VOTE | 489 fans

#104 : La Vengeance de Nimue

Nimue s'introduit dans l'entourage du Roi Bayard, venu à Camelot célébrer un traité de paix avec le Roi Uther. Elle est bien décidé à se venger de Merlin qui a fait échouer ses derniers plans...

Fiche de l'épisode 104

Popularité


5 - 3 votes

Titre VO
The Poisoned Chalice

Titre VF
La Vengeance de Nimue

Première diffusion
11.10.2008

Première diffusion en France
18.04.2019

Vidéos

104 - BBC trailer VO

104 - BBC trailer VO

  

104 - Bande Annonce NRJ12 VF

104 - Bande Annonce NRJ12 VF

  

Extrait VO - Arthur donne à Gwen le remède pour Merlin

Extrait VO - Arthur donne à Gwen le remède pour Merlin

  

Extrait VO - Arthur rend visite à Merlin

Extrait VO - Arthur rend visite à Merlin

  

Photos promo

Plus de détails

Bien décidée à prendre sa revanche sur Merlin qui est responsable de la mort de l'addanc qu'elle avait créé, Nimue met la dernière touche à son plan et empoisonne une coupe en argent finement ciselée. Profitant que le Seigneur Bayard, Roi de Mercie, se rend à Camelot avec sa suite pour y signer une trêve avec le Roi Uther, la sorcière se glisse parmi ses domestiques et elle entre ainsi sans encombre dans le château.

Dans un couloir, Nimue s'arrange pour être bousculée par Merlin. Alors qu'il l'aide à ramasser ses affaires éparpillées sur le sol, elle lui fait son plus joli sourire et se présente à lui sous le nom de Kara. Gaius remarque avec amusement que le jeune magicien ne reste pas insensible au charme de la jeune femme. Nimue se faufile ensuite discrètement dans les appartements de Bayard, trouve le coffret qu'il a apporté et qui contient un présent pour la famille Pendragon. Elle l'ouvre et échange l'une des deux coupes qui s'y trouve avec celle qu'elle a empoisonnée. Elle referme ensuite le coffret en souriant, satisfaite.

Merlin aide Arthur à revêtir une tenue pour la rencontre prévue avec le Seigneur Bayard. En affichant un large sourire, le jeune Prince lui remet également une nouvelle tenue, spécialement réservée aux grands évènements de Camelot. Merlin saisit l'ensemble rouge décoré du dragon doré de Camelot, puis il découvre avec effroi l'accessoire indispensable pour l'accompagner: un ridicule chapeau orné d'une multitude de plumes rouges et vertes.

Alors que tout le monde est rassemblé dans la Grande Salle du château pour célébrer la trêve, Merlin repère Kara dans l'entourage de Bayard. Son regard n'échappe pas à Gwen, debout à ses côtés, qui reconnaît que la jeune femme est plutôt jolie pour une servante. Alors que l'hôte de Camelot entame un discours et fait apporter le coffret contenant ses présents, Kara entraine Merlin à part et elle lui révèle que Bayard projette de tuer Arthur et qu'il a empoissonné la coupe qu'il compte lui offrir. Merlin se précipite dans la Grande Salle après avoir juré à Kara de ne pas révéler son implication dans la découverte de ce complot.

Il fait irruption dans la pièce au moment où tous lèvent leurs coupes pour célébrer l'accord conclu. Merlin arrache la coupe des mains d'Arthur, puis il se tourne vers Bayard et l'accuse publiquement de vouloir attenter aux jours du Prince. Outré, le Roi de Mercie tire son épée, aussitôt imité par sa garde personnelle et les Chevaliers de Camelot. Le Roi Uther demande alors à Merlin de qui il tient ses informations mais le jeune homme refuse de le dire. Alors qu'Uther somme Bayard d'avouer la vérité, le Roi de Mercie propose de boire lui-même dans la coupe d'Arthur pour prouver sa bonne foi. Uther refuse sa proposition, précisant que s'il est coupable, il ne veut pas se priver du plaisir de le tuer lui-même. Il ordonne à Merlin de boire la coupe, ce qu'il fait sous les yeux effarés d'Arthur. Au bout de quelques secondes, il vacille et s'effondre. Nimue affiche un sourire satisfait puis s'éclipse.

Bayard et sa garde sont arrêtés et conduits dans les geôles du château. Pendant ce temps, Arthur s'est précipité vers Merlin, inconscient. Il se porte jusqu'à la maison de Gaius, suivi par Gwen qui a récupéré la coupe empoisonnée. En l'examinant de plus près, le vieux médecin découvre dans le fond une pétale de fleur vénéneuse, potentiellement mortelle. Un seul antidote existe, une feuille de cette même plante, qu'on ne trouve qu'à un seul endroit: les grottes de la forêt de Balor. S'y rendre n'est pas sans danger, la forêt est gardée par une redoutable créature, la Cockatrice, extrêmement venimeuse. Aucun de ceux qui ont traversé les montagnes d'Iskard pour y aller n'en sont revenus vivants. Alors que Gwen prend soin de Merlin, terrassé par une très forte fièvre, Gaius apprend à Arthur que son valet n'a plus que cinq jours à vivre.

Arthur demande à son père de mettre à sa disposition une poignée d'hommes pour aller chercher l'antidote pour Merlin. Le Roi refuse fermement, l'expédition est bien trop dangereuse et il est hors de question de risquer la vie de l'héritier de Camelot pour sauver celle d'un simple domestique. Le jeune Prince se retire dans ses appartements, furieux. Il est bientôt rejoint par Morgane qui lui déclare que son père est loin de prendre toujours les bonnes décisions. Arthur ne peut accepter de laisser mourir Merlin sans rien faire, bravant l'interdit de son père, il s'élance au galop hors de la Cité, bousculant les gardes au passage et prend la direction de la forêt de Balor. Nimue, qui observe Camelot depuis sa vasque dans une grotte du Royaume, regarde le Prince quitter la ville.

Pendant ce temps, l'état de Merlin empire, il commence à délirer en articulant des formules magiques. Gaius remarque alors une éruption cutanée sur son bras, ce symptôme devrait normalement apparaître beaucoup plus tard dans ce type d'empoisonnement. Gaius comprend que le temps est compté pour Merlin mais il comprend également que Bayard est innocent. L'effet du poison ne peut avoir été amplifié que par magie. Il finit par faire le lien avec la jeune servante qui faisait partie de la suite de Bayard et il envoie Gwen dans les geôles à la recherche de Kara.

Le Roi Uther est furieux lorsqu'il apprend la disparition de son fils. Il s'emporte contre Morgane lorsqu'il comprend qu'elle était au courant de ses projets et n'a rien fait pour l'en dissuader, bien au contraire. Gwen revient vers Gaius et lui dit qu'elle n'a pas retrouvé Kara. Le vieux médecin commence à comprendre ce qu'il s'est réellement passé et il redoute maintenant qu'Arthur ne tombe dans un piège.

Arrivé dans le forêt de Balor, Arthur rencontre une jeune femme en larmes qui prétend avoir été battue par son maître. Chevaleresque, il lui propose son aide au moment où il est attaqué par la Cockatrice. Nimue prend un réel plaisir à observer le combat. La créature est rapide et puissante mais le jeune Prince est agile et excellent combattant, il parvient à la tuer. Alors que la jeune femme le presse pour quitter cet endroit, Arthur lui révèle qu'il est à la recherche d'une fleur qui ne pousse que dans les grottes de cette forêt, elle prétend la connaître et elle lui propose de le guider jusqu'à l'endroit où elle pousse. Arthur la suit sans se méfier. Pendant ce temps, Merlin s'agite chez Gaius. Toujours inconscient, il marmonne qu'Arthur est en train de tomber dans un piège.

Dans la grotte, Nimue désigne à Arthur les fleurs sur une paroi rocheuse de l'autre côté d'un petit pont de pierre qui surplombe un précipice. Alors qu'il traverse, elle murmure une incantation et le pont s'écroule sous ses pieds. Arthur a juste le temps de se raccrocher à la paroi. Suspendu au dessus du vide, il est en fâcheuse posture. Le Prince exige de savoir qui elle est. Sans répondre à sa question, elle lui déclare qu'il ne mourra pas de sa main mais qu'autre chose s'en chargera. Arthur voit alors une araignée géante s'approcher de lui. Il saisit son épée dans une main et, toujours suspendu par l'autre main, il combat la créature et réussit à la tuer. Impressionnée, Nimue le regarde puis elle lui annonce qu'il périra quand même, qu'elle laisse le soin de l'achever aux amies de l'araignée. Elle s'en va ensuite, l'abandonnant à son funeste destin dans le noir. Arthur réunit toutes ses forces et se hisse péniblement sur l'étroit rebord de la paroi.

Merlin s'agite encore, il sait qu'Arthur est tombé dans un piège et il cherche à l'aider. Tout en étant inconscient, il fabrique une petite sphère lumineuse. Dans la grotte, le Prince a repéré les fleurs qu'il est venu chercher, il se penche pour les attraper mais elles sont hors de sa portée. C'est alors que son attention est attirée par des bruits en dessous de lui. Des dizaines d'araignées géantes sont en train de grimper le long de la paroi depuis le fond du précipice et elles se dirigent droit sur lui. Arthur prend le risque de faire un détour et continue sa progression vers les fleurs, il parvient à arracher une des plantes qu'il range précautionneusement puis il jette un nouveau regard aux créatures qui se rapprochent. La petite sphère de lumière fabriquée par Merlin apparaît à côté de lui puis commence à s'élever vers le haut de la grotte. Se fiant à son instinct, Arthur commence à escalader la paroi en suivant la lumière. La tâche est ardue mais il parvient tout en haut et s'extrait de la grotte par une sorte de cheminée naturelle avant d'être rejoint par les araignées. Il est sain et sauf et a trouvé la plante pour faire l'antidote.

De retour à Camelot, Arthur est aussitôt mis aux arrêts sur ordre de son père. Jeté dans un cachot, il reçoit la visite d'Uther et le supplie de faire parvenir la précieuse plante à Gaius. Son père saisit la fleur et la froisse avec froideur avant de la jeter au sol. Il entend bien donner une leçon à son fils pour avoir ainsi risqué sa vie et il lui conseille de se trouver un nouveau serviteur. Arthur est atterré. L'état de Merlin est critique. Gwen, qui a entendu parler du retour d'Arthur, décide de braver les interdits de Roi et de tenter de voir le Prince. Elle se présente dans les geôles en portant un plateau-repas et parvient jusqu'au cachot d'Arthur. Celui-ci feint d'être dégouté par la nourriture qu'elle lui propose et il lui ordonne de tout remporter. Elle s'exécute et aperçoit sur la plateau la fleur qu'Arthur a discrètement déposée. En repartant, la jeune femme croise une autre servante qui apporte un plateau. Sur le point d'être découverte, elle parvient à s'enfuir et à apporter la plante à Gaius qui entreprend immédiatement de fabriquer l'antidote.

Le vieux médecin se rend vite compte qu'il lui faudra utiliser la magie pour renforcer le remède. Il envoie Gwen chercher de l'eau pour qu'elle ne remarque pas ce qu'il fait. Quand elle revient, il verse tous deux le précieux liquide dans la bouche de Merlin. Trop tard malheureusement semble-t-il. Effondrés, Gwen et Gaius tombent dans les bras l'un de l'autre, fous de chagrin C'est alors que Merlin reprend conscience. Folle de joie, Gwen se précipite vers lui et l'embrasse sur la bouche avant de reculer, embarrassée. Merlin est ébahi, il ne se souvient de rien depuis le moment où il a bu la coupe.

Gaius interrompt le Roi Uther, en plein préparatifs de guerre contre le Royaume de Bayard. Il lui révèle que le Roi de Mercie est innocent et que la seule responsable est Nimue. Uther a du mal à le croire mais il finit par acquiescer. Gaius ajoute qu'il serait temps qu'Arthur connaisse toute la vérité au sujet de Nimue...

Le jeune Prince contemple pensivement Camelot du haut des remparts. Il est rejoint par Morgane qui lui demande comment il a fait pour s'en sortir. Il lui répond qu'il a eu l'étrange impression d'être aidé. Alors qu'elle s'éloigne, Arthur est rejoint par son père. Uther essaie d'en savoir plus sur la mystérieuse jeune femme qui a fait tomber son fils dans un piège mais Arthur n'en sait pas plus. Le Roi lui fait alors le surprenant aveu qu'il est fier de lui, même s'il a désobéi.

Arthur vient prendre des nouvelles de Merlin. Alors que le jeune convalescent le remercie pour ce qu'il a fait, Arthur prétend que c'était dans son propre intérêt, que le bon personnel est difficile à remplacer. Au delà de cette boutade, Merlin est sincèrement touché par le geste du Prince. Lorsqu'il repart, Gaius ajoute que rares sont ceux qui risqueraient leurs vies pour leur valet. Alors que Merlin s'étonne que Nimue n'ait pas tué Arthur, Giaus lui dit que ce n'était pas le Prince qui était visé, mais bien lui, Merlin, dont la sorcière a clairement compris le potentiel... À l'autre bout du Royaume, Nimue observe les deux hommes dans sa vasque.

Écrit par Locksley pour Merlin HypnoSeries.

 Episode 1.04 - La Vengeance de Nimueh

 

REPERE DE NIMUE :
Nimue est dans son repère et récite des incantations, elle prend alors un pétale de fleur et le dépose au fond d’une coupe.

CAMELOT :
Les troupes d’une province voisine arrivent à Camelot.

SALLE DU TRONE :
Uther et ses hommes arrivent du bout de la salle et avancent jusqu’à son centre, rejoints par le Seigneur Bayard et ses hommes. Parmi les quelques servantes de Bayard se trouve Nimue, habillée comme elles.
Uther : Camelot vous souhaite la bienvenue Seigneur Bayard de Mercy. Le traité que nous allons signer aujourd’hui marque la fin de la guerre et le début d’une nouvelle amitié entre nos peuples.
Nimue, toujours cachée parmi les servantes, observe Merlin d’un mauvais œil, tandis qu’Uther et Bayard se serrent la main en se fixant.


***GENERIQUE***

COULOIR EXTERIEUR :
Merlin transporte des sacs et se plaint de cette besogne.
Merlin : Ah pourquoi dois-je toujours faire le gros du travail ?!?
Gaius : Tu es un serviteur Merlin, tel est ton rôle !
Merlin : Mes bras se seront allongés, lorsque ce sac sera à l’intérieur !
Gaius : Ça te forge un peu le caractère, le proverbe dit bien « Grâce au dur labeur…l’âme s’aguerrit ».
Merlin : Ce serait étonnant que ce proverbe existe, vous l’avez inventé !
Gaius : Quelle drôle d’idée !
Pendant ce temps Nimue toujours déguisée en servante traverse ce même couloir. Elle s’arrange alors pour faire tomber sa pile de vêtements juste devant Merlin.
Nimue : Oh excusez-moi !
Merlin : Je t’en prie !
Nimue: Oh je suis navrée !
Merlin : Attends je vais t’aider !
Il se baisse pour l’aider à ramasser, elle le fixe quelques instants en lui faisant son plus beau sourire, puis ils se relèvent. Gaius s’amuse alors du fait que Merlin ne reste pas insensible à la jeune femme.

Merlin : Ça va ? Je suis Merlin !
Ils se serrent la main.
Nimue : Kara. Tu es le serviteur d’Arthur, cela doit être un tel honneur !
Merlin : Oh oui, en effet, mais il faut bien que quelqu’un s’occupe de la bonne marche des choses !
Il jette alors un regard à Gaius qui semble amusé par ce que vient de dire le jeune magicien.
Kara : Merci Merlin.
Elle rit alors pour lui faire comprendre qu’il ne lui a pas encore rendu le coussin qu’il avait ramassé.
Merlin : Oh, oh oui, oui…ce fut un plaisir (lui rendant le coussin)
Kara : Ce fut un plaisir de te rencontrer !
Elle finit par partir en lui souriant, il se retourne et la regarde, souriant lui aussi.
Gaius (sur un ton ironique) : N’es-tu pas censé t’occuper de la bonne marche des choses ?
Merlin se retourne vers Gaius, en lui souriant.

COULOIRS DE CAMELOT :
Nimue attend qu’un garde soit passé pour traverser le couloir avec sa pile d’affaires et arrive à la porte des appartements de Bayard. La porte étant fermée, elle utilise un sort pour l’ouvrir puis elle pénètre dans les appartements. Elle observe quelques temps, puis trouve une boite en bois contenant deux coupes. Elle en retire une et la remplace par celle qu’elle avait préalablement ensorcelée et gardée dans un tissu dans sa pile d’affaires.

 

APPARTEMENTS D’ARTHUR :
Merlin sort une pile de vêtements, qu’il juge poussiéreux.
Merlin : Ouh, il y a longtemps qu’ils n’ont pas été lavés !
Arthur : Ils l’ont été l’an dernier avant le festin de Beltane.
Merlin : Y a-t-il eu un combat avec les restes ?
Arthur : Comme dans tous les festins…
Merlin tend une veste à Arthur pour qu’il l’essaie.
Merlin : Comment le saurais-je ? Les airs et les grâces de la cour…sont un mystère pour moi…
Arthur (inspectant l’état de sa veste) : Ce soir, cela ne le sera plus !
Merlin (étonné) : Je suis invité au banquet ?
Arthur : Euh, pas comme tu l’entends, tu devras t’assurer que ma coupe est toujours pleine ! Si je dois assister au monologue assommant de Bayard, je ne vois pas pourquoi tu devrais y échapper !
Il rend la veste à Merlin.
Arthur : Et polis bien tous les boutons !
Arthur se retire derrière son paravent pour se changer.
Arthur : Désires-tu que je te montre ce que tu porteras ce soir ?
Merlin : Ne puis-je porter cela ?
Arthur (ressortant du paravent) : Non ! Ce soir, tu vas porter les vêtements de cérémonies officiels des serviteurs de Camelot !
Il part chercher une tenue en esquissant un sourire moqueur. Il la lui montre en se retenant de rire alors que Merlin le regarde avec un air déconcerté.

Merlin : Vous n’êtes pas sérieux ?

 

 SALLE DES BANQUETS :
Bayard procède à la signature du traité, pendant que Merlin, est en retrait avec Guenièvre, portant sa tenue officielle. La jeune femme se retient de rire devant celle-ci.

Guenièvre : Joli chapeau !
Merlin : Merci !
Arthur qui se trouve au centre de la table se retourne vers Merlin. Ce dernier lui lance un regard désappointé, tandis qu’Arthur se retient de rire. Merlin voit alors que Kara se trouve dans cette salle et le regarde : il enlève brusquement son chapeau à plumes, pris de honte. Guenièvre se rend compte de la réaction de Merlin et reprend la discussion.

Guenièvre : N’est-ce pas qu’elle est jolie. Pour une servante évidemment !
Merlin (souriant) : Elle est jolie pour une princesse sans parler d’une servante !
Pendant ce temps, Uther et Bayard finissent de signer le traité et se serrent la main. Tout le monde dans la salle se lève alors pour applaudir leur nouvelle union. Uther retourne s’asseoir avec Arthur et Morgane, tandis que Bayard commence son discours.
Bayard : Peuple de Camelot, pendant bien des années, nous fument ennemis mortels. Le sang de nos hommes a été répandu, des murs de Camelot aux portes de Mercy. Nous n’oublierons jamais nos morts, mais nous devons éviter que d’autres vies soient sacrifiées.
Pendant ce temps, une servante vient lui apporter le coffre contenant les deux coupes.
Bayard : Comme symbole de bonne volonté et du retour de notre amitié, j’aimerais offrir ces coupes de cérémonie. (Il en sort une) D’abord à vous, Uther. (Puis il en sort une autre) ainsi qu’à votre fils Arthur, dans l’espoir que notre amitié puisse perdurer.
Kara vient alors voir Merlin pour lui parler tandis que Bayard continue de parler.
Bayard: Les blessures que nous avons reçues sur les champs de bataille ont cicatrisé.
Kara : Merlin, il faut que je te parle.
Merlin : Qu’y a-t-il ?
Kara : Ailleurs je t’en prie, je ne sais pas à qui m’adresser.
Ils partent dans un couloir plus au calme.

COULOIR :
Kara (l’air inquiète) : Ce n’est que lorsque j’ai vu la coupe d’Arthur que j’ai compris.
Merlin : Oh doucement recommence depuis le début !
Kara (commençant à mentir) : Il y a deux jours, j’ai apporté à Bayard son diner, mais je n’ai pas frappé à sa porte, il ne s’attendait pas à me voir entrer et…
Merlin : Qu’essaies-tu de me dire ?
Kara (l’air encore plus inquiète) : S’il savait que j’ai dit quoi que ce soit il me tuerait…
Merlin : Rien ne t’arrivera, crois-moi, je te le promets ! Maintenant dis-moi ce que tu as vu !
Kara : Bayard est loin d’être un ami de Camelot ! Il veut être à la tête de ce royaume avant tout !
Merlin (attendant qu’un serviteur passe pour reprendre la discussion) : Kara, dis-moi, qu’a fait Bayard avec la coupe ?
Kara : Il est persuadé que s’il tuait Arthur, Uther ne pourrait le supporter et que Camelot s’effondrerait !
Merlin : Qu’a-t-il fait avec la coupe ?
Kara : Je l’ai vu mettre quelque chose dedans.
Merlin : Quoi ?
Kara : Je ne saurais le dire, il va me tuer !
Merlin : Je t’en prie, dis-le-moi ! C’était du poison ?
Elle acquiesce de la tête. Merlin s’en va en courant, tandis que Kara esquisse un sourire diabolique, visiblement satisfaite.

SALLE DES BANQUETS :

Bayard continue son discours.
Bayard : Que les différents qui ont entaché notre passé soient à jamais anéantis. (Il lève sa coupe alors que les membres autour de la table se lèvent) A votre santé Uther. Arthur ! (Ce dernier approche sa coupe pour boire en pensant que le discours est terminé mais il constate que ce n’est pas le cas) Dame Morgane, et à la gloire du peuple de Camelot (Arthur rapproche de nouveau sa coupe et est interrompu).
Uther : Et à celle des guerriers tombés des deux côtés.
Arthur s’apprête à boire mais Merlin surgit dans la salle, l’interrompant de nouveau.
Merlin : Arrêtez, la coupe est empoisonnée, ne buvez pas !
Tout le monde se tourne vers lui, tandis que Merlin arrache sa coupe à Arthur.
Uther : Pardon ?
Arthur : Merlin, mais que fais-tu au juste ?
Kara reste en retrait et observe la scène. Merlin quant à lui se retourne vers Bayard.
Merlin : Bayard a répandu dans la coupe d’Arthur un violent poison !
Bayard sort son épée suivi de tous ses hommes.
Bayard : Ceci est un affront !
Mais c’est au tour de tous les hommes armés dans la salle de dégainer leur arme.
Uther : Ordonnez à vos hommes de baisser leurs épées. Vous n’êtes pas assez nombreux.
Bayard : Je ne saurais laisser cette insulte impunie, je ne peux l’endurer.
Uther : Sur quelle fondement bases-tu cette accusation ?
Arthur s’approche de Merlin et le rapproche de la table de son père, afin que celui-ci puisse l’entendre.
Arthur : Je vais régler cela (entre ses dents) Merlin tu n’es qu’un idiot, tu as encore bu plus que de raison hein !
Uther (A Merlin) : Si tu ne veux pas être pendu je te conseille vivement de me dire pourquoi elle serait empoisonnée. Je t’écoute !
Merlin : Il a été vu en train de le faire.
Uther : Par qui ?
Merlin (gêné) : Je ne saurais le dire.
Bayard : Je refuse d’en entendre davantage mes seigneurs !
Uther : Passez-moi la coupe !
Il s’avance vers Bayard.
Uther : Si vous dites la vérité…
Bayard : Je l’affirme !
Uther (lui tendant la coupe) : Dans ce cas, vous n’avez rien à redouter !
Bayard rengaine son épée et fait signe à Uther de lui donner la coupe.
Uther : Non ! S’il s’avère que cette coupe est empoisonnée, je veux avoir le plaisir de vous tuer de mes mains sans tarder ! (Se tournant vers Merlin) C’est toi qui nous le dira, bois !
Arthur : Mais si elle est empoisonnée, il mourra !
Uther : Et nous aurons la preuve qu’il disait la vérité !
Merlin saisit alors la coupe.
Bayard : Et si il ne trépassait pas ?
Uther : Je vous ferais mes excuses, et vous ferez de lui ce que bon vous semblera.
Gaius : Je vous en prie, c’est un jeune homme, Merlin ne se rend pas compte de ce qu’il dit.
Uther : Alors vous auriez dû l’éduquer autrement !
Arthur (s’avançant vers Merlin pour prendre la coupe) : Merlin, tu vas présenter tes excuses, c’est du mépris, je vais la boire, donne, donne !
Merlin (refusant de lui laisser la coupe) : Non, non non non, je vais…je vais le faire !
Il fixe Bayard puis se retourne vers Gaius et commence à boire sous le regard de Kara. Il attend quelques secondes et se rend compte que rien ne se passe.
Merlin : Je n’ai rien.
Uther (A Bayard) : Il est à vous.
Guenièvre pousse un soupir de désolément. Mais soudain, Merlin se sent étouffé et se serre la gorge avant de s’effondrer sur le sol.
Uther : Elle était empoisonnée, gardes, arrêtez-les !
Arthur se précipite sur lui, suivi de Guenièvre et Gaius.
Gaius : Merlin, m’entends-tu ? (A Arthur) Nous devons le ramener dans mes appartements. Prenez la coupe, pour identifier le poison.
Arthur saisit Merlin et Guenièvre la coupe puis ils se rendent dans les appartements de Gaius.

 

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Gaius : Allongez-le sur le lit, vite ! Il lutte pour respirer ! Guenièvre, donne-moi de l’eau et une serviette.
Arthur dépose Merlin sur le lit tandis que Guenièvre apporte le nécessaire.
Arthur : Vous pensez qu’il va s’en sortir ?
Gaius : Il est brûlant !
Guenièvre : Vous allez le sauver, n’est-ce pas Gaius ?
Gaius : Je ne le saurais que lorsque j’aurais identifié le poison, apporte-moi la coupe !
Gaius lui applique une compresse d’eau fraîche sur le front alors que Guenièvre lui amène la coupe. Il commence à l’inspecter.
Gaius : Ah, quelque chose est restée collé à l’intérieur.
Arthur : Qu’est-ce que c’est ?
Guenièvre continue de lui appliquer les compresses.
Gaius : On dirait le pétale de je ne sais quelle fleur !
Il attrape le pétale à l’aide d’une pince et l’examine à la lumière.
Guenièvre : Il est brûlant de fièvre !
Gaius : Continue à mettre des compresses fraîches sur son front pour la faire baisser !
Gaius saisit un livre et commence à chercher l’origine du pétale. Arthur s’approche de lui.
Gaius : Ah, ce pétale provient d’une fleur de Morteos, regardez, il est écrit que la victime d’un empoisonnement causée par cette fleur ne sera sauvée que par une potion de feuilles provenant de la même fleur ! On la trouve uniquement dans les cavernes situées au plus profond de la forêt de Balor. (Montrant à Arthur une illustration) Cette fleur ne pousse qu’entre les racines de l’arbre de Morteos.
Guenièvre continue quant à elle de lui faire baisser sa fièvre.
Arthur (Désignant l’illustration d’une bête sur le livre) : Cette créature n’a pas l’air aimable !
Gaius : C’est un Cockatrice ! Il garde la forêt... Son venin est puissant, une seule goutte implique une mort certaine ! Rares sont ceux qui ont passé les montagnes d’Iskard pour trouver la fleur de Morteos et sont revenus vivants de cette quête !
Arthur (En voyant l’état de Merlin) : Eh bien, voilà qui promet !
Gaius : Arthur c’est trop dangereux !
Arthur : Et sans antidote, qu’arrivera-t-il à ce pauvre Merlin ?

Gaius : Le poison provoque une agonie lente et vraiment douloureuse. Il peut survivre quatre ou cinq jours, mais pas plus longtemps, et à la fin Arthur, il en mourra !
Arthur regarde Merlin, toujours souffrant et quitte les appartements de Gaius. Pendant ce temps Nimue, toujours déguisée en servante quitte Camelot, un sourire mauvais aux lèvres.

APPARTEMENTS DE MORGANE :
Guenièvre (pâle) : Pardonnez-moi d’avoir manqué à mes obligations envers vous.
Morgane (la rassurant) : De grâce calme-toi. Comment va Merlin ?
Guenièvre : Si Arthur ramène l’antidote à temps, Merlin sera sauvé !
Morgane : Alors il sera sauvé ! Tu devrais être auprès de lui. Je me débrouillerai, je sais combien c’est important pour toi ! Allez !
Guenièvre : Merci Madame !
Morgane détache ses cheveux.

COULOIR :

Arthur tente d’obtenir l’accord de son père pour aller chercher de quoi fabriquer l’antidote.
Uther : A quoi servait-il de dire à quelqu’un de goûter ce vin à ta place si tu finis par te faire tuer ?
Arthur : Je n’échouerai pas, quoi que vous puissiez en penser !
Uther : Arthur, tu es mon seul et unique héritier, je ne saurais risquer de te perdre par égard pour ton serviteur Merlin !
Arthur : Parce que sa vie ne vaut rien selon vous ?
Uther : Non parce qu’elle a moins de valeur que la tienne !
Arthur : Je vais le sauver, croyez-moi, donnez-moi seulement quelques hommes !
Uther : Non !
Arthur : Nous trouverons l’antidote et nous le rapporterons père !
Uther : Non !
Arthur : Pourquoi refusez-vous ?
Uther : Parce qu’un jour ou l’autre, je serais mort et que Camelot aura besoin d’un roi ! Il n’est pas question que tu mettes en péril l’avenir de notre royaume pour de folles chimères !
Arthur : Ce ne sont pas de folles chimères, Gaius a dit que si nous arrivons à…
Uther (interrompant Arthur) : Oui « Gaius a dit », ce qui prouve exactement ce que je disais !
Arthur : Je vous en prie père ! Souvenez-vous qu’il m’a sauvé la vie ! Je ne saurais rester en place, en le regardant mourir !
Uther (baissant la tête) : Alors regarde ailleurs (regard choqué d’Arthur) Ce Merlin ne sera pas le seul à donner sa vie pour toi ! Tu es né pour être roi ! Il va falloir que tu t’habitues à cela !
Arthur : Je ne saurais l’accepter !
Uther : Tu ne sortiras pas d’ici !
Arthur : Vous ne m’en empêcherez pas !
Uther (furieux) : Par ma vie, Arthur cette discussion est close ! Tu ne quitteras pas le château ce soir !

 

APPARTEMENTS D’ARTHUR :
Arthur retourne dans ses appartements, irrité et dépité de la réaction de son père. Il s’appuie sur sa cheminée. Morgane arrive alors.
Morgane : On peut trouver à redire sur la nourriture mais nul ne contestera la qualité de nos distractions !
Arthur : Morgane, pardonnez-moi, j’aurai dû prendre de vos nouvelles…
Morgane : J’avoue que je suis déçue, j’aurais bien pris une louche pour en assommer un ou deux !
Arthur : J’imagine que les gardes auraient pu neutraliser Bayard et ses hommes sans vous !
Morgane (ironique) : Oui, mais pourquoi leur en laisser tout le plaisir ?
Arthur : Morgane, vous n’avez pas à vous mêler de cela ! C’est trop dangereux !
Morgane : Epargnez-moi vos réflexions, Uther m’a déjà sermonné !
Arthur (se détournant vers la fenêtre) : Si cela peut vous consoler, vous n’êtes pas la seule.
Morgane (tentant de pousser Arthur à aller chercher le remède) : Je n’obéis pas pour autant ! Il convient parfois de faire ce que l’on juge bon et tant pis pour les conséquences !
Arthur : Je devrais y aller selon vous ?
Morgane : Ce que je pense n’a aucun intérêt.
Arthur : Mais si je ne revenais pas, qui serait le prochain roi de Camelot ? Il n’y a pas uniquement ma vie en jeu !
Morgane : Quel sorte de roi espère Camelot ? (Elle prend l’épée d’Arthur et la lui tend) Un roi qui risque sa vie pour sauver un humble serviteur…ou un roi qui se contente d’obéir à son père ?
Ils se regardent tout deux et Arthur semble cette fois convaincu. Quelques instants plus tard, il galope vers la sortie du château.
Garde : Halte ! Halte là !
Mais Arthur continue de galoper, obligeant les gardes à se pousser. Pendant ce temps, Nimue observe depuis son repère ce qui se passe à Camelot grâce à son puits d’eau magique, tandis que Guenièvre est toujours avec Gaius et tente de soulager Merlin.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Guenièvre : Sa fièvre augmente !
Merlin, dans son coma, récite des formules magiques. Gaius observe alors la réaction de Guenièvre.
Guenièvre : En quelle langue parle-t-il ?
Gaius : Aucune, la fièvre le fait délirer. Elle le contrôle, nul de ses mots ne sont les siens ! Son pouls est plus faible !
Gaius remonte alors la manche de Merlin et remarque une grosse marque bleue sur son avant-bras.
Guenièvre : Qu’est-ce que c’est ?
Gaius : Ce n’est pas possible ! L’éruption est censée apparaître au stade final de l’infection.
Guenièvre : Qu’est-ce que ça veut dire ?
Ils se lèvent tous deux et Gaius commence à inspecter l’un de ses livres, avec une loupe.
Gaius : Il est écrit là que lorsque l’éruption apparait, la mort suivra en moins de deux jours !
Guenièvre : Vous disiez qu’il avait quatre jours !
Gaius : Quelque chose décuple la nocivité de la plante ! (Il tourne la page et continue à lire) Il est dit que l’effet du poison sera bien plus rapide, si un sort est utilisé lors de la préparation des fleurs de Morteos.
Guenièvre : Comment ça un sort ? Mais Bayard n’est pas sorcier !
Gaius : Non en effet.
Guenièvre : Alors qui a fait cela ?
Gaius cherche et pense à une possibilité
Gaius : Non c’est impossible, elle n’oserait venir à Camelot ! Attends sauf si…
Guenièvre : Sauf si quoi ?
Gaius : Où est passée cette jeune fille ?
Guenièvre : Quelle jeune fille ?
Gaius (se tournant vers Merlin) : Juste avant que Merlin ne surgisse dans la salle, une servante de Bayard l’a entrainé dehors pour lui parler !
Guenièvre (essayant de se rappeler) : Ah oui…une brune, une fille magnifique !
Gaius : Retrouve-la ! Fais vite !
Merlin : Arthur…
Guenièvre descend dans les cachots, mais ne voit aucune trace de la jeune fille.

APPARTEMENTS DE MORGANE:
Uther est avec Morgane et la questionne sur la disparition d’Arthur.
Uther : J’ai expressément ordonné à Arthur de rester au château !
Morgane (moqueuse) : Il écoute à merveille apparemment !
Uther (la montrant du doigt) : Pas un mot de plus !
Morgane : Mes lèvres sont scellées.
Uther : J’aurais dû l’emprisonner voilà tout !
Morgane : Vous ne pouvez pas l’enchaîner dès qu’il n’est pas d’accord avec vous !
Uther : Ce en quoi vous vous trompez ! Je ne tolérerai pas l’insoumission, encore moins de la part de mon propre fils !
Morgane (d’un air fautif) : Non, bien sûr que non. (Elle s’assoit et commence à écrire)
Uther : Vous étiez certainement au courant de cette initiative ! Morgane, ne me mentez pas ! Soyez sincère avec moi !
Morgane : Arthur est assez grand pour savoir où l’appelle son devoir !
Uther : Il est encore bien jeune !
Morgane (ironique) : L’avez-vous bien regardé récemment ? Laissez-le prendre ses propres décisions !
Uther : Même si elles le conduisent à une mort certaine ?
Pendant qu’Arthur chevauche dans les plaines, Nimue l’observe de son repère. Puis elle enfile sa cape et part. Arthur finit par arriver à un bois.

 

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin souffre toujours de la fièvre et Gaius continue d’observer la marque de son bras. Guenièvre revient alors des cachots.
Gaius : Naturellement, elle n’était pas là !
Guenièvre : Non, personne ne l’a vue depuis le banquet ! Qui est-elle ?
Gaius : Pas la servante qu’elle a prétendu être.
Guenièvre : Mais vous la connaissez Gaius.
Gaius : Elle s’appelle Kara. Cela dit, ce n’est pas son nom, pas son véritable nom en tout cas !
Guenièvre : Mais alors qui est-elle ?
Gaius : Une puissante sorcière !
Guenièvre : Avertissons Uther, il enverra peut-être des cavaliers à sa recherche non ?
Gaius : Non, elle n’est plus là depuis longtemps…Il est impossible de savoir où elle se trouve… (Réfléchissant) Oh non !
Guenièvre : Qu’y a-t-il ?
Gaius : Elle sait que le seul endroit où trouver l’antidote pour sauver Merlin est la forêt de Baloc ! Alors Arthur pourrait tomber dans un piège !
Merlin (toujours délirant) : Arthur…Arthur…

FORET DE BALOC :
Arthur pénètre dans la forêt épié par une bête tapie dans le feuillage. Pendant ce temps, Merlin, toujours évanoui, continue de réciter des formules, ce qui intrigue Gaius et Guenièvre… Arthur continue d’avancer, puis finit par rencontrer une jeune femme qui n’est autre que Nimue. Celle-ci porte des vêtements déchirés et sanglote.
Arthur : Bonjour ! (Il s’agenouille à côté d’elle) Que se passe-t-il ?
La jeune femme ne lui répond pas, semblant terrifiée. Ils sont alors attaqués par une bête qui s’approche d’eux. Nimue feint la peur. Arthur se relève et s’apprête à combattre le monstre.

Arthur: Restez où vous êtes.
Après un violent combat, il réussit finalement à tuer la bête. La jeune femme se lève alors comme prise de peur.
Arthur : Rassurez-vous, vous ne risquez plus rien ! (Désignant sa blessure sur le bras) Qui vous a fait cela ?
Nimue: Mon maître. J’ai réussi à lui échapper mais je me suis perdue ! Ne me laissez pas, je vous en supplie !
Arthur : N’ayez crainte, loin de moi cette idée !
Nimue : Pourriez-vous m’emmener loin de ces bois ?
Arthur (regardant derrière lui) : Pas tout de suite, tout d’abord il me reste une chose à faire…
Nimue: Pourquoi êtes-vous venu jusqu’aux cavernes ?
Arthur (détachant son cheval) : J’ai besoin d’une chose importante que l’on ne peut trouver qu’ici.
Nimue : De quoi s’agit-il ? (Arthur ne lui répond pas) Je connais ces lieux par cœur, je saurai vous aider mon seigneur.
Arthur : Je cherche un type de fleurs qui ne poussent que dans ces cavernes, elles sont très rares !
Nimue (souriant) : Vous parlez des fleurs de Morteos ? Je sais où les trouver, je vais vous montrer !
Elle pénètre dans la grotte, suivie d’Arthur.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin : Arthur…c’est un…c’est un piège ! C’est un piège !
Guenièvre : Sa fièvre ne cesse d’augmenter !
Gaius : C’est l’effet du poison.
Merlin recommence à réciter des sorts. Gaius lui passe une compresse sur le front, alors que Guenièvre ne cesse de s’inquiéter.
Gaius : Aurais-tu la bonté de m’apporter encore un peu d’agonit ?
Guenièvre (se levant) : Oui bien sûr ! (Elle sort)
Gaius : Merlin, tu dois te battre, lutte de toute ton âme !

DANS LA GROTTE :
Nimue et Arthur arrivent à un ravin. La jeune femme désigne une plante sur les parois de la grotte de l’autre coté du ravin.
Nimue : Elles sont là !
Arthur regarde le ravin de tous les côtés. Il réalise qu’il n’est possible d’accéder à l’autre coté que grâce à un avancement dans la pierre.
Arthur : Eloignez-vous du bord ! Soyez sans crainte, nous serons bientôt dehors.
Il commence à avancer, très lentement de peur que l’avancement ne s’effondre. Nimueh le regarde d’un œil sournois puis commence à réciter un sort. Des pierres commencent à tomber. Arthur se rend compte de ce qu’elle fait et se retourne vers elle.
Arthur : Qu’est-ce que vous faites ?!
Nimueh continue de réciter sa formule. Arthur pris de peur lâche sa torche et saute en avant. Par chance il réussit à se rattraper à la paroi d’en face.
Nimue : J’avoue que je m’attendais à tellement mieux.
Arthur : Qui êtes-vous ?
Nimue (enlevant sa capuche) : Le dernier visage que vous verrez.
Arthur lutte de toutes ses forces pour ne pas tomber quand une araignée gigantesque arrive sur sa droite.

Nimue : On dirait que nous avons un visiteur !
Arthur, toujours suspendu à la paroi, essaye de se décaler sur sa gauche. Il lâche une main, prend son épée et réussit à tuer l’araignée sous le regard de Nimue.
Nimue : Bravo, bien joué ! Mais ce ne sera pas la dernière. Je laisse le soin à ses sœurs de vous achever, Arthur Pendragon. Périr de mes mains n’est pas votre destin, adieu Monseigneur !
Elle part en emportant sa torche avec elle et par conséquent toute source de lumière pour Arthur.
Arthur : Ah ! Mais qui êtes-vous ?

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin semble comme « en connexion avec Arthur » et continue de marmonner.
Merlin : Arthur…trop d’obscurité. Il fait trop sombre.
Il reprend ses enchantements et fait apparaitre de la lumière en dessous de sa couverture. Gaius le remarque et la soulève.
Gaius : Merlin ! (S’apercevant alors que Merlin a fait apparaître une boule de lumière qu’il tient dans sa main) Merlin, mais qu’est-ce que tu es en train de faire ?

GROTTE :
Arthur tente toujours de remonter sur la paroi. Il voit soudain apparaître à côté de lui, en lévitation, une boule de lumière, la même que celle que Merlin vient de faire apparaitre. Il ne comprend pas non plus et croit que c’est encore l’œuvre de Nimue. 
Arthur : Allez-y ! Mais qu’attendez-vous au juste ? Mais achevez-moi !
Il finit en regroupant toutes ses forces par remonter sur la paroi et range son épée. Puis il aperçoit les plantes situées sur la paroi de la grotte.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin : Laissez-les, ne les cueillez pas Arthur !

GROTTE :
Arthur se rend alors compte que des araignées arrivent sur la paroi.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin (Tenant toujours la boule de lumière dans sa main) : Allez, sauvez-vous, suivez la lueur !

GROTTE :
Arthur commence à escalader la paroi et réussit avec difficulté à attraper une branche de la fleur qu’il range aussitôt dans son petit sac à sa ceinture, alors que les araignées continuent de se rapprocher dangereusement. Commence alors une escalade effrénée pour Arthur qui ne veut à aucun prix se faire rattraper par les araignées.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin souffre toujours de sa fièvre et s’inquiète pour Arthur sous le regard désappointé de Gaius.
Merlin : Plus vite ! Arthur plus vite ! Suivez la lueur !
Cette boule de lumière aide néanmoins beaucoup Arthur car elle est sa seule source de lumière et lui permet d’escalader rapidement la paroi.
Merlin (souffrant et très inquiet) : Plus vite ! Grimpez !

GROTTE :
Arthur finit par atteindre une sortie au sommet de la grotte et à échapper de peu aux araignées, grâce à la lueur qui l’a guidé et mené jusqu'au dehors. Une fois sorti, Arthur sort instinctivement son épée et se met à courir.

 

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin fait disparaitre la lueur et retrouve une respiration plus sereine, il semble apaisé. Gaius lui remet une compresse d’eau sur le front alors que Guenièvre n’est toujours pas revenue avec l’agonit.


CAMELOT :
Arthur chevauche rapidement et finit par atteindre Camelot. Un garde l’aperçoit alors.
Garde : Prévenez le roi, Arthur est de retour à Camelot !
Avant même de pouvoir rentrer dans la cour du château, Arthur est interpellé par des gardes.
Arthur : Que faites-vous ? Laissez-moi passer !
Garde : Pardonnez-moi mon seigneur, vous êtes en état d’arrestation, par ordre du roi !

CACHOTS :
Arthur est emprisonné et se dispute violemment avec son père.
Uther : Tu as fait preuve d’insoumission !
Arthur : Je n’avais pas le choix, un homme risquait de perdre la vie ! Je n’aurais jamais supporté d’être responsable de la mort de Merlin !
Uther : Pourquoi a-t-il tant d’importance à tes yeux ? Ce n’est qu’un serviteur…
Arthur : Il savait à quel danger il s’exposait père, il savait ce qui allait se passer si il décidait de boire cette coupe, mais il l’a fait néanmoins, et ce faisant, il m’a sauvé la vie ! Ce n’est pas tout ! (Uther se retourne) Il y avait une femme dans les montagnes, elle savait que j’étais venu chercher une fleur. Je doute fort que Bayard ait voulu me tuer !
Uther : Je pense que tu te trompes !
Arthur sort la branche de fleur de sa poche et s’approche vers son père.
Arthur : Gaius a besoin de cette fleur ! Mettez-moi au pilori une semaine ou un mois, cela m’est tout à fait égal, mais assurez-vous qu’elle entre en sa possession ! De grâce père faites-le !
Il se recule. Uther saisit la fleur et la chiffonne.
Arthur: Non !!!
Uther : Tu vas devoir apprendre qu’il y a une bonne…et une mauvaise manière d’agir Arthur. Tu sortiras d’ici dans une semaine. (Il sort du cachot alors qu’Arthur fou de rage se retient de se jeter sur lui)Ensuite tu pourras te trouver un autre serviteur !
Il lâche la fleur par terre et quitte les cachots. Aussitôt, Arthur se jette à terre et tente de la reprendre mais les barreaux l’en empêchent.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Merlin est toujours agonisant. Guenièvre revient.
Gaius : Il n’en n’a plus pour longtemps. Arthur a-t-il la fleur ?
Guenièvre : Je l’ignore ! Uther n’autorise personne à le voir…N’y a-t-il dont rien à faire pour le sauver ?
Gaius : Seule la feuille de Morteos lui sauvera la vie…
Guenièvre : Alors il faut savoir si Arthur en a une ! Je pourrais me glisser furtivement jusqu’aux cachots.
Gaius : Oui mais ce sera très dangereux !
Guenièvre : Je n’ai pas le choix, Merlin mourra si je ne le fais pas !
Gaius (regardant Merlin et voyant son état empirer) : Allez sois prudente !
Elle quitte les appartements et rejoint les cachots.

CACHOTS :
Guenièvre arrive avec une assiette de nourriture dans les mains.
Guenièvre (aux gardes) : Le repas du prisonnier.
Le garde lui indique la cellule d’Arthur. Un autre la lui ouvre . Arthur, assis, lui lance un regard et lui montre où poser l’assiette. Guenièvre s’avance doucement et le regarde de manière à lui faire comprendre ce qu’elle est venue chercher. Elle pose l’assiette puis se recule.
Arthur (se levant) : Merci. (Il inspecte l’assiette et la rappelle) Attend une minute. Ce repas est immonde, je ne saurai manger cela. (Il va se rasseoir, Guenièvre regarde le garde) Ces denrées sont avariées, je doute qu’elles conviennent à qui que ce soit !
Guenièvre va reprendre l’assiette et constate qu’Arthur a laissé la fleur entre le pain et le fromage. Ils échangent un regard de connivence et elle part.
Garde : Toi, attend !
Elle s’arrête, ferme les yeux et se retourne vers le garde, méfiante et inquiète. Mais c’est à la nourriture que s’intéresse l’homme qui ne prête pas attention à la fleur.
Garde (saisissant un morceau de pain): Inutile de gaspiller ça, on n’est pas tous aussi précieux que son altesse royale !
Guenièvre lui sourit, soulagée. Elle commence à remonter l’escalier alors qu’une autre servante amène une assiette.
Servante : Le repas du prince Arthur !
Garde (interpellant Guenièvre) : Reste où tu es !
Guenièvre s’enfuit, lâchant l’assiette et ne gardant que la fleur. Elle court jusqu’aux appartements de Gaius.

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Guenièvre revient en courant avec la fleur.
Guenièvre : Comment va-t-il ?
Gaius : As-tu la fleur de Morteos ?
Guenièvre (la lui tendant) : La voici !
Gaius : Il a de plus en plus de mal à respirer, il faut faire vite !
Guenièvre va s’asseoir à coté de Merlin tandis que Gaius commence à préparer l’antidote. Mais il finit par s’arrêter.
Guenièvre : Vous arrêtez de le préparer ?
Gaius : Le poison a été créé grâce à la magie, nous pourrions avoir besoin d’elle pour faire l’antidote…
Guenièvre : Mais c’est interdit ! Nous ne pourrions, même si nous savions…
Gaius : Je vais me débrouiller sans y avoir recours ! (cherchant à l’éloigner pour pouvoir utiliser la magie) Ah, j’ai besoin d’eau fraîche !
Guenièvre court chercher de l’eau. En s’y reprenant à deux fois, Gaius réussit à formuler le sort nécessaire à la préparation de l’antidote, obtenant ainsi une boisson verdâtre. Guenièvre revient alors avec de l’eau.
Gaius : Merci ! (Il n’utilise pas l’eau mais verse l’antidote dans une fiole pour mieux l’administrer à Merlin) Pince-lui le nez ! (Donnant l’antidote à Merlin) Allez, avale Merlin ! Avale vite !
Merlin ingère l’antidote, mais finit par ne plus respirer.
Guenièvre : Il ne respire plus ! Que s’est-il passé ? Gaius !
Gaius se penche vers Merlin et écoute son cœur.
Gaius : Son cœur a cessé de battre.
Guenièvre (au bord des larmes) : Il est mort ?
Gaius : C’est impossible ! C’est impossible ! Tel était dont son destin !
Guenièvre : C’est ma faute ! J’aurais dû me rendre aux cachots plus tôt, j’aurais dû revenir plus vite !
Elle se réfugie en pleurs dans les bras de Gaius.
Gaius : Là… C’est à cause de moi ! C’est moi qui aurais dû faire plus attention à lui ! C’est ma faute !
Merlin (se réveillant et voyant Guenièvre dans les bras de Gaius): Quelle horreur ! Vous devriez avoir honte ! Vous pourriez être le grand père de Guenièvre !
Gaius : Merlin !
Guenièvre (soulagée) : Oh !
Gaius : Tu es vivant !
Merlin (plaisantant) : Non je suis un fantôme revenu vous hanter !
Guenièvre, prise d’émotion, se penche vers Merlin et l’embrasse.
Merlin : Euh…euh…
Guenièvre : Pardon, je suis juste… j’ai cru que tu avais perdu la vie !
Merlin : Euh, tout vas bien ! Même très bien ! Que s’est-il passé ? (Guenièvre et Gaius se regardent amusés) La dernière chose dont je me souvienne c’est d’avoir bu le vin…

SALLE DES CONSEILS :
Gaius se rend au conseil pour parler au roi.
Gaius : Veuillez excuser cette interruption mais puis-je vous parler Majesté ?
Uther : Pas maintenant !
Gaius : Pardonnez-moi d’insister c’est important !
Uther : La nouvelle de l’emprisonnement de Bayard est arrivée au royaume de Mercy, nous sommes sur le point d’être attaqués !
Gaius : Ce que j’ai à vous dire aura certainement une influence sur vos plans de campagne, je vous en prie, j’en ai pour une minute !
Uther pousse un soupir puis se retire avec Gaius pour lui parler.
Gaius : Je sais qui a essayé d’empoisonner Arthur !
Uther : Moi aussi et il est dans mes cachots !
Gaius : Ce n’était pas Bayard, le poison était magique ! Quant à la main qui l’a fait, c’est entre mille que je la reconnaîtrais ! C’est la main de Nimue !
Uther : Vous devez vous tromper Gaius !
Gaius : J’aimerais me tromper.
Uther : C’est impossible, nous l’aurions reconnu ! Le visage de cette sorcière est loin d’être facile à oublier.
Gaius : C’est vraiment une redoutable sorcière ! Elle peut envouter l’œil qui la regarde ! Nous ignorions qu’il s’agissait d’elle…
Uther : En avez-vous la preuve ?
Gaius : Le poison qui a été utilisé contre Merlin était bien plus puissant qu’il aurait dû l’être , grâce à la magie !
Uther : Selon vous, elle aurait conspiré avec Bayard à dessein de tuer Arthur ?
Gaius : Non, Bayard est innocent ! Observez ce qu’il se passe, voilà ce qu’elle espère depuis toujours, elle veut une guerre qui amène les conflits et la misère à Camelot !
Uther (à ses hommes) : Les armées de Bayard seront à nos portes dans combien de temps ?
Homme du conseil : Un jour, peut être moins ! Nous devrions envoyer notre cavalerie à leur rencontre !
Uther (s’appuyant sur la table) : Dites à vos hommes de ne pas quitter Camelot jusqu’à ce que je l’ordonne !
Homme du conseil (s’inclinant) : Sire.
Les nobles sortent, laissant le roi et Gaius seuls.
Gaius : Vous prenez la bonne décision Majesté. Pensez-vous qu’Arthur devrait maintenant connaitre la vérité au sujet de Nimue ?

REMPARTS DE CAMELOT :
Arthur discute avec Morgane, tandis qu’Uther regarde Bayard et ses hommes quitter Camelot.
Morgane : Bon, vous allez pouvoir vous vanter ! Alors comment avez-vous fait ?
Arthur : Je ne saurai dire. Je sais que j’ai été aidé en somme ! J’imagine que quelqu’un a vu que j’étais en danger et a envoyé une lueur pour que je trouve ma voie !
Morgane : Qui ?
Arthur : Je l’ignore. Mais quelque soit cette personne, je suis là uniquement grâce à elle.
Morgane : Je suis heureuse de vous revoir !
Elle part, laissant Uther parler avec son fils.
Uther : Arthur ! La femme que tu as rencontrée dans la forêt, que t’a-t-elle dit au juste ?
Arthur : Oh pas grand-chose, elle s’appliquait juste à essayer de me tuer ! Cela dit, c’était étrange !
Uther : Comment cela ?
Arthur : Eh bien, j’étais à sa merci, elle pouvait me tuer mais elle s’en est abstenue ! (Uther est pensif)
Elle a dit que ce n’étais pas mon destin, de mourir de cette façon…
Uther : Tu as dû avoir peur, non ?
Arthur : Oui par moments.
Uther : Ceux qui pratiquent la magie ne connaissent que le mal, ils méprisent et cherchent à détruire la bonté dès qu’ils la croisent ! C’est pourquoi elle voulait que tu cesse d’exister ! Elle est malfaisante !
Arthur : Vous avez l’air de bien la connaître !
Uther : En effet…Connaitre le cœur d’une sorcière, c’est les connaitre absolument tous ! Tu as agi comme il fallait, bien que tu ais fait preuve d’insoumission ! (Ils sourient et Uther pose son bras sur l’épaule de son fils) Je suis vraiment fier de toi Arthur ! N’oublie jamais ça !

APPARTEMENTS DE GAIUS :
Arthur vient prendre des nouvelles de Merlin.
Arthur : Alors, toujours en vie ?
Merlin (avec une couverture sur le dos) : Oui, oui presque. Je…je crois comprendre que c’est à vous que je le dois.
Arthur : Oh, je n’ai pas fait grand-chose ! Un serviteur à peu près convenable, c’est dur à remplacer ! Je suis venu pour m’assurer que tu allais bien (Ils se sourient) Tu devrais pouvoir me servir dès demain !
Merlin : Oh, oui, oui bien sûr de bon matin, oui !
Arthur (le saluant) : Gaius.
Merlin : Arthur ! (Celui-ci se retourne) Merci.
Arthur : Je t’en prie. Essaie de te reposer.
Gaius (servant une assiette à Merlin) : Arthur est parfois dur avec toi, mais au fond c’est un homme d’honneur ! Ils ne sont pas légion, ceux qui sont prêts à risquer leur vie pour un serviteur !
Merlin : Cela n’aurait servi à rien, si vous n’aviez pas su comment faire l’antidote !
Gaius : Mange ton diner.
Merlin : Je n’y comprends toujours rien. Pourquoi s’est-elle donner la peine de piéger Bayard ? Elle aurait pu ne rien dire à personne et tuer Arthur.
Gaius : Détruire à la fois Arthur et Camelot était loin d’être son seul but. Elle savait que tu n’aurais pas d’autre choix que de boire le vin : c’est en fait toi qu’elle voulait tuer ! Quelqu’un d’autre semble savoir que tu es destiné à de grandes choses Merlin.

De sa caverne, Nimue constate avec fureur à travers son puits d’eau magique que Merlin est encore en vie.

  ***FIN***

 

 Écrit par fanmerlin pour Merlin HypnoSeries.

[Ce script a été réalisé grâce au travail de Lika_mikala sur LJ, nous la remercions de nous avoir autorisés à reprendre son texte.

We are very grateful to Lika_mikala for allowing us to use her work. Thanks]

Episode 1.04 – The Poisoned Chalice

“In a land of myth and a time of magic, the destiny of a great kingdom rests on the shoulders of a young boy. His name: Merlin.”

Nimueh drops some of her blood into a stone basin.

Nimueh: *spell*

Nimueh drops a flower petal in the water. She watches Merlin in the water, pulls out the petal and puts it in a silver goblet.

Nimueh: Merlin.

 

Castle throne room

Bayard and his men arrive in Camelot, they meet Uther his men in the Throne Room.

Uther: Camelot welcomes you, Lord Bayard of Mercia. The treaty we sign today marks and end to war and a beginning to a new friendship between our people.

Uther and Bayard grasp arms. Both parties applaud while Nimueh stares Merlin down.

 

Castle – Upper corridor

Merlin passes Gaius while carrying a heavy bag.

Merlin: Why do I always get landed with the donkey work?

Gaius: You're a servant, Merlin. It's what you do.

Merlin: My arms will be a foot longer by the time I get this lot inside.

Gaius: It's character building. As the old proverb says, hard work breeds...a harder soul.

Merlin: There is no way that's a proverb. You just made that up.

Gaius: No. I didn't.

Nimueh fakes a fall right in front of Merlin.

Nimueh: Sorry.

Merlin: It's alright.

Nimueh: Excuse me.

Merlin: Let me give you a hand with that.

Merlin crouches down and catches Nimueh's eye. They stand up.

Merlin: Hi. I'm Merlin.

Merlin shakes Nimueh’s hand.

Nimueh: Cara. You're Arthur's servant. That must be such an honour.

Merlin: Oh, yeah. It is. Well, you know, someone's got to keep the place running.

Nimueh: Thank you, Merlin.

Merlin: Hmm?

Merlin looks down at the pillow he picked up for her.

Merlin: Oh, right. Yeah. Er, no problem.

Nimueh: It was nice meeting you.

Merlin watches her leave.

Gaius: Shouldn't you be busy running the place?

Gaius laughs.

 

Castle corridor

Nimueh goes to Bayard's guest quarters.

Nimueh: Alysan duru ronne.

The door opens. Nimueh enters and opens a box with two silver goblets inside. She replaces one of them with an identical one that she enchanted at the beginning.

 

Arthur’s chambers

Merlin sets down Arthur's clothes for the feast and reels backwards, covering his face.

Merlin: When's the last time these were cleaned?

Arthur: Last year some time. Before the feast of Beltane.

Merlin: Did it end in a food fight?

Arthur: Don't all feasts?

Merlin: I wouldn't know. The heirs and graces of the court are a mystery to me.

Arthur: Not tonight they won't be.

Merlin: I'm gonna be at the banquet?

Arthur: Not quite. You'll be there to make sure my cup doesn't run dry. If I have to sit through Bayard's boring speeches, I don't see why you should get out of it. Be sure to polish the buttons. Do you want to see what you'll be wearing tonight?

Merlin: Won't this do?

Arthur: No. Tonight you'll be wearing the official ceremonial robes of the servants of Camelot.

Arthur holds them up for Merlin to see.

Merlin: You can't be serious.

 

Castle - Banquet hall

Bayard signs the treaty in the Hall of Ceremonies. Gwen chuckles at Merlin's feathered hat.

Gwen: Nice hat.

Merlin: Thanks.

Merlin catches Nimueh's eye and takes off the hat. Gwen notices his gaze.

Gwen: She's pretty isn't she? For a handmaiden, I mean.

Merlin: She's pretty for a princess, let alone a handmaiden.

Gwen: Mmm.

Uther finishes signing the treaty and grasps arms with Bayard. The crowd applauds and Gwen leaves Merlin.

Bayard: People of Camelot, for a great many years we have been mortal enemies, and the blood of our men stains the ground from the walls of Camelot to the gates of Mercia. And though we remember those who have died, we must not allow any more to join them.

A serving girl brings in the box with the goblets.

Bayard: As a symbol of our goodwill, and of our newfound friendship, I present these ceremonial goblets to you, Uther, and to your son, Arthur, in the hope that our friendship may last.

Nimueh approaches Merlin with fake anxiety in her voice.

Nimueh: Merlin, I need to speak to you.

Bayard: The wounds we received in battle...

Merlin: What is it?

Nimueh: Not here, please. I don't know who else to tell.

Merlin leaves with Nimueh. Gaius notices.

Bayard: Tonight we toast a new beginning for our peoples. We look towards a future free from the toils of war.

 

Castle corridor

Nimueh and Merlin stop to talk in a corridor.

Nimueh: It wasn't until I saw him give the goblet to Arthur that I realised...

Merlin: Whoa, slow down. Start from the beginning.

Nimueh: Two days ago, I was bringing Bayard his evening meal. We're supposed to knock. He didn't expect me to walk in...

Merlin: So, what are you trying to say?

Nimueh: If he knows I said anything, he will kill me.

Merlin: I would not let that happen to you, I promise. Please tell me what you saw.

Nimueh: Bayard is no friend of Camelot. He craves the kingdom for himself.

Merlin: Cara...Tell me. What has Bayard done with the goblet?

Nimueh: He believes that if he kills Arthur, Uther's spirit will be broken and Camelot will fall.

Merlin: What has he done with the goblet?

Nimueh: I saw him putting something in it.

Merlin: What?

Nimueh: I shouldn't! He'll kill me!

Merlin: Please, tell me! Was it poison?

Nimueh nods. Merlin runs back to the Hall of Ceremonies and Nimueh smirks.

 

Banquet hall

Bayard: And may the differences from our past remain there. To your health, Uther.

Everyone stands to toast.

Bayard: Arthur.

Arthur starts to drink.

Bayard: The Lady Morgana.

Morgana nods. Arthur waits.

Bayard: The people of Camelot.

Arthur starts to drink.

Uther: And to fallen warriors on both sides.

Everyone starts to drink.

Merlin: Stop!

Merlin runs in.

Merlin: It's poisoned! Don't drink it!

Merlin runs up to Arthur and takes his goblet.

Uther: What?

Arthur: Merlin, what are you doing?

Merlin: Bayard laced Arthur's goblet with poison.

Bayard: This is an outrage!

Bayard and his men draw their swords, so do the knights of Camelot.

Uther: Order your men to put down their swords.

Camelot guards rush in.

Uther: You are outnumbered.

Bayard: I will not allow this insult to go unchallenged!

Uther: On what grounds do you base this accusation?

Arthur: I'll handle this.

Arthur skirts around the table.

Arthur: Merlin, you idiot. Have we been at the sloe gin again?

Arthur grabs Merlin and takes the goblet.

Uther: Unless you want to be strung up, you will tell me why you think why you think it's poisoned now.

Merlin: He was seen lacing it.

Uther: By whom?

Merlin: I can't say.

Bayard: I won't listen to this anymore.

Uther: Pass me the goblet.

Arthur hands it to him.

Uther: If you're telling the truth...

Bayard: I am.

Uther: Then you have nothing to fear, do you?

Bayard sheathes his sword and reaches for the goblet.

Uther: No. If this does prove to be poisoned, I want the pleasure of killing you myself.

Bayard: *snort*

Uther hold the goblet up to Merlin.

Uther: He'll drink it.

Arthur: But if it is poisoned, he'll die!

Uther: Then we'll know he was telling the truth.

Bayard: And what if he lives?

Uther: Then you have my apologies, and you can do with him as you will.

Gaius: Uther, please! He's just a boy! He doesn't know what he's saying!

Uther: Then you should've schooled him better.

Arthur: Merlin, apologise. This is a mistake. I'll drink it.

Merlin: No, no, no, no, no. It's, it's alright.

Merlin toasts to Bayard and Arthur, then drinks as Nimueh watches with glee. Gwen takes a few steps forward in her anxiety.

Merlin: It's fine.

Uther: He's all yours.

Gwen sighs in relief. Merlin chokes and falls to the floor unconscious.

Uther: It's poisoned. Guards seize him!

Arthur crouches over Merlin. Nimueh leaves. Gaius and Gwen crouch over Merlin.

Gaius: Merlin. Can you hear me? We have to get him back to my chambers. Bring the goblet. I need to identify the poison.

Arthur picks up Merlin and Gwen grabs the goblet.

 

Gaius‘s chambers

Arthur enters carrying Merlin. Gaius and Gwen follow.

Gaius: Lay him on the bed quickly; he's struggling to breathe. Gwen, fetch me some water and a towel.

Arthur: Is he gonna be alright?

Gaius: He's burning up.

Gwen: You can cure him, can't you Gaius?

Gaius: I won't know until I can identify the poison. Pass me the goblet.

Gwen hands it to him.

Gaius: Ah. There's something stuck on the inside.

Arthur: What is it?

Gaius: It looks like a flower petal of some kind.

Gwen: His brow's on fire.

Gaius: Keep him cool; it'll help control his fever.

Gwen tends to Merlin while Gaius pulls out a book.

Gaius: Ah. The petal comes from the Mortaeus flower. It says here that someone poisoned by the Mortaeus can only be saved by a potion made from the leaf of the very same flower. It can only be found in the caves deep beneath the Forest of Balor. The flower grows on the roots of the Mortaeus tree.

Arthur: That's not particularly friendly.

Gaius: A Cockatrice. It guards the forest. Its venom is potent. A single drop would mean certain death. Few who have crossed the Mountains of Isgaard in search of the Mortaeus flower have made it back alive.

Arthur: Sounds like fun.

Gaius: Arthur, it's too dangerous.

Arthur: If I don't get the antidote, what happens to Merlin?

Gaius: The Mortaeus induces a slow and painful death . He may hold out for four, maybe five days, but not for much longer. Eventually he will die.

 

Castle drawdridge

Nimueh rides out of Camelot.

 

Morgana's chambers

Gwen enters.

Gwen: My Lady, I am so sorry I haven't been here to attend to you.

Morgana: Don't worry, I'm alright. How's Merlin?

Gwen: If Arthur comes back with the antidote in time, he'll be fine.

Morgana: Then he'll be fine.

Gwen sighs.

Morgana: You should be with him. I'll manage. I know what he means to you. Go.

Gwen: Thank you.

 

Castle – Central corridor

Arthur walks with Uther. Arthur's dressed in his chainmail.

Uther: What's the point of having people to taste for you if you're going to get yourself killed anyway?

Arthur: I won't fail, no matter what you think.

Uther: Arthur, you are my only son and heir. I can't risk losing you for the sake of some serving boy.

Arthur: Oh, because his life's worthless?

Uther: No, because it's worth less than yours.

Arthur: I can save him. Let me take some men.

Uther: No.

Arthur: We'll find the antidote and bring it back.

Uther: No.

Arthur: Why not?!

Uther: Because one day I will be dead and Camelot will need a king. I'm not going to let you jeopardise the future of this kingdom over some fool's errand.

Arthur: It's not a fool's errand. Gaius says that if we can get the antidote...

Uther: Oh, Gaius says? That's exactly what makes it so.

Arthur: Please, Father. He saved my life. I can't stand by and watch him die.

Uther: Then don't look. This boy won't be the last to die on your behalf. You're going to be King. It's something you'll have to get used to.

Arthur: I can't accept that.

Uther: You're not going.

Arthur: You can't stop me.

Uther: Damn it, Arthur, that's an end to it! You're not leaving this castle tonight.

 

Arthur's chambers

Arthur storms in, tosses his sword onto the table, and leans over the fireplace. Morgana enters.

Morgana: Say what you like about the food, but you can't beat our feast for entertainment.

Arthur: Morgana, I'm sorry, I should have made sure you were alright.

Morgana: Disappointed actually. I was looking forward to clumping a couple around the head with a ladle.

Arthur: I'm sure the guards could have handled Bayard and his men.

Morgana: Yeah, but why let the boys have all the fun?

Arthur: Morgana, you shouldn't get involved. It's dangerous.

Morgana: Spare me the lecture; I've already had it from Uther.

Arthur: If it's any consolation, you weren't the only one.

Morgana: Not that I listen to him. Sometimes you've got to do what you think is right, and damn the consequences.

Arthur: You think I should go?

Morgana: It doesn't matter what I think.

Arthur: If I don't make it back, who will be the next king of Camelot? There's more than just my life at stake.

Morgana: And what kind of king would Camelot want? One that would risk his life to save that of a lowly servant?

Morgana draws Arthur's sword.

Morgana: Or one who does what his father tells him to?

Morgana presents Arthur with the sword.

 

Castle drawbridge

Arthur rides across the drawbridge.

Guard: Halt!

Arthur rides past the guards out of Camelot. Nimueh watches from her stone basin.

 

Gaius's chambers

Gwen: He's getting hotter.

Merlin (muttering): Him. Liffrea, wuldres wealdend, woroldare forgeaf.

Gwen: What language is that?

Gaius: None. The fever's taken hold. None of those words are his own. His pulse is weaker.

Gaius finds a large circular rash on Merlin's arm.

Gwen: What is it?

Gaius: That can't be right. The rash is not supposed to appear until the final stage.

Gwen: What does that mean?

Gaius checks his book with a magnifying glass.

Gaius: It says here that "once a rash appears, death will follow within two days."

Gwen: You said he had four days.

Gaius: Something's increased the flower's potency. It warns that "the effect of the Mortaeus will be more rapid if an enchantment is used during the flower's preparation."

Gwen: An enchantment? But Bayard's no sorcerer.

Gaius: No, he isn't.

Gwen: Then who did this?

Gaius: It can't have been. She wouldn't dare come here. Unless...

Gwen: Unless what?

Gaius: What happened to that girl?

Gwen: Which girl?

Gaius: Just before Merlin burst into the hall one of Bayard's serving girls took him outside.

Gwen: She had dark hair. Very beautiful.

Gaius: Find her. Quickly.

Merlin (muttering): Arthur... swa...

 

Castle dungeons

Gwen checks the cells for Cara/Nimueh.

 

Morgana's chambers

Uther paces.

Uther: I expressly ordered Arthur not to go!

Morgana: I'd say it worked like a charm, too.

Uther: Not another word!

Morgana: My lips are sealed.

Uther:  I should've put him under lock and key.

Morgana: You can't chain him up every time he disagrees with you.

Uther: Just you watch me! I will not be disobeyed! Especially by my own son!

Morgana: No. Of course you won't.

Morgana sits down at her desk to write. Uther approaches her.

Uther: You knew about this, didn't you? Morgana...don't lie to me.

Morgana: Arthur's old enough to make decisions for himself.

Uther: He's just a boy.

Morgana: Have you seen your son recently? You have to let him make his own mind up.

Uther: Even if it means letting him go to his death?

 

Arthur rides through the mountains. Nimueh watches him from her stone basin. She pulls up her hood and leaves her cave.

 

Gaius's chambers

Merlin stirs restlessly. Gaius inspects Merlin's rash. Gwen enters.

Gaius: Let me guess, she wasn't there.

Gwen: No one has seen her since the banquet. Who is she?

Gaius: Not who she claims to be.

Gwen: But you know, don't you?

Gaius: Cara. Though, that's not her name. Not her real name, anyway.

Gwen: Then who is she?

Gaius: A powerful sorceress.

Gwen: Well, we should tell Uther. Maybe he could send riders out after her.

Gaius: No, she'll be long gone. It's impossible to know where, though. Oh, no.

Gwen: What?

Gaius: She knows the only place an antidote can be found is the Forest of Balor. Arthur could be walking into a trap.

Merlin: Arthur. Arthur.

 

Arthur leads his horse through the forest. The Cockatrice hides under fallen tree.

 

Gaius's chambers

Merlin: *muttering*

 

Arthur leads his horse through the forest. He hears Nimueh's fake crying and approaches her as she sits on a fallen log with fake bruises.

Arthur: Hello? Are you alright?

The Cockatrice roars behind him.

Arthur (to Nimueh): Stay back.

Nimueh smiles as Arthur faces the beast. The Cockatrice lunges, Arthur rolls under it as it jumps, then throws his sword, killing it. Nimueh grimaces. Arthur looks at her and she gets up and backs away in pretend fear.

Arthur: It's alright. I'm not going to hurt you. Who did that to you?

Arthur points to her bruises.

Nimueh: My master. I ran away from him, but then I got lost. Please don't leave me.

Arthur: I won't. I'm not going to.

Nimueh: You can take me away from here?

Arthur: Not yet. There's something I have to do first.

Arthur looks at the cave mouth.

Nimueh: Why have you come to the caves?

Arthur: I'm looking for something. It can only be found here.

Nimueh: What is it? I know this place; I could help you.

Arthur: It's a type of flower that only grows inside the cave. It's very rare.

Nimueh: The Mortaeus flower? I know where they are. I'll show you.

Arthur and Nimueh enter the cave with torches.

 

Gaius’s chambers

Merlin: Arthur, it...it's a trap. It's a trap.

Gwen: His fever's getting worse, isn't it?

Gaius: The poison's setting in.

Merlin: eft gewunigen wilgesiþas, þonne wig cume.

Gaius: Shh. Could you fetch me some more Wolfbane?

Gwen: Yes, of course.

Gaius: Merlin, you must fight it.

 

Caves

Nimueh and Arthur turn a corner in the caves.

Nimueh: There they are.

The flowers are on the across a large gap with a narrow ledge and long drop. Arthur looks down.

Arthur: Keep back from the edge. Don't worry. We'll be out of here soon.

Nimueh: Eorthe, lyft, fyr, waeter, hiersumie me.

The cave begins to shake.

Nimueh: Eorthe ac stanas hiersumie me. Ic can stanas tobrytan...

Arthur: What are you doing?!

Nimueh: ...hiersumie me.

Arthur drops his torch as the rock falls out beneath him. he jumps for the opposite ledge and catches it with his hand.

Nimueh: I expected so much more.

Arthur: Who are you?!

Nimueh: The last face you'll ever see.

A giant spider shows up.

Nimueh: It seems we have a visitor.

Arthur edges away from the spider, draws his sword and kills the spider while dangling from the ledge.

Nimueh: Very good. But he won't be the last. I'll let his friends finish you off, Arthur Pendragon. It's not your destiny to die at my hand.

Nimieh leaves with the torch, leaving Arthur dangling from the ledge in the dark.

Arthur: Who are you?!

 

Gaius's chambers

Merlin: Arthur. It's too dark. Too dark. Fromum feohgiftum on fæder bearme. Fromum feohgiftum.

Gaius sees something glowing.

Gaius: Merlin.

Gaius folds down the blanket. Merlin holds a glowing ball of light in his hand.

Gaius: What are you doing?

 

Caves

Arthur sees the light in the cave.

Arthur: Come on, then! What are you waiting for?! Finish me off!

The light floats above Arthur and he pulls himself onto the ledge. The light moves higher, but Arthur spots the Mortaeus flower on the wall.

 

Merlin: Leave them, Arthur.

 

Spiders screech and crawl toward Arthur.

 

Merlin: Go. Save yourself. Follow the light.

 

Arthur climbs to the flower and grabs it and puts it in a pouch on his belt. spiders keep coming. Arthur races to the top.

 

Merlin: Faster. Go faster. Follow the light! Move. Climb.

 

Arthur makes it to the top and the light disappears from Merlin's hand.

 

Camelot

Guards spot Uther from the battlements.

Gregory: Inform the King! Arthur has returned to Camelot!

Arthur rides up to the drawbridge gate. guards block his way.

Arthur: What are you doing? Let me pass.

Gregory: I'm sorry, Sire. You're under arrest, by order of the King.

 

Castle dungeons

Uther visits Arthur's cell in the dungeons.

Uther: You disobeyed me.

Arthur: Of course I did, a man's life is at stake. Do not let Merlin die because of something I did.

Uther: Why do you care so much? The boy is just a servant.

Arthur: He knew the danger he was putting himself in, and he knew what would happen if he drank from that goblet, but he did it anyway. He saved my life. There's more. There was a woman at the mountain. She knew I was there for the flower. I don't think it was Bayard who tried to poison me.

Uther: Of course it was.

Arthur pulls out the flower.

Arthur: Gaius knows what to do with it.

Uther takes the flower.

Arthur: Put me in the stocks for a week, a month even, I don't care. Just make sure it gets to him. I'm begging you.

Uther crushes the flower.

Arthur: NO!

Uther: You have to learn there's a right and a wrong way of doing things. I'll see you're let out in a week. Then you can find yourself another servant.

Uther drops the flower just outside Arthur's cell door. The guards lock the door and Arthur tries to get the flower just beyond his reach.

 

Gaius's chambers

Gaius: He hasn't got much longer. Has Arthur got the flower?

Gwen: I don't know. Uther won't allow anyone to see him. Is there nothing we can do to help?

Gaius: Only the leaf of the Mortaeus flower can save him.

Gwen: And we have to find out if Arthur has it. I could sneak into the dungeon.

Gaius: That would be very dangerous.

Gwen: I've got to. Merlin will die if I don't.

Merlin struggles to breathe.

Gaius: Be careful.

 

Castle dungeons

Gwen walks down the Wrought Iron Stairway with a plate of food and approaches a guard.

Gwen: Food for the prisoner.

A guard unlocks the door for her.

Arthur: Set it down over there.

Gwen puts it down on a small table and takes a step back. Arthur gets up and goes to the table.

Arthur: Thank you.

Gwen turns to leave.

Arthur: Wait a minute.

Arthur puts the plate back down and walks back to his seat on the floor.

Arthur: I couldn't possibly eat this, it's disgusting. The state it's in, I'm not sure it's fit for anyone.

Gwen goes back to pick up the plate and smiles when she sees the flower on the plate. she leaves the cell.

Dungeon guard: You. Wait!

Gwen stops and turns around as the guard approaches. He picks over the plate and grabs some bread.

Dungeon guard: Waste not, want not, eh? We're not all as precious as our Royal Highness.

Gwen turns to leave just as another serving girl comes down the steps with a plate and cup.

Serving girl: Food for Prince Arthur.

Dungeon guard: Stay where you are!

Gwen drops the plate and dashes up the stairs.

 

Gaius’s chambers

Gwen runs in.

Gwen: How is he?

Gaius: Have you got the Mortaeus?

Gwen: Here.

Gaius: His breathing's much worse. We have to hurry.

Gwen sits down next to Merlin's sickbed as Gaius begins crushing the flower leaf.

Gwen: Why have you stopped?

Gaius: The poison was created using magic. We may need magic to make an antidote.

Gwen: But we can't. It's forbidden. Even if we could.

Gaius: I'll try and make it work without it. Oh, I need some fresh water.

Gaius hands her a bowl and she runs off. Gaius lifts the bowl he's holding.

Gaius: Sythan...

Gaius stops and looks around, nervous to be practicing magic again.

Gaius: Sythan arrest wearth feasceaft funden. Denum æfter dome. Dreamleas gebad he gewinnes longsum.

The potion sizzles and foams for a moment. Gwen runs back in and hands him the bowl of water before rushing back to Merlin's side.

Gaius: Thank you.

Gaius pours the potion into a small cup and goes to Merlin.

Gaius: Hold his nose.

Gwen pinches his nose as Gaius pours the potion into Merlin's mouth.

Gaius: Swallow, Merlin. Swallow it.

Gwen: He's stopped breathing. What's happening? Gaius?

Gaius puts his head to Merlin's chest.

Gaius: His heart has stopped.

Gwen: He's dead?

Gaius: He can't be. He can't be. It was his destiny.

Gaius stands up.

Gwen: It's my fault. If I'd have got here sooner. If I'd have been quicker.

Gwen gets up and cries in Gaius's arms.

Gaius: No, no. It was me. I should've looked after him better. It's my fault.

Merlin: That's disgusting. You should be ashamed of yourself. You're old enough to be her grandfather.

Gaius: Merlin. You're alive.

Merlin: No. I'm the ghost come back to haunt you.

Gwen grabs Merlin's face and kisses him.

Gwen: Sorry, I'm just...I thought you were dead.

Merlin: It's fine. It's more than fine. ...erm...what happened? The last thing I remember is drinking the wine.

 

Castle – Council chamber of doom

Gaius enters while Uther consults his advisors.

Gaius: Sire, forgive the interruption, but may I speak with you?

Uther: Not now.

Gaius: But, Your Highness, it is important.

Uther: Word of Bayard's arrest has got back to Mercia. We're about to be attacked.

Gaius: I feel that what I have to tell you may have some bearing on your plans. Please, it will only take a moment.

Uther steps aside with Gaius.

Gaius: I know who tried to poison Arthur.

Uther: So do I. He's locked in my dungeons.

Gaius: It wasn't Bayard. The poison was magical. And I'd recognise the hand that made it anywhere: Nimueh.

Uther: You must be mistaken.

Gaius: I wish I was.

Uther: It can't have been. We'd know her. That witch's face is not easily forgotten.

Gaius: She's a powerful sorceress. She can enchant the eye that beholds her. We never knew it was her.

Uther: Have you any proof?

Gaius: The poison used against Merlin was made more potent by the use of magic.

Uther: Are you saying that she conspired with Bayard to kill Arthur?

Gaius: No, Bayard is innocent. Look at what's happening. This is what she's wanted all along. A war to bring strife and misery to Camelot.

Uther: How long before Bayard's armies reach our walls?

Sir cador: A day. Maybe less. We should send cavalry out to meet them.

Uther: Instruct your men not to leave Camelot until I give the word.

Sir Cador: Sire.

Knights bow and exit.

Gaius: You are making the right decision, Sire. Do you think Arthur should be told the truth about Nimueh?

 

Castle

Arthur, Morgana, and Uther watch from the battlements as Bayard and his men ride away from Camelot.

Morgana: Okay. Let the bragging begin. How'd you manage it?

Arthur: I'm not sure. All I do know is I had help. Someone knew I was in trouble and sent a light to guide the way.

Morgana: Who?

Arthur: I don't know. But whoever it was, I'm only here because of them.

Morgana: I'm glad you're back.

Morgana leaves.

Uther: Arthur? The woman you met in the forest, what did she tell you?

Arthur: Not much. She was too busy trying to get me killed. It was strange, though.

Uther: In what way?

Arthur: I was at her mercy. She could have finished me off, but she chose not to. She said it wasn't my destiny to die at her hand.

Uther: You must've been scared.

Arthur: Had its moments.

Uther: Those who practice magic know only evil. They despise and seek to destroy goodness wherever they find it. Which is why she wanted you dead. She is evil.

Arthur: Sounds as if you know her.

Uther: I do. To know the heart of one sorcerer is to know them all. You did the right thing. Even though you were disobeying me. I'm proud of you, Arthur. Never forget that.

 

Gaius's chambers

Arthur enters.

Arthur: Still alive, then?

Merlin: Oh. Yeah, just about. I understand I have you to thank for that.

Arthur: Yeah, well, it was nothing. A half decent servant is hard to come by. I was only dropping by to make sure you're alright. I expect you to be back to work tomorrow.

Merlin: Oh yeah, yeah of course, er, bright and early.

Arthur turns to leave.

Merlin: Arthur. Thank you.

Arthur: You too. Get some rest.

Gaius: Arthur may give you a hard time, but at heart he's a man of honour. There aren't many who'd have risk what he did for a servant.

Merlin: It all would've been for nothing if you didn't know how to make the antidote.

Gaius: Eat your dinner.

Merlin: I still don't understand why she went to all the trouble of framing Bayard. She could've just kept quiet and killed Arthur.

Gaius: But destroying Arthur and Camelot wasn't all she was after. She knew you would be forced to drink that wine. It was you she wanted to kill. Seems someone else knows you're destined for great things, Merlin.

 

Nimueh watches Merlin in her stone basin.

 

Écrit par Eriole pour Merlin HypnoSeries.

Kikavu ?

Au total, 80 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

schumi 
12.12.2018 vers 13h

crystal14 
10.05.2018 vers 23h

LaFriteFan 
03.04.2018 vers 14h

vampire141 
10.02.2018 vers 22h

kira2000 
12.11.2017 vers 17h

SarahEllie 
24.09.2017 vers 22h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

choup37  (13.12.2018 à 19:00)

Nimueh était une excellente méchante qui m'a pas mal manqué :( Si ma mémoire est bonne, c'est la seule qui a les yeux en face des trous dans ce château sur les pouvoirs du grand dadais^^

schumi  (12.12.2018 à 13:38)
Arthur est vraiment un vrai chevalier... aller se battre pour son valet c'est noble et courageux. Mais la méchante est vraiment vile et on ne comprend pas trop pourquoi elle s'en prend à merlin plutôt qu'à Arthur ou pendragon... Guenievre est très touchante avec merlin.

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente

Les Visions de Morgane
Aujourd'hui à 22:27

Eoin Macken
Hier à 22:25

Nous Lier / Link Us
Hier à 22:09

La Vérité
06.01.2019

Excalibur
21.12.2018

Actualités
Eoin Macken sur Netflix

Eoin Macken sur Netflix
Dès le 18 janvier, il sera possible de découvrir sur Netflix le thriller Close, dans lequel joue...

Nightflyers en français!

Nightflyers en français!
Dès le 1er février prochain, il sera possible pour les abonnés au Netflix français de découvrir les...

Premier calendrier de l'année!

Premier calendrier de l'année!
Le premier calendrier de l'année est arrivé, et il met à l'honneur Gwen! Vous pouvez venir le...

Sortie de The happy prince!

Sortie de The happy prince!
On l'aura attendu, mais il est enfin là! The happy prince est sorti dans les salles françaises ce...

Calendrier du mois!

Calendrier du mois!
Le calendrier du mois fait son retour, avec cette fois une création dans l'esprit de Noel! Vous...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

quimper, Avant-hier à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

serieserie, Avant-hier à 14:32

Supergirl vous attend pour fêter ces deux ans d'ouverture! Si vous savez cliquer, c'est pour vous!

Sas1608, Hier à 10:01

Plusieurs nouvelles informations concernant la saison 15 de Grey's Anatomy à lire sur le quartier !!

choup37, Hier à 17:37

Calendrier et sondage vous attendent sur Kaamelott

teddymatt, Aujourd'hui à 21:38

2004 - 2009 - 2019 Le Quartier THE L WORD est en fête. Nous t'invitons à participer aux animations proposées. Au plaisir de

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site