500 fans | Vote

#113 : Le Mort d'Arthur

Uther envoie Arthur en mission pour tuer la Bête Glapissante mais celle-ci mord le jeune Prince. La morsure de cette créature de l'Ancien Culte est réputée fatale et seul un remède magique peut sauver le Prince héritier de Camelot. Merlin part sur l'île Fortunée pour le trouver...

Popularité


4.43 - 7 votes

Titre VO
La Mort d'Arthur

Titre VF
Le Mort d'Arthur

Première diffusion
10.12.2008

Première diffusion en France
16.05.2009

Vidéos

 Merlin: Le Morte d'Arthur - Preview - BBC One

Merlin: Le Morte d'Arthur - Preview - BBC One

  

113 - Preview

113 - Preview

  

Scènes Arthur/Gwen (VO)

Scènes Arthur/Gwen (VO)

  

Photos promo

Nimueh-La Mort d'Arthur

Nimueh-La Mort d'Arthur

Merlin et Gaius-La Mort d'Arthur

Merlin et Gaius-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Gaius-La Mort d'Arthur

Gaius-La Mort d'Arthur

Merlin et Gaius-La Mort d'Arthur

Merlin et Gaius-La Mort d'Arthur

Gaius-La Mort d'Arthur

Gaius-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Merlin-La Mort d'Arthur

Nimueh-La Mort d'Arthur

Nimueh-La Mort d'Arthur

Nimueh-La Mort d'Arthur

Nimueh-La Mort d'Arthur

Uther-La Mort d'Arthur

Uther-La Mort d'Arthur

Morgane-La Mort d'Arthur

Morgane-La Mort d'Arthur

Plus de détails

Titre original : Le Morte d'Arthur

Réalisateur : James Hawes

Scénariste : Julian Jones


Distribution


Colin Morgan ... Merlin
Bradley James  ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Gwen
Anthony Head ... Uther
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Michelle Ryan ... Nimue
Caroline Faber  ... Hunith


Premières diffusions

Royaume-Uni : 10 décembre 2008
France : 16 mai 2009
États-Unis : 23 août 2009

Lors d'une banale partie de chasse, Arthur et ses hommes se retrouvent face à une créature gigantesque terrifiante à corps de lion et tête de serpent. La patrouille s'éparpille, mais tous n'en réchappent pas.

De retour à Camelot, Merlin décrit la créature à Gaius qui l'identifie comme la Bête Glapissante. Elle tire sa puissance de l'Ancienne Religion et sa morsure est toujours fatale. Uther refuse de croire les dires du vieux médecin, il ordonne aux Chevaliers de Camelot de repartir sur les lieux et de tuer la créature.

Merlin, Arthur et ses hommes progressent prudemment dans la forêt. Ils suivent des traces jusqu'à une grotte où ils pénètrent. Dès qu'ils entrent dans la tanière, la Bête Glapissante bondit sur Arthur et le projette contre une parois de la caverne. Alors que le Prince est inconscient, Merlin fait appel à la magie pour contrôler une épée qui vient se planter dans la créature. Elle se vaporise instantanément. Le jeune magicien se précipite alors vers Arthur et découvre avec effroi qu'il a été mordu à l'épaule.

Uther est dévasté quand les Chevaliers de Camelot ramène son fils, inanimé. Gaius examine le Prince mais doit reconnaître qu'il ne peut rien faire pour le sauver. Merlin s'en veut pour avoir failli à sa destinée, il tente désespérément d'utiliser la magie pour guérir Arthur mais toutes ses tentatives sont vaines. Gaius lui déclare qu'aucune magie ne peut combattre le poison de la Bête Glapissante.

Alors que le château de Camelot se met prématurément en deuil, Merlin refuse de renoncer. Il va voir le Grand Dragon et lui demande ce qu'il doit faire pour sauver Arthur. L'immense créature lui explique qu'il doit se rendre à l'Ile Fortunée et demander aux adeptes de l'Ancienne Religion de sauver Arthur. Eux seuls ont ce pouvoir. Merlin rapporte à Gaius ce que lui a dit le Grand Dragon. Le vieux médecin confirme que la magie ancestrale peut inverser le cours des choses et ramener quelqu'un à la vie mais il y a toujours un prix à payer...

Merlin est déterminée à sauver Arthur, il se rend donc à l'Ile Fortunée où il se retrouve face à Nimue qui semble l'attendre. La sorcière confirme qu'elle peut sauver le Prince mais qu'il y aura un prix à payer car l'équilibre du monde doit toujours être préservé. Désespéré, Merlin accepte. Pour lui, la vie d'Arthur est primordiale et, si pour le sauver il doit lui-même perdre la vie, qu'il en soit ainsi. Nimue lui présente alors la Coupe de Vie, un calice possédé par les sorciers depuis des siècles qui contient le secret de la vie elle-même. Elle lui assure que si le Prince boit l'eau de cette Coupe, alors il guérira.

Merlin rapporte à Camelot le précieux breuvage recueilli dans la Coupe de Vie et le verse précautionneusement dans la bouche d'Arthur sous le regard attentif de Gaius. En examinant son patient, le médecin annonce au jeune magicien qu'Arthur montre des signes de rémission, il vivra. La nouvelle se répand rapidement dans le château et tous se réjouissent de la guérison du Prince de Camelot.

Chez Gaius, Merlin attend son sort, certain que sa vie va lui être enlevée en échange de celle d'Arthur. Mais quand sa mère, Hunith, se présente gravement malade chez le vieux médecin, il comprend que c'est sa vie à elle qui est le prix réclamé par Nimue.

Merlin se précipite dans la caverne du Grand Dragon. Il est désespéré et furieux d'avoir été dupé. L'immense créature lui explique que sa vie est bien plus précieuse que celle de sa mère. Il rappelle à Merlin qu'Arthur doit vivre mais que son père Uther doit mourir afin que la magie puisse reprendre sa place dans le royaume. Hors-de-lui, le jeune magicien assure au Grand Dragon qu'il finira sa vie dans l'obscurité de cette grotte, jamais il ne le libérera et jamais plus il ne viendra le voir. L'immense créature se laisse à son tour gagner par la colère et crache du feu en direction de Merlin.

Le jeune magicien prend une décision : il annonce à Gaius que si Nimue veut prendre une vie, ça doit être la sienne, il va donc retourner à l'Ile Fortunée et offrir sa vie en échange de celle de sa mère. Gaius est dévasté et tente de l'en dissuader mais en vain, Merlin refuse de l'écouter et part.

Avant d'entreprendre son périple, il se rend dans les appartements d'Arthur et s'entretient avec lui. Il déclare au Prince qu'il est à la fois un vaillant combattant et un ami fidèle, deux qualités qui feront de lui un grand roi. Il l'encourage à toujours rester à l'écoute des autres avant de se lancer dans une bataille. Arthur ne se rend pas compte que Merlin est en train de lui faire ses adieux.

Quand Merlin repasse chez Gaius pour y prendre quelques affaires, il découvre une lettre écrite à son attention par le vieux médecin. Celui-ci lui annoce être parti pour l'Ile Fortunée afin d'offrir sa vie à Nimue. Il affirme que la vie du jeune magicien est bien plus précieuse que la sienne... Paniqué, Merlin se précipite hors de la Cité pour le rattraper avant qu'il ne soit trop tard.

Gaius est arrivé à l'Ile Fortunée et il s'entretient avec Nimue. Il lui fait part de sa décision et lui explique qu'il croit dans le monde futur que pourront créer ensemble Arthur et Merlin. Il est donc décidé à sacrifier sa vie pour l'avenir qu'ils apporteront.

Quand Merlin arrive à son tour sur l'Ile Fortunée, Nimue est en plein sortilège. Furieux, Merlin fait appel à toute la puissance de sa magie et lance rageusement un sort sur la sorcière. Un duel de sorciers s'engage entre Merlin et Nimue. Quand le jeune magicien aperçoit le corps sans vie de Gaius, sa rage l'envahit davantage et sa puissance est décuplée. Il frappe Nimue de toute sa puissance et la sorcière se volatilise.

En larmes, Merlin se précipite vers Gaius et le prend dans ses bras. Fou de chagrin, il berce désespérément son ami et mentor dans ses bras. Le vieux médecin ouvre alors les yeux, il est vivant. Nimue a été tuée par le jeune magicien... une vie pour une vie... l'équilibre du monde est intact.

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSeries.

Episode 1.13 - La Mort d'Arthur

 

« Dans un pays de légende, au temps de la magie, le destin d’un grand royaume repose sur les épaules d’un jeune garçon. Son nom : Merlin ».

Forêt

Arthur et ses chevaliers sont à la chasse. Ils entendent un animal gronder au loin.

Arthur (chuchotant) : Merlin ! Ma lance ! (Celui-ci la laisse tomber) Oh ! (Il la ramasse, furieux) N’as-tu donc aucun talent naturel, Merlin ?

Merlin : Non ! Laissez-moi réfléchir : je ne suis ni impoli de nature, ni insensible.

Arthur (levant les yeux au ciel) : Mais juste un peu énervant !

Ils s’avancent. La bête grogne de nouveau. La peur se lit sur le visage de Merlin.

Arthur (Il se retourne et le voit) : Il a probablement davantage peur de toi que toi de lui.

Il fait signe aux chevaliers de se séparer en deux groupes pour prendre la bête en tenaille. Celle-ci surgit brusquement, gigantesque. Merlin lâche son arme et prend la fuite, suivi des autres hommes. Mais son pied se prend dans une branche et il tombe. Arthur et sir Beliver l’aident à se relever, mais le chevalier tombe à son tour. Les autres parviennent dans une clairière où ils s’arrêtent, essoufflés.

Merlin : On l’a semé ?

Arthur : Tout le monde est là ?

Merlin : Où est sir Beliver ?

On entend un homme hurler.

 

*Générique*

 

Dans la salle du Conseil

Uther et Arthur étudient une carte.

Gaius : La créature que vous décrivez a toutes les caractéristiques de la Bête glapissante, Majesté.

Arthur : Ce n’est qu’un mythe !

Gaius : Selon les anciens écrits, l’apparition de la Bête glapissante est censée annoncer une époque de grands bouleversements.

Uther : Gaius, c’est un conte à dormir debout.

Arthur : Que ce soit elle ou non, elle sème la panique. Le peuple craint qu’elle entre dans la ville.

Uther : Tuons cette bête alors. Arthur, rassemble la garde. Vous partirez dès l’aube.

Tous sortent, excepté Gaius.

Gaius : Je vous en supplie, écoutez-moi, Sire. La Bête glapissante est un présage. Je l’ai déjà vu apparaitre… la nuit où Dame Ygerne a perdu la vie.

Uther se tourne vers lui, le regard menaçant.

Uther (glacial) : Je vous ai déjà dit de ne plus jamais évoquer cette nuit ! Car j’ai vaincu l’Ancien culte, Gaius, et ses présages n’ont plus de sens pour moi désormais ! Arthur va tuer cette bête et nous en serons à tout jamais débarrassés ! (Il sort)

 

Cabinet de Gaius

 

Merlin nettoie l’épée d’Arthur. Gaius s’approche de lui avec un grimoire.

Gaius : Ce n’est pas une bête ordinaire, Merlin.

Merlin : Soyez sans crainte.

Gaius : Non écoute-moi tu ne comprends pas. Uther ne respecte peut-être pas l’Ancien culte, mais il n’en existe pas moins. Pour affronter la Bête glapissante, il faut savoir d’où elle vient.

Merlin : Que voulez-vous dire ?

Gaius : Au cœur de l’Ancien Culte réside la magie de la vie et de la mort. Sache que la Bête glapissante détient ce pouvoir : une morsure, et l’on meurt. Et il n’existe aucun remède.

 

La nuit

Le tonnerre gronde, un éclair tombe sur le château. Dans les brumes, on voit la Bête glapissante cracher du feu et Merlin hurler ; deux ombres courent dans la forêt puis Arthur apparait, allongé sur son lit, blessé gravement. La Bête glapissante hurle de nouveau puis on entend un cri et Morgane se réveille, blême, tremblante.

Gwen (se précipitant) : Morgane ? Morgane, réveillez-vous ! (Elle lui prend le visage et tente de la calmer) Réveillez-vous, c’est moi, Guenièvre, Guenièvre, calmez-vous, c’est encore un cauchemar !

Morgane : Il était terrifiant !

Gwen : C’est fini, c’est fini maintenant (Elle la prend dans les bras et la serre, mais Morgane a toujours peur).

 

Le lendemain, dans la cour

Arthur est face aux chevaliers de Camelot.

Arthur (pesant chacun de ses mots) : Vous avez vu l’ennemi que nous allons affronter. C’est une créature cauchemardesque. Mais vous êtes les meilleurs chevaliers du royaume, alors, nous allons la tuer, avant qu’elle ne blesse un autre citoyen de notre royaume (Il sort son épée et les salue avec) Pour l’amour de Camelot !

Chevaliers (imitant son geste) : Pour l’amour de Camelot !

Morgane apparait brusquement en haut des escaliers qu’elle dévale en courant, toujours en chemise de nuit.

Morgane: Arthur !

Arthur (se retournant) : Morgane ? Que vous arrive-t-il ?

Morgane : Vous ne devez pas y aller !

Arthur (Il lui prend les bras, tentant de la calmer) : Morgane, je vous en prie, calmez-vous, il n’y a rien à redouter, vous pouvez être rassurée.

Morgane : Je vous en prie, Arthur, j’ai vu tellement de choses horribles, vous ne pouvez pas y aller (Arthur la regarde en fronçant les sourcils, il ne comprend pas).

Merlin : Elle a sûrement fait un nouveau rêve, je l’emmène voir Gaius.

Morgane : Non ! Je ne vous laisserai pas partir !

Arthur : Merlin, emmène-la à l’intérieur !

Morgane : NON !!!! (Arthur fait signe à des gardes qui viennent l’emmener)

Merlin (l’entrainant dans l’escalier): Je vais veiller sur lui, Dame Morgane je vous le promets.

Morgane (en pleurant) : NON !!! Non, non !

Arthur et Merlin la regardent avant de partir.

 

Dans la forêt

Arthur et les chevaliers l’explorent, à la recherche de traces. Ils découvrent des arbres cassés et jute à côté, une empreinte de pas gigantesque.

Arthur (se relevant) : Suivons les traces. (Ils entendent des grognements au loin) Restons groupés.

Ils suivent les traces et arrivent dans une grotte. Ils y rentrent : Arthur fait un signe et les chevaliers prennent le chemin de gauche. Lui et Merlin explorent celui de droite et découvrent des ossements en partie humains. Un sifflement se fait entendre, les faisant se retourner.

Merlin (paniqué): Qu’est-ce que c’était ?

Arthur : Chut !

Un bruit. Ils regardent autour d’eux ; la Bête glapissante apparait derrière eux, grondant. Arthur repousse Merlin en arrière et attaque le monstre à l’épée, la faisant mugir. Elle le frappe soudain violement, faisant tomber son épée sur le sol. Arthur s’écroule, évanoui. La Bête s’approche, prête à le tuer.

Merlin (hurlant en agitant sa torche) : Hé ! Hiha ! (La Bête se retourne vers lui. Merlin aperçoit l’épée ; il lève la main et jette un sort, lançant l’arme dans le thorax du monstre qui s’effondre. Merlin se précipite vers Arthur et tombe à genoux, le secouant) Elle ne vous a pas mordu ? (Il lève sa main couverte de sang) Arthur ! Arthur !!!! Au secours, venez m’aider !!!

 

Dans le cabinet de Gaius

Musique rapide, paniquée. Merlin pousse tout sur une table pour permettre aux gardes d’allonger Arthur.

Gaius : Que s’est-il passé ? La Bête l’a mordu ?

Merlin : J’ai essayé de le sauver... !

Gaius : Il faut le dire au Roi ! (Les gardes sortent)

Merlin : Il y a bien une chose à faire pour le sauver !

Gaius : J’aimerais qu’il y en ait une.

Merlin : Je trouverai un remède!

Gaius : Merlin !

Merlin : Faites-moi confiance ! (Il se précipite dans sa chambre)

Gaius (se penchant vers le prince) : Arthur, m’entendez-vous ?

Merlin revient avec un grimoire à la main.

Merlin : Attendez !

Gaius : Le Roi va passer le seuil d’un moment à l’autre !

Merlin : Il doit rester en vie ! Mon destin est de protéger cet homme. Nous n’avons pas accompli tout ce que nous devions !

Gaius : C’est la complainte de tout homme.

Merlin : Gaius... C’est mon ami !

Gaius : Alors sauve-le Merlin.

Merlin se concentre ; son œil devient jaune, tandis que les pages volent. Il tente un sortilège puis un autre. Lui et Gaius s’approchent d’Arthur.

Merlin : Peut-être qu’il faut du temps pour que l’effet agisse.

Gaius : La morsure de cette bête l’a condamné et aucune magie ne saurait...

Voix d’Uther (criant) : Je veux le voir ! Où est mon fils ?!

Le Roi entre dans le cabinet. Il se précipite vers le prince.

Uther : Oh, Arthur ! (Il le prend en retenant ses larmes, tandis que Merlin ferme discrètement le grimoire) Faites quelque chose, Gaius !

Gaius : Je m’y emploie, votre Majesté.

Merlin : Gaius va trouver un remède, il ne le laissera pas mourir.

Gaius (faisant les gros yeux à Merlin) : Je ferai tout ce qui y est en mon pouvoir.

Uther (Il le prend dans ses bras): Je vais le porter dans ses appartements (Il inspire profondément, tandis que Gaius et Merlin échangent un regard).

 

 

Cour du château

Uther traverse la cour en portant Arthur, sous le regard de Merlin et du peuple. Soudain, le Roi s’effondre, en pleurs. Des chevaliers se précipitent pour l’aider, ils emmènent Arthur tandis qu’Uther se relève, soutenu par Gaius. A la fenêtre, Morgane a vu la scène.

 

Sous-sols du château

Merlin dévale les escaliers en courant, une torche à la main. Il arrive dans la grotte où l’attend Kilgharrah.

Merlin : Je n’ai pas pu sauver Arthur. J’ai failli à mon destin.

Kilgharrah : Si tel était le cas, mon garçon, tu ne serais pas là.

Merlin : Il a été mordu par la Bête glapissante ! Il va s’éteindre…

Kilgharrah : Respire-t-il encore ?

Merlin : A peine en fait.

Kilgharrah : Alors il est encore temps de le guérir.

Merlin : J’ai essayé ! Je ne peux pas le sauver.

Kilgharrah : Tu ignores comment faire pour le sauver.

Merlin : Mais en seriez-vous capable, vous ?

Kilgharrah (Prenant un air mystérieux) : Peut-être bien… Cela ne sera pas facile…

Merlin : Je ferais n’importe quoi !

Kilgharrah : En es-tu sûr ?

Merlin : Je vous en prie, dites-moi ce que je dois faire !

Kilgharrah : Très bien… La Bête glapissante est une créature à laquelle l’Ancien culte a donné vie. Tu dois faire appel à la magie de l’Ancien culte pour le sauver.

Merlin : Mais l’Ancien culte est mort il y a des siècles de cela !

Kilgharrah : Sache que l’Ancien culte est la magie de la Terre et de même, c’est l’essence qui lie toutes les choses entre elles. Il durera bien plus longtemps que l’ère des Hommes.

Merlin : Mais en quoi cela contribuera-t-il à le sauver ?

Kilgharrah : Tu dois trouver ceux qui l’observent toujours, ceux qui maintiennent la vie et la mort sous leur domination.

Merlin : Où sont-ils ?

Kilgharrah : Rend-toi en un lieu que les Hommes appellent aujourd’hui l’Ile fortunée. Là-bas, le pouvoir des Anciens est encore et toujours présent. Et c’est là que tu trouveras le salut d’Arthur.

Merlin (souriant) : Merci à vous ! Merci à vous ! (Il se retourne pour partir)

Kilgharrah : Un instant, Merlin (Celui-ci se retourne). Le jeune Pendragon doit absolument vivre, quelque soit le prix à payer pour cela (Merlin hoche la tête et part).

 

Dans le cabinet de Gaius

Merlin entre et referme la porte.

Gaius (tenant une potion) : Ah Merlin, te voilà. J’ai besoin de toi. Porte cela à Arthur, sa mort n’en sera que plus douce.

Merlin : Non, il faut lui sauver la vie.

Gaius : Nous avons déjà essayé.

Merlin : La Bête est l’expression de l’Ancien culte, alors le remède ne peut venir que de là.

Gaius : Ils ne sont pas nombreux, ceux qui le connaissent.

Merlin (Tout en parlant, il prépare des affaires): Vous avez dit que l’Ancien culte était toujours vivant. Il y a une île, au-delà des Montagnes blanches…

Gaius : Non !!!!

Merlin (le fixant) : L’Ile fortunée. Vous la connaissez ?

Gaius (baissant la tête) : Elle était à ce qu’il parait le centre de l’Ancien culte, le foyer de son pouvoir.

Merlin : Pourquoi ne m’en avez-vous jamais parlé ?

Gaius : Parce que c’était trop dangereux Merlin…

Merlin : C’est notre seule chance ! Il faut que je la trouve (Il commence à ranger ses affaires dans son sac).

Gaius : Quand tu l’auras atteinte, que demanderas-tu ?

Merlin : La guérison d’Arthur.

Gaius : La Bête glapissante a choisi Arthur, ce qui implique que l’Ancien culte a décidé de son sort !

Merlin : Dans ce cas, je ferai tout pour qu’il n’en soit plus ainsi !

Gaius : C’est loin d’être aussi simple ! (Ils se dévisagent. Gaius baisse la tête) Les grands prêtres ont le pouvoir d’accorder la vie ou la mort mais… il y a évidemment un prix à payer. Ils ne manqueront pas de demander une vie en échange. (Il s’approche de lui) Merlin… Par pitié… Je t’en supplie…

Merlin : Je suis désolé, Gaius, mais quelque qu’en soit le prix, je m’en acquitterai avec joie. (Il sort. Pendant la nuit, on voit Arthur, toujours gravement blessé).

 

Le lendemain, à l’entrée du château

Merlin prépare sa monture ; Gaius s’approche de lui et lui tend un parchemin.

Gaius : Tiens, tu vas en avoir besoin (Merlin le déplie et s’apprête à partir) Ah, j’ai autre chose à te donner (Il lui donne un petit paquet) Ma mère me l’avait remis. C’est une patte de lapin.

Merlin : Pour vous protéger ?

Gaius : Elle était sensée me protéger contre les mauvais esprits. Oh, oh c’est stupide, je ne crois pas aux superstitions, je ne sais pas pourquoi je te l’ai donné (Il tend la main pour la récupérer).

Merlin (souriant) : Non ! Je la garde. (Il la range dans une poche) Merci. (Il monte à cheval) Arrangez-vous pour garder Arthur en vie jusqu’à mon retour. Yah ! (Il part au trot. On le voit galoper dans la forêt).

 

Chambre d’Arthur

Le Roi s’approche d’Arthur, toujours gravement blessé. Le prince gémit.

Uther (caressant doucement sa tête) : Chut… Dors, mon enfant. (Il lutte contre ses larmes)

 

Dans la campagne

Merlin chevauche à travers champs. Il s’approche de grandes montagnes.

Voix de Kilgharrah : Rend-toi en un lieu que les Hommes appelaient l’Ile fortunée, au-delà des Montagnes blanches, en direction de la Vallée des Rois déchus. (Merlin regarde sa carte et, reconnaissant les Montagnes blanches, il continue tout droit). Tout au nord des grandes mers de Meridor, il y aura... un lac.

 

Chambre d’Arthur

Gaius est assis sur un fauteuil, il dort profondément. Gwen entre doucement et frappe à la porte, le faisant se réveiller en sursaut. 

Gwen : Gaius (Elle s’approche de lui). Vous devriez aller dormir.

Gaius : Il ne peut pas rester seul.

Gwen : Je veillerai sur lui.

Gaius hoche la tête et sort, visiblement épuisé. Gwen s’approche d’Arthur et retire le linge trempé de son front, avant d’aller en humecter un autre. Puis elle revient vers lui et le tamponne avec.

Gwen : Vous allez rester en vie, Arthur ; faites-moi confiance. Parce que j’ai la certitude qu’un jour, vous deviendrez roi. Vous serez un plus grand roi que votre père ne le sera jamais. (Elle baisse la tête) C’est cette idée qui m’aide à avancer. Vous allez vivre et vous employer à devenir celui que je vois en vous. Vous ferez de Camelot un royaume connu pour sa justice, vous serez un roi que le peuple aimera et que le peuple sera fier d’avoir comme souverain. Pour l’amour de Camelot, vous devez vivre.

Elle lui prend la main et la serre.

 

Cour de Camelot

D’un vitrail, Uther voit le peuple prier, une bougie à la main.

Gaius (s’approchant) : Puis-je faire quelque chose pour vous, Majesté ?

Uther (tête basse): Le peuple a commencé à lui faire ses adieux…

Gaius : Il est toujours en vie, Sire.

Uther : Mais il ne guérira jamais…

Gaius : Pas sans un miracle.

Uther : Je ne crois pas aux miracles.

 

Dans la forêt

Merlin arrive enfin au lac. Il aperçoit une petite barque et, descendant, va s’y asseoir. La cloche sonne seule, comme pour annoncer son arrivée. Il regarde autour de lui, mais ne voit pas de rames.

 

Merlin : Asterai !

La barque avance seule à travers la brume jusqu’à l’île; elle traverse les douves d’un château et s’arrête devant une porte. Merlin monte les escaliers et arrive dans une grande cour où se trouve un autel.

Merlin : Il y a quelqu’un ? (Sa voix se répercute en écho dans le silence)

Une voix de femme: Bonjour, Merlin.

Merlin (Il se retourne brusquement) : Toi !

Nimueh (souriant) : Sais-tu qui je suis ?

Merlin : Nimueh (Elle sourit). Ce n’est pas toi dont le dragon parlait.

Nimueh : Et pourquoi cela ?

Merlin : Tu as essayé de me tuer.

Nimueh : Mais c’était avant de comprendre ton importance.

Merlin : Et Arthur ?

Nimueh : Arthur n’a jamais été destiné à mourir de ma main. Et aujourd’hui il semblerait que j’incarne son salut.

Merlin : Tu sais ce que je suis devenu demandé ?

Nimueh : Oui…

Merlin : Le feras-tu ?

Nimueh (d’un ton impérieux): Je n’ai pas le pouvoir de redonner la vie à quiconque sans rien avoir en échange.

Merlin : Il y a évidemment un prix à payer.

Nimueh : Pour sauver une vie, une mort doit advenir pour que l’équilibre du monde soit restauré.

Merlin : J’échange volontiers ma vie contre celle d’Arthur.

Nimueh : Quel immense courage Merlin! Si seulement les choses pouvaient être aussi simples.

Merlin : Que veux-tu dire ?

Nimueh : Une fois que l’on a conclu ce marché, rien ne peut plus le changer.

Merlin (s’avançant): Quelque soit ce qu’il faut faire, je le ferai ! Sa vie vaut plus de cent fois la mienne.

Nimueh (Elle l’observe puis, s’avançant, saisit une coupe qu’elle lui montre): La Coupe de vie ! Sacrée par des siècles de puissante sorcellerie ! Elle contient en elle le secret de l’existence ! Si Arthur boit l’eau de la Coupe… Il vivra. (Elle la tend à Merlin qui la prend. Nimueh sourit et lève les mains vers le ciel) Tidraynas ! (Les nuages explosent et la pluie se met à tomber, remplissant la coupe. Nimueh la reprend et verse l’eau dans un petit flacon qu’elle tend à Merlin). Le marché est conclu (Elle lui saisit brusquement le bras et un souffle se fait entendre). J’espère que tu ne le regretteras pas. (Merlin se hâte de partir, sous le regard de Nimueh).

 

Le lendemain, au château

Merlin galope dans la forêt et entre en trombe dans le cabinet de Gaius, essoufflé.

Gaius : Merlin !

Merlin (Il sort la fiole et la tend à Gaius) : Donnons vite cela à Arthur !

Gaius : Qu’est-ce que c’est ?

Merlin : L’eau, l’eau de la Coupe de vie ! Si Arthur la boit, il pourra guérir ! Dépêchez-vous Gaius ! (Il le pousse vers la porte mais celui-ci s’arrête) Mais qu’attendez-vous ?

Gaius (impérieux) : Quel prix as-tu payé pour racheter sa vie ? Avec celle de qui l’as-tu échangée ?

Merlin (Il évite son regard et se dirige vers la porte) : Il n’est pas temps d’en parler.

Gaius : Merlin !

Merlin (d’un sourire faussement confiant) : Cessez de vous inquiéter Gaius. Tout se passera très bien, vous verrez. (Il sort. Gaius le suit en fixant la coupe).

 

Chambre d’Arthur

Gaius commence à verser l’eau dans la bouche d’Arthur, tandis que Merlin lui lève la tête. Uther entre à ce moment.

Uther : Que faites-vous, médecin ? (Gaius et Merlin se redressent) Que lui donnez-vous ?

Gaius : C’est un... (Il hésite et regarde Merlin, alors qu’Uther le dévisage) C’est une teinture élaborée à partir de l’eau bénie, Majesté. C’est un ancien remède contre les piqures venimeuses.

Uther (s’avançant) : Un remède ?

Gaius : Nous l’espérons.

Uther : Croyez-vous qu’il aura un effet positif ?

Gaius : C’est notre dernier recours, Sire. (Il se penche et finit de verser l’eau dans la bouche d’Arthur). Vous devriez peut-être le laisser se reposer, maintenant.

Uther : Je ne quitterai pas sa chambre. (Merlin et Gaius s’inclinent et sortent, tandis qu’Uther s’assoie près de son fils).

Ils remontent le couloir lorsque soudain, un bras agrippe Merlin et le tire dans un recoin.

Morgane (le regard hagard) : Sois conscient d’une chose, Merlin : ce n’est que le début. (Merlin la regarde, se dégage et part alors qu’elle le regarde, effrayée).

 

Quelques heures plus tard, dans la chambre d’Arthur

Gaius fait les cent pas. Soudain, Arthur bouge légèrement et se redresse, ne comprenant pas ce qu’il fait là.

Uther (Il se redresse et le voit le regarder) : Ohhh... Arthur !

Gaius les regarde, stupéfait. Le prince s’écroule sur son oreiller.

 

Cabinet de Gaius

Merlin fait les cent pas, fébrile. Gaius entre et ils échangent un regard.

Gaius : Le prince est vivant.

Merlin (Il se prend la tête entre les mains, fou de joie) : Oh !!!

Gaius sourit et referme la porte, tandis que Merlin s’assoie sur une chaise.

 

La nuit, dans la chambre d’Arthur

 

Uther (tapotant l’épaule de son fils) : J’ai cru que nous t’avions perdu.

Arthur : Inutile de vous inquiéter, père, je resterai en vie. J’ai souvent l’impression que l’on veille sur moi... que quelqu’un me protège.

Uther : Tu as peut-être raison. Pour devenir roi, le chemin est périlleux. Alors il te faut un ange gardien (Arthur sourit) Je vais informer la cour que leur prince est vivant (Il sort, rayonnant. Gwen entre, des vêtements dans les bras. Elle regarde Uther puis se tourne vers Arthur qui la regarde).

Gwen (avec un grand sourire) : Je le savais. J’avais dit que vous alliez survivre. (Elle se dirige vers la bassine).

Arthur (Il fronce les sourcils et tend le bras vers elle) : Je crois me souvenir que tu m’as parlé…

Gwen : Heu, vous croyez… ?

Arthur : Tu m’as caressé le front...

Gwen : Vous aviez de la fièvre, je vous rafraichissais.

Arthur : Tu n’as jamais perdu espoir...

Gwen : Je parlais toute seule.

Arthur : Rappelle-moi ce que tu disais ?

Gwen : Je ne m’en souviens plus.

Arthur (en riant) : Si, tu t’en souviens.

Gwen (De plus en plus rougissante) : Non, je regrette…

Arthur : Je vais t’aider... Tu m’as parlé de… de l’homme que tu voyais en moi, tu te souviens ?

Gwen (Elle inspire profondément, prend la panière à linge et se tourne en baissant la tête, tendant de garder contenance) : Non je n’ai jamais dit ça.

Arthur (Avec un grand sourire) : Guenièvre…

Gwen : Je vais aller laver tout ça, Sire (Elle sort le plus vite qu’elle peut, sous le regard amusé d’Arthur).

 

La nuit, au château

Le tonnerre gronde. Merlin est assis sur son lit, pale ; il tourne sa patte de lapin dans sa main. Dehors, une inconnue rentre, recouverte d’une cape. Un éclair éclate et les gardes aperçoivent sur sa main des cloques. Elle rentre dans le cabinet ; le tonnerre gronde et Morgane se réveille en sursaut.

Morgane : Non !

 

Le lendemain matin, dans le cabinet

Merlin dort, la patte de lapin dans la main. Il se réveille et se lève joyeux.

Merlin (dévalant les escaliers) : Gaius ! Je suis vivant ! (Il s’aperçoit que Gaius est à genoux, en train d’examiner quelque chose.. ou quelqu’un) Qu’y a-t-il ? Qu’est-ce qui se passe ?

Gaius : N’approche pas !

Merlin (S’approchant): Qu’est-ce qui y a ?

Gaius : Non, reste où tu es !

Merlin s’avance néanmoins ; il découvre terrifié la peau couverte de cloques d’Hunith.

Merlin : Mère !!!!

Hunith (Râle) : Merlin…

Merlin (Terrorisé) : Qu’est-ce qui lui arrive ?!

Gaius : Elle est gravement malade.

Merlin : Faites quelque chose !!!

Gaius : Si je le pouvais…

Merlin : Mais de grâce ! Essayez !

Gaius : Merlin, il ne s’agit pas d’une maladie ordinaire (Hunith se met à trembler)

Merlin : Ce n’est pas possible !

Gaius : Qui as-tu rencontré sur l’Ile fortunée ?

Merlin : Nimueh.

Gaius : Nimueh ?!

Merlin : Tout s’est passé comme vous l’aviez dit. Elle a demandé un prix, mais c’est ma vie que j’ai échangée, pas celle de ma mère !

Gaius : Merlin, je voudrais pouvoir faire quelque chose…

Merlin (Il prend la main de sa mère et parle d’une voix qui s’étrangle) : Je vais trouver un remède, je te le promets.

 

Dans les souterrains

Merlin dévale les escaliers et arrive à la grotte de Kilgharrah.

Merlin : Vous saviez ce qui allait se passer ! Vous m’avez fait échanger la vie de ma mère contre celle d’Arthur !

Kilgharrah : Tu disais que tu étais prêt à faire n’importe quoi.

Merlin : Saviez-vous que ma mère mourrait ?!

Kilgharrah : Je savais que le prix à payer serait vraiment lourd.

Merlin : Mais vous n’avez pas hésité à m’envoyer…

Kilgharrah : (Le coupant) : Nous avons besoin qu’Arthur reste au prix.

Merlin (furieux) : Apprenez que je ne suis pas un de vous !

Kilgharrah : Nous sommes tous les deux des créatures de l’Ancien culte. C’est la source même de ton pouvoir.

Merlin : Qu’est-ce que cela implique ?

Kilgharrah : Que ton destin est de protéger le jeune Pendragon jusqu’à ce qu’il réclame sa couronne. Car ce jour-là, la magie aura droit de cité dans le royaume, et c’est alors que je retrouverai ma liberté.

Merlin le regarde, stupéfait.

Merlin : Oh… Est-ce la seule chose qui vous importe ? J’ai toujours cru que vous étiez mon ami !!!

Kilgharrah : Je suis bien plus que ton ami, Merlin : je suis ta famille.

Merlin : Non !!! La seule famille que j’ai c’est ma mère, et je l’ai tué par votre faute !

Kilgharrah : Sa vie n’a pas été sacrifiée en vain. Tous les deux, Merlin, nous allons accomplir de grandes choses.

Merlin (La fureur se lit dans ses yeux) : Vous ne serez jamais relâché, à cause de ce que vous avez fait ! Jamais vous ne reverrez la lumière car j’y veillerai ! (Il se tourne pour partir)

Kilgharrah : Merlin ! Rha !!! (Il ouvre la bouche et crache une lampée de feu énorme)

Merlin (Il lève la main) : Caisti ! (Un bouclier apparait, le protégeant) Vous… Vous ne me reverrez jamais !

 

Cabinet de Gaius

Merlin entre et jette un regard interrogateur à Gaius.

Merlin : Où est-elle ?

Gaius : Elle s’est endormie.

Merlin ferme la porte et vient s’asseoir à coté du médecin.

Merlin : Je dois la sauver.

Gaius : Tu ne le peux…

Merlin (En pleurs) : Si l’équilibre du monde a besoin d’une vie, alors Nimueh prendra la mienne.

Gaius : Non Merlin.

Merlin : Si. Je vais retourner sur l’ile (Il se lève mais Gaius l’empêche de partir)

Gaius : Tu es si jeune… Tes dons, ton destin sont bien trop précieux pour être sacrifiés.

Merlin : Mon destin?! Il s’agit de ma mère ! Mes pouvoirs ne signifient rien si je ne peux pas la sauver. (Ils échangent un regard. Merlin secoue la tête) Vous m’avez tellement appris…Vous m’avez appris qui je suis, appris le but ultime des dons que j’ai reçus. Appris que… que la magie devait être utilisée pour servir de justes causes et uniquement pour cela. Mais par-dessus tout, Gaius, vous m’avez toujours appris à agir selon ma conscience.

Gaius (Il baisse la tête) : Merlin...

Merlin (s’essuyant les yeux) : Je vais aller faire mes adieux à Arthur. (Il se lève et sort, sous le regard triste de Gaius)

 

Chambre d’Arthur

Celui-ci se verse un verre de vin, le bras gauche bandé. Merlin rentre.

Arthur : Ah ! Merlin !

Merlin : Vous vous sentez mieux ?

Arthur : Ouais. (Il prend du raisin)

Merlin : Bonne nouvelle.

Arthur : Ouais. C’est à Gaius que je le dois (Il s’assoie dans son fauteuil)

Merlin (hésitant): J’ai quelque chose à vous dire.

Arthur : Tu n’as toujours pas compris hein ? C’est à moi de t’inviter à parler.

Merlin : Pas aujourd’hui...

Arthur (un brin exaspéré): Je me demande parfois si tu sais qui je suis vraiment.

Merlin (s’avançant): Oh je sais très bien qui vous êtes.

Arthur : Bien !

Merlin (En souriant) : Un crétin. (Arthur le regarde, estomaqué) Un crétin royal.

Ils se regardent puis Arthur pose son verre et esquisse un sourire.

Arthur : Changeras-tu un de ces jours, Merlin ?

Merlin : Non, vous vous ennuieriez. (Arthur sert son épaule en grimaçant) Promettez-moi que votre prochain serviteur ne sera pas un infâme flatteur.

Arthur : Tu essaies de me donner ton congé, en somme ?

Merlin : Non… Je suis heureux d’être votre serviteur, et je le serais toujours, jusqu’à mon dernier jour. (Arthur lève les yeux vers lui et le voit qui le regarde l’air grave et triste)

Arthur : Quelques fois je pense bien te connaitre, Merlin. Alors que parfois…

Merlin (Le coupant) : Moi… Je vous connais. Vous êtes un valeureux guerrier ; un jour, vous serez un grand roi.

Arthur : Tes propos me touchent vraiment.

Merlin : Mais apprenez à écouter aussi bien que vous combattez.

Arthur (Faisant les gros yeux) : D’autres conseils, peut-être ?

Merlin (Baissant la tête, l’air triste) : Non… C’est tout. Ne vous… conduisez pas... comme un crétin, retenez simplement cela (Arthur le dévisage, intrigué. Merlin sort.)

 

Chambre de Merlin

Gwen est assise à coté du lit dans lequel est allongée Hunith. Merlin rentre.

Gwen : Gaius a dû aller chercher des plantes, et il m’a demandé de la veiller jusqu’à ce que tu reviennes.

Merlin : Je te remercie.

Gwen (Se levant et venant le voir) : Je suis navrée…

Merlin : Non, elle va aller mieux.

Gwen : J’ai essayé de la soulager le plus possible.

Merlin : Tu as un cœur généreux, Guenièvre, garde-le à jamais.

Gwen fronce les sourcils, surprise. Mais Hunith gémit à ce moment-là et elle sort, les laissant seuls. Merlin s’assoie et lui prend la main.

Merlin : Je te promets que tu vas aller mieux, fais-moi confiance. Tu verras.

Hunith (Souriant) : Tu es un fils si gentil…

Merlin (Posant sa main sur son visage) : Surtout ne te fais aucun souci pour moi. Je sais que les Dieux prendront soin de moi et qu’un jour, je te reverrai.

Hunith : Tu vas me manquer…

Merlin (La gorge serrée) : Tu me manqueras aussi. (Il lui met doucement sa patte de lapin dans la main)

 

 

Le lendemain, dans le cabinet de Gaius

Merlin sort de sa chambre, prêt pour le départ.

Merlin : Gaius ? (Il remarque une lettre avec son nom sur la table)

Voix de Gaius : Cher Merlin, ma vie a déjà presque atteint son terme. Et il faut bien avouer que dans l’ensemble, elle n’avait pas grand intérêt. On ne se souviendra guère de mon passage sur Terre. En revanche, Merlin, ta vie est destinée à de grands desseins. Observe les principes que je t’ai enseigné et j’ai la certitude qu’un jour, tu deviendras le plus grand sorcier de tous les temps. T’avoir connu demeure ma plus grande joie ; et me sacrifier pour toi est avant tout un honneur. Tu es, et tu seras toujours, le fils que je n’ai jamais eu. (Tandis que Merlin lit la lettre, on voit Gaius partir à cheval et se diriger vers l’Ile fortunée)

Merlin : Non !!!! (Merlin sort au galop du château, sous le regard effrayé de Morgane)

 

Sur l’Ile fortunée

Gaius remonte la douve à bateau, avant d’arriver dans la cour. Durant tout le passage, on voit en parallèle Merlin galoper à travers la forêt.

Nimueh : Je n’aurai jamais imaginé vous revoir ici.

Gaius : Madame.

Nimueh : Voilà bien longtemps que vous ne m’avez pas appelé ainsi.

Gaius : Je suis venu vous demander de m’aider

Nimueh (ironiquement) : Comme vous me l’avez demandé autrefois pour Uther. Vous en avez détesté l’issue.

Gaius : Je vous offre l’occasion de racheter la mort de son épouse.

Nimueh (d’un ton sifflant) : Je viens juste de sauver la vie de son fils. Que voulez-vous de plus ?!

Gaius : Que cette fois vous en demandiez un juste prix. Merlin a l’intention de vous donner sa vie en échange de celle de sa mère et… je veux que vous preniez la mienne à la place.

Nimueh (en riant) : Avec tous mes pouvoirs de prédiction, je n’aurai jamais deviné cela. Gaius le héros. (Durement) Pourquoi devrai-je exaucer votre souhait ? Vous êtes resté immobile alors que nos amis brulaient vifs lors des persécutions ! Vous n’êtes rien de plus qu’un traitre !

Gaius : Merlin est le seul à pouvoir rétablir la magie dans ses droits dans ce pays. Aux côtés d’Arthur, il sera à même de créer un nouveau royaume (Nimueh le fixe), un monde paix et de beauté dont nous rêvons tous.

Nimueh (s’approchant de lui et le regardant durement, sans sembler le croire) : Et vous êtes prêt à sacrifier votre vie pour l’avenir qu’ils construiront ? (Impérieusement) J’ai posé une question. Etes-vous prêt à renoncer à la vie ? Gaius ?

Gaius (hochant la tête) : Pour Merlin, je suis prêt à donner ma vie.

Celui-ci arrive enfin à l’Ile, épuisé. Il entend Nimueh prononcer une formule de l’autre coté du rivage. Lorsqu’il arrive enfin dans la cour, il est trop tard : Gaius git près de l’autel, alors que Nimueh tend la Coupe de vie vers le ciel en finissant sa formule.

Merlin : Arrête !!

Nimueh (Elle l’aperçoit et sourit) : Merlin, déjà de retour ? (Elle pose la coupe sur l’autel et se dirige vers lui)

Merlin : Mais qu’as-tu fait ?!

Nimueh : Ta mère est sauvée. N’est-ce pas ce que tu voulais ?

Merlin : Tu l’as tué ?

Nimueh : C’est ce qu’il souhaitait.

Merlin (Poussant un soupir d’exaspération) : J’ai offert ma vie pour Arthur, pas celle de ma mère ni celle de Gaius !

Nimueh (durement) : L’Ancien culte n’a cure de ce qui reste ou non en vie. Ce qui importe, c’est que l’équilibre du monde soit restauré ! Pour sauver une vie, il faut prendre une vie et cela Gaius le savait.

Merlin (furieux) : Il ne s’agit pas de l’Ancien culte, tu es l’instigatrice de tout cela !

Nimueh (souriant) : Calme-toi. Nous sommes trop complémentaires pour devenir ennemis.

Merlin : Non, je n’ai rien à voir avec toi !!!

Nimueh : Avec mon appui, Arthur deviendra roi !

Merlin : C’est grâce à moi qu’il le deviendra, mais tu ne verras jamais ce jour ! Rachiti ! (Il lance du feu sur Nimueh. Celle-ci lève la main, ses yeux brillent et sa main l’avale)

Nimueh (Elle sourit) : Tes enfantillages n’ont aucune prise sur moi, Merlin. (Elle fait un geste de la main et du feu apparait) Je suis une prêtresse de l’Ancien culte. Foreaben !

Merlin se jette à terre et la boule finit dans un des murets, le faisant exploser. Il se relève, tandis qu’elle fait réapparaitre une boule. Toi aussi tu es une créature de l’Ancien culte. Tu devrais te joindre à moi.

Merlin : Tu crois que je pourrais m’associer à des forces aussi cruelles et maléfiques ? Jamais !

Nimueh : Comme tu veux ! Rocale ! (Elle lance la boule de feu sur Merlin. Celle-ci le percute, l’envoyant voler en arrière)

Merlin : Aaahh !!! (Il gémit de douleur. Le feu a transpercé sa chemise, y créant un grand trou. Nimueh l’observe d’un air froid)

Nimueh (S’approchant de lui) : Dommage. Tous les deux, nous aurions pu diriger le monde.

Elle fait demi-tour et part. Merlin gémit, puis il rouvre les yeux et se redresse lentement, avant de la fixer d’un air dur.

Merlin (Du ton le plus dur qui soit) : Tu n’aurais jamais dû tuer mon ami.

Nimueh se retourne et le fixe. Merlin lève les yeux vers le ciel, il tend la main, et lentement, sous le regard de la prêtresse, il créait un orage, dirigeant un de ses éclairs vers Nimueh qui explose lentement en hurlant alors qu’il se protège de la main. La pluie se met à tomber et Merlin se précipite vers Gaius.

Merlin : Gaius ! Gaius ! Gaius !!! (Il le secoue, des sanglots dans la voix) Non !!!! Non !!!!!!!! (Il commence à pleurer)

Gaius : Ah.. Merlin..

Merlin : Hé ?

Gaius : Merlin..

Merlin : Gaius.. Gaius.. Gaius vous êtes vivant ! (Il le sert contre lui)

Gaius (D’une voix faible) : Qu’est-ce que tu as fait ?

Merlin : Nimueh est morte. L’équilibre du monde a dû être restauré.

Gaius : Tu es vraiment incroyable. Tu viens de maitriser le pouvoir de vie et de mort, tu te rends compte ?! Nous allons faire de toi le plus grand sorcier de tous les temps !

Merlin : Vous croyez en moi à présent ?

Gaius : Hé bien… Je croirai en toi si tu arrêtes.. si tu arrêtes cette maudite pluie diluvienne ! (Ils se regardent et éclatent de rire sous la pluie. Le tonnerre tonne tandis que l’on revoit l’ile d’Avalon, et un cri se fait entendre.)

Kilgharrah : Merlin ! Merlin ! Merlin !! Non ! (Dans sa caverne, Kilgharrah se débat en vain) Non ! Non !! Merlin !!!! (Morgane se réveille en sursaut, comme si elle avait entendu les hurlements du dragon, et regarde autour d’elle effrayée).

 

*FIN*

Écrit par choup37 pour Merlin HypnoSeries.

[Ce script a été réalisé grâce au travail de Lika_mikala sur LJ, nous la remercions de nous avoir autorisés à reprendre son texte.

We are very grateful to Lika_mikala for allowing us to use her work. Thanks]

113 – Le Morte d'Arthur

“In a land of myth and a time of magic, the destiny of a great kingdom rests on the shoulders of a young boy. His name: Merlin.”

 

Forest

Arthur's hunting party sneaks through the woods.

ARTHUR: Merlin, spear.

Merlin drops it on him.

ARTHUR: Do you have any natural gifts, Merlin?

MERLIN: No. Well, let me think. I'm not naturally rude or insensitive.

ARTHUR: Just naturally irritating.

They move forward and hear growling noises. Arthur catches Merlin's expression.

ARTHUR: It's probably more scared of you than you are of it.

Arthur signals to his knights where to go. Questing Beast jumps out at them. Arthur drops his spear and they all run. Merlin falls. Arthur and Sir Bedivere help him up. Bedivere subsequently falls and gets killed by the beast.

MERLIN: Have we lost it?

ARTHUR: Who's missing?

MERLIN: Where's Sir Bedivere?

SIR BEDIVERE: *scream*

 

Castle – Council Chamber Of Doom

GAIUS: The creature you describe has all the characteristics of the Questing Beast.

ARTHUR: Surely that's a myth.

GAIUS: According to the old books, the appearance of the Questing Beast is supposed to foreshadow a time of great upheaval.

UTHER: Gaius, it's an old wives' tale.

ARTHUR: Look, whatever it is, it's spreading panic. The people fear it will enter the city.

UTHER: Then we must kill it. Arthur, gather the guard together. You ride at dawn.

GAIUS: I beg you, Sire, do not dismiss this. The beast is an omen. I've seen it come before, the night your wife Ygraine passed away.

UTHER: I've told you not to speak of that night again. I have conquered the Old Religion. It's warnings mean nothing to me now. Arthur will destroy the beast and we will no longer suffer at its hand.

 

Gaius’s Chambers

GAIUS: This is no ordinary beast, Merlin.

MERLIN: Don't worry.

GAIUS: No, listen to me, you don't understand. Uther may not respect the Old Religion, but it is very real. To face a beast such as this, you must understand where it came from.

MERLIN: What do you mean?

GAIUS: At the very heart of the Old Religion lies the magic of life and death itself. The Questing Beast carries that power. One bite, you die, and there is no cure.

 

Morgana’s Chambers

Morgana dreams of the dragon flaming, Merlin yelling "NO!", Arthur and Merlin running in the woods, Arthur lying sick in bed, and the Questing Beast. Morgana bolts up in bed screaming.

GWEN: Morgana? Morgana?! Wake up.

Gwen struggles with flailing Morgana.

GWEN: Wake up, it's me! It's Gwen! Stop it! It was just another dream.

MORGANA: It was terrifying.

GWEN: Oh, it's going to be alright.

Gwen hugs Morgana.

 

Castle – Main Square

Arthur speaks to his knights.

ARTHUR: You've seen the foe we face. It's a creature of nightmare, but you are the best knights in the realm. We can, and we will, kill it before it harms another citizen of our kingdom.

Arthur draws his sword.

ARTHUR: For the love of Camelot!

The knights draw swords.

KNIGHTS: For the love of Camelot!

Morgana rushes out of the palace in her nightgown, hysterical.

MORGANA: Arthur!

ARTHUR: Morgana, what are you doing?

MORGANA: You cannot face this!

Morgana tries to grab him, Arthur struggles with her.

ARTHUR: Morgana, go back to bed. There is nothing to be afraid of.

MORGANA: Please, Arthur. I have seen terrible things! You cannot go!

MERLIN: She probably had a bad dream, Sire. I'll take her to see Gaius.

MORGANA: No! I will not let you go!

ARTHUR: Please, Merlin, get her inside.

MORGANA: No!

Arthur hands her off to Merlin and motions for the guards to come down. Merlin guides Morgana up the steps.

MERLIN: I will make sure he's safe, My Lady. I promise.

MORGANA: No!

Merlin hands her off to the guards.

MORGANA: No!

Guards lead her inside.

 

Forest

Arthur and knights sneak through the woods. Arthur finds gigantic paw print.

ARTHUR: Let's follow the trail.

They hear growling and heavy footfalls.

ARTHUR: Keep close.

They find and enter beast's lair. Merlin and Arthur split from the rest. they hear hissing.

MERLIN: What is it?

ARTHUR: Shh!

Questing Beast sneaks up on them. Arthur pushes Merlin out of the way and takes on the beast. The beast claws him in the chest, throwing him to the ground. It moves in on Arthur. Merlin tries to distract it by waving his torch.

MERLIN: Hey! Hey!

Merlin uses magic to pick up Arthur's dropped sword.

MERLIN: Fléoge! Bregdan anwiele gefeluc!

Merlin enchants the sword and magically throws it into the Questing Beast, killing it. Merlin goes to Arthur and shakes him.

MERLIN: It didn't bite you. It didn't.

Merlin sees blood on his hand.

MERLIN: Arthur?! Somebody help me!

 

Gaius's Chambers

Merlin clears a table with one sweep. Guards place Arthur's stretcher on it.

GAIUS: What's happened?

Gaius looks at Arthur's wound.

GAIUS: He's been bitten.

MERLIN: I tried to save him.

GAIUS: You must tell the King.

MERLIN: There must be something you can do.

GAIUS: I wish there was.

MERLIN: I'll find a cure.

GAIUS: Merlin!

MERLIN: Trust me!

Merlin bolts into his room.

GAIUS: Can you hear me, Sire?

MERLIN: Here.

Merlin brings out magic book.

GAIUS: The King'll be here any moment!

MERLIN: He can't die. It is my destiny to protect him. We haven't done all the things we're meant to do.

GAIUS: That is a lament of all men.

MERLIN: Gaius, he's my friend.

GAIUS: Then save him.

Merlin uses magic to flip through the book.

MERLIN: Gestathole.

Nothing happens. Merlin flips through the book again.

MERLIN: Thurhhaele.

Nothing happens.

MERLIN: Maybe the spells need time to take effect.

GAIUS: The bite of the Questing Beast is a death sentence that no magic can overturn.

UTHER: Where is the Prince?! Where is my son?!

Uther enters.

UTHER: Arthur!

Merlin magically closes his magic book.

UTHER: Do something, Gaius!

GAIUS: I am trying, your majesty.

MERLIN: Gaius will find a cure. He will not let him die.

GAIUS: I will do everything in my power.

Uther desperately picks up Arthur himself.

UTHER: I'll bear him to his chamber.

 

Castle – Main Square

Uther walks through the Square with Arthur in his arms, Merlin and Gaius following. Uther collapses in his grief. Four knights come to bear Arthur inside as the King weeps on his knees. Morgana opens a window and watches the scene below.

 

Dragon’s Cave

Merlin rushes to the Dragon's Cave.

MERLIN: I have failed Arthur, failed in my destiny.

KILGHARRAH: And yet, you would not be here if that were true.

MERLIN: He was bitten by the Questing Beast. He's going to die.

KILGHARRAH: Does he still breathe?

MERLIN: Only just.

KILGHARRAH: Then there is still time to heal him.

MERLIN: I've tried. I cannot save him.

KILGHARRAH: You do not know how to save him.

MERLIN: But you can tell me how?

KILGHARRAH: Perhaps. It will not be easy.

MERLIN: I will do anything.

KILGHARRAH: Anything?

MERLIN: Please, just tell me what I have to do!

KILGHARRAH: Very well. The Questing Beast is a creature conjured by the powers of the Old Religion. You must use the same ancient magic to save him.

MERLIN: But the Old Religion died out centuries ago.

KILGHARRAH: The Old Religion is the magic of the earth itself. It is the essence which binds all things together. It will last long beyond the time of men.

MERLIN: But how can that help me save Arthur?

KILGHARRAH: You must find those who still serve it. Those who hold dominion over life and death.

MERLIN: Where?

KILGHARRAH: Go to the place that men call the Isle of the Blessed, where the power of the ancients can still be felt. There you will discover Arthur's salvation.

MERLIN: Thank you. Thank you.

KILGHARRAH: And Merlin, the young Pendragon must live, no matter what the cost.

 

Gaius’s Chambers

GAIUS: Merlin, you're back. I need your help. You must get this to Arthur to ease his passing.

MERLIN: No. We have to save him.

Merlin starts packing food.

GAIUS: You've already tried.

MERLIN: The beast comes from the Old Religion. The cure must come from there as well.

GAIUS: There are not many left with such an art.

MERLIN: You said yourself, the Old Religion is still alive, and there is an island beyond the White Mountains...

GAIUS: No!

MERLIN: The Isle of the Blessed...You know it?

GAIUS: It was said to be the centre of the Old Religion, the focus of its power.

MERLIN: Why did you keep this from me?

GAIUS: Because it was too dangerous, Merlin.

MERLIN: It's our only chance! I have to find it!

GAIUS: And once you are there, what will you ask?

MERLIN: For Arthur to be saved.

GAIUS: The Questing Beast chose Arthur. That means the Old Religion has decided his fate.

MERLIN: Then I will convince them to change their minds!

GAIUS: It is not that simple! The High Priests have the power to mirror life and death, but there will be a price to pay. They will demand a life in return. Merlin, please, I beg of you.

MERLIN: I'm sorry, Gaius. Whatever the price is, I will pay it gladly.

Arthur lies dying in his bed.

 

Castle – Gate

Merlin prepares his horse to leave. Gaius approaches him.

GAIUS: Here.

Gaius hands Merlin rolled parchment.

GAIUS: You'll need a map. And I'm going to give you this. My mother gave it to me.

Merlin unwraps tiny package.

GAIUS: It's a rabbit's foot.

MERLIN: To keep you safe.

GAIUS: It was said to protect you from evil spirits. It's rubbish. I don't believe in superstition. I don't know why I gave it to you.

Gaius reaches to take it back.

MERLIN: No. I want it. Thank you. (sigh) You've got to keep Arthur alive until I get back.

Merlin mounts and rides off through the woods.

 

Arthur's Chambers

Arthur stirs in his fevered sleep. Uther watches him.

UTHER: Shh. Sleep, Arthur.

 

Countryside

Merlin travels through the countryside with the map.

KILGHARRAH (voiceover): You must travel to the place that men call the Isle of the Blessed. Beyond the White Mountains. Through the Valley of the Fallen Kings. To the north of the great seas of place name: Marador, you will find a lake.

 

Arthur's Chambers

Gaius is asleep in the chair next to Arthur's sick bed. Gwen enters and knocks on the door to wake Gaius.

GWEN: Gaius? You should get some rest.

GAIUS: He must not be left alone.

GWEN: I will nurse him.

Gaius leaves. Gwen takes the towel from Arthur's forehead, dips it in a bowl of water, and sits on the bed to tend to him.

GWEN: You're not going to die, Arthur. I'm telling you. Because I know that one day you will be King. A greater king than you father could ever be. It's what keeps me going. You are going to live to be the man I've seen inside you, Arthur. I can see a Camelot that is fair and just. I can see a king that the people will love and be proud to call their sovereign. For the love of Camelot, you have to live.

 

Arthur's Chambers

A crowd gathers outside Arthur's window holding candles. Uther watches from the Griffin Landing window. Gaius comes up behind him.

GAIUS: Is there anything I can get your majesty?

UTHER: The people have begun to say goodbye.

GAIUS: He's not yet gone, Sire.

UTHER: But he will not recover.

GAIUS: Not without a miracle.

UTHER: I don't believe in miracles.

 

Lake / Isle Of The Blessed

Merlin approaches the lake, steps in a little boat.

MERLIN: Astyre.

The propels boat across the lake. Merlin steps out into the fortress on the island and looks around.

MERLIN: Hello?

NIMUEH: Hello, Merlin.

MERLIN: You.

NIMUEH: Do you know who I am?

MERLIN: Nimueh. You can't be who the dragon meant.

NIMUEH: And why is that?

MERLIN: You tried to kill me.

NIMUEH: Before I understood your importance.

MERLIN: And Arthur.

NIMUEH: Arthur was never destined to die at my hand, and now it seems I will be his salvation.

MERLIN: So you know what I've come to ask?

NIMUEH: Yes.

MERLIN: Will you do it?

NIMUEH: I do not have the power to mirror life itself and yet give nothing in return.

MERLIN: I know that a price will be asked.

NIMUEH: To save a life, there must be a death. The balance of the world must be restored.

MERLIN: I willingly give my life for Arthur's.

NIMUEH: How brave you are, Merlin. If only it were that simple.

MERLIN: What do you mean?

NIMUEH: Once you enter into this bargain, it cannot be undone.

MERLIN: Whatever I have to do, I will do. His life is worth a hundred of mine.

NIMUEH: The Cup of Life, blessed by centuries of powerful sorcerers so that it contains the very secret of life itself. If Arthur drinks water from the Cup, he will live.

Merlin takes the Cup.

NIMUEH: Tídrénas.

Nimueh makes it rain on Merlin for a moment. Merlin collects the water in the Cup. Nimueh takes the Cup and pours the water into a small, decorative canteen.

NIMUEH: The bargain is struck. I hope it pleases you.

Merlin rides into Camelot the next morning.

 

Gaius’s Chambers

GAIUS: Merlin!

MERLIN: We need to give this to Arthur.

Merlin hands Gaius the decorative canteen.

GAIUS: What is it?

MERLIN: Water drawn from the Cup of Life. If Arthur drinks from it, he will recover. Please hurry.

Gaius begins to walk out, but stops and faces Merlin.

MERLIN: What are you waiting for?

GAIUS: What price did you pay to redeem his life? Whose life did you bargain?!

MERLIN: We don't have time.

GAIUS: Merlin!

MERLIN: Don't worry, Gaius! Everything's going to be alright.

Gaius and Merlin giving Arthur the water. Uther enters.

UTHER: What are you doing, physician? What are you giving him?

GAIUS: It's a... It's a tincture made from the lobelia plant, an ancient remedy for poisonous bites.

UTHER: A cure?

GAIUS: We hope.

UTHER: Do you really think it will have some effect?

GAIUS: It's our last resort, Sire. Perhaps you should allow him to rest.

UTHER: I will not leave him.

Gaius and Merlin exit. Uther sits by Arthur's bedside.

 

Castle – Central Corridor

Gaius and Merlin head down the corridor. Morgana grabs Merlin's arm and pulls him into an alcove.

MORGANA: Please, Merlin, you must beware. This is only the beginning.

Merlin pulls away and continues down the corridor.

 

Arthur's Chambers

Gaius paces in Arthur's Chambers, Uther sleeps hunched over the bed. Arthur wakes. Uther wakes.

UTHER: Arthur.

Arthur looks around and puts his head back down.

 

Gaius's Chambers

Gaius enters in his chambers where Merlin is pacing.

GAIUS: The Prince lives.

 

Arthur's Chambers

UTHER: I thought we'd lost you.

ARTHUR: Don't worry, Father, I'm not going to die. I think there's someone watching over me, keeping me from harm.

UTHER: Maybe you're right. On your long journey to become King, you will need a guardian angel. I shall inform the court that their Prince lives.

Gwen enters as Uther exits. she puts down the towels she's carrying and looks anxiously at Arthur. Arthur opens his eyes and turns to look at her. Gwen smiles in relief.

GWEN: I knew it. I said you'd be alright.

ARTHUR: I can remember you talking to me.

GWEN: You can?

ARTHUR: You stroked my forehead.

GWEN: I was tending to your fever.

ARTHUR: You never lost faith.

GWEN: I was just talking.

ARTHUR: Tell me again what you said?

GWEN: I don't remember.

ARTHUR: Yes, you do.

GWEN: No, I don't.

ARTHUR: Come on. Something about "the man I am inside."

GWEN: No, I never said that.

ARTHUR: Guinevere...

GWEN: I have to get these washed, Sire.

Gwen exits hurriedly with the dirty cloths. Arthur grins in amusement.

 

Merlin's Chamber

Merlin sits on his bed, waiting to die, while a thunderstorm whips through the night. A figure enters the Camelot on foot. A trembling diseased hand opens the door to the Physician's Chambers. We see Morgana bolting awake screaming. Morning comes and Merlin is still alive. He rushes out of his room.

MERLIN: Gaius! I'm alive!

Gaius is crouching over a collapsed figure on the floor.

MERLIN: What is it? What's happened?

GAIUS: Merlin, stay there!

MERLIN: What's wrong?

GAIUS: No, don't!

Merlin walks over to see Hunith, covered in sores, struggling to breathe on the floor.

MERLIN: Mother!

HUNITH: Merlin.

MERLIN: What's happened to her?

GAIUS: She's gravely ill.

MERLIN: Do something!

GAIUS: If I could.

MERLIN: Please, Gaius!

GAIUS: Merlin, this is no ordinary illness.

MERLIN: This cannot happen.

GAIUS: Who did you meet at the Isle of the Blessed?

MERLIN: Nimueh.

GAIUS: Nimueh?!

MERLIN: It was as you said. She demanded a price, but I bargained my life, not my mothers.

GAIUS: Merlin. I wish there was something I could do.

MERLIN: I will make you better. I will.

 

Dragon’s Cave

MERLIN: You knew this would happen! You had me trade my mother's life for Arthur's!

KILGHARRAH: You said you would do anything.

MERLIN: Did you know my mother would die?

KILGHARRAH: I knew the price would be a heavy one.

MERLIN: But you sent me anyway.

KILGHARRAH: We need Arthur to live.

MERLIN: I'm not one of you!

KILGHARRAH: We are both creatures of the Old Religion. It is the source of your power.

MERLIN: What's that supposed to mean?

KILGHARRAH: Your destiny is to protect the young Pendragon until he claims his crown. And when he does, magic can be returned to the realm. Only then will I be free.

MERLIN: Oh. So that's all you cared about? I thought you were my friend.

KILGHARRAH: I am more than that, Merlin. I am your kin.

MERLIN: No. The only family I have is my mother, and you had me murder her.

KILGHARRAH: Her life has not been taken in vain. We will achieve great things together, you and I.

MERLIN: You will never be released! For what you've done, I'll make sure you never see the light.

KILGHARRAH: Merlin!

The Great Dragon breathes fire at him.

MERLIN: Gescildan!

Merlin blocks the flames.

MERLIN: You won't see me again.

 

Gaius's Chambers

Merlin returns.

MERLIN: Where is she?

GAIUS: She's sleeping.

MERLIN: I have to save her.

GAIUS: You cannot.

MERLIN: If the balance of the world needs a life, then Nimueh must take mine.

GAIUS: No, Merlin.

MERLIN: Yes. I will return to the island.

GAIUS: You are young. Your gifts, your destiny are far too precious to sacrifice.

MERLIN: My destiny? This is my mother. My powers mean nothing if I cannot save her. You have taught me so much. Taught me who I am. Taught me the purpose for my skills. Taught me that magic should only be used for great deeds. But most of all, you have always taught me to do what is right.

GAIUS: Merlin.

MERLIN (sniffle): I need to say goodbye to Arthur.

 

Arthur's Chambers

Merlin enters as Arthur is pouring himself a drink, his other arm in a sling.

ARTHUR: Ah, Merlin.

MERLIN: How are you?

ARTHUR: Good.

MERLIN: I'm pleased.

ARTHUR: Yes. I owe it all to Gaius.

MERLIN: I need to talk to you.

ARTHUR: You still haven't got it yet, have you? I decide when we need to talk.

MERLIN: Not today.

ARTHUR: I sometimes wonder if you know who I am.

MERLIN: Oh, I know who you are.

ARTHUR: Good.

MERLIN: You're a prat. And a royal one.

ARTHUR (chuckle): Are you ever going to change, Merlin?

MERLIN: No, you'd get bored. But promise me this, if you get another servant, don't get a bootlicker.

ARTHUR: If this is you trying to leave your job...

MERLIN: No. I'm happy to be your servant. Till the day I die.

ARTHUR: Sometimes I think I know you, Merlin. Other times... *shakes head*

MERLIN: Well, I know you. And you're a great warrior. One day, you'll be a great king.

ARTHUR: That's very kind of you.

MERLIN: But you must learn to listen as well as you fight.

ARTHUR: Any other pointers?

MERLIN: No. That's it. Just...don't be a prat.

 

Merlin's Chamber

Merlin enters his chamber where Gwen is sitting by Hunith's bedside.

GWEN: Gaius had to go and get some supplies. He asked me to keep an eye on her until you got back.

MERLIN: Thank you.

GWEN: I'm sorry.

MERLIN: No, she'll get better.

GWEN: I've tried to make her feel comfortable.

MERLIN: You have such a good heart, Gwen. Don't ever lose that.

Gwen leaves and Merlin goes to sit with his mother.

MERLIN: I'm going to make you well again. I promise. You'll see.

HUNITH: You're such a good son.

MERLIN: But I don't want you to worry about me. I know that the gods will look after me, and that one day I will see you again.

HUNITH: I will miss you.

MERLIN: I will miss you, too.

Merlin takes out the rabbit's foot and gives it to his mother.

 

Gaius's Chambers

Merlin comes out of his room and begins packing for his trip the next morning.

MERLIN: Gaius?

Merlin finds a note with his name on it. Merlin reads it while Gaius travels to the Isle of the Blessed.

GAIUS (voiceover): Dear Merlin, My life is already near to its end. There has, for the most part, been very little purpose to it, very little that will be remembered. In contrast, Merlin, your life is destined for greatness. Live by the tenets I have taught you, and I believe you will, in time, become the greatest warlock ever. To have known you has been my greatest pleasure, and to sacrifice myself for you is but an honour. You are and always will be the son I never had.

MERLIN: No!

Merlin rides out of Camelot.

 

Isle Of The Blessed

Gaius steps out of the boat onto the island.

NIMUEH: I never thought I'd see you here again.

GAIUS: My Lady.

NIMUEH: It's a long time since you called me that.

GAIUS: I come to ask for your help.

NIMUEH: As you did once before for Uther? You did not like the outcome.

GAIUS: I offer a chance for you to atone for the death of his wife.

NIMUEH: I have saved the life of her son. What more do you ask for?

GAIUS: That this time, you take a just price. Merlin intends to offer his life for his mother's. I want you to take mine in his place.

NIMUEH (laughs): With all my powers of prediction, I could never have foretold this. Gaius the hero. Why should I grant your wish? You stood and watched as our friends burned in the Great Purge. You are nothing but a traitor.

GAIUS: Merlin is the one man who can bring magic back to this land. At Arthur's side, he can help forge a new kingdom. A world of peace and beauty that we can only dream of.

NIMUEH: And you're willing to give your life, Gaius, for the future they will bring? I'm waiting. Are you ready to die, Gaius? Gaius?

GAIUS: For Merlin I will give my life.

Merlin approaches edge of the lake of the Isle of the Blessed, he can hear Nimueh.

NIMUEH: Ic, séo héahsácerd, þe ácwile strengþe ealdan æwfæstnesse!

Merlin rushes onto the island.

MERLIN: Stop!

NIMUEH: Back again so soon, warlock?

MERLIN: What have you done?

NIMUEH: Your mother is safe. Isn't that what you wanted?

MERLIN: Have you killed him?

NIMUEH: It was his wish.

MERLIN: I bid my life for Arthur's, not my mother's, not Gaius's!

NIMUEH: The Old Religion does not care who lives and who dies! Only that the balance of the world is restored. To save a life, a life must be taken. Gaius knew this.

MERLIN: It is not the Old Religion that has done this. It is you.

NIMUEH: Come now. We are too valuable to each other to be enemies.

MERLIN: No! I share nothing with you!

NIMUEH: With my help, Arthur will become King.

MERLIN: I will make Arthur King. But you will never see that day. Ástríce!

Nimueh absorbs his attack.

NIMUEH: Your childish tricks are useless against me, Merlin. I am a priestess of the Old Religion. Forbærne! You, too, are a creature of the Old Religion. You should join me.

MERLIN: You think I would join forces with such a selfish and cruel magic? Never.

NIMUEH: So be it. Ácwele!

The spell hits Merlin.

NIMUEH: Pity. Together we could've ruled the world.

Nimueh walks away. Merlin gets up and glares at her.

MERLIN: You should not have killed my friend.

Merlin uses the power from the clouds to strike Nimueh down. Merlin runs to Gaius.

MERLIN: Gaius! Gaius!

Merlin cradles unconscious Gaius.

MERLIN: No! No! *cries*

GAIUS: Merlin.

MERLIN: Gaius. Gaius. Gaius, you're alive!

GAIUS: What did you do?

MERLIN: Nimueh's dead. The balance of the world has been restored.

GAIUS: You amaze me. You've mastered the power of life and death itself. We'll make a great warlock of you yet.

MERLIN: So you believe in me now?

GAIUS: Well, I would do if...if you could stop this blasted rain.

They laugh.

 

KILGHARRAH: Merlin! No! *roar*

 

Morgana wakes from a nightmare.

 

Écrit par Eriole pour Merlin HypnoSeries.

Kikavu ?

Au total, 97 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Lanna 
18.04.2022 vers 22h

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Emmalyne 
29.04.2020 vers 11h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

isadu35 
22.01.2019 vers 10h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

byoann 
choup37 
Eriole 
Locksley 
mamynicky 
Ne manque pas...

Opération maintenance : aidez-nous à faire du ménage sur la citadelle.
Job d'été ! | Plus d'infos

De nouvelles HypnoCards sont disponibles pour les collectionneurs !
HypnoCards | Nouvel arrivage !

Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, 08.08.2022 à 17:07

Viens aider le célèbre détective londonien à départager huit criminels en votant dans le sondage. Bonne semaine à tous

lolhawaii, 09.08.2022 à 01:24

Le calendrier d'août est arrivé sur les quartiers Hawaii 5-0 et MacGyver Ce sont des créations de Terillynn, venez nous donner votre avis svp !!

Supersympa, 09.08.2022 à 23:06

Bonsoir à tous ! Nouveau mois (encore très chaud) sur les quartiers Alias, Angel, Dollhouse et The L Word.

ShanInXYZ, 10.08.2022 à 18:12

Voyage au centre du Tardis : thème de la semaine, l'Aventure qui vous a le plus marqué, on attend vos photos alors passez voir le Docteur

sanct08, 10.08.2022 à 21:43

Bonsoir, animations + forums + sondages vous attendent sur Le Caméléon et X-Files ! De même un nouvel EV vous attend chez Jarod !

Viens chatter !