500 fans | Vote

#110 : La Vérité

Le village natal de Merlin est attaqué par un seigneur de guerre mais le Roi Uther refuse d'envoyer des troupes pour le défendre. Merlin se rend aussitôt à Ealdor accompagné par Arthur, Morgane et Gwen. Ils tentent de lever une petite armée de villageois pour protéger le village. Mais leurs chances sont bien faibles, Merlin devra-t-il recourir à la magie sous les yeux d'Arthur ?

Popularité


4.33 - 9 votes

Titre VO
The Moment of Truth

Titre VF
La Vérité

Première diffusion
22.11.2008

Première diffusion en France
09.05.2009

Vidéos

110 - BBC Trailer

110 - BBC Trailer

  

Scènes Arthur & Morgana (VO)

Scènes Arthur & Morgana (VO)

  

Photos promo

Arthur et Morgane-The Moment of Truth

Arthur et Morgane-The Moment of Truth

Kanen-The Moment of Truth

Kanen-The Moment of Truth

Merlin et Arthur-The Moment of Truth

Merlin et Arthur-The Moment of Truth

Gwen et Hunith-The Moment of Truth

Gwen et Hunith-The Moment of Truth

Merlin-The Moment of Truth

Merlin-The Moment of Truth

William-The Moment of Truth

William-The Moment of Truth

Morgane-The Moment of Truth

Morgane-The Moment of Truth

Morgane-The Moment of Truth

Morgane-The Moment of Truth

Merlin et Arthur-The Moment of Truth

Merlin et Arthur-The Moment of Truth

William-The Moment of Truth

William-The Moment of Truth

Kanen-The Moment of Truth

Kanen-The Moment of Truth

Morgane-The Moment of Truth

Morgane-The Moment of Truth

Arthur -The Moment of Truth

Arthur -The Moment of Truth

Arthur -The Moment of Truth

Arthur -The Moment of Truth

Gwen-The Moment of Truth

Gwen-The Moment of Truth

Merlin et Hunith-The Moment of Truth

Merlin et Hunith-The Moment of Truth

Gwen-The Moment of Truth

Gwen-The Moment of Truth

Kanen-The Moment of Truth

Kanen-The Moment of Truth

Hunith-The Moment of Truth

Hunith-The Moment of Truth

Merlin-The Moment of Truth

Merlin-The Moment of Truth

Plus de détails

Titre original : The Moment of Truth

Réalisateur : Jeremy Webb

Scénariste : Julian Jones


Distribution


Colin Morgan ... Merlin
Bradley James  ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Gwen
Anthony Head ... Uther
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Caroline Faber  ... Hunith
Alexander Siddig ... Kanen
Joseph Dempsie ... William
Jonathan Aris ... Matthew


Premières diffusions

Royaume-Uni : 22 novembre 2008
France : 9 mai 2009
États-Unis : 16 août 2009

Merlin est stupéfait quand il voit arriver à Camelot sa mère Hunith. Le visage tuméfié, elle vient implorer l'aide du Roi Uther pour son village Ealdor. Un bandit du nom de Kanan terrorise les villageois et exigent toute leur récolte, les condamnant à mourir de fin.

Le souverain de Camelot écoute son récit mais refuse d'intervenir car Ealdor se trouve au delà de la frontière avec le Royaume de Cenred et y envoyer des troupes serait considéré comme un acte de guerre. Hunith tente de le persuader, expliquant que Cenred a refusé d'aider les villageois mais Uther reste inflexible.

Merlin informe Arthur qu'il ne peut plus rester à son service. Il a en effet décidé de partir dès l'aube pour retourner à Ealdor afin de protéger sa mère et ses amis laissés là-bas. Arthur comprend sa décision, il le remercie pour avoir été un serviteur loyal et lui souhaite bonne chance.

Merlin se rend chez Gwen afin de se procurer l'équipement nécessaire pour le combat qu'il est décidé à mener contre Kanan. La jeune femme lui fournit épée et armure. Le jeune magicien est surpris et touché de découvrir que Gwen et Morgane ont pris la décision de l'accompagner : interpelées par le plaidoyer de Hunith devant la Cour, les deux jeunes femmes tiennent à venir en aide aux villageois.

Le petit groupe quitte Camelot et s'arrête dans les bois pour y passer la nuit. Merlin monte la garde et sursaute en entendant du bruit. L'épée à la main, il est prêt à se battre quand il découvre que le visiteur nocturne n'est autre qu'Arthur qui l'informe avoir décidé lui aussi de l'accompagner à Ealdor.

Le jour suivant, les quatre jeunes gens et Hunith arrivent dans le village natal de Merlin. Kanan est là avec quelques hommes en train de piller le village. Arthur s'interpose et le bandit, après avoir évaluer rapidement l'habileté à l'épée de son adversaire, décide de partir. Il promet cependant de revenir et de se venger sur les habitants du village.

Arthur rassemble les villageois, il les convainc de résister à Kanan et de se battre. Tous sont d'accord pour se ranger derrière le Prince sauf William, un ami d'enfance de Merlin, qui déclare n'avoir aucune confiance en Arthur. Le jeune magicien tente alors de persuader son ami des bonnes intentions et des compétences d'Arthur mais William ne veut rien entendre. Il rétorque à Merlin que, s'il avait autant confiance qu'il le prétend en Arthur, alors il ne lui cacherait pas ses pouvoirs.

Merlin est perturbé par ce que William lui a dit, il se demande si Arthur ne le considère vraiment que comme un serviteur et ce qu'il ferait s'il apprenait la vérité. William voudrait que Merlin use de sa magie pour défendre Ealdor.

La nuit venue, Arthur réunit les villageois dans la forge et leur explique son plan de bataille. Il est interrompu par Gwen qui déclare que les femmes d'Ealdor ont, elles aussi, l'intention de défendre leur village et veulent se battre. Arthur esquisse un sourire mais Gwen, Morgane et les autres femmes sont plus que déterminées. Le Prince finit par accepter leur aide.

Merlin a une longue discussion avec sa mère. Il est conscient que les villageois sont inexpérimentés et ont peu de chance de vaincre. Pour que l'issue du combat soit favorable, il lui faudra sans doute faire appel à la magie, y compris sous les yeux d'Arthur s'il le faut. Si le Prince le découvre, alors il ne sait pas ce qui se passera...

Le lendemain, Merlin s'apprête à aider Arthur pour revêtir son armure mais le Prince refuse et s'équipe seul. Le jeune magicien enfile à son tour une cotte de mailles et s'arme. Les deux jeunes hommes sont prêts pour le combat qui se profile. Comme deux égaux, ils échangent une franche poignée de main et se souhaitent mutuellement bonne chance.

Kanan arrive à la tête de ses hommes. Les cavaliers chargent dans le village et le combat s'engage. Hommes et femmes d'Ealdor se battent courageusement, aidés par Arthur, Merlin, Gwen et Morgane, mais les bandits sont plus nombreux et ils n'hésitent pas à tuer les villageois.

William se joint à la bataille. Il explique à Merlin qu'il a changé d'avis sur Arthur. Mais même avec un homme de plus, les villageois sont en fâcheuse posture. Merlin ne voit pas d'autre solution que d'utiliser ses pouvoirs pour éviter un massacre. Il déclenche une mini-tornade que vient faucher les bandits et permettre aux habitants d'Ealdor de reprendre l'avantage. Arthur n'est pas dupe et comprend qu'il y a eu intervention magique sans qu'il arrive à déterminer précisément quelle en est la source. Le Prince combat Kanan, il pense s'être débarrassé du chef des brigands mais, dans un dernier souffle, celui-ci tente une dernière fois de le tuer. Le Prince ne doit la vie qu'à l'intervention de William qui s'interpose et est grièvement blessé à sa place.

Alors qu'ils tentent de soigner William, Arthur s'interroge sur l'identité de celui qui a fait usage de magie. Merlin est sur le point de se dénoncer quand son ami le devance et avoue être l'auteur du sortilège. Le Prince déclare que la magie ne devrait jamais être utilisée puis il sort. William explique à Merlin qu'il comprend désormais pourquoi il doit garder ses pouvoirs secrets, il ajoute que c'est la bonne décision et qu'Arthur deviendra un grand roi avec son aide. Merlin est bouleversé par ses déclarations et par son geste, et c'est avec désespoir qu'il voit William s'éteindre dans ses bras.

Merlin veut rester à Ealdor auprès de Hunith mais elle refuse. Elle a vu quel homme il était en train de devenir et elle lui dit que son destin se trouve à Camelot, aux côtés d'Arthur. Elle ajoute qu'un jour, le Prince sera prêt pour connaître les pouvoirs de Merlin mais en attendant, tout cela doit rester leur secret.

Les villageois, reconnaissants, font leurs adieux aux quatre jeunes gens. Arthur, Merlin, Gwen et Morgane repartent en direction de Camelot et le Prince ne manque pas de rappeler à son serviteur la liste des corvées qui l'attendent quand ils seront de retour dans la Cité.

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSeries.

Episode 1.10 : La Vérité

Voix Off : En un pays de légende, au temps de la magie, le destin d'un grand royaume repose sur les épaules d'un jeune garçon. Son nom : Merlin.

1. EXT. - EALDOR, JOUR :

Le village vaque à ses occupations lorsque soudain des cavaliers armés arrivent au galop. Les paysans courent se mettre à l’abri. Le chef de file s’arrête.

Kanen : Fouillez tout le village! Trouvez-le!

Les bandits fouillent violement, puis deux d’entre eux escortent de force un paysan encombré de provisions qu’ils projettent par terre.

Homme : On l’a trouvé!

Kanen (ironique) : C’est la moisson on dirait!

Un de ses hommes lui tend un sac.

Kanen : Qu’est-ce que c’est que ça? Où est le reste?

Mathieu : J’ai gardé seulement ce dont nous avons besoin pour survivre!

Kanen : Survivre?! Je reviendrais dans une semaine, fermier. Et je tiens à avoir la totalité!

Hunith (s’interposant) : Vous ne pouvez pas nous prendre toute notre nourriture! Nos enfants mourront de faim! Je ne vous laisserais pas faire! (elle tente de reprendre le sac) Vous n’emporterez rien du tout!

Kanen la gifle, Hunith crie en tombant.

Paysan : Hunith!

Kanan décoche un carreau d’arbalète sur le paysan qui accourait. L’homme s’effondre et des villageois se mettent à pleurer. Un jeune homme observe la scène.

Kanen (à Mathieu) : Je te donne une semaine. Ne t’avise pas de me décevoir. (À Hunith) À plus tard ma chérie.

Kanen sourit, carnassier, puis repars avec sa troupe. Hunith les regarde quitter avec un air déterminé.

2. EXT.- CITÉ DE CAMELOT, JOUR:

Hunith marche dans la ville, ses paquets sous le bras. Merlin puise de l’eau non loin puis l’aperçoit.

Merlin : Maman?

Hunith : Merlin!

Ils s’enlacent. Merlin regarde le visage tuméfié de sa mère, horrifié.

Merlin : Que s’est-il passé? Qui a osé te frapper?!

***GÉNÉRIQUE***

3. INT.-  GRANDE SALLE DU CHÂTEAU, JOUR :

La Cour est rassemblée pour entendre Hunith parler au roi.

Hunith : Les hivers sont rudes à Ealdor. Il y a beaucoup d’enfants. Certains ne seront tout simplement pas assez forts pour survivre. C’est à peine si nous avons assez de nourriture et… si Kanen nous prend notre récolte, nos enfants ne verront pas l’été prochain. Je vous en prie, nous avons besoin de votre appui.

Uther : Ealdor est dans le royaume de Cenred. C’est lui qui est responsable de votre sécurité.

Hunith : Nous avons demandé de l’aide à notre roi mais il ne s’intéresse guère aux régions reculées. Vous êtes notre unique espoir.

Uther réfléchit. Tout le monde attendant son verdict.

Uther : J’éprouve pour vous la plus profonde compassion. Et j’aimerais beaucoup faire disparaître ce barbare de la surface de la terre.

Hunith : Vous nous viendrez en aide?

Uther : J’aimerais pouvoir le faire.

Arthur : Nous pouvons sûrement envoyer quelques hommes?

Uther : Mais non là n’est pas la question.

Morgane : Alors qui y’a-t-il?

Uther : Ealdor se trouve au-delà de la crête d’Ascetir. Si une armée de Camelot y entrait, ce serait un acte de guerre.

Hunith (s’agenouillant): Je sais que vous êtes un bon roi, et un homme bienveillant. Je vous implore à genoux. Je vous supplie de nous aider.

Uther : L’accord que nous avons conclu avec Cenred a exigé de nombreuses années. Je ne peux pas mettre en péril des centaines de vies pour un seul petit village. Je crains que Camelot ne puisse rien pour vous.

Hunith baisse la tête, vaincue. Dame Morgane s’avance pour l’aider à se relever.

4. EXT. - REMPART DU CHÂTEAU, JOUR :

Merlin rejoint Arthur sur les remparts du château.

Arthur : Je suis désolé. S’il n’avait tenu qu’à moi nous serions maintenant en route.

Merlin : Vous avez essayé. Merci d’avoir obtenu une audience auprès du roi.

Arthur : J’aimerais que Camelot puisse aider les gens même lorsqu’il s’agit de villages éloignés.

Merlin prend une inspiration et se tourne vers Arthur.

Merlin : Je vais retourner à Ealdor.

Arthur : Ouais, bien sûr.

Merlin : Ça été un honneur de vous servir.

Arthur : Tu reviendras j’espère?

Merlin : C’est ma mère. Je dois veiller sur elle plus que sur toute autre personne. Vous comprenez?

Arthur : J’agirais exactement de même. Eh bien! Tu as été très mauvais. Mm, vraiment. Je suis sérieux, le pire valet que je n’ai jamais eu!

Merlin (souriant) : Merci, altesse.

Merlin commence à s’éloigner. Arthur le rappelle.

Arthur : Merlin! Bonne chance.

Merlin acquiesce et part.

5. INT. - MAISON DE GUENIÈVRE, JOUR:

Guenièvre aide Merlin à préparer ses affaires. Elle dégaine une épée.

Guenièvre : Tiens. Donne-moi ton impression.

Merlin manie maladroitement l’arme.

Merlin : Oui, oui, mon impression est vraiment bonne. J’ai l’impression, tu vois : (il tapote sur la lame) une épée.

Guenièvre le regarde drôlement puis continue son travail.

Guenièvre : J’ai préparé cette armure pour toi.

Merlin : Je ne pourrais pas porter tout ça.

Morgane entre dans la pièce.

Morgane : Tu n’auras pas à le faire. Nous venons avec toi.

Merlin : Que voulez-vous dire?

Guenièvre : Tu auras besoin de toutes les aides possibles. Je sais réparer une armure et aiguiser une épée.

Morgane : Et je sais me battre.

Merlin (abasourdi): Mais vous… vous ne pouvez pas! Je veux dire, pourquoi vous le feriez?

Guenièvre : Si nous étions à ta place, tu nous aiderais? Tu nous as déjà aidées, tu m’as sauvé la vie.

Morgane : Et tu m’as aidé à faire sortir le jeune druide de Camelot. Nous avons une dette envers toi, toutes les deux.

Merlin les regarde, touché.

6. INT. - APPARTEMENT DE GAIUS, JOUR :

Gaius donne ses conseils à Merlin pendant que celui-ci prépare son sac.

Gaius : Tu as les provisions que je t’ai préparées?

Merlin : Oui.

Gaius : Fais attention avec le vin, tu sais comment tu es : il suffit que tu renifles le goulot et tu chantes comme un marin!

Merlin : Tout ira bien.

Gaius : As-tu une bonne couverture supplémentaire?

Merlin : C’est parfait, je vous assure! Ça se passera très bien.

Gaius : Prend bien tes dispositions pour cela. Fais tout ce qui est nécessaire.

Merlin prend son sac sur ses épaules et met sa main sur l’épaule de Gaius, mais celui-ci le serre dans ses bras. Merlin part.

7. EXT. – FORÊT, JOUR :

Merlin, Morgane, Guenièvre et Hunith font route à cheval.

8. EXT. – PRÈS DU FEU DE CAMP DANS LA FORÊT, NUIT :

Hunith : Elles ne devraient pas être là. En particulier dame Morgane. N’est-elle pas la pupille du roi?

Merlin : On ne s’en douterait pas. C’est la seule personne que je connaisse qui n’a pas peur de lui.

Hunith : Le fait qu’elles soient des femmes ne changera rien pour Kanen.

Merlin : Je sais. Je n’ai pas pu les dissuader de venir.

Il touche la marque sur le visage de sa mère.

Merlin : Je lui ferais payer ce qu’il t’a fait.

Hunith : Promet-moi que tu feras très attention. Personne ne doit savoir qui tu es vraiment.

Merlin : Ils ne seront rien, personne ne sait.

Hunith sourit puis l’embrasse sur le front.

Hunith : Repose-toi.

Elle va se coucher. Merlin enlève une branche du feu et souffle dessus.

Merlin : Draca.

Les tisons dans l’air prennent la forme d’un dragon, l’emblème de Camelot. Hunith soupire.

9. EXT. – DANS LA FORÊT, PLUS TARD :

Merlin est couché sur le sol et se retourne. Il entend un cheval approcher. Il prend son arme et vas voir. Soudain  une épée est pointée sur son dos.

Arthur : Je te demanderais bien de l’argent, mais je sais que tu n’en as pas.

Merlin : Arthur!

Merlin se retourne vivement, son épée passant à quelques centimètres d'Arthur. Celui-ci se baisse juste à temps.

Arthur : Allez, pose cette épée Merlin, tu as l’air ridicule!

Ils se dirigent vers le camp.

10. EXT. – PRÈS DU FEU DE CAMP DANS LA FORÊT, PLUS TARD :

Arthur : C’est encore loin d’ici?

Merlin : Oh, peut-être quelques heures.

Arthur : Kanen à combien d’hommes avec lui?

Merlin : Je ne suis pas sûr. D’après ce que m’a dit ma mère, il en a peut-être une quarantaine.

Arthur : Il vaut mieux se reposer. Demain sera une longue journée. (Il éteint le feu)

Merlin : Merci. Euh, je sais que vous n’étiez pas obligé de venir.

Arthur : Essai de dormir. (Il part se coucher)

11. EXT. – ROUTE, JOUR :

Ils cheminent tous vers Ealdor.

12. EXT. - EALDOR, JOUR :

Les hommes de Kanen fouillent de nouveau le village. Mathieu est emmené devant Kanen.

Homme : Rien là-dedans!

Un paysan tente de dissimuler une trappe avec de la paille dans un enclos pour cochons.

Kanen : Si vous cherchez à me cacher quoi que ce soit…

Un des bandits l’aperçoit, pousse le vieil homme et découvre la cachette.

13. EXT. - FORÊT PRÈS D’EALDOR, JOUR :

Arthur, Merlin et compagnie accélère l’allure et fonce vers le village.

14. EXT. - EALDOR, JOUR :

Un des bandits brandit des sacs de grains.

Homme : Kanen!

Mathieu est complètement découragé.

Mathieu : Je vous en prie, nous devons manger! Et ensemencer les champs pour l’an prochain. Nous n’avons gardé que le minimum! Tout le reste, vous pouvez le prendre.

Kanen (faisant mine de réfléchir) : Ça me paraît équitable.

Kanen frappe Mathieu puis lève son arme.

Mathieu : Non, non! Non!

Une épée se fiche devant Kanen qui arrête son geste. Arthur descend de son cheval et se bat avec un des pillards.

Kanen : Allez-y, tuez-les!

Un autre s’approche de Merlin et engage le fer. Merlin réplique du mieux qu’il peut mais est acculé sous le porche d’un bâtiment. Il fixe des yeux l'épée de son ennemi.

Merlin : Ahatian!

Les yeux de Merlin s’illuminent et le manche de l’arme devient aussitôt rougeoyant, brûlant la main de l’homme. Il hurle de douleur puis lâche l’épée. Merlin en profite pour se débarrasser de son adversaire, sous les yeux d’un jeune homme. Arthur est sur le point de se faire attaquer par derrière lorsque Morgane intervient et gagne le combat.

Morgane : Ça ne vous rappelle pas le temps où je vous battais en duel?

Arthur : Ça n’est jamais arrivé!

Kanen remonte sur son cheval.

Kanen : Vous me paierez ça de votre vie, tous autant que vous êtes!

Les bandits s’en vont. Le jeune homme s’approche Merlin.

William : Tu continu à faire tes tours de magie comme autrefois? Je croyais pourtant t’avoir dit qu’on ne voulait pas de gens comme toi dans les parages.

Ils s’observent un instant puis éclatent de rire.

Merlin : Tu m’as manqué aussi, William! (Ils s‘embrassent) Je suis content de te revoir!

William : Qu’est-ce que tu deviens? Il paraît que tu sers d’esclave à un prince?

Merlin : Non, je ne dirais pas que je suis son esclave, non!

Arthur : Merlin! Rassemble les villageois il faut que je leur parle.

Merlin : Oui un petit moment, je suis en train de parler avec…

Arthur (le coupant: Tout de suite, Merlin! On n’a pas beaucoup de temps!

Merlin : Oui, altesse.

Il lance un regard d’excuse à son ami puis vas rejoindre Arthur.

15. EXT. – EALDOR, PLUS TARD :

Arthur (aux villageois): Je connais les gens de l’espèce de Kanen, il reviendra. Et quand il le fera, nous devrons être prêts à le recevoir. En premier lieu, il nous faut nous préparer à…

William (le coupant: Suis-je le seul à me demander qui diable est ce monsieur?

Arthur : Prince Arthur de Camelot.

William : Ah! Ah oui? Et je suis le prince William, d’Ealdor.

Hunith : Tais-toi! Il est venu aider notre peuple!

William : Il a fait empirer les choses, Kanen vas revenir et à ce moment-là il voudra se venger! (à Arthur) Vous avez signé notre arrêt de mort!

Hunith : Mais il a sauvé la vie de Mathieu!

Arthur : Laissez, Hunith. C’est son village. Que voudrais-tu que nous fassions?

William : On ne peut pas affronter Kanen, ses hommes sont trop nombreux.

Arthur : Et quelle est l’autre solution?

William : On n’a qu’à lui donner ce qu’il veut.

Les villageois désapprouvent.

Arthur : Et ensuite? Ceux d’entre vous qui ne serons pas morts de faim l’affronteront de nouveau à la moisson prochaine. Puis à celle de l’année suivante.

William : On se débrouillera! On survivra!

Les villageois désapprouvent encore plus fortement.

Arthur : La seule manière de ne plus le subir c’est de lui tenir tête farouchement.

William : Non! Vous voulez seulement l’honneur et la gloire de la bataille! C’est cela qui fait agir les hommes comme vous. Si vous voulez vous battre, rentrez chez vous et risquez la vie de votre peuple, pas du nôtre! (Il part)

Merlin : William! (Il le suit)

Hunith : Moi je vous suivrais! Et si je dois mourir, alors je veux mourir en combattant!

Mathieu : Je pense la même chose!

Les villageois : Moi aussi! Moi aussi!

16. INT. – MAISON DE WILLIAM, JOUR :

William remet de l’ordre dans sa maison saccagée par les pilleurs. Merlin entre.

Merlin : Il sait ce qu’il fait, tu dois lui faire confiance.

William soupire.

Merlin (l’aidant) : Écoute, à ma première rencontre avec Arthur j’étais comme toi : je le détestais, je le trouvais prétentieux et arrogant…

William : Ah! Il a pas changé.

Merlin : Mais à mesure que le temps a passé, j’ai finis par le respecter, pour ce qu’il défend et pour ce qu’il fait.

William redresse un mannequin arborant une cotte de maille.

William : Je sais ce qu’il défend. Les princes, les rois, tous ceux qui sont comme lui!

Merlin : William. N’amène pas dans cette discussion ce qui est arrivé à ton père.

William : Je ne le fait pas! Pourquoi tu le défends à ce point-là, tu n’es que son valet!

Merlin : C’est aussi mon ami!

William : Les amis ne se traitent pas entre eux avec arrogance.

Merlin : Il n’est pas comme ça.

William : Vraiment? Attendons que le combat commence et on verra qui il envoie à la mort en premier! Je te garantis que ce ne sera pas lui!

Merlin : J’ai en Arthur une confiance absolue.

William : Ah oui, absolue? Alors il est au courant de ton secret?

Merlin reste silencieux.

William : Admet-le Merlin tu vis dans le mensonge, comme quand tu étais parmi nous. Tu es le valet d’Arthur et rien de plus. Autrement tu lui dirais la vérité.

17. INT. – MAISON D’HUNITH, NUIT :

Tout le monde est couché.

Arthur (à Merlin) : Tu as toujours dormi par terre?

Merlin : Oui. Le lit que j’ai à Camelot c’est du luxe en comparaison.

Arthur : Ça a dû être dur.

Merlin : Mm. Sec comme du roc.

Arthur : Je ne parlais pas de la terre, je voulais dire pour toi : ça a dû être difficile.

Merlin : Pas vraiment. Je connaissais rien d’autre. La vie est simple chez nous, on mange ce qu’on cultive et tout le monde met la main à la pâte. Tant qu’il y a à manger et qu’on a un toit, on est content.

Arthur : Ça a l’air… agréable.

Merlin : Mm. Vous détesteriez.

Arthur : Sans aucun doute. Et pourquoi es-tu parti?

Merlin : La situation avait…changé.

Arthur : Comment cela?

Merlin tarde à répondre alors Arthur frotte son pied nu sur son visage

Arthur : Allez, arrête de faire ton intéressant et raconte-moi.

Merlin : Je ne me sentais plus à ma place. Je voulais un endroit où je pourrais m’intégrer.

Arthur : Et tu as trouvé?

Merlin : J’en suis pas encore certain.

Arthur : Demain, on commence l’entraînement des villageois. Ce sera une longue journée. (Se retournant) Éteint la chandelle.

Merlin s’exécute.

18. INT. – MAISON D’HUNITH, MATIN :

Merlin aide Arthur à enfiler sa veste.

Morgane : Vous ne savez toujours pas vous habiller tout seul?

Arthur : Quand on a un chien, pourquoi happer le bâton soi-même? Sans te vexer, Merlin.

Merlin : Y’a pas de mal.

Hunith : Prince Arthur! (lui tendant un bol) Vous n’avez pas fini votre déjeuner.

Arthur : Vous croyez ça?

Morgane (ironique) : Allez, terminez.

Arthur se force à sourire. Hunith tourne le dos. Il fait alors mine de manger.

Arthur : Mmm!

Il donne le plat à Guenièvre. 

Arthur : Allez, en route. Il nous faut des bâtons, beaucoup de bâtons!

Merlin : Bien sûr!

Arthur sors de la maison suivit par Morgane. Guenièvre prend une bouchée puis tend le plat à Hunith.

Guenièvre : Il l’a trouvé délicieux! (elle s’en va)

Hunith (à Merlin: Il a beaucoup d’affection pour toi.

Merlin : Arthur ferait ça pour n’importe quel village, il est comme ça.

Hunith : Non il y a bien plus que cela! Il est ici pour toi.

Merlin : Je ne suis que son valet.

Hunith : Pour lui tu es plus que cela. Il t’aime beaucoup.

Merlin : Ça, c’est parce qu’il ne me connaît pas. S’il me connaissait, je serais sans doute mort maintenant. (Il sourit)

Hunith : Tu ne penses pas ce que tu dis.

Son sourire se fane.

19. EXT. - EALDOR, JOUR :

Merlin se dirige vers les sous-bois, hache à la main.

William : Merlin! Où vas-tu avec cette hache?

Merlin : Où crois-tu que je vais, on a besoin de bâtons.

William : Ha! On sait tous les deux que tu n’as pas besoin de hache pour abattre un arbre!

Merlin : Et je me souviens des ennuis que ça m’as causé : j’ai failli aplatir le vieux Simon.

William : Ouais, il l’aurait bien mérité ce vieux cornichon!

Merlin (pensif) : Mm. Il m’a jamais beaucoup aimé.

William : Et encore moins après ça.

Merlin rit puis l’observe.

Merlin : Pourquoi tu es comme ça?

William : Tu sais pourquoi!

Il rejoint Merlin et s’assied sur un tronc d’arbre. Merlin s’assied à son tour.

William : Pourquoi tu es parti?

Merlin : Ce n’était pas ce que je voulais. Ma mère se faisait du souci ; quand elle a appris que tu savais, elle était très en colère.

William : Je n’aurais rien dit à personne!

Merlin : Je sais que tu n’aurais rien dit.

William examine Merlin.

William : Tu pourrais vaincre Kanen tout seul, pas vrai?

Merlin : Je suis pas sûr, peut-être.

William : Alors qu’est-ce qui t’arrêtes? Quelle importance si Arthur le voit?

Merlin (se levant) : Je ne crois pas que tu puisses comprendre.

William (se levant aussi) : Essais toujours!

Merlin : Un jour Arthur sera un grand roi mais il a grand besoin de mon aide! Et si quelqu’un s’apercevait un jour de mes pouvoirs, je devrais quitter Camelot pour toujours.

William : Est-ce que tu me dis qu’à cause d’Arthur tu préférais que ta magie reste un secret?! Au lieu de servir à protéger tes amis et ta famille?!

Merlin soupire. Ils regardent le village.

20. EXT. – EALDOR, PLUS TARD :

Arthur entraîne les villageois.

Arthur : Je ne pourrais pas vous enseigner tout ce qu’il y a à savoir sur l’art de se battre avec une épée.

Les villageois forme deux rangés face à face qui se frappent en chœur avec des bâtons.

Arthur : Mais vous pouvez apprendre l’essentiel.  La posture. La manière de parer un coup et d’en porter un. Tous ensembles! Un! (les villageois frappent) Deux! Trois! Quatre! (plus tard) Maintenant vous pouvez vous étendre à des fins. Alors déplacez-vous constamment! Ne restez à porter de votre adversaire que le temps de porter votre coup. On recommence. Un! Deux. Trois. Quatre. Allez, un…

Non loin Morgane et Guenièvre affute des épées.

Morgane : Ils n’arriveront jamais à tenir Kanen à distance.

Guenièvre : Il n’y a pas que les hommes qui sachent se battre!

Morgane lui sourit. Arthur s’approche de Mathieu qui exécute maladroitement les mouvements et lui enlève son bâton.

Arthur : Mathieu. Je voudrais que tu te postes comme sentinelle pour guetter l’arrivée de Kanen et de ses hommes.

Mathieu : Avec plaisir.

Arthur : Au premier signe d’une attaque, je veux que tu reviennes directement ici. N’essaie pas de lui résister tout seul.

Mathieu : D’accord.

Il part. Plus tard, alors qu’Arthur se rafraîchit, Morgane et Guenièvre viennent lui parler.

Morgane : J’ai l’impression que la bataille est perdue d’avance.

Arthur : Ils vont s’aguerrir.

Morgane : Ils en ont besoin.

Arthur (la coupant) : On en est où pour les armes?

Morgane : On n’en a pas beaucoup mais on finira par trouver ce qu’il vous faut.

Guenièvre : Ce ne sont pas les armes qui nous inquiètent, c’est le peu d’hommes qu’il y a pour les manier. Les femmes devraient pouvoir combattre.

Morgane : Vous n’avez pas assez d’hommes. Avec de vrais soldats vous auriez peut-être une chance, mais ce n’est pas le cas.

Arthur : Trop dangereux. Allez tout le monde debout, on reprend l’entraînement!

21. INT. – MAISON D’HUNITH, NUIT :

Tout le monde est couché. Guenièvre et Morgane discute alors que Merlin est éveillé et entend leur conversation.

Guenièvre : On n’a aucune chance de gagner.

Morgane : Arthur ne veut pas le reconnaître, il est têtu comme une mule.

Guenièvre : À votre avis, il est venu ici pour quoi?

Morgane : Pour la même raison que nous. (Elles échangent un regard) Merlin. Arthur peut bien faire semblant de ne pas s’intéresser à lui, mais il ne serait pas là si c’était vrai.

22. INT./EXT. - EALDOR, JOUR :

Arthur parle aux hommes du village à l’intérieur d’un bâtiment.

Arthur : Nous n’arriverons pas à défendre Ealdor avec seulement nos muscles et nos épées, il nous faut un plan. Nous devons trouver un moyen de limiter leur mobilité et de les attirer dans un piège. S’ils nous imposent leur façon de combattre, nous…

Un cri retenti. Les hommes sortent à l’extérieur. Dans le village un cheval arrive avec un homme mort entravé dessus.

Arthur : Descendez-le du cheval!

L’homme, qui s’avère être Mathieu, est déposé au sol. Les témoins sont choqués. Un carreau d’arbalète est planté dans son dos, avec un papier qui y est épinglé. Arthur le lit.

Merlin : Qu’est-ce qui est écrit?

Arthur : « Profitez bien de cette journée, c’est pour vous la dernière ».

Une femme arrive en courant et se jette au pied du corps.

Femme : Mathieu! Nooon! Non! Non!

William : C’est votre faute! Regardez ce que vous avez fait, vous l’avez tué!

Merlin : Ce n’est pas sa faute!

William (pointant Arthur du doigt) : S’il ne s’était pas pavané en nous traitant tous comme son armée personnelle, ça ne se serait jamais produit!

Arthur (à William, pointant les villageois: Ces hommes-là, on assez de courage pour se battre pour leurs convictions contrairement à toi!

William : Vous les envoyez à la tombe!

Arthur regarde la veuve en pleurs.

William : Vous avez tué un homme. Combien d’autres en faudra-t-il pour que vous compreniez qu’il s’agit d’une bataille qu’on ne peut pas gagner?! (Aux villageois) Quand Kanen arrivera vous n’aurez aucune chance! Vous serez massacrés.

23. INT. – MAISON DE WILLIAM, PLUS TARD :

William se prépare à quitter le village. Merlin entre.

William : Merlin, ce que tu vas dire ne m’intéresse pas.

Merlin : Ça devrait, pourtant! Parce que demain Kanen vas attaquer, et que ça te plaise ou non on devra se battre!

William : Pas si je ne suis pas là.

Merlin : Comme tu veux mais nous, nous restons.

Il fait mine de partir puis s’approche de son ami.

Merlin : Joins-toi à nous, William! Il ne s’agit pas d’Arthur, il s’agit de tes amis! Est-ce que tu vas réellement abandonner tes amis?

William : Et toi tu ne l’a pas fait?

Merlin : Je suis là maintenant.

William : Oui! Tu es là et tu peux mettre fin à tout ça! Si tu te servais de ta magie plus personne n’aurais à mourir.

Merlin : Tu sais que je ne peux pas.

William : Ou tu ne veux pas? Ce n’est pas moi qui abandonne ces pauvres gens, Merlin. C’est toi. (Il part).

24. EXT. – EALDOR, JOUR :

Merlin rejoint Arthur devant la maison de sa mère alors qu’il affute son épée, et s’assied à ses côtés.

Merlin : Le père de William a été tué en combattant pour le roi Cenred. Alors il n’a pas confiance dans les gens de la noblesse.

Arthur : Les villageois l’on crut?

Merlin : Non. Il a toujours adoré… il a toujours adoré semer le trouble. Ils ne l’ont jamais écouté.

Arthur : Et s’il a raison?

Merlin : Il n’a pas raison.

Au même moment, Hunith dessert la table chez elle et les entend discuter.

Arthur : Je traite ces hommes comme des soldats et ils ne le sont pas. Tu les a vus combattre, et… ils n’y connaissent rien! Tu dois leur dire de quitter le village avant que Kanen ne revienne.

Merlin : Non nous allons rester, nous allons nous battre! Et nous allons gagner!

Arthur : Merlin, ce n’est pas possible! On a tout contre nous.

Merlin : C’est possible! Nous allons faire regretter à Kanen d’être venus dans ce village! Tout ce que nous avons à faire, c’est préparer les hommes pour le combat. Et le reste… le reste s’arrangera tout seul.

Arthur : Mais comment?!

Merlin : Il vous suffit de croire en eux. Parce que si vous ne croyez pas en eux, ils le sentiront. Et la bataille sera perdue avant même d’avoir commencé.

25. INT. – FORGE D’EALDOR, NUIT :

Arthur s’adresse aux villageois, tous réunit en cercle près d’un feu. William assiste à la scène à l’écart.

Arthur : Demain matin, les femmes et les enfants devront rassembler les affaires qu’ils peuvent porter et partir dans les bois…

Guenièvre : Nous n’irons nulle part.

Arthur : Je sais que tu veux nous aider. Mais les femmes ne peuvent pas rester ici, c’est trop dangereux.

Guenièvre : Les femmes ont le droit de se battre tout autant que les hommes!

Arthur : Mais aucune de vous ne sait comment se battre.

Guenièvre : Plus nous serons nombreuses, plus nous aurons de chances!

Les femmes s’avancent et Arthur se pause un instant.

Arthur : C’est votre patrie. Si vous voulez vous battre pour la défendre c’est votre choix. Je serais honoré de me tenir à vos côtés. Kanen attaquera demain. Kanen est cruel. Il ne se bat que pour tuer. C’est pourquoi il ne pourra jamais nous vaincre. Regardez autour de vous. (Il parcourt le cercle) Dans ce cercle, nous sommes tous égaux. Vous ne vous battez pas parce que quelqu’un vous l’ordonne. Vous vous battez pour infiniment plus que ça. Vous vous battez pour vos foyers! Vous vous battez pour vos familles! Vous vous battez pour vos amis! Vous vous battez pour le droit de cultiver la terre en paix! Et si vous mourrez, vous mourrez en combattant pour la plus noble des causes. En combattant pour votre droit à survivre! Et quand vous aurez des cheveux blancs, vous repenserez à ce jour et vous saurez que vous avez gagné le droit de vivre chaque jour qui s’est écoulé depuis! Vous allez vous battre! Pour votre famille! Pour vos amis! (levant son épée) Pour Ealdor!

Les villageois (se levant tous et dressant leur armes) : Pour Ealdor! Ealdor! Ealdor! Ealdor!

William quitte la pièce.

26. INT. – MAISON D’HUNITH, PLUS TARD :

Hunith est assise seule devant le feu, soucieuse. Merlin rentre et enlève son manteau. Sa mère lui fait signe.

Hunith : Approche.

Il s’assied et elle caresse son visage.

Hunith : Je t’aime tellement mon grand.

Merlin (intrigué) : Qu’est-ce qu’il y a?

Hunith : Je n’aurais jamais dû venir à Camelot. Je sais que j’ai tout gâché.

Merlin : Pas du tout ! Pourquoi tu dis ça?

Hunith : Je sais ce que tu projette de faire.

Un silence s’installe.

Merlin : Si la question est de décider entre sauver la vie des gens et révéler qui je suis réellement… je n’ai pas le choix.

Hunith : Tu ne peux pas dévoiler ton talent à Arthur!

Merlin : Pourquoi pas? Peut-être que le destin veut que ça se passe comme ça. Et s’il refuse de, de m’accepter tel que je suis… alors… il n’est pas l’ami que j’espérais.

27. EXT. – FORÊT PRÈS D’EALDOR, MATIN :

Arthur réfléchit à l’écart. Guenièvre le rejoint avec un plat de nourriture.

Guenièvre : Arthur. Hunith vous préparé à manger.

Arthur : Merci. (À lui-même) Si on peut dire.

Guenièvre : La nourriture est rare pour ces gens, vous ne devriez pas faire le difficile. (Se reprenant) Oh non, j’aurais jamais dû vous parlez comme ça, je suis désolé!

Arthur : Gwen.

Guenièvre (partant) : Je ne sais pas ce qui m’a pris, ça ne se reproduira pas!

Arthur : Guenièvre!

Elle se retourne.

Arthur : Merci. Tu as raison. Et tu as eu raison de parler franchement, j’aurais dû vous écouter Morgane et toi. On aura besoin de toute l’aide qu’on trouvera.

Guenièvre (s’avançant: Tout ira bien.

Arthur : Comment en es-tu si sûre?

Guenièvre : Parce que j’ai foi en vous. (Se reprenant) Je veux dire, on a tous foi en vous!

Arthur : Merci.

Elle sourit brièvement puis repars.

28. INT. – MAISON D’HUNITH, PLUS TARD :

Arthur et Merlin ont enfilé leurs cottes de mailles, Merlin prend l’armure d’Arthur et s’approche de lui.

Arthur : Non, pas aujourd’hui. Met la tienne.

Plus tard Merlin peine a attaché un de ses protèges avant-bras. Arthur l’aide puis met sa main sur son épaule.

Arthur : Tu es prêt?

Merlin : J’ai la gorge sèche.

Arthur : Moi aussi.

Arthur lui tend la main et Merlin l’empoigne.

Arthur : Ça a été un honneur.

Ils hochent la tête puis se retournent.

Merlin : Quoiqu’il arrive pendant le combat, ne changez pas l’opinion que vous avez de moi.

Arthur : C’est entendu. Mais c’est normal d’avoir peur, Merlin.

Merlin : Ce n’est pas ce que je voulais dire.

Arthur : Qu’est-ce qu’il y a? Si tu as quelque chose à dire, c’est maintenant.

Merlin le regarde puis s’apprête à tout lui avouer lorsque Morgane entre.

Morgane : Arthur. Ils ont franchi la rivière.

Arthur suis Morgane à l’extérieur. Merlin est désappointé. Il dégaine son épée.

29. EXT. – EALDOR, JOUR :

Arthur passe devant des villageois rangés contre une maison.

Arthur : Vous êtes prêts?

Paysan : Oui.

Il donne une poignée de main à un villageois.

Arthur : Pour Ealdor.

Il donne une poigné de main à Guenièvre

Arthur : Tu dois avoir peur.

Guenièvre : Pas le moins du monde.

Il hoche la tête puis Guenièvre quitte les rangs. Arthur et Merlin surveillent les alentours du village derrière une clôture contre la maison lorsqu’un cri de guerre retenti et la troupe de bandits arrive au galop. Arthur et Merlin rejoignent les rangs.

Arthur : Attendez. Personne ne bouge avant mon signal.

Les pillards investissent le village mais le trouve désert. Kanen fait signe puis s’arrête, observant l’endroit.

Arthur : Attendez…

Kanen : Allez montrez-vous, montrez-vous où que vous soyez…

Guenièvre (chuchotant) : Tire maintenant!

Guenièvre et d’autres villageois tire sur une corde. Une palissade qui était camouflé par de la paille s’érige alors près des cavaliers, coupant la route aux bandits qui vont aussitôt dans l’autre direction. Pendant ce temps Morgane tente d’allumer un feu plus loin mais peine à l’embraser.

Arthur (chuchotant: Maintenant! Morgane, mais qu’est-ce que vous attendez?! Y’a un ennui…

Merlin quitte les rangs.

Arthur : Merlin!

Il court à découvert derrière les maisons, épée abaissé.

Kanen : En voilà un, attrapez-le! Tuez-le!

Des carreaux d’arbalète frôlent Merlin qui les évite de justesse. Dans la rue parallèle, les malfaiteurs s’empressent de suivre sa trajectoire. Merlin arrive aux côtés de Morgane.

Merlin : Donnez-moi les silex!

Merlin les prends, les frappent ensemble puis tend la main et lance un sort.

Merlin : Baerne!

Aussitôt une flamme naît qui embrase des tranchés, créant un mur de flamme qui bloque le chemin des cavaliers.

Kanen : Demi-tour! Passez de l’autre côté!

Ils passent alors près d’Arthur et des paysans cachés en embuscade.

Arthur : Maintenant!

Tous les villageois sortent de leurs cachettes en hurlant et les combats éclatent. Certains sont armés d’épée, d’autre de fourches et de pelles et désarçonnent les pillards. Merlin transperce son adversaire puis tapote la lame de son épée. Derrière lui un cavalier arrive et brandit son arme. Soudain, William saute d’un toit et plaque le cavalier au sol, le frappe puis prend son épée.

Merlin (souriant) : Je ne pensais pas que tu viendrais!

William (souriant) : Moi non plus!

Ils combattent dos à dos puis observent les combats, se rendant compte de la défaite imminente des villageois.

William : Ils sont bien trop nombreux!

Merlin : Pas pour moi, pas du tout.

Il regarde où en est Arthur puis met sa main au-dessus du sol.

Merlin : Cume thoden!

Un vent se lève, tourbillonnant au sol avant de prendre de plus en plus d’ampleur, jusqu’à devenir une mini tornade. Arthur tente de distinguer les deux amis côte à côte devant le phénomène, avant d’être obligé de lever son bouclier. Tous les combattants sont déséquilibrés ou tombent au sol, les pillards tentant de monter leurs chevaux pour s’enfuir. Kanen, à pied, regarde les villageois défaire ses hommes et les poursuivre. William sourit, les villageois se réjouissent et Morgane et Gwen se serrent dans leurs bras.

Kanen (enragé) : Pendragon!

Il enlève sa cape et son casque alors qu’Arthur se met en position. Kanen attaque mais son adversaire parvient à le désarmer. Kanen lui assène un coup de pied, et pendant qu’Arthur recule, en profite pour retirer une épée d’un cadavre. Le duel reprend. Kanan parvient à bloquer l’épée de son adversaire et à frapper de nouveau. Arthur se ressaisit et leurs épées s’entrechoquent jusqu’à ce qu’il parvienne à donner le coup final et à transpercer Kanen, qui tombe au sol agonisant. Arthur va vers Merlin et William.

Arthur : Qui a fait ça?!

Merlin : Quoi?

Arthur : Une tempête comme celle-là n’avait rien de naturel! Je reconnais la magie quand je la vois. L’un de vous a provoqué cette tempête.

Arthur les dévisage. Merlin s'apprête à tout avouer.

Merlin : Arthur…

Kanen soulève son arbalète puis décoche un carreau. William pousse Arthur de sa trajectoire.

William : Attention!

Il reçoit le projectile de plein fouet et Kanen rend son dernier souffle.

Merlin (hurlant: William!

Arthur et Merlin le soutienne alors qu’il pousse des exclamations de douleur.

Arthur (abasourdi) : Tu viens de me sauver la vie.

William : Ouais! Je sais pas à quoi je pensais!

Arthur : Qu’on le porte à l’intérieur, vite!

30. INT. - MAISON D’HUNITH, JOUR :

Hunith s’empresse de libérer la table avant que William y soit déposé, tremblant et souffrant. Les deux hommes qui l’ont transporté quittent, mais Hunith, Morgane et Guenièvre restent présentes.

William (à Arthur) : Ça fait deux fois que je vous sauve!

Arthur : Deux fois?

William : C’était moi. C’est moi qui ai employé la magie.

Merlin : Ne dis pas ça!

Arthur regarde Merlin.

William : Si si. C’est pas grave, Merlin, je ne vivrais plus assez longtemps pour subir un châtiment. (À Arthur) C’est exact. C’est moi qui l’ai fait. J’ai vu que la situation était désespérée. Je devais faire quelque chose!

Arthur : Tu es donc sorcier?

William rit difficilement.

William : Ouais!

Merlin échange un regard avec sa mère, les larmes aux yeux.

William : Qu’est-ce que vous allez faire? Me tuer?!

Arthur : Non, bien sur que non. (À Merlin) Fais ce que tu peux pour lui.

Arthur met sa main sur l’épaule de William puis quitte la pièce, emmenant Morgane et Guenièvre avec lui. Hunith lance un dernier regard à Merlin puis quitte aussi.

William (souriant) : J’avais raison à propos de ce prince! Je t’avais dit qu’il me ferait tuer!

Merlin se penche sur lui et lui caresse les cheveux.

Merlin : Tu ne vas pas mourir.

William : Tu es quelqu’un de bien! Quelqu’un de remarquable! Et un jour, tu seras le valet d’un grand roi! C’est une chose qui est encore possible.

Merlin : Grâce à toi.

William : On s’ennuyait sans toi dans le village. Content de t’avoir revu!

Merlin (souriant) : Moi aussi.

William souffre de plus en plus.

William : Merlin! Merlin, j’ai peur!

Merlin : T’inquiète pas, ça va aller.

William : Merlin!

Il pousse ses dernières exclamations puis meurt, son visage devenu calme. Merlin pleure.

31. EXT. – EALDOR, JOUR :

Le bucher funéraire brûle devant les villageois rassemblé.

Arthur (À Merlin: Je suis désolé. Je sais que c’était un grand ami.

Merlin : Il l’est toujours.

Arthur : Tu savais qu’il était magicien n’est-ce pas? C’était ça que tu allais me dire?

Merlin (le regard fixe) : Oui. C’était ça.

Arthur : Tu sais combien la magie est dangereuse. Tu n’aurais jamais dû me le dissimuler.

Arthur s’éloigne et Hunith va vers son fils.

Hunith : Il faut te mettre en route.

Merlin : Je n’ai pas à partir.

Hunith : Si, tu dois rentrer.

Merlin : Mais si par malheur il t’arrivait quelque chose?!

Hunith : Je sais où te trouver. Tu dois partir, Merlin. Ta place est aux côtés d’Arthur. J’ai vu combien il a besoin de toi. Et combien tu as besoin de lui. Vous êtes comme les deux faces de la même pièce.

Merlin (souriant en coin) : Quelqu’un a déjà dit ça à notre sujet. (Il lui fait un câlin) Tu vas me manquer!

Hunith (émue) : Tu vas me manquer aussi! Dire que, quand tu es parti, tu n’étais qu’un enfant. Maintenant regarde-toi. Comme je suis fière de toi mon grand.

Elle l’embrasse sur le front.

32. EXT. – ALENTOURS D’EALDOR, JOUR :

Hunith regarde Merlin, Arthur, Guenièvre et Morgane s’éloigner à cheval.

Hunith (voix off) : Quand l’heure sera venue, la vérité sera dévoilée. Jusque-là tu dois garder tes talents cachés. C’est mieux pour tout le monde.

***FIN***

Note : incantations trouvées sur Merlin Wiki.

Écrit par Merlinelo pour Merlin HypnoSeries.

[Ce script a été réalisé grâce au travail de Lika_mikala sur LJ, nous la remercions de nous avoir autorisés à reprendre son texte.

We are very grateful to Lika_mikala for allowing us to use her work. Thanks]

110 – The Moment of Truth

“In a land of myth and a time of magic, the destiny of a great kingdom rests on the shoulders of a young boy. His name: Merlin.”

 

Ealdor

The people of Ealdor go about their day, but scatter when bandits come riding through.

KANEN: Search the place! Find him!

Bandits bring Matthew to Kanen with his arms full of food.

KANEN: It's harvest time.

Bandits hand him a couple of the bags Matthew was carrying.

KANEN: What's this? Where's the rest of it?

MATTHEW: I only kept back what we need to survive.

KANEN: Survive? I'll be back in one week, farmer, and I want to see all of it.

HUNITH: You can't take our food! Our children will starve! I won't let you do this!

Hunith tries to grab the bags that Kanen took.

HUNITH: You're not taking any of it!

Kanen smacks Hunith, who falls to the ground.

VILLAGER: Hunith!

A villager runs to help Hunith; Kanen shoots him with a crossbow.

KANEN: I will give you a week. Don't you dare disappoint me. I'll see you later, sweetheart.

The bandits ride off. Matthew helps Hunith get up.

 

Camelot – Lower Town

Hunith walks into Camelot. Merlin sees her as he's collecting water from the well.

MERLIN: Mother?

HUNITH: Merlin!

She goes to hug him, but he notices her bruise.

MERLIN: What happened? Who did this to you?!

 

Throne Room

Hunith stands before Uther and the court.

HUNITH: The winters are harsh in Ealdor, and there are many children. Some of them just won't be strong enough to survive. We barely have enough food as it is, and if Kanen takes our harvest, our children won't live to see another summer. Please, we need your help.

UTHER: Ealdor's in Cenred's kingdom. Your safety is his responsibility.

HUNITH: We've appealed to our King, but he cares little for the outlying regions. You're our only hope.

UTHER: I have the deepest sympathy for you and would have this barbarian wiped off the face of the earth.

HUNITH: You'll help us?

UTHER: I wish I could.

ARTHUR: Surely we can spare a few men?

UTHER: Resources are not the problem.

MORGANA: Then what is?

UTHER: Ealdor lies beyond the Ridge of Essetir. For an army of Camelot to enter it would be an act of war.

Hunith drops to her knees.

HUNITH: I know you're a good king, a caring man. I'm begging you, help us, please.

UTHER: The accord we've struck with Cenred was years in the making. I cannot risk hundreds of lives for the sake of one village. I'm afraid Camelot cannot help.

Morgana glares at Uther and escorts Hunith out.

 

Castle – Battlements

Arthur looks out over Camelot. Merlin joins him.

ARTHUR: I'm sorry. If it were up to me, we'd be on our way there now.

MERLIN: You tried. And thank you for getting an audience with the King.

ARTHUR: I wish that Camelot was able to help people regardless of how far away they lived.

MERLIN: I'm going back to Ealdor.

ARTHUR: Of course.

MERLIN: It's been an honour serving you.

ARTHUR: You'll be coming back.

MERLIN: Well, she's my mother. I have got to look after her before anyone else. You understand?

ARTHUR: I'd do exactly the same. Well, you've been terrible. Really, I mean it. The worst servant I've ever had.

MERLIN: Thank you, Sire.

ARTHUR: Merlin. Good luck.

 

Gwen’s House

Gwen helps Merlin pack for his trip.

GWEN: Here.

Gwen hands Merlin a sword. He starts to reach for the blade and she sucks in her breath. Merlin grabs the hilt.

GWEN: Tell me how it feels?

MERLIN: Yeah. Yeah that feel...that feels really good. It's very, erm, you know...swordy.

Gwen raises her eyebrows.

GWEN: I've packed some armour for you.

MERLIN: I won't be able to carry all that.

Morgana enters dressed in trousers and a corseted tunic.

MORGANA: You won't have to. We're coming with you.

MERLIN: What do you mean?

GWEN: You're going to need all the help you can get. I can mend armour and sharpen swords.

MORGANA: And I know how to fight.

MERLIN: But y-y- you can't. I mean, why would you?

GWEN: If it was the other way around, you'd help us. You already have. You saved my life.

MERLIN: And you helped me get the druid boy out of Camelot. We owe it to you. Both of us.

 

Gaius's Chambers

GAIUS: You got the food I prepared for you?

MERLIN: Yes.

GAIUS: Be careful with the wine. You know what you're like. One whiff of a barmaid's apron and you're singing like a sailor.

MERLIN: I'll be fine.

GAIUS: Are you sure you don't want an extra blanket?

MERLIN: It's okay, really. I'll be alright.

GAIUS: Well, make sure you are. Do whatever it takes.

Gaius hugs Merlin.

 

Road

Merlin, Morgana, Gwen, and Hunith ride for Ealdor.

 

Woods – Camp

At night, Merlin sits at the campfire with his mother, the others asleep.

HUNITH: They shouldn't be here. Especially the Lady Morgana. Isn't she the King's ward?

MERLIN: Not that you'd know it. She's the only person I know who isn't frightened of him.

HUNITH: It won't make any difference to Kanen that they're women.

MERLIN: I know. But I couldn't talk them out of coming.

Merlin looks at the healing bruise on his mother's face.

MERLIN: I want to make him pay for what he did to you.

HUNITH: Promise me you'll be careful. No one can find out about you.

MERLIN: They won't. They never do.

HUNITH: Get some rest.

Hunith goes to lay down. Merlin takes a burning stick from the fire and blows some flecks into the air.

MERLIN: Draca.

The glowing flecks take the shape of the Pendragon dragon.

 

Woods

Merlin shifts in his sleep and hears horse in the woods. He draws his sword and goes searching through the dark. Someone puts a sword against his back.

ARTHUR: I'd ask you for money, but I know you don't have any.

MERLIN: Arthur!

Merlin whips around and Arthur ducks as the sword swings near his head.

ARTHUR: Put the word down, Merlin. You look ridiculous.

Arthur takes Merlin's sword and walks toward their camp.

 

Woods – Camp

Arthur and Merlin sit at the newly stoked campfire.

ARTHUR: How much further is it?

MERLIN: Er, maybe a few hours.

ARTHUR: How many men does Kanen have?

MERLIN: Erm, I'm not sure. I think, from what my mother said, maybe as many as forty.

ARTHUR: You should get some rest. It's going to be a long day tomorrow.

MERLIN: Thank you. Erm, I know you didn't have to come.

ARTHUR: Get some sleep.

 

Road

Arthur, Merlin, Morgana, Gwen, and Hunith ride for Ealdor.

 

Ealdor

Bandits burst into the village looking for the rest of the food.

MATTHEW: Wait.

BANDIT: What's in here? What's there?

KANEN: If you're hiding anything from me...

Merlin's party continues to ride. Kanen's men discover a hidden stash.

BANDIT: Kanen!

The bandit holds up bags of food. A village woman touches a young girl on the shoulder.

VILLAGE WOMAN: Stay there. Stay there.

MATTHEW: Please, we have to eat.

KANEN: Oh.

MATTHEW: And re-sow the fields for next year! We only kept the bare minimum! Everything else you can take.

KANEN: That sounds fair.

Kanen strikes Matthew, and raises his axe for a final blow.

MATTHEW: No!

Arthur throws a sword into the post behind Kanen, rides up, dismounts, fights the bandits. Merlin rides up and dismounts too.

KANEN: Kill them!

Merlin fights a bandit. girls arrive and dismount. Merlin caught against a door in his sword fight.

MERLIN: Hætende.

The bandit's sword heats up. William watches him. Bandit drops sword. Merlin kills him. The bandit attacks Arthur from behind, but Morgana parries and kills him.

MORGANA: Bring back memories of when I used to beat you?

ARTHUR: That never happened.

Kanen mounts.

KANEN: You'll pay for this with your lives! All of you!

WILL: You still up to the same old magic tricks again? Look, I thought I told you I didn't want your kind around here?

Will smiles and Merlin grins back.

MERLIN: I miss you, too, Will.

They hug.

MERLIN: It's good to see you again.

WILL: How've you been? I, er, hear you're skivvying for some prince.

MERLIN: No. I wouldn't say I'm a skivvy.

ARTHUR: Merlin! Gather the villagers; I need to talk to them.

MERLIN: Yeah, in a minute. I'm just talking...

ARTHUR: Now, Merlin. There isn't much time.

MERLIN: Yes, Sire.

Arthur addresses the villagers.

ARTHUR: I know Kanen's kind. He'll be back. And when he is, you must be ready for him. First of all, we have to prepare for...

WILL: Am I the only one wondering who the hell this is?

ARTHUR: I'm Prince Arthur of Camelot.

WILL(scoff): Yeah, and, er, I'm Prince William of Ealdor.

HUNITH: Keep quiet. He's here to help us.

WILL: But he's made things worse. Kanen will be back, and when he is, he'll be looking for revenge. You've just signed our death warrants.

HUNITH: He saved Matthew's life!

ARTHUR: That's alright, Hunith. This is his village. What would you have us do?

WILL: We can't fight against Kanen. He has too many men.

ARTHUR: So what's the alternative?

WILL: Give him what he wants.

The villagers shake their heads.

ARTHUR: Then what? Those of you who don't starve to death will face him again next harvest! And the harvest after that.

WILL: We'll manage. We'll survive.

VILLAGERS: How?

ARTHUR: The only way he can be stopped is if you stand up to him.

WILL: No. You just want the honour and glory of battle! That's what drives men like you! Look, if you want to fight, then go home and risk the lives of your own people, not ours!

MERLIN: Will.

HUNITH: I'll follow you. If I'm to die, then I want to go out fighting.

MATTHEW: That goes for me, too.

VILLAGE MAN: You can count me in.

VILLAGE WOMAN: I'm in.

VILLAGER: Me too!

VILLAGERS: Yeah!

VILLAGE MAN: You can count me in!

 

Ealdor – Will’s House

Merlin approaches Will.

MERLIN: He knows what he's doing. You've got to trust him. Look, when I first met Arthur, I was exactly like you. I hated him. I thought he was pompous and arrogant.

Will rights a stand that has a chainmail shirt and tabard on it.

WILL: Well, nothing's changed there, then.

MERLIN: But, in time, I came to respect him for what he stands for, what he does.

WILL: Yeah, I know what he stands for: princes, kings, all men like him.

MERLIN: Will, don't bring what happened to your father into this.

WILL: I'm not. Why are you defending him so much? You're just his servant.

MERLIN: He's also my friend.

WILL: Friends don't lord it over one another.

MERLIN: He isn't like that.

WILL: Really? Well, let's wait until the fighting begins and see who he sends in to die first. I guarantee you, it won't be him.

MERLIN: I trust Arthur with my life.

WILL: Is that so? So he knows your secret, then? Look, face it, Merlin You're living a lie. Just like you were here. You're Arthur's servant, nothing more. Otherwise you'd tell him the truth.

 

Ealdor – Hunith’s House (Night)

The Camelot party sleeps.

ARTHUR: Have you always slept on the floor?

MERLIN: Yeah. The bed I've got in Camelot's luxury by comparison.

ARTHUR: Must've been hard.

MERLIN: Mmm. It's like rock.

ARTHUR: I didn't mean the ground. I meant, for you. It must've been difficult.

MERLIN: Mmm. Not really. I didn't know any different. Life's simple out here. You eat what you grow and everyone pitches in together. As long as you've got food on the table and a roof over your head, you're happy.

ARTHUR: Sounds...nice.

MERLIN: You'd hate it.

ARTHUR: No doubt. Why'd you leave?

MERLIN: Things just...changed.

ARTHUR: How? Come on, stop pretending to be interesting. Tell me.

MERLIN: I just didn't fit in anymore. I wanted to find somewhere that I did.

ARTHUR: Had any luck?

MERLIN: I'm not sure yet.

ARTHUR: We'll start training the men tomorrow. It's gonna be a long day. Get the candle.

 

Ealdor – Hunith’s House (Day)

Merlin helps Arthur put his jacket on the next morning.

MORGANA: You still not learned how to dress yourself?

ARTHUR: You don't have a dog and fetch the stick yourself. No offense, Merlin.

MERLIN: None taken.

HUNITH: Prince Arthur, you didn't finish your breakfast.

ARTHUR: Didn't I?

MORGANA: Come on, eat up.

Arthur pretends to eat it.

ARTHUR: Mmmmm.

Arthur hands the bowl off to Gwen.

ARTHUR: Right. Let's get going. We need wood, and lots of it.

MERLIN: Of course.

Gwen finished Arthur's breakfast and hands the bowl to Hunith.

GWEN: Arthur said it was lovely.

HUNITH: He must care for you a great deal.

MERLIN: Arthur'd do the same for any village. That's just the way he is.

HUNITH: It's more than that. He's here for you.

MERLIN: I'm just his servant.

HUNITH: Give him more credit than that. He likes you.

MERLIN: That's because he doesn't know me. And if he did, I'd probably be dead by now.

HUNITH: You don't really believe that, do you?

 

Ealdor

Merlin walks toward the woods with an axe.

WILL: Merlin! Where are you going with that thing?

MERLIN: What does it look like? We need wood.

WILL: We both know that you don't need an axe to fell a tree.

MERLIN: And I remember the trouble it got me into. I nearly flattened Old Man Simmons.

WILL: Ha. Yeah, well, he deserved it, stupid old crow.

MERLIN: Mmm. He never did like me anyway.

WILL: Well, even less after that.

MERLIN (chuckles): Why are you being like this?

WILL: You know why. Why did you leave?

MERLIN: It wasn't what I wanted. My mother was worried. When she found out you knew, she was so angry.

WILL: I wouldn't've told anyone.

MERLIN: Well, I know you wouldn't.

WILL: You'd be able to defeat Kanen on your own, wouldn't you?

MERLIN: I'm not sure. Maybe.

WILL: Well, so what's stopping you? So what if Arthur finds out?

MERLIN: I don't expect you to understand.

WILL: Try me.

MERLIN: One day Arthur will be a great king, but he needs my help. And if anyone ever found out about my powers, I'd have to leave Camelot for good.

WILL: Are you telling me you'd rather keep your magic a secret for Arthur's sake than use it to protect your friends and family?

 

Arthur trains the village men.

ARTHUR: I won't be able to teach you everything there is to know about fighting with a sword, but you can learn the basics: the stance, how to parry a blow, how to land your own. On my count! One! Two! Three! Four! Now, you may have to watch for the feint. So, keep your feet moving, and only stay in range long enough to land your blow. And again. One! Two! Three! Four!

Morgana and Gwen watch the training as they sharpen swords.

ARTHUR: One! Two! Three! Four!

MORGANA: There is no way they're going to be able to hold Kanen off.

GWEN: Men aren't the only ones who can fight.

ARTHUR: Again. One! Two! Three! Matthew. I want you to organise sentry duty to keep an eye out for Kanen and his men.

MATTHEW: Be glad to.

ARTHUR: If there's any sign of attack, I want you to ride straight back here. I don't want you fighting all on your own.

MATTHEW: Ha-ha. (nods)

 

Arthur draws water from the well to drink.

MORGANA: Looks like the battle's already fought and lost.

ARTHUR: They'll toughen up.

GWEN: They need to.

ARTHUR: How are we doing for weapons?

MORGANA: There isn't much, but we should be able to scrape together what you need.

GWEN: It's not the weapons that worry us. It's having enough people to use them. We think the women should be allowed to fight.

MORGANA: You haven't enough men. If they were trained soldiers, maybe you'd stand a chance, but they're not.

ARTHUR: It's too dangerous.

Arthur walks towards the resting men.

ARTHUR: Right! Back on your feet! Come on, let's go!

 

Ealdor – Hunith’s House

The Camelot party sleeps.

GWEN: We don't stand a chance.

MORGANA: Arthur can't see that. He's too stubborn.

Merlin wakes.

GWEN: Why do you think he came here?

MORGANA: The same reason we did: Merlin. Arthur may act like he doesn't care, but he wouldn't be here if he didn't.

 

Ealdor – Common Building

Arthur speaks to the men.

ARTHUR: We're not going to be able to defend Ealdor with sword and sinew alone. We're going to need a plan. We need to find some way of limiting their mobility and drawing them into a trap. If we fight them on their terms, then...

A village woman screams. Arthur and the men rush outside to investigate. Matthew is slung over a horse.

ARTHUR: Get him down from there!

The village men take Matthew down as villagers gather around. Arthur reads the note that's on the arrow in his back.

MERLIN: What does it say?

ARTHUR: "Make the most of this day, it will be your last."

FIANCÉ: Matthew! No! No! No!

WILL: You did this! Look what you've done! You've killed him!

MERLIN: It wasn't his fault.

WILL: If he hadn't been strutting around, treating us like his own personal army, this would never have happened!

ARTHUR: These men are brave enough to fight for what they believe in, even if you aren't!

WILL: You're sending them to their graves! You killed one man. How many more need to die before you realise this a battle that can't be won? When Kanen comes, you haven't got a chance. You're gonna be slaughtered.

 

Ealdor – Will’s House

Merlin follows Will into Will's house.

WILL: Don't bother, Merlin. I'm not interested.

MERLIN: You should be. Because tomorrow Kanen attacks, and whether you like it or not, we'll have to fight.

WILL: Not if I'm not here.

MERLIN: Well, that's up to you, but the rest of us are staying. Join us, Will! This isn't about Arthur, this is about your friends. Are you really going to abandon them?

WILL: What, like you did?

MERLIN: I'm here now.

WILL: Yeah. Yeah, you are. And you could end this. If you used your magic, then no one else would have to die.

MERLIN: You know I can't.

WILL: Can't or won't? I'm not the one abandoning these people, Merlin. You are.

 

Ealdor – Hunith’s House

Arthur sharpens his sword. Merlin sits down next to him.

MERLIN: William's father was killed fighting for King Cenred, so he doesn't trust anyone of nobility.

ARTHUR: Do you think the villagers believed him?

MERLIN: No. He's always been a troublemaker. They're used to ignoring him.

ARTHUR: And if he's right?

MERLIN: He isn't.

Hunith overhears them from inside her house.

ARTHUR: I'm treating these men like soldiers, and they're not. You've seen them fight. They...they haven't got a clue! You need to tell them all to leave the village before Kanen returns.

MERLIN: No, we're going to stay. We're going to fight, and we're going to win.

ARTHUR: Merlin, it can't be done. The odds are too great.

MERLIN: It can. We're going to make Kanen rue the day he ever came to this village. All you need to do is get the men ready for battle, and the rest will take care of itself.

ARTHUR: How?

MERLIN: You've just got to believe in them. Because if you don't, they'll sense it, and the battle'll be lost before it's even begun.

 

Ealdor – Common Building

Arthur addresses the villagers.

ARTHUR: Tomorrow morning, the women and children should gather what belongings they can carry and go to the woods.

GWEN: We're not going anywhere!

ARTHUR: I know you want to help. The women can't stay here. It's too dangerous.

GWEN: The women have as much right to fight for their lives as the men do!

ARTHUR: But none of you know how to fight.

GWEN: The more of us there are, the better chance we stand!

The women step forward.

ARTHUR: This is your home. If you want to fight to defend it, that's your choice. I'd be honoured to stand alongside you. Kanen attacks tomorrow. Kanen's brutal. He fights only to kill, which is why he will never defeat us. Look around. In this circle, we're all equals. You're not fighting because someone's ordering you to, you're fighting for so much more than that. You fight for your homes. You fight for your family. You fight for your friends. You fight for the right to grow crops in peace. And if you fall, you fall fighting for the noblest of causes: fighting for your very right to survive! And when you're old and grey, you'll look back on this day, and you'll know you earned the right to live every day in between! So you fight! For your family! For your friends! For Ealdor!

The villagers stand with swords raised.

VILLAGERS & MERLIN: For Ealdor! Ealdor! Ealdor! Ealdor! Ealdor! Ealdor! Ealdor!

 

Ealdor – Hunith’s House

Hunith sits pensively in her home. Merlin enters and hangs up his jacket.

HUNITH: Come here.

Merlin sits down beside her and she strokes his face.

HUNITH: I do love you, my boy.

MERLIN: What's wrong?

HUNITH: I should never have gone to Camelot. I've ruined everything for you.

MERLIN: You haven't. Why would you say that?

HUNITH: I know what you're planning to do.

MERLIN (sigh): If it comes to a choice between saving people's lives and revealing who I really am, *shrugs* there is no choice.

HUNITH: You can't let Arthur know about your gift.

MERLIN: Why not? Maybe it's meant to be this way. And if he doesn't accept me for who I really am, then he's not the friend I hoped he was.

 

Woods

Arthur stands watch. Gwen brings him a bowl of Hunith's home cooking.

GWEN: Arthur, Hunith made you some food.

Gwen hands him the bowl.

ARTHUR: Thanks.

Gwen turns to leave.

ARTHUR (mutters): I think.

Gwen stops and turns back around.

GWEN: Food is scarce for these people; you shouldn't turn your nose up at it!

Arthur stares at her.

GWEN: Oh, no. I--I shouldn't've spoken to you like that. I'm sorry.

ARTHUR: Gwen.

Gwen starts leaving.

GWEN: I'm sorry, I don't know what I was thinking. It won't happen again.

ARTHUR: Guinevere!

Gwen turns to face him.

ARTHUR: Thank you. You're right. And you were right to speak up. I should've listened to you and Morgana. (mutters) We're going to need all the help we can get.

GWEN: We'll be fine.

ARTHUR: How can you be so sure?

GWEN: Because I have faith in you. I mean, we all do.

ARTHUR: Thank you.

 

Ealdor – Hunith’s House

Merlin starts to help Arthur with his armour.

ARTHUR: No, not today.

MERLIN: Put on your own.

They dress for battle. Merlin struggles with the buckle on one of his bracers. Arthur helps him out.

ARTHUR: You ready?

MERLIN: My throat's dry.

ARTHUR: Me too.

Arthur holds out his hand and Merlin shakes it.

ARTHUR: It's been an honour.

MERLIN: Whatever happens out there today, please don't think any differently of me.

ARTHUR: I won't. It's alright to be scared, Merlin.

MERLIN: That's not what I meant.

ARTHUR: What is it? If you've got something to say, now's the time to say it.

MORGANA: Arthur. They've crossed the river.

 

Ealdor

Arthur goes down the line of villagers, shaking hands.

ARTHUR: You ready?

VILLAGER: Ready.

ARTHUR: For Ealdor.

He reaches Gwen and shakes her hand.

ARTHUR: Are you frightened?

GWEN: Not in the slightest.

Gwen, Arthur, and Merlin take their hiding positions. Kanen and his men ride out of the woods and into the village.

ARTHUR: Hold. No one moves until they give the signal.

Kanen and his men stop and look around the empty village.

ARTHUR: Hold.

KANEN: Come out, come out wherever you are.

GWEN: Now, pull!

Gwen and a villager pull up a hidden gate, trapping the riders inside. Morgana tries to light a fire with flint.

ARTHUR: Now, Morgana. What are you waiting for? Something's gone wrong.

Merlin rushes off.

ARTHUR: Merlin!

Kanen spots Merlin running.

KANEN: There's one. Get him!

Merlin dodges the arrow.

KANEN: Kill him!

Merlin dodges again and reaches Morgana, still desperately trying to light a fire.

MERLIN: Give me the flint.

Morgana hands them over and Merlin pretends to use them.

MERLIN: Baerne.

Merlin lights a fire and a prepared line flames up, trapping the riders.

KANEN: Come back! Don't run away!

Kanen's men ride back into the village.

ARTHUR: Now!

The villagers give a battle cry as they spring out of hiding to fight. A rider comes up behind Merlin and Will jumps off a roof in his father's armour to unhorse the rider.

MERLIN: I didn't think you were coming.

WILL: Neither did I.

Merlin and Will fight back to back. The villagers start losing. Merlin and Will stop to assess the situation.

WILL: There's too many of them.

MERLIN: Not for me there isn't. Cume thoden.

Merlin conjures a windstorm, Arthur sees. the villagers start winning and the remaining bandits flee. Gwen and Morgana hug. Kanen marches out to face Arthur.

KANEN: Pendragon!

Arthur fights Kanen and wins, running him through. then he marches angrily towards Merlin and Will.

ARTHUR: Who did that?

MERLIN: What?

ARTHUR: Wind like that doesn't just appear from nowhere. I know magic when I see it. One of you made that happen.

MERLIN: Arthur...

Kanen picks up a crossbow and aims it at Arthur.

WILL: Look out!

Will pushes Arthur out of the way and gets hit himself. Kanen dies.

MERLIN: Will!

ARTHUR: You just saved my life.

WILL: Yeah. Don't know what I was thinking.

ARTHUR: Come on! Get him inside!

 

Ealdor – Will’s House

Merlin, Arthur, and a couple village men carry Will inside.

WILL: That's twice I've saved you.

ARTHUR: Twice?

WILL: Yeah, it was me. I'm the one that used the magic.

MERLIN: Will, don't.

Arthur looks at Merlin.

WILL: It's alright, Merlin. I won't be alive long enough for anyone to do anything to me. I did it. I saw how desperate things were becoming and I had to do something.

ARTHUR: You're a sorcerer?

WILL: Yeah. What are you gonna do? Kill me?

ARTHUR: No. Of course not. Do what you can for him.

Merlin nods. Arthur puts his hand on Will's shoulder and then leads the women out.

WILL: I was right about him. I told you he was going to get me killed.

MERLIN: You're not going to die.

WILL: You're a good man, Merlin. A great man. And one day, you're going to be servant to a great king. Now you can still make that happen.

MERLIN: Thanks to you.

WILL: This place has been boring without you. It was good to see you again.

MERLIN: Yeah, you too.

WILL: Merlin. Merlin, I'm scared.

MERLIN: Don't be. It's going to be alright.

WILL: Merlin...*dies*

The villagers stand at Will's funeral pyre.

ARTHUR: I'm sorry. I know he was a close friend.

MERLIN: He still is.

ARTHUR: You knew he was a sorcerer, didn't you? That's what you were going to tell me?

MERLIN: Yes. It was.

ARTHUR: You know how dangerous magic is. You shouldn't've kept this from me, Merlin.

Arthur walks over to Morgana and Gwen. Hunith walks over to Merlin.

HUNITH: You better be going.

MERLIN: I don't have to go.

HUNITH: Yes, you do.

MERLIN: If anything were to happen to you...

HUNITH: I know where to find you. You have to go, Merlin. You belong at Arthur's side. I've seen how much he needs you. How much you need him. You're like two sides of the same coin.

MERLIN: I've heard someone say that about us before. I'm going to miss you.

Merlin hugs his mum.

HUNITH: I'm going to miss you, too. When you left, you were just a boy. Now look at you. I'm so proud of you.

Gwen, Morgana, Arthur, and Merlin ride for Camelot.

HUNITH (voiceover):  When the time is right, the truth will be known. Until then, you must keep your talents hidden. It's better for everyone.

Écrit par Eriole pour Merlin HypnoSeries.

Kikavu ?

Au total, 98 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Lanna 
17.04.2022 vers 23h

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Emmalyne 
29.04.2020 vers 11h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

schumi 
06.01.2019 vers 10h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (06.01.2019 à 10:48)

Merlin rentre chez lui pour sauver son village et c'est une mini révolution! C'est drôle de voir Arthur devenir le leader d'une bataille contre un seigneur de chateau! C'est un épisode très émouvant où on en apprend plus sur le passé de Merlin. Par contre je ne sais pas comment Arthur aurait réagi s'il avait découvert la vérité sur les pouvoirs de son ami...

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

byoann 
Eriole 
Locksley 
mamynicky 
Merlinelo 
Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

bloom74, 15.08.2022 à 17:25

La finale et petite finale de la SuperBattle dans le quartier The Boys est en cours, venez voter nombreux pour 2 héros Marvel et 2 héros DC

chouchou70, 15.08.2022 à 17:58

coucou, nouveau sondage sur le quartier friday night lights, venez nombreux

ShanInXYZ, Hier à 17:26

Voyage au centre du Tardis : Les Enfants du Temps, c'est quoi pour vous ? On attend vos photos, passez voir le Docteur

choup37, Hier à 18:44

Les enfants du temps? j'arrive!

Locksley, Aujourd'hui à 13:55

Le quartier MARVEL vous invite à découvrir son nouveau sondage. Merci d'avance pour vos clics et bonne journée !

Viens chatter !