s’éloigne, Gaius la regarde d’un air inquiet.

14. EXT./INT. – FORÊT/CABANE, JOUR :

Lancelot et Merlin chevauchent jusqu’à ce qu’ils arrivent devant une petite cabane de chasseur. Ils descendent de leurs chevaux. Ils pénètrent dans la maison. Lancelot, armé, en premier.

Lancelot : Y’a quelqu’un ?

Merlin referme la porte. Lancelot avance jusqu’au fond de la cabane, séparé par un rideau. Un homme y est assis, immobile et gelé, victime du Dorocha. Lancelot et Merlin échangent un regard. Plus tard, après avoir allongé le cadavre, Lancelot le recouvre d’un drap.

Merlin : Il faut pas rester là.

Lancelot : Il n’y a nul autre refuge Merlin.

Il s’en va dans l’autre pièce et enlève sa cape.

Lancelot : On va faire du feu. On sera à l’abri et au sec. (Il collecte une bûche et la jette dans le foyer) Y‘a plus de bois qu’il en faut pour attendre le jour.

Merlin : D’accord. (Il tend une main au-dessus du foyer) Bæl onbryne!

Un feu apparaît.

Merlin : Je suis loin d’être tout à fait inutile.

Lancelot prend un air appréciateur.

15. EXT./INT. – CHÂTEAU DE CAMELOT, PLUS TARD :

Morgane utilise la magie pour ouvrir une porte menant aux souterrains du château. Elle termine l’ascension de marches, torche à la main, quand elle entend des voix distantes.

Chevalier (off) : Fermez donc cette porte !

Garde (off) : Oui, monsieur !

Morgane continue de progresser lorsqu’elle est interpellée.

Chevalier : Attendez !

Elle s’arrête et, sans se retourner, utilise sa magie pour projeter l’homme contre un mur. Il tombe, inanimé. Satisfaite, elle reprend sa route.

16. INT. – APPARTEMENTS D’AGRAVAIN, CRÉPUSCULE :

Agravain verse du vin dans une coupe devant Guenièvre, qui est assise à sa table.

Agravain : Les gens se sentent-ils en sécurité ? (Guenièvre reste silencieuse) Guenièvre, répond avec honnêteté.

Guenièvre : Non, loin de là.

Il fait les cent-pas.

Agravain : Continue.

Guenièvre (soupire: Ils sont terrifiés. Nuit après nuit, ils ont vu leurs- leurs amis, leurs parents, leurs enfants leur être tous arrachés avec cruauté et ils ignorent qui sera le prochain.

Agravain : Que puis-je faire pour rassurer tout le monde ?

Guenièvre : Faire preuve de courage. Fermer les portes la nuit dernière était un aveu que vous étiez aussi terrifié qu’eux. C’est comme un cheval avec son cavalier : si le peuple sent votre peur il n’aura aucune confiance en vous.

Agravain : Je te suis reconnaissant des conseils que tu m’as donnés.

Il se tient derrière elle et appuie ses mains sur le dossier de la chaise, de chaque côté de la tête de Guenièvre.

Agravain : Tu es pleine de sagesse et de bon sens, Guenièvre.

Elle commence à être nerveuse lorsqu’il s’appui sur ses coudes. Il bouge sensiblement ses mains comme pour l’étrangler mais se ravise. Il écarte les bras.

Agravain : Je t’ai gardée assez longtemps.

Guenièvre (soulagée) : Et je dois m’enquérir du roi !

Elle se lève et il la mène vers la porte.

Agravain : Ne t’inquiètes pas pour lui je veillerais à ce qu’il ne manque de rien. La journée a été longue. (Il ouvre la porte) Mes gardes te reconduiront chez toi sans encombre.

Guenièvre : Merci.

Elle s’incline puis sort, suivie par les gardes. Agravain ferme la porte et prend un air sombre.

17. EXT. – RUE DE CAMELOT, NUIT :

Les deux gardes marchent torches à la main au-devant de Guenièvre. Celle-ci semble se sentir épiée. Morgane arrive en haut d’un rempart face à la rue.

Morgane : Hleap on bæc!

Guenièvre et les gardes sont projetés en arrière et retombe inconscients. Morgane sourit.

18. EXT. – CAMP, FORÊT, NUIT :

Les chevaliers ramassent du bois ou entretiennent leurs armes autour d’un feu de camp. Arthur est à l’écart, de garde. Elyan le rejoint.

Elyan : Rien de nouveau ?

Arthur : Non.

Elyan : Vous savez ce que nous allons devoir affronter sur l’Île Fortunée ?

Arthur : …Oui.

Elyan : Vous voulez m’en parler ?

Arthur : Ce fardeau est le mien, je dois le porter seul.

Elyan : Regardez autour de vous, Arthur.

Ils portent leurs regards vers les chevaliers autour du feu.

Elyan : Nous affronterions mille et une armées à mains nues pour vous. Vous n’êtes jamais seuls. On est tous avec vous. (Arthur mesure ces mots) À présent allez-y. (Il tend la main vers la torche d’Arthur) Vous devez vous reposer.

Arthur lui rend la torche. Il met sa main sur l’épaule d’Elyan

Arthur : Merci.

Il va vers le feu lorsque les cris du Dorocha se font entendre. Les chevaliers se rassemblent hâtivement en cercle autour du feu.

19. INT. – APPARTEMENTS D’UTHER, NUIT :

Gaius entre dans les appartements sombres d’Uther. Pas une bougie n’est allumée et le roi endormi sur son lit n’est pas couvert.

Gaius : Guenièvre ?

Personne ne lui répond.

20. EXT. – RUE DE CAMELOT, PLUS TARD :

Gaius marche dans la rue avec une torche à la main. Il entend les cris distants du Dorocha.

Gaius : Guenièvre ?!

Il aperçoit le corps d’un garde complètement gelé. Non loin gît Guenièvre. Gaius va aussitôt l’examiner et se rend compte qu’elle est toujours vivante. Soudain un Dorocha surgit et l’attaque. Il brandit sa torche pour faire fuir la créature.

21. INT. – CABANE, FORÊT, NUIT :

Lancelot et Merlin patientent devant le feu. Lancelot se verse un peu d’alcool dans un gobelet.

Merlin : Vous n’êtes pas obligé de continuer ce voyage avec moi, Lancelot.

Le chevalier rigole.

Lancelot : Essai-donc de m’arrêter.

Il sert Merlin.

Merlin : Pourquoi ? Parce que vous êtes chevalier et que c’est une question d’honneur ?

Lancelot : Tu n’y comprendrais rien. (Il pose la bouteille) Je n’y comprends rien non plus, d’ailleurs.

Merlin : Guenièvre ?

Lancelot : Je lui ai fait le serment que je protégerais la vie d’Arthur.

Merlin : Soyez sans crainte, je le protégerais.

Lancelot : J’ai fait le serment à Guenièvre, Merlin.

Un silence s’installe.

Merlin : Vous êtes toujours amoureux d’elle ?

Lancelot : Non. Arthur est… un homme meilleur que moi.

Merlin : Je suis désolé.

Lancelot : Pourquoi ? (Il sourit) Il lui a donné son cœur… elle a trouvé le bonheur.

22. INT. – APPARTEMENTS DE GAIUS, NUIT :

Gaius nettoie la plaie sur le front de Guenièvre, allongée sur un lit.

Guenièvre : Je me souviens que les gardes me raccompagnaient chez moi, et puis… plus rien.

Gaius : C’est une blessure superficielle, tu as eu beaucoup de chance.

Guenièvre : Tout le monde parle de la sensation de froid mais je n’ai pas froid.

Gaius : Tu n’as pas été attaquée par le Dorocha, Guenièvre.

Guenièvre (en fronçant les sourcils) : Alors par qui ?

Gaius se redresse mais reste silencieux.

Guenièvre : Gaius ?

Gaius : Je crains que quelqu’un ait voulu te faire du mal.

Guenièvre : Pourquoi ?

Gaius : Je l’ignore.

Guenièvre : Si tel était le cas le travail aurait été mieux accompli.

Gaius : Peut-être bien mais commettre un meurtre éveille les soupçons, mieux valait te laisser au Dorocha.

Guenièvre reste songeuse.

23. INT./EXT. – CABANE, FORÊT, PLUS TARD :

Merlin et Lancelot dorment. Le feu a perdu de sa vigueur et le volet d’une fenêtre claque au vent. Les bougies s’éteignent, suivit du feu. Le vent afflue et Merlin se réveille en sursaut. Un Dorocha crie.

Merlin : LANCELOT !

Un Dorocha entre dans la cabane et Merlin s’empresse de jeter le contenue de sa coupe  dans le brasero, rallumant le feu. Le Dorocha est défait et les deux compagnons courent à l’extérieur.

Merlin (langage des dragons) : O drakon, e male so ftengometta tesd ‘hup’ anankes!

Ils s’enfoncent dans la forêt. Un Dorocha qui les poursuivait est exterminé par un jet de flammes. Kilgharrah vole  au-dessus d’une clairière où arrivent Merlin et Lancelot. Ce dernier panique en voyant le Grand Dragon défaire d’autres Dorochas en soufflant du feu. Kilgharrah se pose. Lancelot lève son épée mais Merlin tend son bras pour l’arrêter.

Merlin : Ne craignez rien ! Ne craignez rien.

Merlin s’incline légèrement.

Merlin (à Kilgharrah) : Merci.

Kilgharrah : Qui est l’ami qui t’accompagnes ?!

Lancelot : Je suis Lancelot.

Kilgharrah : Bien sûr. Messire Lancelot, le plus valeureux et le plus noble d’entre tous.

Lancelot : Eh bien, je doute que cela soit vrai.

Kilgharrah : C’est ce que nous verrons. Pour l’instant il y a des problèmes plus urgents à régler. Le Dorcoha ne peut pas être autorisé à demeurer en ce monde. Le voile déchiré doit impérativement être restauré.

Lancelot : Nous cheminons vers l’Île Fortunée. Nous aiderons Arthur à le faire.

Kilgharrah : Évidemment. Mais à quel prix exactement ?

Merlin : Je sais que – que le monde spirituel demande un sacrifice.

Kilgharrah : Il ne demande rien, lui. C’est la Caelix, la gardienne des portes du monde spirituel qui exige un tel prix.

Merlin : Il n’y a aucun autre moyen ?

Le grand dragon secoue la tête.

Kilgharrah : Il n’y en a pas d’autres.

Merlin : Arthur a l’intention de se sacrifier pour restaurer le voile. C’est mon destin de le protéger, comme vous me l’avez appris.

Kilgharrah : Merlin… Je t’en prie, ne fait pas cela.

Merlin (serein): Je crains de ne pas avoir le choix. Je dois prendre sa place.

Kilgharrah : Depuis le moment où je t’ai rencontré, j’ai vu en toi quelque chose d’invisible aux yeux du commun des mortels. Aujourd’hui, ce que je voyais alors, tout le monde peut le voir.

Merlin (souriant) : L’essentiel de ce que vous voyez, cher ami de toujours… c’est vous qui me l’avez appris.

Kilgharrah : Sache que le monde sera désespérément vide sans toi, jeune sorcier.

Ils échangent un regard chaleureux. Puis le Grand Dragon prend son envol.

24. EXT. – FORÊT, MATIN :

Lancelot et Merlin traversent la forêt à cheval.

Lancelot : Quand on sera sur l’Île Fortunée, t’as vraiment l’intention de te sacrifier ?

Merlin : Qu’attendez vous que je vous dise ?

Lancelot : Je te regarde et je ne peux que m’interroger. Pourrais-je sacrifier ma vie intentionnellement pour quelque chose ?

Merlin : Il faut avoir une raison de le faire. Quelque chose qui compte pour soi. Quelque chose de plus important que tout sur terre ! (Il talonne son cheval) Yaah !

Lancelot pause un instant, songeur. Puis il rejoint Merlin.

25. EXT. – PLAINES, PLUS TARD :

Lancelot et Merlin s’arrêtent pour observer au loin une forteresse d’où s’échappe une colonne de fumée.

Lancelot : Quelqu’un nous as précédés, manifestement.

Merlin : Des bandits ?

Lancelot fait signe que peut-être.

Merlin : On y sera avant le crépuscule, selon vous ?

Lancelot : Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir. (Il talonne son cheval) Yup !

Merlin et le chevalier s’engage à toute vitesse sur le petit chemin.

26. INT. ?  – FEU DE CAMP, FORTERESSE, NUIT :

Les chevaliers sont rassemblés autour d’un feu de camp, Gauvain, Elyan et Léon face à Arthur et Perceval. Gauvain enlève une botte puis une chaussette en soupirant de soulagement. Elyan et Léon semblent dégoûtés par l’odeur.

Elyan : Un mort se décompose ?!

Gauvain (agacé) : Pourquoi suis-je toujours la cible de vos railleries ?

Sire Léon : À ton avis ?

D’un même mouvement, Léon et Elyan se lève pour aller s’assoir aux côté d’Arthur et Perceval. Gauvain accroche sa chaussette au bout d’un bâton. Il le brandit en direction de Perceval.

Gauvain : Moquez-vous plutôt de Perceval !

Perceval : Pourquoi moi ?

Elyan : Il se lave.

Sire Léon : Et il ne met pas le feu à ses chaussettes.

Gauvain se rend compte qu’il a laissé le bâton au travers du feu et que sa chaussette s’est enflammée. Il la reprend et l’abat sur le sol.

Gauvain : Argh ! Ah non !

Tous les chevaliers rigolent sauf Arthur, qui entend un bruit.

Arthur : Silence !

Même Gauvain se fige. Le bruit de portes se refermant retentit et les chevaliers se lèvent et dégainent leurs épées. Ils se mettent en formation et avance vers la source du bruit. Ils aperçoivent alors Lancelot qui se dirige vers eux.

Arthur : Lancelot ?! …Comment vas Merlin ?

Lancelot : Mauvaise nouvelle… (Arthur est sous le choc) Il est toujours vivant.

Lancelot sourit et fait quelques pas de côté, Merlin arrivant juste derrière lui. Arthur est soulagé.

Elyan : Merlin !

Merlin sourit et les chevaliers  viennent à leur rencontre pour les saluer et les étreindre. Merlin et Arthur se retrouvent finalement face-à-face. Le prince met sa main sur l’épaule de Merlin.

Arthur : Je suis content de te voir.

Merlin : Ouais… Je suis content de vous voir aussi.

Arthur passe un bras autour de Merlin et l’entraîne vers le feu de camp.

27. INT. ? – FEU DE CAMP, FORTERESSE, PLUS TARD :

Arthur et Merlin sont les derniers éveillés, avachis contre les rondins devant le feu de camp.

Merlin : Tout ira bien, Arthur, tout va bien se terminer.

Arthur : Je suis fatigué.

Un silence s’installe.

Merlin : Vous n’êtes pas forcé de sacrifier votre vie.

Arthur : Je dois sauver mon peuple.

Merlin (doucement) : Je vais prendre votre place.

Le prince secoue la tête.

Arthur : Merlin.

Merlin : Que vaut la vie d’un serviteur si on la compare à celle d’un prince ?

Arthur : Un bon serviteur c’est plutôt rare.

Merlin : Il y a meilleur que moi.

Arthur (jouant le jeu) : C’est vrai. (Un silence confortable s’installe) Juste une chose. Occupe-toi de Guenièvre, je tiens à ce qu’elle soit heureuse dans la vie car elle le mérite.

Merlin : Soyez sans crainte. Je m’en assurerais.

28. EXT. – MER DE MÉRÉDOR, AUBE :

La troupe arrive en haut d’une butte et observe les bâtiments perdus au milieu de la mer.

Arthur : L’île Fortunée.

29. EXT. – MER DE MÉRÉDOR, AUX ABORDS DE L’ÎLE FORTUNÉE, PLUS TARD :

Merlin, Arthur et les chevaliers voguent sur l’eau entre des ruines sur le canot du passeur. Au loin, une créature pousse un cri perçant.

30. EXT. – ÎLE FORTUNÉE, AUBE:

Ils marchent dans les ruines lorsqu’un cri strident retentit à proximité. Alarmés, ils dégainent leurs épées.

Sire Léon : Qu’est-ce que c’est ?!

Gauvain : J’espère que je me trompe, messieurs.

Un vouivre surgit du le ciel et fonce vers eux.

Arthur : Des dragons !

La créature pique vers eux mais Arthur la bloque avec son épée. La créature fait demi-tour mais une autre attaque. Les chevaliers tentent de se défendre du mieux qu’ils peuvent mais Perceval est touché. Merlin se courbe et chuchote :

Merlin (langage des dragons: S’enthend’ apakhorein nun epello-o-o!

Merlin se redresse et ses yeux brillent d’une lueur dorée. Un vouivre pousse un cri mais ils battent en retraite. Les chevaliers se ressaisissent, ignorants que le sorcier leur a sauvé la vie.

Gauvain : Vous avez vu ?! C’est la seule façon d’agir avec eux !

Arthur : Il faut avancer maintenant.

Ils s’exécutent. Ils entrent dans un passage lorsqu’ils remarquent que les vouivres sont toujours au-dessus de leurs têtes.

Sire Léon : Continuez ici, nous les repousserons !

Arthur pointe Gauvain puis s’en va.

Lancelot : Je l’accompagne !

Merlin : Allons-y.

Sire Léon, Perceval et Elyan serrent les rangs. Un vouivre s’approche mais est aussitôt entaillé par Elyan.

31. EXT. – AUTEL, ÎLE FORTUNÉE, PLUS TARD :

Arthur, Lancelot, Merlin et Gauvain pénètrent dans la grande salle. Devant eux, la déchirure est bien visible et ombrageuse. Les cris du Dorocha résonnent.

La Caelix (off) : Ce n’est pas souvent que nous avons de la visite.

La troupe s’arrête. Soudain, la vieille femme apparaît devant eux.

Arthur : Mettez fin à cette horreur ! Je vous en prie, restaurer le voile entre les deux mondes.

La Caelix : Ce n’est pas moi qui ai généré cette horreur. Pourquoi devrais-je y mettre un terme ?

Merlin : Parce que des innocents meurent chaque nuit.

La Caelix : En effet.

Elle se met alors à rire. Gauvain ne le supporte pas et fonce sur elle. La Caelix lève une main et il est violemment projeté plus loin. Il retombe inconscient.

La Caelix : Est-ce là le mieux que vous puissiez faire ?

Arthur : Je sais ce que vous voulez !

La Caelix : En êtes-vous sûr ? Dois-je en déduire que vous me l’offrez ?

Arthur : Je suis prêt à payer le prix que vous jugez nécessaire.

Elle fait alors signe avec son doigt pour lui d’approcher. Déterminé, Arthur avance vers la Caelix qui sourit en coin. Merlin fait quelques pas derrière lui et ses yeux s’illuminent.

Merlin : Forþ fleoge!

Arthur est arrêté par une force invisible et est lui aussi projeté puis assommé. La Caelix dévisage Merlin et se dirige vers l’autel. Le sorcier dépasse Lancelot avec qui il échange un bref regard. Il avance à son tour jusqu’à l’autel.

La Caelix : Alors, Emrys. Tu as donc choisis de me défier en fin de compte. Tu te sacrifierais aux esprits pour sauver ton prince ?

Merlin : Tel est mon destin.

La Caelix : Peut-être bien… Mais ton temps parmi les hommes est loin d’être achevé Emrys, que tu le veuilles ou pas.

Merlin est interloqué. La Caelix dirige alors son regard vers la déchirure. Merlin fait de même et vois Lancelot sur le point d’y entrer. Le chevalier lui sourit doucement avant de faire face aux cris strident des esprits. Il y avance jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Merlin : Non ! LANCELOT ! NON !

La déchirure se referme non sans bruit puis s’évanouit. Merlin, désespéré, est laissé seul avec Gauvain et Arthur inconscients.

Merlin : Non !

32. INT./EXT. – SALLE DU CONSEIL/COUR DU CHÂTEAU, JOUR :

Arthur entre dans la salle occupée par les chevaliers et les membres de la Cour formant une haie d’honneur.

Dans la cour du château, le prince dépose une cape de chevalier de Camelot avec une épée sur un bûcher funéraire.

Arthur (off) : Je veux rendre hommage à Messire Lancelot. Nous lui devons beaucoup. Mais ce n’est pas seulement la dette que nous avons envers lui que nous n’oublierons pas : c’est son courage. Sa compassion.

Au garde-à-vous, les chevaliers regardent la scène, émus. Merlin a les larmes aux yeux lorsqu’il donne une torche allumée à Arthur.

Arthur (off) : La générosité de son cœur.

Le prince lance la torche qui embrase le bûcher.

Dans la salle du conseil, les membres de l’assemblée baissent la tête en signe de deuil.

Arthur : Il était le plus noble chevalier d’entre tous. Il a sacrifié sa vie pour nous.

Devant le bûcher, Guenièvre est en larmes. Arthur lui prend la main. Peu à peu, les gardes, chevaliers et serviteurs quittent la cour.

Guenièvre : Lancelot est loin d’avoir donné sa vie pour Camelot. Je lui ai demandé de veiller sur vous et il me l’a promis au péril de sa vie. (Arthur accuse le coup) Il a été fidèle à sa parole.

Elle continue de sangloter et Arthur met sa main sur son épaule en signe de soutient. Puis il la laisse seule devant le bûcher.

33. INT. – CABANE DE MORGANE, JOUR :

Morgane hurle de rage en lançant le contenu de sa table au sol.

Agravain : Arthur a eu beaucoup de chance.

Morgane : Et Guenièvre ?!

Agravain : C’est par hasard que Gaius l’a trouvée.

Morgane : Vous faites erreur. La chance ne s’oppose pas à nos plans, c’est plutôt Emrys !

Agravain : Emrys ?

Morgane tente de reprendre son souffle et de se calmer.

Morgane : La Caelix m’a parlé de lui. Elle a dit qu’il était mon destin et ma perte. C’est lui qui s’est mis en travers de notre route, j’en suis sûre.

Agravain : Alors que faire ?

Morgane : Tant qu’il vivra, je ne regagnerais jamais ce qui me revient de droit. (Elle se retourne face à Agravain, charmeuse) Je vous en prie, aidez-moi à trouver Emrys. Et détruisez-le.

Morgane s’éloigne.

34. INT. – APPARTEMENTS DE GAIUS, PLUS TARD :

Merlin est assis devant sa table dans sa chambre, perdu dans ses pensées. Il entend la porte des appartements s’ouvrir.

Agravain (off) : Gaius ?

Gaius (off) : En quoi puis-je vous être utiles ?

Agravain avance vers le vieil homme en train d’écraser une mixture.

Agravain : Vous êtes un homme de savoir et de sagesse à mes yeux.

Gaius : Ah ! Le savoir peut-être…

Merlin se lève et va vers la porte de sa chambre pour mieux entendre.

Agravain : Avez-vous déjà rencontré par hasard un sorcier nommé Emrys ?

Merlin est sous le choc. Gaius pause.

Gaius : Non. Hélas, ce nom ne m’évoque rien.

Agravain (en souriant affablement) : Dans ce cas, si vous entendez parler de cet homme…

Il se dirige vers la sortie.

Gaius : Je n’hésiterais pas à vous en avertir.

Agravain : Et vous en serez largement récompensés !

Il sort. Merlin sors de sa chambre et descend les marches.

Gaius : Il n’y a qu’une personne qui aurait pu entendre ce nom… Morgane. Nous savons que ses pouvoirs grandissent, elle a sans nul doute dû voir la Caelix.

Merlin : Mais Agravain… ?

Gaius : Je le soupçonne de ne pas être aussi vertueux qu’il le semble. Et souviens-toi qu’il a toutes les raisons de mépriser Uther. Nous devons être prudents, Merlin. Morgane doit toujours ignorer la vérité, jamais elle ne doit découvrir ta véritable identité.

***FIN***

 

Note : incantations trouvées sur Merlin Wiki.

 

Écrit par Merlinelo pour Merlin HypnoSéries.

Episode 4.02 – The Darkest Hour is just before the Dawn (Part Two)

---

Ruins of Daelbeth

Arthur: We have to get him to Gaius.

Sir Leon: And abandon the quest?

Arthur: He saved my life, I won’t let him die.

Sir Leon: Sire, if we don’t get to the Isle of the Blessed hundred more will perish.

Lancelot: Let me take him.

Arthur: Carrying a wounded man, alone? It will take you two or three days to reach Camelot.

Lancelot: Not if I go through the Valley of the Fallen Kings. You cannot give up on a quest.

Sir Leon: Sire, he’s right.

---

Arthur: This is my fault, I’m sorry.

Merlin (talks with difficulty): Take me with you, please.

Arthur: You’ll die, Merlin.

Merlin: You don’t understand. Please, Arthur.

Arthur: Do you ever do as you’re told?

Merlin: I have to go with you.

Arthur: Merlin…

Lancelot: We need to leave…

Arthur: Go!

---

In the woods

[BEES BUZ]

Gwaine: Can you hear that?

Sir Leon : Bees?

Gwaine: Food.

Sir Leon: You trying to get us killed?

Gwaine: We’re riding to our deaths anyway.

Sir Leon: It’s good to give the horses a rest. You're quiet.

Arthur: That’s what happens after three days of listening to Gwaine.

Sir Leon: You did the right thing, you know. Merlin couldn’t continue with us.

Arthur: I should have saved him.

[BEES BUZ LOUDER]

They attack Gwaine who tries to escape.

Gwaine: Ah! Ah! Ooh!

Sir Leon: If anyone can get Merlin back to Camelot, Lancelot can.

---

In the woods

Lancelot and Merlin stop near a brook Merlin lies on his back, close to the water. His hand touches the water.

A sweet voice: Lancelot. Lancelot. We bare you nor harm. We wish only to help.

Lancelot: What are you?

The voice: We are Vilia. Spirits of the brooks and streams. The tear in the veil has upset the balance of the world. Good spirits as well as bad roam freely. But this perilous state cannot continue for long.

Lancelot: Prince Arthur is riding to the Isle of the Blessed. He intends to heal the veil.

Vilia: He will need help from both of you.

Lancelot: My friend is sick. I need to get him to Camelot.

Vilia: Merlin is stronger than you give him credit for. The young warlock has great power and a future that has been written since the dawn of time. Do not worry. Even now, my sisters begin to heal him.

Lancelot looks at Merlin and smiles.

Vilia: You are tired. You must rest.

Lancelot: I need to find a shelter.

Vilia: You are safe here.

Lancelot: But the Dorocha…

Vilia: We will stay with you and protect you through the night.

Vilia surround Lancelot, they look like soap bubbles.

---

Tunnels of Andor

The knights approach the entrance of the tunnels.

Arthur: By dawn, we’ll be on the other side of the mountains.

Gwaine: You can’t be serious. The tunnels are crawling with wilderoen.

Arthur: The tunnels will take days off our journey.

Gwaine: If we make it out alive.

Arthur: We’ll cover ourselves in gaja berries.

Gwaine: Oh, sounds great (!).

Arthur: It’s your choice Gwaine, wilderoen or Dorocha?

Elyan : I know which I’d rather go for.

Sir Leon : Me too.

[DISTANT SCREECHES]

Gwaine stops.

[GHOSTLY SCREAMS]

The Dorocha attacks Gwaine. Percival tackles Gwaine out of the way.

Gwaine: Never knew you cared!

Arthur arrives waving a torch.

Arthur: Quick!

[SCREECHES and SCREAMS]

They run into the cave.

Percival : Remind me again why we’re wearing this disgusting paste.

Arthur : Wildeoren are completely blind. They rely totally on their sense of smell. Gaja berries will mask our scent.

Gwaine: What are the chances of us getting through here withiout seeing a wildeoren?

Arthur: None.

[BONES CLINK]

Gwaine stumbles over a skull.

[ANIMAL GRUNTS]

Arthur: Shh!

[SQUEALS and SNORTS]

They all duck behind a big rock and hide.

Arthur: Keep still. Don’t even breathe.

[WILDEOREN SNUFFLES and SQUEALS]

It seems to leave. Gwaine smiles.

[ANIMAL SNUFFLES]

The wildeoren is upon Gwaine who cannot move. The others stare at the scene in disgust. Gwaine finally manages to kill the wildeoren with his sword.

[BEAST ROARS]

Gwaine looks specially proud of himself.

Arthur: You fool!

Gwaine: It’s dead.

Arthur: That one is, yes. They hunt in packs.

[GRUNTS and SQUEALS]

Elyan: Run!

They all run, chased by wildeoren.

---

Gates of Camelot

Refugees try to enter Camelot. Guards are closing the gates. Gwen watches the scene from a window of the griffin staircase.

[CROWD CLAMOURS]

Gaius: We need more stretches and sheets, as many sheets as you can find.

Gwen: Gaius. The guards were under orders to shut the gates at dusk.

Gaius: Whose orders?

Gwen: Lord Agravaine’s.

---

Council Hall

Gwen and Gaius enter the room, interrupting the Council meeting.

Agravaine: Gaius, have you come to join us?

Gaius: Why have you closed the city gates?

Agravaine: We have limited resources Gaius. As much as I’d like to, we simply can’t feed and water the entire kingdom.

Gaius: Surely the people have a right to be protected.

Agravaine: It would be putting Camelot in danger. Starvation, disease. You of all people must understand Gaius. The gates will remain shut until we are free of the evil the plagues us.

Gaius is about to leave the room.

Agravaine: Now, gentlemen, where were we?

Gwen steps in.

Gwen: My lords. May I be granted permission to address the court?

Agravaine: Guinevere?

Gwen: Prince Arthur taught me long ago that every citizen of Camelot is important. He would never stand by and let them suffer. He would help them if he could and we must do the same.

Agravaine: I feel the pain as much as you, but we don’t have a choice. If we keep letting people in, our food will run out within days.

Gwen: You’re wrong.

Agravaine: Perhaps you would enlighten me?

Gwen: Those outside the gates are landowners, farmers. For days, the refugees have been bartering their wares with the townsfolk in return for the safety of their hearths. They bring with them far more than they take.

Agravaine: But how long before those wares run out?

Gwen: Three days ago, Prince Arthur embarked on a quest to rid us of these creatures. At worst we have another three before he reaches his goal. Or do you think he will fail?

Agravaine: Of course not.

Geoffrey of Monmouth: Sire, she is right.

Agravaine: Very well. Re-open the gates.

---

Valley of the Fallen Kings

Lancelot wakes up and looks for Merlin.

Lancelot: Merlin? Merlin!?

Merlin is standing on a couple of rocks, in the middle of the stream, he’s fishing.

Merlin: Shh! Breakfast?

Lancelot: Merlin, what…? What are you…?

Merlin: What?

Lancelot: You’re meant to be… dying.

Merlin: Sorry. Here…

Merlin holds Lancelot the spearing stick he was using to fish.

Lancelot: What’s that for?

Merlin: Looks like you’re going to fall over.

Lancelot swings the stick at Merlin with the stick. Merlin ducks.

Merlin: No, not as quick as Arthur.

Lancelot: Oh, yeah?

Merlin: Come on, we need to catch up with the others.

Lancelot: No, you’re going back to Camelot.

Merlin: You might be.

Lancelot: Merlin!

Merlin: Say hello to Gaius for me.

Lancelot: Merlin!

Merlin: Arthur can’t finish this without us.

Lancelot: Arthur’s right about you. You don’t ever do as you’re told.

Lancelot: No.

---

In the Forest

The knights wash their hands and faces in a stream.

Sir Leon: They need to rest, Sire. Even Gwaine’s gone quiet.

Arthur: Sounds like a good reason to keep going.

---

Agravaine gallops in the forest.

---

Morgana’s hovel

Morgana sits by a fire she seems to be chilled to the bone.

Agravaine: My lady!

[DOOR OPENS]

Morgana: What news of the mighty Camelot?

Agravaine: As we planned. The city is falling into wrack and ruin.

Morgana: And Arthur?

Agravaine: Last we heard, he has made it past Daelbeth.

Morgana: Will we never be rid of him?

Agravaine: Patience, my Lady. Even if he makes it to the Isle the outcome will be the same.

Morgana: Then what brings you here so early? Something’s wrong.

Agravaine: A minor irritant. Guinevere. She takes it upon herself to speak out against me.

Morgana: She’s dangerous.

Agravaine: But she’s a servant. A spirited one perhaps, but a servant nonetheless.

Morgana: No, you’re wrong. I have dreamt the future, and in it, that “servant” sits upon my throne. I would rather drown in my own blood than see that day.

Agravaine: Then we must make sure it never comes.

Morgana: I couldn’t agree more. We must make sure she never sees another dawn.

---

Uther’s chambers

Uther: Where is Arthur?

Gwen: I am unsure.

Uther: Where is he?

Gwen: The Prince is on a hunting trip, Sire.

Uther: When will he be back?

Gwen: In a few days. Is there something you need?

Uther does not respond. Gwen is about to leave the room.

Agravaine: Your devotion to the King is most impressive. There is something I would like to discuss. I wish to apologise. Yesterday, I feel let the Prince down. I’m grateful that you spoke out.

Gwen: I didn’t mean to be discourteous, my lord.

Agravaine: Well, you weren’t. Not in the least. Gwen, if you would permit, I would be grateful to seek your advice. You understand the people.

Gwen: I’m not sure, I…

Agravaine: If nothing else, I know that you will be honest with me. It’s not appropriate to talk now. But perhaps this evening, you could come to my chambers. Please, Guinevere? These are dark times. I need help if I am to guide through them.

Gwen: Very well.

Agravaine: Thank you.

Gaius enters as Agravaine is leaving the room.

Gaius: Is everything all right?

Gwen: Yes. He wishes to speak with me later. I think he means to seek my counsel.

---

In the forest

Merlin and Lancelot discover a lodge. They enter. The place is silent and seems to be empty.It seems to be a hunter's lodge.

Lancelot: Hello?

He opens a curtain with his sword and discovers a man sitting. The man is frozen.

Merlin: We can’t stay here.

Lancelot: There’s nowhere else, Merlin. We’ll make a fire. It will keep us safe and dry. And there’s more than enough fuel to get us through the night.

Merlin: Here. *spell* Bael onbryne!

The fire starts in the grate.

Merlin: I’m not entirely useless, you know.

---

Camelot

Morgana sneaks into the tunnels under the castle.

[DISTANT VOICES]

Guard : Get on the other side.

Guard : Yes, sir. 

A guard notices Morgana.

Guard: Halt!

Morgana knocks the soldier down without even turning around.

---

Agravaine’s chambers

Agravaine pours a beverage from a silver jug into a beaker. Gwens is seated, she looks slightly uncomfortable.

Agravaine: But do the people feel safe? You can speak honestly.

Gwen: No they do not.

Agravaine: Go on.

Gwen: They are frightened. Night after night, they have seen their friends, their children, their parents, all snatched cruelly from them and they don’t know who’ll be next.

Agravaine: What can I do to reassure them?

Gwen: Show courage. Shutting the gates showed you were as terrified as they were. It’s like a horse and its rider. If the people sense your fear, they will not trust you.

Agravaine: I’m grateful for your advice. You have a wise head on your shoulders, Guinevere.

Agravaine stands behind Gwen, he seems to be about to strangle her. Then, he gives the feeling he’s changed his mind and he goes away.

Agravaine: I have kept you long enough.

Gwen: And I must go to see the King.

Agravaine: Do not concern yourself with that. I will ensure he is well looked after. It has been a long day. I’ll have my guards walk you home safely.

Gwen: Thank you.

---

Camelot: Lower town

Gwen walks in the street, with two guards. Morgana looks at them from the battlements.

Morgana: *spell* Hleap on baec!

They are all knocked out. Morgana smirks.

---

In the Forest

A fire is burning, the knights stand around.

Elyan: Seen anything?

Arthur shakes his head.

Elyan: Do you know what we’re going to face on the Isle of the Blessed?

Arthur nods.

Elyan: Do you want to tell me?

Arthur: The burden is mine and mine to bear alone.

Elyan: Look around, Arthur. We would fight 1 000 armies with our bare hands for you. You are never alone. We stand together. Come on, I’ll take over. You need some rest.

Arthur: Thank you.

[SCREAMING]

They all gather around the fire.

---

Uther’s chambers

Gaius enters the King’s chambers. Uther is alone and the place is messy.

Gaius: Gwen?

Gaius goes out to look for Gwen.

---

Camelot: Lower town

Gaius : Gwen ?

Gaius discovers Gwen, lying unconscious in the street. One of the guards is dead, frozen.

[SCREAMING]

Gaius is attacked by the Dorocha. Gaius waves his torch and gets rid of him.

---

Hunter's lodge

Merlin: You don’t have to continue on this journey with me you know.

Lancelot chuckles.

Lancelot: Try and stop me.

Merlin: Why, because you’re a knight you feel honour-bond.

Lancelot: You wouldn’t understand. It doesn’t make any sense to me either.

Merlin: Gwen?

Lancelot: I made her a vow I would keep Arthur safe.

Merlin: You don’t have to worry. I’ll keep him safe.

Lancelot: I made a vow, Merlin.

Merlin: You still think about her?

Lancelot: No. Arthur’s a better man than me.

Merlin: I’m sorry.

Lancelot: Why? He loves her… and she’s happy.

---

Gaius’s chambers

Gwen: I remember the guards walking to my door… and then… nothing.

Gaius: It’s just a surface wound. You were lucky.

Gwen: Everyone talks about the coldness but I don’t feel cold at all.

Gaius: You weren’t attacked by the Dorocha, Gwen.

Gwen: Then what? Gaius?

Gaius: I fear someone wanted to do harm.

Gwen: Why?

Gaius: I don’t know.

Gwen: I’m sure if they did, they’ve done a better job.

Gaius: Maybe. But cold-blooded murder is suspicious. Better to leave you to the Dorocha.

---

In the forest

In the hovel, Lancelot and Merlin are asleep. The wind blows out the candles and then the fire. Merlin wakes up.

[SCREAMING]

Merlin: Lancelot!

Merlin relights the fire using magic. The Dorocha attacks. Lancelot and Merlin rushes to the door and start running through the forest. They are chased by the Dorocha.

Merlin: *spell* O drakon, e male so ftengometta tesd  ‘hup’ anankes.

Flames burn the Dorocha. The Great Dragon has come to rescue, he lands on a field. Lancelot draws his sword.

Merlin: It’s all right. It’s all right. It’s all right.

Merlin bows slightly to the Dragon.

Merlin: Thank you.

Dragon: Who is your friend?

Lancelot: I am Lancelot.

Dragon: Of course Sir Lancelot. The bravest and most noble of them all.

Lancelot: I’m not sure that is true.

Dragon: We shall see. For now there are more pressing things at hand the Dorocha cannot be allowed to remain in this world. The sundered veil must be restored.

Lancelot: We are on our way to the Isle of the Blessed to help Arthur heal it.

Dragon: Indeed. But at what price?

Merlin: I know the Spirit World demands a sacrifice.

Dragon: It demands noting, it is the Cailleach, the gate keeper to the Spirit World who asks such a price.

Merlin: And there is no other way?

Dragon: There is not.

Merlin: Arthur intends to sacrifice himself to heal the veil. It is my destiny to protect him, you taught me that.

Dragon: Merlin, you must not do this.

Merlin: Then, I have no choice. I must take his place.

Dragon: From the moment I met you I saw something that was invisible. Now it is there all to see…

Merlin: A lot of what you see, Old Friend… is what you taught me.

Dragon: It will be an empty world without you young warlock.

The Dragon flies off.

---

In the forest

Merlin and Lancelot rides.

Lancelot: When we get to the Isle of the Blessed do you really intend to sacrifice yourself ?

Merlin: What do you want me to say?

Lancelot: I look at you and I wonder about myself. Could I knowingly give up my life for something?

Merlin: You have to have a reason. Something you care about. Something that’s more important than anything.

Merlin nudges his horse into a gallop.

They overlook a castle from the top of hill. There is some smoke going out of the castle.

Lancelot: Looks like someone beat us to it.

Merlin: Bandits? Do you think we’ll make it before night fall?

Lancelot: There’s only one way to find out.

They start galloping to the castle.

---

In the castle

Arthur and the Knights sit by a campfire. Gwaine starts taking off his socks.

Elyan: Has something died?

Gwaine: Why am I always the butt?

Sir Leon: Can’t think.

Gwaine: Pick on Percival.

Percival: Why me?

Elyan: He washes.

Sir Leon: And he doesn’t set fire to his socks.

Gwaine’s sock starts to burn.

Gwaine: No!

Arthur: Quiet!

Lancelot enters. He is alone.

Arthur: Lancelot? How’s Merlin?

Lancelot: Bad news… he’s still alive.

Merlin comes in.

Elyan: Merlin!

Arthur: Good to see you, Merlin.

Merlin: Yeah. Good to see you too.

They hug Merlin. Later, they are all asleep except Merlin and Arthur.

Merlin: It’s going to be fine. Everything will be all right.

Arthur: I’m just tired

Merlin: You don’t have to sacrifice yourself.

Arthur: I have to save my people.

Merlin: I will take your place.

Arthur: Merlin…

Merlin: What is the life of a servant compared to that of a prince?

Arthur: A good servant’s hard to come by.

Merlin: I’m not that good.

Arthur: True… One thing… Look after Guinevere. I want her to be happy in her life. She deserves it.

Merlin: Don’t worry. I’ll make sure.

---

Seas of Meredor

Arthur, Merlin, and the Knights arrive on the shore of the Seas of Meredor..

Arthur : The Isle of the Blessed.

The ferryman waits for them by a longboat. They huddle in the boat and it glides across the sea.

[ANIMAL SHRIEKS]

Sir Leon: What is that?

Gwaine: I hope I’m wrong.

[SHRIEKING]

Arthur: Wyvern!

Wyvern shriek as they fly around the fortress

Percival: You’re right!

They enter the fortress, wyvern attack. The Knights try to hit them with their swords. The situation does not look that good.

Merlin: *spell* s’enthend’ apakhorein nun epello –o-o!

The wyvern fly off.

Gwaine: See? That’s how to deal with them!

Arthur: We need to keep moving.

[SHRIEKING]

Sir Leon: Sire, you must go on. We'll fend them off.

They split into 2 groups.

---

Isle of the Blessed – Altar

Arthur, Merlin, Lancelot, and Gwaine arrive in the altar hall.

The Cailleach: It is not often we have visitors.

Arthur: Put an end to this. I demand you heal the tear between the two worlds.

The Cailleach: It was not I who created this horror. Why should it be I to stop it.

Merlin: Because innocent people are dying.

The Cailleach: Indeed?

[SHE LAUGHS]

Gwaine rushes to her with his sword. She knocks him out.

The Cailleach: Is this the best you can do?

Arthur: I know what you want.

The Cailleach: Do you? … and are you willing to let me have it?

Arthur: I’m prepared to pay whatever price is necessary.

Arthur starts walking.

Merlin: *spell* Forb fleoghe!

The Cailleach: So, Emrys, you choose to challenge me after all. Will you give yourself to the spirits to save your prince?

Merlin: It is my destiny.

The Cailleach: Perhaps. But your time among men is not yet over, Emrys, even if you want it to be.

[VOICES SCREAMING]

Lancelot looks at Merlin, smiles and walks into the tear where he disappears.

Merlin: No! No! No! N-No…

[THUNDER RUMBLES]

---

Camelot

Arthur: (voiceover) ‘I want to pay tribute to Sir Lancelot. We owe him a great debt. But it is not just his deed that we will never forget. It is his courage, his compassion, his unselfish heart. He was the most noble knight I will ever know. He gave his life for all of us.

A huge pyre has been set up in the castle yard. There is a folded knight cloak and a sword on the top of the pyre.

All the Knights are gathered; there are soldiers in line around the pyre.

Arthur sets fire to the pyre. Gwen stands in front of the burning pyre. She is crying. Arthur grabs her hand.

Gwen: He didn’t sacrifice himself for Camelot. I asked him to look after you and he promised me with his life. He was true to his word.

Arthur looks slightly puzzled. He pats her on the shoulder and lets her alone in front of the fire.

---

Morgana’s hovel

[MORGANA SCREAMS]

Agravaine: Arthur was lucky.

Morgana: And Guinevere?

Agravaine: It was only by chance that Gaius found her.

Morgana: No you’re wrong. We are not thwarted by luck, it was Emrys.

Agravaine: Emrys?

Morgana: The Cailleach warned me about him. She said he was my destiny and my doom. It was he, who thwarted us, I’m sure of it.

Agravaine: So what’s to be done?

Morgana: As long as he exists, I will never gain what is rightfully mine. You must help me find this ‘Emrys’ and destroy him.

---

Merlin’s room

Merlin is in his room, he seems to be weeping. A door opens in Gaius’s chambers.

Agravaine: Gaius?

Gaius: How can I be of assistance?

Agravaine: You’re a man of great knowledge and wisdom.

[HE SCOFFS]

Gaius: Knowledge, perhaps.

Agravaine: Have you ever come across a sorcerer called Emrys?

Gaius: No, it doesn’t sound familiar.

Agravaine: Well, if you do hear mention of the name…

Gaius: I’ll be sure to tell you.

Agravaine: It will not go unrewarded.

Agravaine leaves the room. Merlin comes out of his room.

Gaius: The only person that could have heard that name… Morgana. We know her powers are growing. She too must have seen the Cailleach.

Merlin: But Agravaine?

Gaius: I suspect he’s not as virtuous as he seems and don’t forget, he has every reason to despise Uther. We must be aware; Morgana can never know the truth. She must never know who you really are.

---

 

Trancription Realbion pour Merlin-HypnoSeries

Kikavu ?

Au total, 93 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Emmalyne 
03.05.2020 vers 13h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

isadu35 
17.02.2019 vers 09h

crystal14 
26.05.2018 vers 18h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

byoann 
choup37 
Locksley 
Merlinelo 
realbion 
Ne manque pas...

Opération maintenance : aidez-nous à faire du ménage sur la citadelle.
Job d'été ! | Plus d'infos

De nouvelles HypnoCards sont disponibles pour les collectionneurs !
HypnoCards | Nouvel arrivage !

Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, 08.08.2022 à 17:07

Viens aider le célèbre détective londonien à départager huit criminels en votant dans le sondage. Bonne semaine à tous

lolhawaii, 09.08.2022 à 01:24

Le calendrier d'août est arrivé sur les quartiers Hawaii 5-0 et MacGyver Ce sont des créations de Terillynn, venez nous donner votre avis svp !!

Supersympa, 09.08.2022 à 23:06

Bonsoir à tous ! Nouveau mois (encore très chaud) sur les quartiers Alias, Angel, Dollhouse et The L Word.

ShanInXYZ, 10.08.2022 à 18:12

Voyage au centre du Tardis : thème de la semaine, l'Aventure qui vous a le plus marqué, on attend vos photos alors passez voir le Docteur

sanct08, 10.08.2022 à 21:43

Bonsoir, animations + forums + sondages vous attendent sur Le Caméléon et X-Files ! De même un nouvel EV vous attend chez Jarod !

Viens chatter !