500 fans | Vote

#107 : Les Portes d'Avalon

Morgane fait des cauchemars en permanence et Gaius révèle alors à Merlin son don de voyance. L'arrivée d'un homme et de sa fille, Sophia, la trouble parce qu'elle a eu une vision de la jeune fille tuant Arthur. Contre toute attente, celui-ci tombe fou amoureux de Sophia et le couple prévoit bientôt de convoler en justes noces...

Popularité


4.5 - 10 votes

Titre VO
The Gates Of Avalon

Titre VF
Les Portes d'Avalon

Première diffusion
01.11.2008

Première diffusion en France
25.04.2009

Vidéos

107 - Funny Moments VO

107 - Funny Moments VO

  

Les adieux de Sophia à son père (VO)

Les adieux de Sophia à son père (VO)

  

Next Time - Merlin: The Gates of Avalon - BBC One

Next Time - Merlin: The Gates of Avalon - BBC One

  

Photos promo

Sophia-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Merlin-Les Portes d'Avalon

Merlin-Les Portes d'Avalon

Aulfric-Les Portes d'Avalon

Aulfric-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Aulfric-Les Portes d'Avalon

Aulfric-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Merlin-Les Portes d'Avalon

Merlin-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur, Sophia, Aulfric-Les Portes d'Avalon

Arthur, Sophia, Aulfric-Les Portes d'Avalon

Arthur-Les Portes d'Avalon

Arthur-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Morgane-Les Portes d'Avalon

Morgane-Les Portes d'Avalon

Affiche promotionnelle Les Portes d'Avalon

Affiche promotionnelle Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Arthur et Sophia-Les Portes d'Avalon

Avalon-Les Portes d'Avalon

Avalon-Les Portes d'Avalon

Plus de détails

Titre original : The Gates Of Avalon

Réalisateur : Ed Fraiman

Scénariste : Julian Jones


Distribution


Colin Morgan ... Merlin
Bradley James  ... Arthur
Katie McGrath ... Morgane
Angel Coulby ... Gwen
Anthony Head ... Uther
Richard Wilson ... Gaius
John Hurt ... Voix du Grand Dragon
Kenneth Cranham ... Aulfric
Holliday Grainger ... Sophia
Michael Jenn ... Sidhe Elder
Ben Adams ... Bandit


Premières diffusions

Royaume-Uni : 1er novembre 2008
France : 25 avril 2009
États-Unis : 12 juillet 2009

Morgane se réveille après avoir fait un terrible cauchemar : elle a vu Arthur mourir sous le regard indifférent d'une jeune inconnue particulièrement belle. Très perturbée, elle ne comprend pas à quoi correspond ce très mauvais rêve.

Alors qu'ils sont en train de chasser dans la forêt, Arthur et Merlin se portent au secours d'une jeune fille et de son père, attaqués par des bandits. Le Prince se bat courageusement et réussit à mettre les malfrats hors d'état de nuire, non sans un petit coup de pouce magique discret de Merlin. Il propose ensuite aux deux voyageurs de faire une petite halte à Camelot.

Si Arthur se réjouit que de la présence de ses deux invités au château – il n'est pas insensible au charme de la jeune Sophia – Morgane, elle, voit leur arrivée avec inquiétude. La jeune fille est en effet celle qu'elle a vue dans son cauchemar et qui regardait le Prince se noyer. La pupille du Roi fait part à Gaius de ses craintes et le vieux médecin tente la rassurer, même si lui-même est soucieux suite à ces révélations.

La nuit venue, le père de Sophia, Aufric, se faufile hors du château et retrouve l'un des bandits rescapé qui lui réclame de l'argent pour avoir monté cette fausse embuscade. Au lieu de la payer pour ses services, le vieil homme n'hésite pas à utiliser la magie pour se débarrasser de ce témoin gênant.

Gaius est préoccupé lorsqu'il apprend par Merlin qu'Arthur a délaissé ses habituelles responsabilités pour passer du temps avec Sophia. Le jeune Prince semble en effet totalement conquis par la nouvelle venue. Le vieux médecin s'introduit dans la chambre des hôtes de Camelot et commence à examiner le bâton qui appartient à Aufric. Il découvre d'anciennes écritures gravées sur l'objet. Alors qu'il tente de les déchiffrer, le père de Sophia le surprend. Gaius feint d'être désolé et se confond en excuses mais, au moment de sortir, il croise les yeux de leur hôte qui brillent d'une inquiétante lueur rouge.

Gaius est désormais convaincu que les invités d'Arthur cachent de sombres intentions. Il confie ses inquiétudes à Merlin qui, la nuit venue, suit Aufric jusqu'à un lac. Là, grâce à ses pouvoirs magiques, il peut voir des pixies voleter à la surface de l'eau et discuter avec le père de Sophia. Celui-ci est en train de négocier son passage et celui de sa fille pour Avalon. Le chef des pixies refuse que le père et la fille puissent tous deux rejoindre le royaume de la vie éternelle mais il propose d'accepter le passage de Sophia en échange de la vie d'un prince.

Merlin se précipite à Camelot pour rapporter à Gaius ce qu'il a appris. Le vieux médecin lui explique que Sophia et Aufric doivent appartenir au peuple Sidhe, et qu'ils ont pris l'apparence humaine. Arthur est en danger mais Merlin ne sait comment l'avertir avant qu'il ne soit trop tard.

Il décide finalement de lui révéler sans délai tout ce qu'il a appris sur leurs hôtes mais Arthur ne prête pas attention à ses révélations. Envoûté par la jeune fille, il lui est totalement dévoué et soumis et il est prêt à la suivre n'importe où. Alors que Merlin tente de s'interposer, Aufric le neutralise avec son bâton magique. Notre jeune magicien git inconscient dans les appartements du Prince tandis que le trio quitte discrètement Camelot, s'enfonce dans la forêt et se rend au lac.

Quand il reprend conscience, Merlin se précipite hors de la Cité pour voler au secours d'Arthur. Quand il arrive au lac, le Prince est en train de s'enfoncer inexorablement sous la surface de l'eau, sous le regard indifférent de Sophia qui le regarde disparaître dans les profondeurs. Merlin utilise la magie pour vaincre Aufric, puis il s'empare de son bâton et désagrège la jeune Sidhe. Il se jette ensuite de le lac et s'enfonce dans l'eau à la recherche d'Arthur. Il réussit à l'atteindre et peine à  ramener à la surface le Prince inconscient et alourdi par le poids de son armure.

Arthur est sauvé. Le rêve de Morgane était donc une prémonition. Gaius demande à Merlin de ne pas le révéler à la jeune femme pour sa propre sécurité. Si jamais Uther venait à découvrir que sa pupille possédait des pouvoirs magiques, il n'hésiterait pas à la faire exécuter.

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSeries.

Episode 1.07 - Les Portes d'Avalon

 

Une jeune fille, la main tendue au-dessus de la surface d'un lac, regarde Arthur s’enfonçer inexorablement sous l’eau.

Morgane se réveille en sursaut, effrayée.

Morgane : Arthur… Arthur

 

                                              **********Générique***********

 

Dans la forêt :

Arthur tient une arbalète prêt à tirer. Soudain, Merlin le percute brutalement déséquilibrant Arthur.

Merlin : Ouh ! Qu’est-ce –que  c’est ?

Arthur : On peut dire que tu ne  fais pas seulement semblant d’être bête, n’est-ce-pas Merlin ?

Merlin : Je voulais savoir.

Arthur  (en colère) : Tu t’adressais à moi ou au cerf ? On est en train de chasser. Il faut donc  être vif, distrait et intelligent

Merlin : Vous au moins  avez  deux de ces qualités.

Au loin, ils entendent un cri.

Merlin : Vous entendez ?

Arthur : Silence !

Une voix d’homme : Nooon

Une voix de femme : A l’aide !

Arthur arrive le premier sur les lieux où il voit un vieil homme au sol, l’épée du bandit prêt à s’abattre sur lui.

La voix du bandit : Ta dernière heure à sonner

La voix de l’homme : Je vous implore votre pitié.

La voix de femme : A l’aide !au secours !

Arthur tire une flèche sur l’un des quatre bandits.

La voix de femme : Arrêtez ! Lâchez-moi !

Les  deux autres se lancent sur Arthur, l’épée à la main. Merlin arrive en courant et voit Arthur en lutte contre les deux bandits tandis que le troisième reste en retrait au côté du vieil homme qui sert dans ses bras la jeune fille. Arthur fait tomber le premier au sol tandis que le deuxième s’abat sur lui. Merlin surprend  l’un des adversaires se relevant  et se préparant  à attaquer Arthur derrière son dos. Merlin fouille du regard les environs et lève les yeux, il aperçoit  une grosse branche du haut de l’arbre, récite une formule et la branche se brise pour atterrir sur la tête bandit, permettant à Arthur d’achever le second bandit d’un coup d’épée tandis que le troisième s’enfuit sans demander son reste.

Arthur (lèvent les yeux sur l’arbre) : Quel coup de chance !

Merlin (crie à l’adresse du bandit en fuite) : Et que cela..vous serve de leçon. 

Arthur se retourne vers Merlin.

Merlin : Quoi ! J’assurais  vos arrières, moi !

Arthur  (s’adressent aux deux victimes) : Vous n’avez rien ! Ils ne vous ont pas fait de mal.

La jeune fille : Non. Grâce à vous. Je m’appelle Sophia. Je vous présente mon père.

Arthur : Arthur Pendragon. A votre service.

Arthur baise la main de Sophia.

Dans la salle du château :

Le vieil homme : Je m’appelle Aulfric. Héritier de Tirmore. Voici ma fille, Sophia.

Le roi Uther : Vous êtes loin de chez vous. Dites-moi ce qui vous amène à Camelot.

Aulfric : Notre demeure a été pillée par des voleurs. Nous avons pu nous échapper avec quelques effets qui sont à notre position.

Le roi Uther : Les temps sont dangereux.

Aulfric : Oui

Le roi Uther : Et qu’avez-vous prévu ?

Aulfric : Nous irons à l’ouest jusqu’à Carléon où nous avons de la famille et je l’espère une nouvelle vie.

Le roi Uther : Reposer quelque temps ici. Suspendez votre voyage. Une noble famille telle que la vôtre est toujours la bienvenue à Camelot.

Aulfric et Sophia s’inclinent devant le roi et quittent la salle sous le regard intéressé d’Arthur.

Dans la chambre d’Arthur :

Arthur : Fais en sorte de lui donner une bonne chambre.

Merlin : La chambre voisine est libre

Arthur : Oui. Elle est parfaite. Excellente idée ! ….Ça suffit, Merlin !

Merlin : Mais je n’ai rien fait !

Arthur : Inutile. Je t’ai vu venir. Je vais être très clair avec toi. Mes intentions envers Sophia sont…tout à fait  honorables ! Tiens, mets-la dans une chambre de l’autre côté du château. Il fait plus chaud. Elles sont plus confortables.

Merlin : Oui, bien sûr ! Elle est … elle est vraiment très belle.

Arthur : Oui. En effet !

Merlin : Si vos intentions sont honorables...

Arthur : Oh! Elles le sont .Bien évidemment.

Merlin : Pourquoi ne peut-elle pas prendre la chambre voisine ?

Arthur : Je l’ignore. Il n’y  a aucune raison. Tu m’as convaincu, Merlin. Donne-lui la chambre voisine à la mienne.

Un sourire se dessine sur les lèvres de Merlin.

Dans le couloir du château :

Merlin : Si vous avez besoin de quoi que ce soit, dites-le moi.

Sophia : Merci infiniment.

Sophia  se retourne et croise le regard de Morgane et entre dans sa chambre. Morgane se précipite vers Merlin.

Morgane : Qui est-ce ?

Merlin : Euh, Sophia Tirmore. Nous l’avons secouru dans les bois. Enfin, c’est  surtout Arthur qui l’a secourue.

Morgane : Il ne faut pas qu’elle reste ici !

Merlin : Le roi a dit que son père et elle étaient les bienvenues à Camelot. Tout va bien ?

Morgane : Oui. Merci.

Elle s’éloigne.

Dans l’appartement  de Gaius :

Morgane : Excusez-moi, Gaius. Je ne veux pas vous importuner.

Gaius : Quelle idée, mon enfant ! Ma patiente préférée est toujours la bienvenue. (Il l’embrasse sur la joue).Pardonnez-moi le désordre .Merlin en est le principal responsable. J’aurai rangé si vous m’aviez prévenu…

Morgane  (Elle lui coupe la parole) : Qu’importe, tout cela ! Votre table a pris feu.

Gaius : La table a pris feu. Que voulez-vous … ? (Il se retourne) Oh !ma table a pris feu !

Morgane  (pose une bassine d’eau) : Tenez !

Gaius : Ah ! Vous ne cessez pas de m’attirer des ennuis, Morgane. Que me vaut l’honneur de votre visite ?

Morgane : J’ai encore fait un rêve et…

Gaius : Ah, oui.

Morgane : J’ai vu Arthur, inconscient sous l’eau. Il se noyait. Il y avait aussi une femme. Elle était immobile. Elle le regardait mourir. Elle est là, aujourd’hui, à Camelot.

Gaius : L’esprit peut jouer des tours. Il s’est inspire de la vie quotidienne et la remet en scène comme il en a envie.

Morgane : J’ai déjà fait le même  rêve avant qu’elle ne vienne à Camelot.

Gaius : Vous faites sûrement erreur.

Morgane  (désemparée) : Je sais ce que j’ai vu. Ce rêve était si réel, si saisissant. Je l’ai vu mourir, Gaius. Elle le tuera, je vous l’affirme !

Gaius pose doucement ses mains sur les épaules de Morgane.

Gaius : Ce sont que des cauchemars, Morgane. Rien de plus. Prenez-vous la potion que je vous donne pour dormir?

Morgane : Elle n’a aucun effet.

Gaius : Tenez ! Essayez cela. Ce breuvage vous donnera un sommeil plus profond. (Il lui tend une fiole).Vous n’avez rien à redouter.

Morgane : Merci, Gaius.

Gaius l’embrasse de nouveau sur la joue.

Gaius : Morgane, n’allez surtout pas en parler à Uther. Inutile qu’il s’alarme.

Elle acquiesce et quitte la pièce.

Dans la forêt, la nuit.

Un homme  est assis sur un tronc d’arbre près d’un feu de bois. Un bruit de branche cassée. Aulfric fait son apparition et le bandit se lève et brandit son épée.

Aulfric : Evitons, je vous prie tous désagréments car voici votre paiement.

Il lui tend une bourse.

Le bandit : Je veux plus ! Mes compagnons sont morts à cause de vous !

Aulfric : Oui, j’en suis navré .Tous ces vies gâchées, quel malheur ! Mais, si cela vous console, vous ne tarderez pas à les revoir.

Il pointe son bâton vers le bandit et dit une formule magique tandis que ses yeux deviennent  rouges.

Dans la chambre de Morgane :

Morgane fait le même cauchemar. Arthur sous l’eau et Sophia le regardant se noyer. Elle se réveille, apeurée.

Le jour se lève à Camelot.

La chambre d’Arthur :

Merlin fait le lit du prince.

Arthur : Je vais me promener avec Sophia, aujourd’hui. Je vais lui montrer les environs.

Merlin : Et en quoi cela me regarde-t-il ?

Arthur : Eh bien ! Je suis censé être de patrouille avec la garde et mon père, ce matin. Alors, il faut que tu me couvres, Merlin.

Merlin (panique) : Mentir au roi, c’est cela! Non pas question ! Il lira à travers moi. Il me mettra au pilori avant même que vous ayez eu le temps de dire « ouf »

Arthur : Merlin. C’est un service que tu dois me rendre.

Merlin : Je mens très mal. Je commence à transpirer. Ma ..ma vue se trouble. Mon cerveau cesse de fonctionner.

Arthur : Donc, rien ne change. Ecoute, j’ai promis à Sophia de la  sortir. Si j’y renonce, je n’aurais aucune chance avec elle.

Merlin : Elle vous plait.

Arthur : Oui. A qui déplairait-elle ? J’aimerais passer du temps avec elle. Mais je ne veux pas avoir mon père sur le dos. (Il regarde Merlin).Je ne peux t’ordonner à mentir au roi mais tu serais un ami pour la vie si tu le faisais.

Merlin : Bon allez-y ! Ne la faites pas attendre.

Arthur, satisfait, lui donne une claque sur son épaule

Arthur : Merci, Merlin. Je ne l’oublierai pas.

Dans la chambre de Morgane :

Morgane regarde par la fenêtre et voit Arthur et Sophia quitter le château à cheval.

Guenièvre : Vous êtes sûre que c’est elle ?

Morgane : Je ne  pourrais oublier ce visage ?

Guenièvre : Vous devriez en parler au roi.

Morgane : Que lui dire au juste ! Que je vois l’avenir.

Guenièvre : Si vous croyez que la vie d’Arthur est en danger

Morgane : Tu sais quelle sera sa réaction ?

Guenièvre : Vous êtes sa pupille. Il ne s’en prendrait jamais à vous.

Morgane : Il hait la magie plus qu’il ne tient à moi.

Guenièvre : Vous faites erreur !

Morgane : Voudrais-tu que je prouve ce que j’avance ?

Guenièvre : Mais que faire d’autre ?

Morgane : J’imagine que je vais devoir  l’arrêter, moi-même, Guenièvre.

Dans la grande salle du château :

Uther : Où est mon fils ?

Merlin : Eh, bien, je l’ignore. Je crois euh je crois qu’il a eu un contretemps mais ce n’est pas de sa faute enfin celle d’Arthur.

Uther : Cesse de bafouiller et dis-moi où il est.

Merlin : C’est probablement,  non, c’est tout à fait de ma faute.

Uther  (s’impatiente) : Bon, où est Arthur ?

Merlin (intimidé) : Ailleurs.

Uther : J’en ai conscience.

Merlin : Il n’était pas sûr de ce qu’il était censé faire et il m’a demandé de vérifier auprès de la garde s’il patrouillait ce matin. Et en fait, j’ai complément oublié.

Uther  (il lui lance un regard noir) : Tu as oublié, dis-tu ?

Le roi Uther s’approche de Merlin.

Merlin : Je suis navré, Majesté. Je suis sûr qu’il serait à son poste , euh, si je lui avais répondu.

Uther : Si nous étions en temps de guerre, je t’aurai fait flageller.

Merlin (avec un petit sourire timide) : Puisque tel n’est pas le cas, vous allez y renoncer.

En dehors du château :

Merlin est au pilori. Quelques habitants de Camelot lui jettent des  tomates pourries.

Merlin : J’avais oublié à quel point c’était amusant !

Dans la forêt :

Arthur et Sophia se promènent dans les bois.

Arthur : La rivière n’est pas loin. Elle juste là.

Sophia : Arthur. (Elle pose son bâton sur un tronc d’arbre). Attendez.

Arthur : Qui y a –t-il ?

Sophia prend ses mains dans les siennes. Elle s’approche de lui, son regard fixant celui d’Arthur. Puis récite une formule magique.

La voix d’un soldat : Eh vous, là-bas !

Sophia sursaute et lâche les mains d’Arthur.

La voix d’un soldat : Halte !

Arthur se jette sur Sophia et tombent sur le sol évitant ainsi la flèche qui va se planter sur un arbre, proche d’eux. Ils se relèvent. Arthur se dirigent vers les soldats, fou de rage.

La voix d’un soldat : Pardonnez-moi.

Arthur : Vous pardonnez ! Mais vous avez failli me décocher une flèche en plein visage ! Je devrais vous pardonnez !

Pendant qu’Arthur a une explication avec ses soldats, Sophia regarde la flèche sur l’arbre. Arthur retourne aussitôt auprès de la jeune fille.

Arthur : Tout va bien ?

Sophia : Oui. Grâce à vous.

Arthur : Ils recherchaient les bandits qui vous ont attaqué hier.

Arthur prend  le bâton  quand Sophia lui arrache des mains.

Sophia  (hausse la voix) : Non, ne touchez pas à cela, Altesse !

Arthur : Oh ! Pardon ! Retournons au château.

Sophia : Nous avons le temps. Veuillez m’excuser. Je regrette beaucoup de mettre emporter. Ne laissons pas cela gâcher notre journée. Jusqu’ici, elle était si agréable. Descendons à la rivière.

Arthur : Non, je vous ramène à Camelot. Votre père ne me pardonnerait jamais s’il vous arrivez quelque chose.

Chez Gaius :

Merlin entre et ferme la porte.

Gaius : Tu t’es encore amusé avec de la nourriture.

Merlin : J’étais au pilori par ordre du roi.

Gaius : Qu’as-tu fait exactement ?

Merlin : Rien .Cette fois, ce n’était pas de ma faute. Arthur ne voulait pas aller patrouiller avec  Uther et la garde. Alors, je l’ai couvert à sa demande et j’en ai subi les conséquences.

Gaius : Et Arthur était prêt à te laisser agir ainsi ?

Merlin : C’était son idée.

Merlin verse de l’eau dans une cuvette et se rince la tête.

Gaius : Qu’est-ce qui a bien pu le faire négliger son devoir? Probablement une chose terriblement importante ?

Merlin  (sourit) : Sophia !

Gaius : La jeune fille de la forêt ?

Merlin : Il voulait être avec elle toute la journée. Il s’est entiché d’elle.

Gaius : Mais ils se connaissent à peine.

Merlin : Je sais. C’est un coup de foudre. L’amour s’est emparé de leur cœur.

Gaius  (fronce les sourcils) : Oui .Je suppose que c’est l’amour.

Dans la chambre d’Aulfric :

Gaius inspecte dans la chambre lorsque son regard est attiré par un bâton étrange. Il le prend et l’examine. Il voit des inscriptions gravées sur le bâton.

Aulfric : Puis-je vous aider ?

Gaius repose le bâton contre le mur.

Gaius : Excusez-moi. La porte était ouverte. J’ai cru que quelqu’un était entré.

Aulfric (en colère. Ses yeux deviennent rouges) : Oui, c’est le cas, en effet.

Gaius : Veuillez m’excuser de m’imposer à vous. Cela ne se produira plus.

Aulfric : Veuillez, vous en  assurer.

Dans la cour du château :

Arthur et Sophia sont de retour de leur balade à cheval.

Arthur : Tout ira bien. Vous en êtes sûre ?

Sophia : Oui. Merci encore pour cette journée.

Elle l’embrasse sur la joue.

Sophia : Au revoir, Arthur.

Arthur la regarde monter les escaliers de l’entrée du château.

Dans le couloir du château :

Sophia gravit les escaliers quand elle rencontre Morgane.

Sophia : Oh ! Excusez-moi ! Dame Morgane c’est cela. Je suis Sophia.

Morgane : Que faites –vous là ?

Sophia : Mon père et moi sommes les invités du roi.

Morgane : Mensonge que cela ! Je sais ce que vous lui voulez mais je ferai obstacle à vos plans.

Sophia : Arthur est-il au courant de vos sentiments ? Bien sûr qu’il est au courant. Je le soupçonne d’avoir déjà repoussé vos avances.

Morgane : Ne croyez pas que vous me ridiculiserez aisément.

Sophia : Je ne me donnerais pas cette peine .Vous vous en chargez assez bien toute seule.

Morgane : Laissez-le tranquille, madame.

Sophia : Ou quoi ? (silence de Morgane). La jalousie est un trait de caractère hideux chez une femme.

Morgane : S’il lui arrivait la moindre chose, je vous retrouverai. Quel que soit le temps qu’il faudra.

Elles se quittent.

Dans la chambre D’Aulfric :

Aulfric : Tu t’es pas absentée aussi longtemps que je l’espérais.

Sophia : Nous avons été interrompus.

Aulfric : Que s’était-il  passé ?

Sophia : J’ai failli être tuée. J’ai senti ce que les mortels ressentaient en mourant l’espace d’un instant. C’est lui qui m’a sauvé. Un être aussi médiocre. Aussi faible a pu me sauver la vie. Je ne peux supporter cette apparence plus longtemps.

Aulfric : Cette situation ne serait durée. Dès l’instant que son cœur sera à toi, les portes d’Avalon s’ouvriront pour nous, une fois de plus. Et nous retrouverons enfin notre véritable apparence.

Sophia : Il va falloir plus de temps que prévu.

Aulfric : Dépêches-toi, Sophia ! Le médecin, il nous voit comme nous sommes vraiment.

Sophia : Et il n’est pas le seul. Il y a aussi Dame Morgane. Elle a peur de ses pouvoirs mais ne restera pas tranquille longtemps.

Aulfric : Demain, il nous faut terminer l’envoutement. Autrement, nos chances d’être délivrer de ces enveloppes mortelles seront perdus à jamais.

Dans la chambre d’Arthur :

Morgane : Elle a conquis votre cœur.

Arthur : Serait-ce  pour autant une mauvaise nouvelle ?

Morgane : Pas forcément .Mais jamais, je ne vous ai vu tomber amoureux d’une femme aussi vite.

Arthur : Si vous êtes jalouse, Morgane. Vous pouvez l’admettre.

Morgane : Inutile de vous flatter.

Arthur : Hm, admettez-le. Ce n’est pas la première fois non plus.

Morgane : Arthur, je m’efforce de vous protéger. Son apparence est trompeuse.

Arthur : Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il vous fait dire cela ?

Morgane : J’en ai juste l’intuition. C’est difficile à dire, croyez-moi. J’ai fait un rêve, un cauchemar

Arthur (rit) : Ah !vous êtes vraiment adorable, Morgane.

Morgane  (blessée) : Pourquoi  est-ce que vous riez ?

Arthur : C’est vous. Vos cauchemars et vos intuitions. Inutile d’inventer tout cela .Dites-moi plutôt la vérité. Il est évident que vous m’aimez.

Morgane : Hélas ! Un peu moins  à chaque seconde.

Arthur : Très bien. Puisque vous le dites.

Morgane : Vous êtes insupportable. Il faut espérer que je me trompe sur elle.

Le lendemain, dans la chambre d’Arthur :

Merlin : Vous êtes vêtus !

Arthur : Rien ne t’échappe, n’est-ce pas, Merlin?

Merlin : Mais vous devez porter  cela. (Il lui montre l’armure). L’un de vos hommes doit être adoubé par votre père, ce matin.

Arthur : Et moi, je ne serai pas là.

Merlin  (ne sait pas quoi dire) : Le roi ne dira rien.

Arthur : Non, pas si tu me couvres encore. A ce propos, merci pour hier. Tu as dû aller au pilori. Ce n’est vraiment pas de chance.

Merlin : On m’a jeté des pommes de terre mais la règle c’est des fruits pourris, rien d’autres.

Arthur : Ce n’est pas une loi gravée à jamais dans la pierre mais sache que ton sacrifice en valait la peine.

Merlin : Ah, oui ! Tout s’est bien passé ?

Arthur (rêveur) : Très bien. C’était merveilleux ! Elle est incroyable.

Merlin : Soyez sans crainte. Je trouverai  le moyen de vous excuser.

Arthur : J’espère que cette fois, tu t’abstiendras aller au pilori.

Merlin : Je n’irai pas. (Puis, à lui-même) Je crois je commence à savoir ce qu’il convient de dire pour éviter cela.

Merlin est au pilori pendant qu’Arthur est dans les bois avec Sophia.

Dans les bois :

Ils courent.

Arthur : Attendez….Attendez….Attention…

Sophia : Ne vous inquiétez pas. Je serai prudente.

Elle s’approche d’Arthur et récite la formule d’envoutement.

Arthur : Qu’est-ce-que vous faites ?

Elle lui prend la main. Ses yeux sont rouges ainsi que ceux d’Arthur.

Chez Gaius :

Merlin entre couvert de fruits pourris.

Gaius : Pas encore ! Ce n’est pas sérieux. Merlin.

Merlin : On pourrait croire que le plaisir de cribler la même personne de fruits diminuerait avec le temps mais oh non !

Gaius : Il parait qu’Arthur n’était pas présent lors de l’adoubement.

Merlin verse de l’eau dans la cuvette et se rince la tête.

Merlin : Je sais. Il voulait passer plus de temps possible avec Sophia.

Gaius : Tu l’as donc aidé en somme ?

Merlin : Je suis son serviteur. Je n’ai pas le choix.

Gaius : Tu n’aurais pas dû faire cela, Merlin. Je crains que Sophia ne soit pas ce qu’elle a l’air d’être.

Merlin (intrigué): Pourquoi ?

Gaius : Que sais-tu exactement sur les devins ?

Merlin : Très peu de choses. Ils sont  capables de prédire l’avenir, je crois comme les prophètes.

Gaius : C’est une capacité innée. Les personnes qui ont ce don sont nait comme cela. Certaines d’entre elles n’ont aucune conscience. L’avenir leur apparait dans leur rêve.

Merlin : En quoi cela concerne-t-il, Sophia ?

Gaius : La nuit qui a  précédée l’arrivée d’Aulfric et de sa fille à Camelot .Morgane a fait un rêve. Sophia lui est apparue cette nuit-là.

Merlin (étonné): Mais avant son arrivée à Camelot !?

Gaius : J’ai observé Morgane depuis sa tendre enfance. J’avoue que j’ai essayé de me persuader du contraire mais j’ai constaté que bien des choses  qu’elle avait vues en rêve se produisaient. Je n’ai jamais parlé à Uther, bien sûr, le don de prophétie est trop similaire à l’œuvre de magie.

Merlin s’assoit auprès de Gaius.

Merlin : Vous croyez que Morgane est devineresse ?

Gaius : Je ne le crois pas, je le redoute. Morgane dit qu’elle a rêvé  que Sophia tuait  Arthur.

Merlin : Ce n’est peut-être qu’un rêve ? Peut-être que…que   la dame, que Morgane  a vu, ressemblait juste à Sophia.

Gaius : C’est tout ce que j’espérais mais  Aulfric m’a vu dans la chambre de Sophia et cet homme dans un accès de colère  a eu les yeux qui ont changé de couleurs.

Merlin : Qui sont-ils ?

Gaius : J’avoue que c’est loin d’être ce qui m’inquiète, Merlin. Ce qui m’inquiète, c’est ce qu’ils veulent à Arthur ?

Dans la chambre d’Arthur :

Arthur est assis sur le bord de son lit tandis que Sophia lui saisit les mains.

Sophia : Notre amour est intense. Vous ressentez la même chose. Si nous devions être séparés…

Arthur : Je ne tolèrerai jamais.

Sophia : Pourriez pas avoir le choix. Il y en a qui ne veulent pas que nous soyons ensemble, ici.

Arthur : Nul ne pourra jamais  se mettre entre nous.

Sophia : Parce que nous nous aimons.

Arthur : Parce que nous nous aimons.

Sophia : Demandez la permission de vous marier avec moi .Et alors, nous serons unis.

Arthur : Jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Sophia saisit le menton d’Arthur et récite la formule de l’envoutement. Ses yeux  sont rouges et  Sophia pose ses lèvres sur les siennes.

Sophia : Jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Les yeux d’Arthur deviennent, à leur tour, rouges. Sophia sort de la chambre. Son père l’attend dans le couloir.

Sophia : Il est prêt. Demain, il fera ce que nous attendons de lui.

Aulfric : Parfait. Tu as bien travaillé. Je vais de ce pas voir les Anciens.

La nuit. Au lac d’Avalon.

Merlin suit Aulfric jusqu’au lac. Il se cache derrière un arbre.

Aulfric : Je suis venu demander audience aux Anciens des Sidhes.

Il prononce une formule magique. La surface  du lac s’illumine d’une couleur bleutée. Des boules lumineuses font leur apparition virevoltant dans les airs. Merlin utilise sa magie pour ralentir le temps. Il est émerveillé de voir de toutes petites créatures ailées.

Aulfric : Je me présente devant vous pour vous implorer de nous laisser reconquérir  le passage qui nous ramènera à Avalon. Et nous redonnera l’immortalité.

Homme fée : Ta punition pour avoir tué l’un des autres est une enveloppe mortelle et une vie mortelle, Aulfric. Tu ne seras jamais  autoriser à retourner à Avalon.

Aulfric : Le crime est le mien et non pas celui de ma fille.

Homme fée : Les portes d’Avalon resteront à jamais closes pour ta fille. Si elle nous offre l’âme d’un prince mortelle, elles se rouvriront pour elle.

Aulfric : Merci .L’immortalité accordée à ma  chère enfant. C’est tout ce que je désire. Alors, je vous promets de vous donner l’âme du plus grand prince du monde : Arthur Pendragon.

Les petites créatures ailées disparaissent. Aulfric se met à ricaner et tourne la tête en direction de la cachette de Merlin

Chez Gaius :

Gaius : Avalon ! Ce que tu as vu au lac, c’est Avalon. J’en suis certain.

Merlin : Qu’est-ce que….

Gaius : C’est le pays de la jeunesse éternelle. Les mortelles ne doivent pas l’entrevoit avant le  moment de leur mort.

Merlin : Je l’ai vu et néanmoins je suis là.

Gaius : C’est extraordinaire ! A quoi ressemble-t-il ?

Merlin : Est-ce important ? Ils vont sacrifier Arthur. Et on ignore à qui nous avons à faire !

Gaius : Plus maintenant. J’ai retrouvé la même écriture que celle qui est sur le bâton d’Aulfric. En fait c’est de l’Ogame. Un ancien alphabet. (Il traduit une phrase).Avoir la vie et la mort entre nos mains. D’après le texte qui est sur son  bâton et ce que tu as vu au lac .J’en suis désormais convaincu. Nous avons à faire à des Sidhes.

Merlin : Cela n’a pas l’air d’être de bonne nouvelle.

Gaius : Ce sont des maîtres de l’enchantement.

Merlin : Arthur en serait  victime selon vous ?

Gaius : J’en suis presque certain. J’ai bien peur que les rêves de Morgane soient devenus réalité, mon garçon.

Dans la grande salle :

 Arthur : Je vous ai demandé audience pour évoquer un sujet qui me tient très à cœur, père. Il n’aura pas échappé à votre attention que …que j’ai consacré bien du temps Dame Sophia Tirmore. Et nous sommes devenus très proches, l’un de l’autre.

Merlin assiste à l’audience.

Uther : Pas trop proche, j’espère.

Arthur : Nous nous aimons. Et c’est la raison pour laquelle je vous demande, aujourd’hui, votre permission de l’épouser.

Uther (éclate de rire) : Je suppose que tu plaisantes ?

Arthur : Non. Je vais me marier avec elle.

Uther : Mais tu l’as rencontré  il y a deux jours.

Arthur : Mais nous nous aimons.

Uther : Ah, je vois. Vous vous aimez. Nous n’imaginions guère que ton cœur était aussi tendre. Morgane ?

Morgane : Non .C’est un être surprenant.

Arthur : J’ai décidé de l’épouser. Et ce que vous en pensez, j’avoue que cela m’est  égal.

Uther : Je croyais que tu étais venu demander ma permission.

Arthur : Par courtoisie. Rien de plus.

Il prend  la main de Sophia et se dirige vers la sortie.

Uther : Garde ! La porte. (Il se lève) Je crois que tu as oublié de  manquer  le cours qui te tient.

Arthur : Vous ne m’arrêterez pas. Si je veux l’épouser alors je le ferai.

Uther : Arrêtez Sophia et Aulfric Tirmore.

Les gardes s’emparent des deux invités. Arthur s’approche de son père.

Arthur : Qu’est-ce que vous faites ?

Uther : Et dites au bourreau que nous aurons besoin de ses services demain, dès l’aube.

Arthur : Vous ne pouvez pas faire cela ?

Uther : Si. Sans hésiter. Et si vous ne me témoigner pas plus de respect, c’est ce que je ferai !

Arthur incline sa tête devant son père.

Uther : Relâchez-les ! Tu as toute la vie devant toi. Sophia est sans doute ton premier amour mais ce ne sera  certainement pas le dernier. Amuse-toi pendant qu’il est temps.

Le roi se rassoit. Arthur s’incline de nouveau et quitte la salle.

Dans les couloirs du château :

Uther : Vous n’avez pas l’intention de me surprendre vous aussi, j’espère ?

Morgane : Vous devriez, je crois, prendre cela plus au sérieux.

Uther : Il est jeune, fougueux et il est amoureux. Donnons-lui une semaine et c’est à une autre qui s’intéressera.

Morgane : Sophia ne le laissera jamais faire.

Uther : Auriez-vous quelque chose contre notre invitée ?

Morgane : Elle ne m’inspire aucune confiance. Arthur a beaucoup changé depuis son arrivée.

Uther : Il est amoureux. Cela le rend idiot !

Morgane : Elle est dangereuse !

Uther : Dangereuse pour qui ?

Morgane : Pour Arthur.

Uther : Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

Morgane : J’en ai juste l’intuition. Je le sens.

Uther : Qu’a-t-elle fait au juste pour vous donner  cette sensation ?

Morgane : Rien encore mais cela ne saurait tarder. Je ne sais de quelle façon vous le dire.

Uther : Essayez donc ! Vous pouvez tout me dire. N’en doutez pas.

Morgane hésite.

Morgane : J’ai…j’ai déjà rencontré ce genre de femmes. Elles bercent les hommes de fausses espérances et les abandonnent ensuite. Je ne veux pas le voir souffrir.

Uther : Je sais que vous voulez le protéger mais il y a des leçons  que nous devons, hélas, apprendre à nos dépens. Il souffrira quelques jours et ensuite il oubliera Sophia.

Morgane : Je l’espère.

Uther : Etes-vous sûre que vous me cachez rien ?

Morgane : Oui, tout à fait.

Il la quitte et la laisse seule dans le couloir.

Dans la chambre d’Arthur :

Arthur prépare ses affaires. Merlin entre.

Arthur : Vas-t-en !

Merlin : J’ai trouvé le roi un peu sévère.

Arthur : Je ne cherche aucune sympathie, Merlin. Et encore moins de ta part.

Merlin : Mais il avait raison sur un point.

Arthur(en colère) : Je t’ai ordonné de t’en aller alors laisse-moi !

Merlin : Je sais ce que vous voulez faire. Je sais que vous croyez être amoureux de Sophia.

Arthur : Pour qui  te prends-tu ? Qui es-tu pour me dire ce que je ressens ?

Merlin : Votre ami, Arthur.

Arthur : Non, Merlin. Tu es mon serviteur.

Merlin : Vous ne savez pas ce que vous faites. Elle vous a jeté un sort. Vous êtes envouté.

Sophia : Je vous avais bien dit que l’on essayerait de nous séparer.

Arthur : Oui, en effet .Et je ne le tolérerai pas.

Merlin : Non, arrêtez  de l’écouter ! Vous êtes sous son emprise.

Sophia : Enfuyons nous tous les deux. Sortons de ce palais. Oublions tous ces gens.

Merlin (s’adresse à Aulfric) :J’ai vu ce que vous avez fait. (Puis, à Arthur) J’ai suivi cet homme. Ils ont prévu de vous offrir en sacrifice.

Aulfric s’approche de merlin.

Aulfric : Vous laissez votre serviteur parler à vos invités de cette manière.

Merlin : Je sais ce que vous allez faire parce que je vous ai suivi au lac et que j’ai  tout vu. (Il se retourne vers Arthur).Croyez-moi, je vous en prie !

Sophia : Ne l’écoutez pas, Arthur. Allons-y. Venez, partons ce soir.

Merlin : Elle va vous tuer. Sophia a prévu de vous sacrifier en échange de son immortalité. Vous mourez si vous la suivez.

Arthur (semble perdu) : Cela n’a vraiment aucun sens. Nous nous aimons…

Merlin : Ce ne sont pas des êtres humains. Regardez l’écriture... (Il veut prendre le bâton mais Aulfric le met  hors de sa portée) … qui il y a sur le bâton.

Les yeux d’Aulfric sont rouges. Merlin recule.

Merlin (effrayé): Regardez ses yeux ! Regardez-le bien ! Vous me croyez maintenant ! Arthur, vous avez vu ?

Arthur (Ses yeux sont rouges et la  voix est  rauque) : J’ai tout vu en effet.

Merlin les regarde tout à tour  et s’élance sur Aulfric qui pointe son bâton vers lui. Un jet de lumière jaillit de la pointe du bâton propulsant Merlin contre le mur. Merlin tombe, évanouit.

Il fait nuit. Par la fenêtre de sa chambre, Morgane voit Arthur, Sophia et son père sortir du château.

Chez Gaius :

Morgane (Paniquée): Il s’en va. Arthur s’en va avec elle. Elle l’a emmené.

Gaius : Calmez-vous de grâce.

Morgane : Gaius, vous ne me croyez pas mais je suis sûre que cela va arriver. Mon rêve va devenir réalité.

Gaius : Je vous crois, Morgane.

Morgane : Il faut que je le dise à Uther.

Gaius : Vous ne pouvez !

Morgane : Il faut que je fasse quelque chose autrement Arthur va mourir.

Gaius : Vous ne devez rien dire à Uther de vos cauchemars. S’il pense instant que vous avez le don de prophétie. Il vous accusera de sorcellerie.

Morgane : Je n’ai guère le choix. Je ne saurais me pardonner de l’avoir laissé mourir.

Gaius : Attendez ! Nous nous connaissons depuis longtemps, vous et moi. Vous avez confiance en moi ?

Morgane : Oui, vous le savez.

Gaius : Alors, continuez, Morgane. Restez ici ! Et surtout ne dites mots à personne.

Morgane : Non, mais….

Gaius : Je vais m’en occuper.

Morgane : Gaius…Mais où allez-vous ?

Gaius : Cherchez quelqu’un qui pourra nous aider.

Il lui fait signe de ne pas bouger et quitte la pièce. Pendant ce temps-là, dans la forêt, Arthur, toujours envouté, suit Aulfric .Arthur, les yeux rouges, est  suivit de près par Sophia.

Dans la chambre d’Arthur :

Gaius entre et découvre Merlin, inconscient

Gaius : Merlin .Que s’était passé ? Que t-est-il arrivé ?

Merlin : mmm…Aulfric .Où est Arthur ? Nous devons le rattraper. Ce bourdonnement. D’où vient-il ?

Gaius aide Merlin à se relever.

Gaius : Attention, tu tiens à peine debout. Du calme.

Merlin : Je dois y aller.

Gaius : Tu ne peux y aller dans cet état .C’est grâce à tes pouvoirs que tu as survécu. Comprends-tu ?

Merlin : Tout ira bien. Il a besoin de moi.

Gaius : Ah, tu n’entends plus de bourdonnement ?

Merlin : Non

Gaius : Menteur !

Merlin : Je dois y aller, Gaius ! Il mourra si je reste là.

Gaius : Les Sidhes forment un peuple agressif. Sois prudent ! Fais bien attention.

Merlin : Soyez sans crainte. Je sais ce que je fais.

Merlin se dirige vers la fenêtre. 

Gaius : Merlin…

Merlin : mmm

Gaius (Il lui montre la porte): C’est par là.

Merlin : Je vérifiais.

Dans la forêt :

Merlin court aussi vite que possible. Tandis qu’Aulfric, Sophia et Arthur arrivent au bord du lac. Sophia pose son bâton sur le sol.

Aulfric : Sophia, vas-y. Ils t’attendent.

Sophia : J’ai….Qu’est-ce  cela veut dire ? Vous venez avec moi ?

Aulfric : Seul l’un de nous pourra passer les portes d’Avalon. Je ne les passerai pas.

Sophia : Mais… j’ai rêvé de cet instant uniquement pour y retourner avec vous.

Aulfric : Ton destin est sur une voie opposée à  la mienne car mon sort est d’être mortel, Sophia.

Sophia (pleure) : Je ne veux pas renoncer à vous.

Aulfric : Il le faut. Une fois que la cérémonie commencera, tu devras continuer jusqu’au bout. Les Anciens attendent une âme. S’ils n’ont pas la sienne, ils prendront la tienne.

Elle regarde Arthur, le regard fixe puis se jette dans les bras de son père.

Sophia : Adieu, père. Je ne vous oublierai jamais.

Elle l’embrasse et prend la main d’Arthur qui la suit docilement  dans le lac. De l’eau jusqu’à la cuisse, Sophia  prend les mains d’Arthur et plonge son regard dans le sien. Aulfric récite la formule. Merlin court toujours. Sophia pose ses lèvres sur celle d’Arthur et le pousse doucement dans l’eau. Le corps d’Arthur s’enfonce dans les eaux troubles du lac. Sophia a le bras tendu sur le lac, son père récite encore la formule quand Merlin arrive sur les lieux. Il voit le bâton au sol. L’objet vient à lui grâce à la magie et le pointe vers Aulfric. Merlin dit une formule et un jet de lumière bleuté touche le corps  d’Aulfric  et explose.

Sophia : Péééree……nooonnnn  ahaahhh…

Sophia connait le même sort. Merlin ôte sa veste et se précipite dans l’eau.

Merlin : Arthur….Arthur….Arthur….

Merlin cherche désespérément Arthur. Il plonge et replonge jusqu’à qu’il voit Arthur. Il le remonte à la surface et le tient dans ses bras.

Dans la chambre d’Arthur :

Gaius et Merlin sont assis sur une chaise à côté d’Arthur où il est allongé sur son lit, inconscient.

Merlin : Arthur.

Arthur (reprend conscience): Que s’est-il passé ? Où suis-je ?

Merlin : Vous ne vous souvenez de rien ?

Arthur: Oh, Oh, ma tête! Il y avait une  jeune  fille. Sophia, elle... Et je demandais quelque chose à mon père à son sujet. Je lui demandais…. (Soudain, il réalise.) Avais-je perdu la raison ?

Merlin (regarde Gaius) : Nous nous sommes posé la question. Surtout quand vous êtes enfuit avec elle, hier soir.

Arthur : J’ai fait quoi ?

Gaius : Merlin a dû  vous ramener à Camelot.

Arthur : Mais je ne me souviens plus de rien.

Gaius : C’est peut-être le coup qui provoque cela.

Arthur : De quel coup …parlez-vous ?

Merlin : Eh, bien quand je vous ai rattrapé, vous n’avez pas voulu revenir. Impossible de vous convaincre, j’ai dû employer la force.

Arthur (surpris) : Toi, Merlin. Tu as réussi à m’assommer !?

Merlin : Oui. Avec une buche.

Gaius : Il a fait cela uniquement pour vous ramener sans danger.

Arthur (pointent son doigt sur eux, les menaçant) : Personne…ne doit apprendre..cela. Personne. Suis-je assez clair ?

Gaius et Merlin se regardent le sourire aux lèvres tandis qu’Arthur se laisse tomber sur son lit.

Dans la grande salle :

Uther : Quand tu as manqué à tes obligations, ce matin, j’ai craint que tu te sois
enfuit avec Sophia dans un accès de rage.

Arthur lance un regard à Merlin.

Merlin : Majesté, j’aurai préféré qu’il ait fait parce que je ne serais pas devant vous avec l’impression d’être  idiot. Hélas ! Une fois encore.

Uther : Cela se produit presque  chaque jour ces derniers temps.

Merlin : Mais c’est une simple erreur et je ne dirais en aucun cas que c’est la faute d’un autre. (Arthur regard Merlin) .Non, en aucun cas, c’est ….On peut dire que c’est la mienne.

Uther : Quelqu’un peut-il me dire ce qu’il s’est passé ?

Merlin : Eh bien …

Uther : Quelqu’un doté d’un cerveau.

Arthur : Après le départ de Sophia, j’ai essayé de ne plus penser à elle. Et dans ce but, je suis allé chasser.

Morgane : Alors tuer serait un remède pour les cœurs brisés ?

Arthur : Non mais c’est divertissant. Merlin devait vous informer de mon départ et vous dire que je reviendrais tard, aujourd’hui.

Uther : Souffrez-vous d’une espèce de maladie mentale ?

Merlin : Probablement.

Gaius (intervient) : Je m’emploie à le guérir.

Uther : Faites vite de grâce trouver un remède ou nous n’allons pas tarder à être en pénurie de tomates.

Merlin (sourit): En pénurie de tomates.

Merlin est  de nouveau au pilori.

Chez Gaius :

Gaius et Merlin sont à table. Quelqu’un toque à la porte.

Gaius : Morgane.

Morgane : J’ai..Je ne dors pas bien, Gaius.

Gaius : Je vous ai préparé un autre breuvage. (Morgane regarde Merlin).Vos cauchemars ont-ils cessé ?

Morgane : Oui. Arthur m’a dit ce qu’il s’était passé. (Elle s’adresse à Merlin) J’imagine que tu l’as frappé sur la tête de toutes tes forces.

Merlin : Oui, je suis extrêmement désolé.

Gaius : Tenez. Prenez-le chaque soir juste avant d’aller dormir.

Morgane : Merci, Gaius.

Elle quitte la pièce.

Gaius : Elle ne doit pas savoir la vérité.

Merlin : Pourquoi ? Son rêve prémonitoire a permis de sauver la vie d’Arthur.

Gaius : Mais il lui risquerait de faire perdre la sienne si Uther le découvrait. Rien ne serait plus comme avant. Comprend-le, Merlin. Cela doit rester secret.

Merlin : Est-elle comme moi ? Utilise-t-elle  la magie ?

Gaius : Personne n’est comme toi, Merlin.

Merlin : Mais elle a le don, Gaius.

Gaius regarde la porte.

Gaius : Dans son intérêt, j’espère que non.

Dans la chambre de Morgane :

Elle dort paisiblement. Soudain, elle se réveille en sursaut.

                                                        FIN

Écrit par crystal14 pour Merlin HypnoSeries.

[Ce script a été réalisé grâce au travail de Lika_mikala sur LJ. Nous la remercions de nous avoir autorisés à reprendre son texte.

We are grateful to Lika_mikala for allowing us to use her work. Thanks.]

 

Episode 1.07 – THE GATES OF AVALON

 

“In a land of myth and a time of magic, the destiny of a great kingdom rests on the shoulders of a young boy. His name…Merlin.”

 

 

KING’S PALACE, MORGANA’S CHAMBERS - NIGHT

 

Arthur drifts under water wearing his armour. A woman stands over him. Morgana wakes with a gasp. She is terrified.

Morgana (whisper): Arthur! Arthur!

 

---------------------

OPENING CREDITS

---------------------

 

FOREST - DAY

 

Arthur slinks through the woods with a crossbow. Merlin bursts out of the trees and bumps Arthur as he's about to shoot.

Merlin: What is it? 

Arthur (angry): You really are a total buffoon, aren't you, Merlin?!

Merlin: I was just asking.

Arthur: Who? Me or the deer?! We're supposed to be hunting. It requires speed, stealth and an agile mind. 

Merlin: So you're able to get by on two out of three, then? 

A woman screams.

Merlin: What was that?

Arthur: Quiet.

Voice of a man (distant): Please! Don't!

Voice of a woman (distant): Help!

Arthur grabs his sword from Merlin.

A man lays on the ground as a bandit draws his sword to kill him. A young woman struggles with three other purse snatchers.

Man: No, no, I beg you! Mercy!

Bandit: Give us some money!

Young woman: Help me! Help me!

Arthur shoots one of the robbers. The others attacks Arthur. The man gets up and holds the young woman while Arthur fights off the bandits.

Merlin (casts a spell): Forbærnen firgenholt.

A large tree branch falls on top of one of the bandits trying to attack Arthur from behind. Arthur kills the one in front of him and the last bandit runs off. Arthur looks up at the tree. 

Arthur: Stroke of luck. 

Merlin: And let that be a lesson to you! 

Arthur gives him a look.

Merlin: What? I was covering your back.

Arthur (to the man and the young woman): You alright? Didn't hurt you? 

The young woman turns to Arthur and removes her hood.

Young woman: No... Thanks to you. I'm Sophia. This is my father. 

Arthur: Arthur Pendragon... at your service.

Arthur kisses Sophia's hand. He looks dazzled by her beauty.

 

KING’S PALACE, COUNCIL CHAMBER - DAY

 

Sophia and her father stand before the court.

Sophia’s father: My name is Aulfric, heir to Tír-Mòr. This is my daughter, Sophia. 

Uther: You're a long way from home. What brings you to Camelot? 

Aulfric: Our home was sacked by raiders, We barely escaped with what few possessions we could carry.

Arthur leaning on a pillar cannot take his eyes from Sophia.

Uther: These are dangerous times. What will you do? 

Aulfric: We travel west to Caerleon where we have family and, I hope, a new life. 

Uther: You must stay here awhile, (Arthur looks relieved) break your journey. A noble family like yours is always welcome in Camelot.

Arthur stares at Sophia when she exits with her father. She stares back at him. Merlin smiles.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS

 

Arthur: Make sure you put her in a decent room.

Merlin: The one next door's empty.

Arthur: The one next door's fine. Excellent, in fact… (Merlin smiles) Shut up, Merlin.

Merlin: What? I didn't say anything.

Arthur: You didn't have to. I want to make it clear that my intentions towards Sophia are completely honorable. Put her in the room on the other side of the castle. It's warmer, more comfortable.

Merlin: Of course. She…er...is very beautiful.

Arthur: Yes, she is.

Merlin: And if your intentions are honorable...

Arthur: Oh, they are. Most definitely.

Merlin: Then what's the problem with her staying next door?

Arthur: There isn't one. You've convinced me. Put her in the room next to mine.

 

KING’S PALACE, CORRIDOR

 

Merlin hands Sophia a blanket.

Merlin: If you need anything, just let me know. 

Sophia: Thank you. 

Sophia enters her guest room. Morgana sees her. They both exchange a look.  Morgana approaches Merlin anxiously.

Morgana: Who is that?

Merlin: Er…Sophia Tír-Mòr. We rescued her in the woods. Well, Arthur did most of the rescuing.

Morgana: She can't stay here.

Merlin: The King said that she and her father are welcome in Camelot. Is everything ok?

Morgana: Yes. Thank you.

 

KING’S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS

 

Morgana enters just as Gaius takes a flask off of the burner.

Morgana: I'm sorry, I didn't mean to disturb you.

Gaius: Nonsense, my child. My favourite patient is always welcome. 

Gaius kisses her cheek.

Gaius: I'm sorry about the mess. Most of it's Merlin's. If I'd known you were coming, I'd have tidied up in here. 

Morgana: Er…it's not that. It's just...your bench is on fire.

Gaius: My bench is on fire? What are you...(turns to look) My bench is on fire!

Morgana (hands him a bucket): Here.

Gaius (uses tongs to drop the flask in the water): You're always getting me into trouble. What brings you to this dark corner?

Morgana: I had another dream.

Gaius: I see.

Morgana: I saw Arthur lying under water, drowning, and there was a woman standing over him, watching him die. And she's here in Camelot. 

Gaius: The mind plays tricks. It borrows from everyday life and plays out its own fantasy.

Morgana: But I had this dream before she came to Camelot.

Gaius: You must be mistaken.

Morgana: No, I know what I saw. It was so real...so vivid. I saw him die, Gaius. She's going to kill him.

Gaius: These are just dreams, Morgana, nothing more. Are you taking the sleeping draught I made up for you? 

Morgana: Oh, it doesn't help.

Gaius: Here. Try this. It will induce a deeper sleep (hands her a bottle) You've nothing to fear.

Morgana: Thank you, Gaius.

Gaius: Morgana. Don't bother Uther about this. No need to worry him.

 

FOREST, BANDIT’S CAMPFIRE - NIGHT

 

Aulfric approaches the bandit that got away. The bandit stands up and draws his sword.

Aulfric: You can dispense with the unpleasantries…your payment.

Aulfric holds up a leather pouch.

Bandit: I want more. My friends are dead because of you. 

Aulfric: Yes. I'm sorry. Such a dreadful waste of life. But if it's any consolation, you'll see them again soon…má réðe cine týne!

Aulfric’s eyes redden and he kills the bandit with his staff.

 

KING’S PALACE, MORGANA’S CHAMBERS - NIGHT

 

Morgana stirs restlessly in her sleep. She sees the same vision of Arthur drowning with Sophia standing over him. Morgana wakes She is terrified.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS - DAY

 

Arthur: I'm taking Sophia out for a ride today. You know, show her around.

Merlin: Where do I come into this?

Arthur: Well, I'm supposed to be on patrol with the guard of my father this morning, so I need you to cover for me.

Merlin: What, and lie to the King? No. No way. No, he'll see right through me. He'll have me in the stocks quicker than you can say rotten tomatoes.

Arthur: Merlin.

Merlin sighs.

Arthur: I need you to do this for me.

Merlin: I am a terrible liar. I start sweating, my…my vision blurs, my…my brain stops working.

Arthur: Well, no change there, then. Look, I promised Sophia I'd take her out and if I don't turn up it'll blow my chances.

Merlin: You like her, then?

Arthur: Yeah. What's not to like? I want to spend some more time with her, but I need to get my father off my back. I can't order you to lie to the King, but ...you'd be a friend for life if you did.

Merlin: Go on, then, you don't want to keep her waiting.

Arthur: Thanks, Merlin. I won't forget it.

 

KING’S PALACE, MORGANA'S CHAMBERS - DAY

 

Morgana watches Arthur ride out of Camelot with Sophia.

Gwen: You're sure it's her?

Morgana: I could never forget that face.

Gwen: You should speak to the King.

Morgana: And tell him what? That I can see the future?

Gwen: If you think Arthur's life is in danger.

Morgana: You know how he'd react.

Gwen: You're his ward, he wouldn't harm you.

Morgana: He hates magic more than he cares for me.

Gwen: That's not true.

Morgana: Would you care to put it to the test?

Gwen: But what else can you do?

Morgana: I'm going to have to try and stop her myself.

 

KING’S PALACE, COUNCIL CHAMBER - DAY

 

Uther: Where's my son?

Merlin: I'm not sure where he is. I…erm…I think there's been a mistake. But it's not his fault. Arthur's, I mean.

Uther: Stop gibbering and tell me where he is.

Merlin: It's probably... No, it's definitely my fault. 

Uther: Where is Arthur?!

Merlin: He's not here.

Uther: I can see that.

Merlin: Arthur wasn't sure of his orders, so he asked me to check with the guards to see if he was riding out this morning and...well...I may have forgotten.

Uther: You forgot?

Merlin: I'm sorry, My Lord. I am sure he would have been here had I told him.

Uther: If this was a time of war, I would have you flogged.

Merlin: And since it's not, we'll let it go just this once?

 

LOWER TOWN - DAY

 

Merlin is pelted with rotten tomatoes in the stocks.

Merlin: I forgot how much fun this was.

 

FOREST - DAY

 

Arthur walks through the woods with Sophia.

Arthur: The river's not far. It's just down here.

Sophia: Arthur...wait.

Arthur: What is it?

Sophia takes Arthur's hands and looks into his eyes.

Sophia (spell): Túce hwón frec'úre, artur.

Guard (distant): You there! Halt!

Sophia backs away and Arthur tackles her as an arrow flies at them. Arthur runs toward the guards.

Guard (distant): Sorry!

Arthur (distant): Sorry?! You nearly shot a crossbow in my face! What do you mean you're sorry?!

Sophia looks fearfully at the arrow in the tree behind her. Arthur jogs back.

Arthur: You okay?

Sophia: Yes. Thanks to you.

Arthur: They were searching for the bandits that attacked you yesterday. Here.

Arthur picks up Sophia’s staff to give it to her.

Sophia (angry): Don't…touch that! 

Arthur (puzzled): I'm sorry…Maybe we should go back. 

Sophia: It's fine. I…I'm sorry, I was upset. Now, don't let this spoil our day together. We were having such a nice time. Let's go down to the river.

Arthur: I'm taking you back to Camelot (Sophia looks worried). Your father would never forgive me if I let anything happen to you.

 

KING’S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS

 

Merlin enters covered in rotten tomatoes.

Gaius: Have you been playing with your food again?

Merlin: The King put me in the stocks.

Gaius: What'd you do this time?

Merlin: Nothing. Honestly, it wasn't my fault (pours water in a basin) Arthur wanted to get out of going on patrol with Uther and the guard, so I covered for him and took the blame.

Gaius: And Arthur was prepared to let you do this?

Merlin: It was his idea.

Merlin washes his face.

Gaius: And what made him neglect his duties? It must've been something terribly important.

Merlin (smiling): Sophia.

Gaius (looks concerned): The girl from the forest?

Merlin: He wanted to take her out for the day (takes food out of his hair) He is besotted.

Gaius: But they've only just met.

Merlin: I know. I guess it must have been love at first sight.

Gaius: Yes…I suppose it must be.

 

KING’S PALACE – CORRIDOR

 

Gaius is walking toward Aulfric’s bedchambers. He checks if anyone is around and enters.

 

AULFRIC'S GUEST CHAMBERS

 

Gaius snoops around and inspects Aulfric's staff and the writings on it. He doesn’t hear Aulfric enter.

Aulfric: Can I help? 

Gaius (startles): Forgive me. The door was open. I thought someone may have broken in.

Aulfric (angry): Looks like they have! (his eyes have reddened)

Gaius: I apologise for imposing on you. It won't happen again (starts to leave. He has seen the red eyes and looks suspiciously at Aulfric)

Aulfric (threatening voice): Make sure it doesn't.

 

KING’S PALACE, MAIN SQUARE

 

Arthur and Sophia ride in and dismount. Sophia looks worried.

Arthur: You're sure you'll be alright?

Sophia: Yes. Thank you for today (kisses Arthur's cheek) Good night, Arthur.

Arthur watches her until she is inside the castle.

 

KING’S PALACE, GRIFFIN STAIRCASE

 

Sophia enters the palace and bumps into Morgana.

Sophia: Sorry! (smiles) Lady Morgana, isn't it? I'm Sophia.

Morgana (drily): What are you doing here?

Sophia: My father and I are guests of the King.

Morgana: You're lying. I know what you're going to do to him, and I won't let it happen.

Sophia: Does Arthur know you feel this way about him? Of course he does. I suspect he's already turned you down.

Morgana: Don't think you can make a fool out of me.

Sophia: I won't have to. You're managing to do that well enough already.

Morgana: Stay away from him.

Sophia: Or what? (pause) Jealousy is such an unattractive trait in a women.

Morgana: If anything happens to Arthur, I'll find you. However long it takes.

 

KING’S PALACE, AULFRIC'S GUEST CHAMBERS

 

Sophia enters.

Aulfric: You've not been gone as long as I expected.

Sophia: We were interrupted.

Aulfric: What happened?

Sophia: I was nearly killed. For a moment, I felt what it would be like to die a mortal death. He saved me. Someone so weak, so feeble, saved me! I can't bear to be like this a moment longer.

Aulfric: You won't have to. Once his heart is yours, the gates of Avalon will open once again for us and we can regain our true form.

Sophia: I need a little more time.

Aulfric: You must hurry. The physician can see us for what we truly are.

Sophia: And he is not alone. The Lady Morgana. She fears her powers, but that will not keep her quiet for long. 

Aulfric: Tomorrow, you have to finish the enchantment otherwise our chance to rid us of these mortal shells will be lost forever.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS

 

Morgana: You seem very fond of her.

Arthur: You make that sound like a bad thing.

Morgana: Not necessarily. I've just never seen you fall under a woman's spell so quickly.

Arthur: If you're jealous, Morgana, it's ok to admit it.

Morgana: Don't flatter yourself.

Arthur: Come on. It wouldn't be the first time now, would it?

Morgana: Arthur, I'm trying to protect you! She isn't what she seems.

Arthur: Why? What makes you say that?

Morgana: I just have a feeling. It's difficult to describe. I had a dream. A nightmare.

Arthur (laughing): You really are very sweet, Morgana.

Morgana: Why are you laughing?

Arthur: You! Your feelings, bad dreams. You don't have to make this stuff up. You can tell me the truth. It's obvious you like me.

Morgana: Less and less by the second.

Arthur: All right. Whatever you say.

Morgana: You're intolerable. Just hope I'm wrong about her.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS - DAY

 

Merlin is getting Arthur’s armour ready. Arthur comes in.

Merlin: You're dressed!

Arthur: Nothing gets past you, does it, Merlin?

Merlin: What…You're supposed to be wearing these! Your father's bestowing a knighthood on one of your men this morning!

Arthur: I'm giving it a miss.

Merlin: Won't the King mind?

Arthur: Not if you…er…cover for me, again. By the way, thanks for yesterday, I heard you ended up in the stocks. Bad luck.

Merlin: They were throwing potatoes at me. It's only supposed to be rotten fruit.

Arthur: I'm not sure there's any hard-and-fast rules, but if it's any consolation, I think it was worth it.

Merlin (gets closer): What? It went well?

Arthur: Great. Fantastic (Arthur looks lost in his mind) She's incredible.

Merlin: Don't worry. I'll find a way to get you out of it.

Arthur: Just make sure you don't end up in the stocks this time.

Merlin: I won't. I think I'm starting to get the hang of this whole deception lark.

 

LOWER TOWN - DAY

 

Merlin is pelted with rotten food in the stocks.

 

FOREST - DAY

 

Arthur and Sophia frolic through the woods.

Arthur: Wai…wait! Careful.

Sophia: Don't worry. I will be (she comes close to Arthur and looks in is eyes) túce hwón frec 'úre, artur.

Arthur: What are you doing?

Sophia takes Arthur's hand and comes closer.

Sophia: Þec nom feoh gyse. Cume morðor rice ær. Túce hwón frec úre, artur.

Sophia and Arthur's eyes glow red.

 

KING’S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS

 

Merlin enters covered in rotten food. Gaius sits at his desk.

Gaius: Not again Merlin, surely?

Merlin: You would think that the appeal of pelting the same person with fruit would wear off after a while, but, oh, no!

Gaius: I heard that Arthur wasn't at the knighting ceremony.

Merlin: Yeah (pours water in a basin) he wanted to make the most of his time left with Sophia.

Gaius: So you helped him?

Merlin (start to wash): I'm his servant, I had to.

Gaius: You shouldn't have done that, Merlin (he looks up at Gaius) I fear that Sophia may not be all that she seems.

Merlin: Why?

Gaius (gets up): What do you know about seers?

Merlin: Not much. They're…supposed to be able to see the future, like prophets?

Gaius: It's said to be an innate ability. Those who have it are born that way. Some aren't even aware that what they see is the future. It comes to them in their dreams (sits on a bench the other side of his desk)

Merlin: What's this got to do with Sophia?

Gaius: The night before she and Aulfric came to Camelot, Morgana had a dream. Sophia was in it.

Merlin (surprised): Before she arrived in Camelot?

Gaius: I've been watching Morgana since she was very young. And though I tried to persuade myself otherwise, I realised that (Merlin has come closer and sat on the bench near Gaius) some of the things she said she'd dreamt came to pass. I kept it secret from Uther, of course. The gift of prophecy is too close to the work of magic.

Merlin: You think Morgana is a seer?

Gaius: I don't think it. I fear it. Morgana said she dreamt that Sophia killed Arthur.

Merlin: Couldn't that have just been a dream? Maybe the- the woman Morgana saw just looked like Sophia.

Gaius: That's what I hoped. But Aulfric caught me in Sophia's room and, in a flash of anger, his eyes changed colour.

Merlin: Who are they?

Gaius: It's not who they are that worries me. It's what they want with Arthur.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS

 

Sophia continues enchanting Arthur.

Sophia: Our love is strong. You feel the same way, too. If we were ever to be parted...?

Arthur: I'd never let that happen.

Sophia: You may not have the choice. There are some here who don't want us to be together.

Arthur: I'll never let them come between us.

Sophia: Because we are in love.

Arthur: Because we're in love.

Sophia: You must seek permission for us to marry... so that we can be together.

Arthur: Till death do us part.

Sophia: Túce hwón frec'úre, artur.

Sophia's eyes glow red and she kisses Arthur.

Sophia: Till death do us part.

Arthur's eyes glow red and Sophia exits.

 

KING’S PALACE, CORRIDOR

 

Aulfric meets Sophia outside Arthur's door.

Sophia: He's ready. Tomorrow he'll do what we need him to.

Aulfric: Good, you have done well. I must go to the elders.

Merlin sees Aulfric as he turns the corner to Arthur's Chambers and follows him.

 

WOODS, LAKE OF AVALON

 

Merlin follows Aulfric into the woods. Aulfric reaches the Lake. Merlin watches him from behind a tree. The wind has started to blow. Aulfric addresses the Lake.

Aulfric: I seek an audience with the Sidhe elders! Do:tiag-sa ar idbairt do denam!

A blue haze and fairies appear over the lake. The fairies fly faster than a human eye can see. Merlin adjusts his sight and through his eyes we watch everything in slow-motion. Merlin is amazed by what he sees and he smiles.

Aulfric: I come before you to plead for the chance to win passage back to Avalon and a life of immortality!

One of the fairies, the Sidhe Elder, comes close to Aulfric. Merlin watches

Sidhe Elder: Your punishment for killing another Sidhe is a mortal body and a mortal life. You will never be able to return to Avalon.

Aulfric: The crime was mine, not my daughter's.

Sidhe Elder: The gates of Avalon remain closed to your daughter. Unless the soul of a mortal prince be offered up to them.

Aulfric: Thank you. An immortal life for my daughter is all that I desire, so I promise you the soul of the greatest prince of all. Arthur Pendragon!

Merlin realizes that Arthur’s life is in great danger. The fairies disappear into the Lake and Aulfric laughs.

 

KING’S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS

 

Gaius: Avalon. What you saw at the lake, it's Avalon. It must be…

Merlin: What's...

Gaius: The land of eternal youth. Mortals are only supposed to glimpse it the moment before death.

Merlin: Well, I've seen it and I'm still here.

Gaius: Extraordinary. What did it look like?

Merlin: Does it matter? They're going to sacrifice Arthur and we don't even know who "they" are yet.

Gaius: We do now (Gaius sits by his desk. Merlin follows him) I found writing like this on the top of Aulfric's staff. It's Ogham, an ancient script. Abas ocus bithe. Duthectad bithlane. "To hold life and death in your hands." From the writing on his staff and what you saw at the lake, I'm afraid I'm now certain. We're dealing with the Sidhe.

Merlin: That does not sound like a good thing.

Gaius: They're masters of enchantment.

Merlin: You think Arthur's been enchanted?

Gaius (nods): Almost certainly. I'm afraid Morgana's dream is coming true.

 

KING’S PALACE, COUNCIL CHAMBER

 

Arthur stands before Uther who is reading documents. Morgana sits next to Uther. Ulfric and Sophia are one step behind Arthur.

Arthur: I request this audience, Father, to discuss a matter of great importance (Merlin enters the council chamber) It cannot have escaped your attention that I and Lady Sophia Tír-Mòr have grown very close.

Uther (teasing): Not too close, I hope.

Arthur: We're in love (Uther and Morgana exchange a look) Which is why I come before you today to ask your permission to marry.

Merlin and Morgana look concerned.

Uther (first startled then laughs): I assume you're joking.

Arthur: No. I'm going to marry her.

Uther: But you only met two days ago.

Arthur: We're in love. 

Uther: In love? We had no idea that you were such a romantic (turning to Morgana) had we, Morgana?

Morgana: No. (pause) He's full of surprises.

Arthur: I'm going to marry her. I don't care what either of you think about it.

Uther: I thought you'd come to ask my permission?

Arthur: Out of courtesy, nothing more.

Arthur turns back, takes Sophia's hand and they walk toward the door.

Uther: Guards, door.

The guards prevent Arthur and Sophia from leaving

Uther (stands up): You've forgotten whose court you're standing in.

Arthur: You won't stop me. If I want to marry her, I will.

Uther (to the guards): Arrest Sophia and Aulfric Tír-Mòr…

The guards step forward.

Arthur: What are you doing?

Uther: …and inform the executioner his services will be required tomorrow morning.

Arthur: You can't do this.

Uther (raises his voice): Yes! I can! And unless you show me some respect (leans to Arthur) I will!

Arthur reluctantly bows his head.

Uther: Release them. You've got your whole life ahead of you. Sophia is no doubt your first love, 
but she certainly won't be the only one. Enjoy yourself while you can.

 

KING’S PALACE, COURTYARD CORRIDOR

 

Morgana follows Uther.

Uther: You're not planning on springing any surprises on me, are you?

Morgana: Don't you think you should be taking this a bit more seriously?

Uther: He's young, foolish and in love. Give it a week and he'll be chasing after the next girl that catches his eye.

Morgana: Sophia will never let that happen.

Uther: Do you bear a grudge against our guest?

Morgana: There's something about her I don't trust. You've seen the way Arthur changed since she's arrived.

Uther: He's a fool in love.

Morgana: She's dangerous.

Uther: Dangerous? To who?

Morgana: Arthur.

Uther: Why do you say that?

Morgana: I just have a sense, a feeling.

Uther: And what has she done to make you have this feeling?

Morgana: Nothing, yet. It's what she's going to do…I don't know how to tell you this.

Uther: Try. Whatever it is, you can tell me.

They stop and face each other. Uther waits for Morgana to speak.

Morgana: I've just seen girls like this before. They string men along and then drop them. I don't want to see him get hurt.

Uther: I know you want to protect him, but some lessons we have to learn for ourselves. He'll hurt for a week and then Sophia will be forgotten.

Morgana: I hope so.

Uther: Are you sure there's nothing else behind this?

Morgana: Yes, it's nothing.

Uther leaves. Morgana looks desperate.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS – NIGHT

 

Arthur's packs for travel. He wears his chainmails. Merlin enters.

Arthur: Get out.

Merlin: I thought the King was a bit harsh.

Arthur: I don't need sympathy, Merlin, especially not from you.

Merlin: But I did think he had a point.

Arthur (angrily): I ordered you to get out. Now leave me!

Merlin: I know what you think you're doing, and I know you think you're in love with Sophia...

Arthur: Who are you to tell me what I'm thinking?

Merlin: I'm your friend.

Arthur: No, Merlin, you're my servant.

Merlin: You don't know what you're doing. She's cast a spell on you. You're enchanted.

Sophia (enters the room with Aulfric) : I told you people would try to keep us apart.

Arthur: I know. I won't let that happen.

Merlin: Look, don't listen to her, she's controlling you.

Sophia: We can elope together. Get away from this place, these people.

Merlin: I saw you. I followed him. They're planning to sacrifice you.

Aulfric: You let your servant talk to your guests this way?

Merlin: I know what you're going to do, because I followed you to the lake and I heard everything. You have to believe me.

Arthur seems lost and looks like he does not know who to believe.

Sophia: Don't listen to him, Arthur. Let's go. Let's leave tonight.

Merlin: She's going to kill you. Sophia plans to sacrifice you to buy a life of immortality. If you go with her, you'll die.

Arthur: It…it doesn't make sense. We're…we're in love.

Merlin: They're magical beings! Look at the writing on the staff.

Merlin lunges forward to grab Aulfric's staff; Aulfric's eyes flash red.

Merlin: Look at his eyes. Look at him. Do you believe me now? Arthur, do you see?

Arthur turns round. His eyes are also red.

Arthur: I see everything.

Merlin lunges toward Aulfric, but Aulfric uses his staff.

Aulfric: Na mben sis!

Aulfric's spell throws Merlin against the wall and knocks him unconscious.

 

KING’S PALACE, MORGANA'S CHAMBERS - NIGHT

 

Morgana looks out her window and sees Arthur leaving the Square with Sophia and Aulfric. She runs out of her chambers.

 

KING’S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS - NIGHT

 

Morgana runs in.

Morgana: He's gone! Arthur's gone with her! She's taken him!

Gaius: Slow down.

Morgana: I know you don't believe me, but I'm so sure it's going to happen. My dream's going to come true.

Gaius: I do believe you.

Morgana: I've got to tell Uther.

Gaius: You can't.

Morgana: I've got to do something, if I don't then Arthur will die.

Gaius: You can't tell Uther about your dream. If Uther thinks you've got the seers' power, he'll charge you with witchcraft.

Morgana: I don't have a choice. I couldn't live with myself knowing I'd let him die.

Gaius: Wait. We've known each other a long time, you trust me don't you?

Morgana: Yes, you know I do.

Gaius: Then trust me now. Stay here and don't say a word to anyone about this.

Morgana: But Arthur...

Gaius: I'll take care of it.

Morgana: Where are you going?

Gaius: To find someone who can help.

He leaves and motions her to stay inside.

 

WOODS - NIGHT

 

Arthur walks through the woods with Sophia and Aulfric.

 

KING’S PALACE, ARTHUR’S CHAMBERS - NIGHT

 

Gaius enters as Merlin is just coming around.

Gaius: Merlin! What happened to you?

Gaius kneels down and helps Merlin

Merlin: Aulfric. Where's Arthur? I have got to go after him. What's that buzzing noise?

Gaius: Careful, Merlin, you can barely stand up.

Merlin: I have to go.

Gaius: You can't, not in this state. You owe it to your powers that you survived this at all.

Merlin: I'll be fine, he needs me.

Gaius: Has that buzzing stopped?

Merlin: Yeah.

Gaius: Liar.

Merlin: I have to go, Gaius. He'll die if I don't.

Gaius: The Sidhe are a vicious people. You must be careful.

Merlin: Don't worry, I know what I'm doing.

Walks toward the window

Gaius: Merlin? (points at the door) This way.

Merlin: Just testing. 

Merlin runs through the forest.

 

LAKE OF AVALON

 

An oblivious Arthur is standing with Sophia and Aulfric. Sophia puts he staff on the grass

Aulfric: Go. They are waiting for you.

Sophia: I don't understand. You're coming too.

Aulfric: Only one of us can pass through. This was never meant for me.

Sophia: But…I only wanted this so we could both return to Avalon.

Aulfric: Your destiny is on a different path to mine. It is my fate to live a mortal life.

Sophia (crying): I don't want to leave you.

Aulfric: You must. Once the ceremony begins you have to go through with it. The elders expect a soul. If they don't get his they will take yours.

Sophia: Goodbye (she hugs her father) I will never forget you.

She takes Arthur's hand and leads him into the lake. Merlin continues running. Sophia and Arthur are now in the lake. They stop,water at waist-height. They hold hands. Ulfric starts the ceremony.

Aulfric: Ia bend dǽdon níwe. Cúðon gare íewe deahl sǽ áre. Sé áre. Ig bæþ deahl sǽ néah. Déaþ ór cwylþ óga him.

Merlin trips in the woods, then keeps running.

Aulfric: An 'wén. Flíete á. Dómdæg. Déaþ ór cwylþ óga him. An 'wén. Flíete á.

Sophia kisses Arthur.

Aulfric: Dómdæg. Déaþ ór cwylþ óga him. An 'wén. Flíete á. Dómdæg. Déaþ ór cwylþ óga him, Arthur Pendragon.

Arthur falls backwards into the water. Merlin keeps running. Aulfric keeps incanting.

Aulfric: Ia bend dǽdon níwe. Cúðon gare íewe deahl sǽ néah. Sé áre. Ig bæþ deahl sǽ néah. An 'wén. Flíete á. Dómdæg. Déaþ ór cwylþ óga him.

Merlin arrives and sees Aulfric's Sophia's staff on the ground.

Merlin: Onbregdan.

The staff flies into Merlin's hand. Merlin points it at Aulfric.

Merlin: Swilte, gold beorþ.

A bolt of light hits Aulfric and he explodes.

Sophia: Father! No! No!

Sophia tries to run to the shore. Merlin points the staff at her.

Merlin: Óga ceoles.

A bolt of light hits Sophia and she explodes. Merlin takes his jacket off as he runs into the water.

Merlin: Arthur! Arthur! Arthur!

Merlin finds Arthur under the water and brings him to the surface.

 

KING’S PALACE, ARTHUR'S CHAMBERS

 

Merlin and Gaius sit at Arthur's bedside waiting for him to wake. Arthur groans.

Merlin: Arthur? Arthur?

Arthur: What happened? Where am I?

Merlin: Can you remember anything?

Arthur: Oh! Oh my head! There was a girl. Sophia, she...I asked my father something about her, I asked him... (bolts up in bed) What was I thinking?

Merlin: Well, we did wonder. Especially when you eloped with her last night.

Arthur: I did what?

Gaius: Merlin had to bring you back to Camelot.

Arthur: I don't recall any of this.

Gaius: Must've been some blow.

Arthur: What blow?

Merlin: Well…er…when I caught up with you, I couldn't persuade you to return, you were beyond reason. So I had to make you.

Arthur: You managed to knock me out?

Merlin: Yep. With a lump of wood.

Gaius: He only did it to bring you back safely.

Arthur (points menacingly at Merlin): No one…can know about this (points at Gaius) Any of it. Is that understood?

Merlin and Gaius look at each other and then nod. Arthur falls back on his pillows.

 

KING’S PALACE, COUNCIL CHAMBER - DAY

 

Arthur stands before the court.

Uther: When you failed to show up for patrol this morning, I feared you'd eloped with Sophia in a fit of passion.

Arthur turns to Merlin.

Merlin: I…I wish he had. Because then I wouldn't be stood in front of you feeling like an idiot... again.

Uther: This is becoming a near daily occurrence for you.

Merlin: But there was a mistake. And I would not say it was anyone's fault (Arthur looks at him) Not…not really. Erm,..you…you could say it was mine.

Uther: Could somebody tell me what happened?

Merlin: Well...

Uther: Someone with a brain.

Arthur: After Sophia left, I wanted to take my mind off her so I went for a hunt.

Morgana: And killing things mends a broken heart?

Arthur: No, but it's good fun. Merlin was meant to inform you that I wouldn't be back till later today.

Uther (to Merlin): Have you some kind of mental affliction?

Merlin: Probably.

Gaius: I'm looking into it, Sire.

Uther: Well, I hope for our sake you find a cure. Or we'll find ourselves with a food shortage on our hands.

Merlin (chuckles): Food shortage…

 

LOWER TOWN – DAY

 

Merlin is pelted by rotten food in the stocks.

 

KING’S PALACE, PHYSICIAN'S CHAMBERS

 

Morgana knocks and enters.

Gaius: Morgana.

Morgana: I've had some troubled nights.

Gaius: I prepared another draught for you. Have the dreams stopped?

Morgana (shakes head): Arthur told me what actually happened (addresses Merlin) You must've hit him round the head really hard.

Merlin: Yeah. I feel really bad about that.

Gaius: Here you are. Remember, every night just before you go to sleep.

Morgana: Thank you, Gaius.

Morgana leaves

Gaius: She must never find out the truth.

Merlin: Why not? She had a premonition that helped save Arthur's life.

Gaius: And it could've cost her her own. If Uther ever found out, things would never be the same again. It must remain a secret.

Merlin: Is she like me? Can she use magic?

Gaius: No one's like you, Merlin.

Merlin: But she has the gift?

Gaius: For her sake, I hope not.

 

MORGANA’S CHAMBERS

 

Morgana wakes from another nightmare.

Écrit par Gwayd pour Merlin HypnoSeries.

 

Kikavu ?

Au total, 99 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Lanna 
17.04.2022 vers 09h

ElevenStra 
30.10.2021 vers 14h

Constgnan 
18.03.2021 vers 21h

Emmalyne 
28.04.2020 vers 13h

Blair16 
04.05.2019 vers 13h

ouatdark 
26.04.2019 vers 17h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (21.12.2018 à 22:56)
Arthur a eu vraiment chaud dans cet épisode et il peut dire merci à morgane. J'ai bien cru que la fille allait s'en tirer. Morgane commencerait elle à avoir des pouvoirs ? Comment uther va t il prendre ça?

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

byoann 
crystal14 
Gwayd 
Locksley 
mamynicky 
Ne manque pas...

Opération maintenance : aidez-nous à faire du ménage sur la citadelle.
Job d'été ! | Plus d'infos

De nouvelles HypnoCards sont disponibles pour les collectionneurs !
HypnoCards | Nouvel arrivage !

Activité récente
Actualités
Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix

Tom Hopper : Une comédie romantique sur Netflix
La comédie romantique Love in the Villa met en vedette Tom Hopper (Sir Perceval) et Kat Graham. Le...

Rupert Young dans

Rupert Young dans "La Chronique des Bridgerton"
Notre Premier Chevalier Sir Léon passe en ce moment sur Netflix. Rupert Young interprète Lord Jack...

Anthony Head au Wales Comic Con

Anthony Head au Wales Comic Con
Oyez, Oyez, bonnes gens Pour tous ceux qui aimeraient revoir le roi Uther Pendragon ... Anthony Head...

Nouveau Calendrier et nouveau sondage

Nouveau Calendrier et nouveau sondage
Coup de chaud à Camelot ! Le Grand Dragon est venu nous rendre visite et a fait monter la...

Nouvelle Photo du mois !

Nouvelle Photo du mois !
En juillet... de l'année dernière, vous aviez choisi le petit Aithusa sur son rocher. A partir...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, 08.08.2022 à 17:07

Viens aider le célèbre détective londonien à départager huit criminels en votant dans le sondage. Bonne semaine à tous

lolhawaii, 09.08.2022 à 01:24

Le calendrier d'août est arrivé sur les quartiers Hawaii 5-0 et MacGyver Ce sont des créations de Terillynn, venez nous donner votre avis svp !!

Supersympa, 09.08.2022 à 23:06

Bonsoir à tous ! Nouveau mois (encore très chaud) sur les quartiers Alias, Angel, Dollhouse et The L Word.

ShanInXYZ, 10.08.2022 à 18:12

Voyage au centre du Tardis : thème de la semaine, l'Aventure qui vous a le plus marqué, on attend vos photos alors passez voir le Docteur

sanct08, 10.08.2022 à 21:43

Bonsoir, animations + forums + sondages vous attendent sur Le Caméléon et X-Files ! De même un nouvel EV vous attend chez Jarod !

Viens chatter !