VOTE | 491 fans

Secret révélé

Créateur : byoann 
Date de création : 30.12.2015 à 13h40

Message du créateur :
Il s'agit de la fanfic créée dans le cadre du concours n°9

Cet épisode compte 1 paragraphes

Afficher l'épisode

Merlin chevauchait aux côtés d’Arthur vers les montagnes noires où une créature volante attaquait les villageois de Dholera pour se nourrir. Le matin même, une jeune fille était venue à la cour du Roi Uther pour requérir son aide. Après un premier refus d’Uther au prétexte que ce village se situait dans le royaume de Cenred, Arthur avait réussi à persuader son père qu’il devait absolument intervenir dans l’intérêt du royaume de Camelot…

Merlin, traversant un petit cours d’eau : « Rappelez-moi pourquoi on y va sans escorte ? »

Arthur, soufflant : « Pour passer inaperçu, Merlin. »

Merlin : « Donc… Nous nous rendons, à deux seulement, dans un pays ennemi, affronter une créature, qui tue tout le monde se trouvant sur son passage et qui niche sur les plus hautes montagnes des cinq royaumes réunis ? »

Arthur, avec le sourire : « C’est cela !... Mais j’ai amené une corde pour la montagne. »

Merlin : « Oh ben voilà qui change tout ! »

Arthur : « Tu n’étais pas obligé de m’accompagner, Merlin ! »

Merlin : « Mais qui vous aurait protégé sinon ? »

Arthur se tourna vers lui. Merlin lui offrit son plus beau sourire. Arthur secoua la tête et reporta son attention sur la route. Quelques heures plus tard, ils arrivèrent en vue du village de Dholera derrière lequel s’élevaient des pics majestueux mais très sombres. Traversant un village complètement déserté par ses habitants, Arthur arrêta son cheval devant la taverne.

Merlin, descendant de cheval : « C’est très calme pour une taverne. »

Imitant Merlin, Arthur, pour détendre l’atmosphère : « Oui. Normal ! Gauvain n’est pas là. »

Merlin sourit. Il allait répliquer lorsqu’ils entendirent du bruit à l’intérieur de la taverne. Aussitôt, Arthur dégaina son épée et vint se coller contre le mur à gauche de la porte. Merlin, quant à lui, se posta à droite. Il regarda autour de lui et trouva un petit tabouret de bois. Il l’attrapa et attendit, le cœur battant, la suite des évènements. La porte s’ouvrit lentement en grinçant sur ses gonds. Puis un homme bondit à l’extérieur et se retourna vers le bâtiment, l’épée à la main. Les trois hommes se regardèrent alors d’un air ahuri.

Arthur : « Lancelot ? »

Lancelot : « Prince Arthur ?... Merlin ? »

Merlin, balançant son tabouret : « Mais qu’est-ce que tu fais ici ? »

Arthur et Lancelot rengainèrent leurs épées.

Lancelot : « Lors de mes périples, j’ai entendu parler d’une créature qui terrorisait la population dans la région. Alors je suis venu voir. »

Arthur, en souriant et lui tapant sur l’épaule : « Tu comptes refaire l’exploit que tu as accompli à Camelot ? »

Le prince faisait évidemment référence au griffon que Lancelot avait terrassé grâce à la magie de Merlin. Lancelot jeta un coup d’œil vers Merlin qui baissa la tête.

Lancelot, embarrassé : « Oui… Si je peux. »

Arthur, confiant et marchant vers les montagnes : « Avec un homme tel que toi à mes côtés, cette créature est déjà morte. »

Lancelot et Merlin échangèrent un regard embarrassé puis suivirent Arthur. Les trois hommes se retrouvèrent rapidement au pied de la montagne.

Lancelot, regardant vers le sommet : « La créature a dû faire son nid tout là-haut. »

Arthur, préparant sa corde : « Oui, sûrement… Mais nous allons devoir l’attendre là-haut. À son retour de chasse, elle sera plus fatiguée et donc plus vulnérable. »

Merlin : « Mais aussi plus affamée. »

Lancelot, tout bas : « Mais avec tes capacités, tu n’as rien à craindre. »

Merlin se tourna vers Arthur qui, heureusement, n’avait pas entendu sa remarque. La corde enroulée à son épaule, Arthur commença l’escalade à mains nus.

Arthur : « J’y vais. Je m’assure de la route à prendre et je vous lancerai la corde. »

Lancelot, posant sa main sur l’épaule du prince : « Non, c’est à moi de le faire… [Tout bas] Il faut bien quelqu’un pour protéger Merlin. »

Arthur n’aimait pas qu’on remette en question ses directives mais son regard se posa sur le frêle magicien. Sans vraiment savoir pourquoi, il donna la corde à Lancelot qui entreprit alors l’escalade. Arrivé à un large promontoire, Lancelot lança la corde et aida Arthur et Merlin à se hisser jusqu’à lui.

Merlin, regardant vers le haut : « Et que fera-t-on une fois face à cette créature ? »

Arthur : « Nous la tuerons évidemment ! »

Lancelot, rassurant : « Elle chasse essentiellement le jour d’après ce qu’on m’a dit. Pour l’heure, elle n’est pas dans sa tanière. »

Arthur, tapotant sur son épée dans son fourreau : « Nous aurons plus qu’à l’accueillir comme il se doit. »

Lancelot se remit à grimper mais l’escalade devint plus difficile. Arrivé sur une minuscule corniche, il hissa tout de même ses compagnons jusqu’à lui.

Lancelot, pointant une crevasse dans la montagne : « Regardez ! On dirait qu’il y a un étroit passage là. »

Arthur : « Allons voir. Il se peut que la montagne soit creuse et nous pourrions peut-être approcher la créature en passant par là. On s’ra moins à découvert. »

Lancelot entra le premier dans l’étroit boyau de pierres, Merlin le suivit. Mais au moment où Arthur allait s’y engouffrer. Un hurlement terrifiant, suivi de battements d’ailes, se fit entendre. Merlin se retourna juste à temps pour voir Arthur tirer par derrière et s’élever dans les airs.

Merlin, sortant de la montagne : « ARTHUR ! »

La créature s’éleva en rugissant dans les airs, emprisonnant Arthur dans ses serres. Le prince eut tout de suite le réflexe de se recroqueviller sur lui-même afin de donner des coups de pieds puis des coups d’épée sur les pattes puissantes du monstre. Merlin ne sut comment réagir. Il ne pouvait pas laisser la créature emmener l’héritier de Camelot mais s’il utilisait sa magie, il pouvait blesser gravement son ami. Mais son cas de conscience ne dura pas longtemps. Incommodé par l’agitation de sa proie, la créature volante laissa tomber Arthur. Cependant, elle s’était sensiblement éloignée de la montagne et Arthur n’atterrit pas sur la corniche où se trouvait Merlin. Il continua sa chute sous le regard horrifié et impuissant de ses compagnons pendant que le monstre s’élevait dans les airs. Alors que Lancelot entreprit immédiatement de redescendre, Merlin utilisa ses pouvoirs pour amortir la chute d’Arthur qui s’écrasa malgré tout durement sur le promontoire en contrebas. Merlin suivit immédiatement Lancelot. Ce dernier fut le premier à se rendre auprès du prince. Arthur gémit de douleur. Lancelot l’examina brièvement et constata qu’il n’avait qu’un bras cassé en plus de multiples contusions.

Lancelot, regardant Merlin : « C’est un miracle ! [Regardant Arthur] Vous vous en sortez plutôt bien. »

Arthur le regarda en grimaçant puis il se figea. Il regardait droit devant lui, entre Lancelot et Merlin. Ce dernier se retourna.

Merlin : « La créature revient ! »

Lancelot s’empressa de prendre Arthur par son bras valide mais ce dernier gémit de douleur.

Lancelot : « On ne peut pas le déplacer ! »

Arthur : « Partez ! Allez-vous-en ! »

Lancelot se releva, dégaina son épée et fit face à la créature qui fonçait droit sur eux.

Merlin, se relevant et se plaçant devant lui : « Non. C’est à moi de le faire. »

Arthur : « Quoi ? Merlin, tu es fou ? Je savais que tu étais idiot mais pas à ce point ! »

Ne l’écoutant pas, Merlin à Lancelot : « Protège Arthur. »

Lancelot rengaina son épée et vint près d’Arthur. Il se pencha sur lui pour le protéger avec son corps.

Arthur, incrédule : « Lancelot ! As-tu toi aussi perdu la raison ? Ne laisse pas Merlin, faire ça ! »

Il tenta de repousser Lancelot mais, trop mal en point, il n’y parvint pas. Cependant, il pouvait entrapercevoir Merlin ; le corps de Lancelot ne bouchant pas complètement sa vue.

Arthur : « MERLIN ! »

Dès que Lancelot se pencha sur le prince, Merlin ne l’écouta plus et se tourna face à la créature. Pas très rassuré, il respira bruyamment mais resta en position, attendant le fauve volant. Celui-ci arriva droit sur eux et cracha une véritable tempête de flammes digne de Kilgharrah.

Merlin : « Douq tegitpro tisven a misflam ! »

Un vent violent balaya le promontoire et un dôme invisible se forma au-dessus des humains. Les flammes se heurtèrent à la bulle invisible sans la détruire. Frustrée, la créature reprit de l’altitude. Choqué par ce qu’il venait de voir, Arthur rejeta violement Lancelot. Surpris par la force nouvelle du prince, celui-ci fut déstabilisé et tomba sur le derrière si bien qu’Arthur assista à l’ultime altercation entre Merlin et la bête. Cette dernière revint à la charge et, folle de rage, lança un terrible rugissement avant de cracher un déluge de flamme sur eux.

Arthur, mort de peur pour son serviteur : « MERLIN ! »

Mais celui-ci, très concentré, ne l’entendit pas.

Merlin : « Douq tegitpro tisven a misflam !... TE VERSIRE ERINTFU DA SAUD TURDIENGREIN ! »

La bulle invisible se reforma mais, contrairement à la première fois, elle emprisonna les flammes en son sein, formant ainsi une immense boule de feu qui fonça tout droit vers la créature. Lorsqu’elle percuta le fauve volant, une terrible explosion se produisit, faisant trembler toute la montagne. Merlin et Lancelot furent projetés à terre par le choc de l’explosion. Lancelot s’écrasa contre la paroi de la montagne à côté d’Arthur et Merlin fut projeté, la tête la première, au pied du prince. Courbaturé, Merlin se releva lentement. Son regard croisa alors celui d’Arthur. À cet instant, son cœur se brisa en mille morceaux. Dans les yeux du prince, Merlin vit de la terreur. Il comprit aussitôt : Arthur avait tout vu ! Son secret n’était plus ! Maintenant, Arthur sait : Merlin est un magicien ! Il rampa vers le prince et voulut lui prendre la main.

Merlin : « Arthur, je vais vous expli… »

Le prince retira immédiatement sa main en le fixant d’un regard mêlé de terreur et de colère. Incapable de parler, il tenta de se relever en se plaquant contre la paroi de la montagne. Mais la douleur se rappela à lui. Lancelot, ayant assisté à la scène, s’accroupit près d’Arthur, s’interposant entre lui et Merlin.

Lancelot : « Je vais regarder votre blessure. »

Pendant que Lancelot vérifiait son épaule, Arthur le regarda un long moment.

Arthur : « Tu le savais ? »

Lancelot s’arrêta, baissa les yeux puis inspira profondément.

Lancelot, le regardant droit dans les yeux : « Oui… Je le savais. »

Se sentant trahi, Arthur leva les yeux au ciel mais laissa tout de même Lancelot termina son travail.

Lancelot : « Il vous faudrait un bandage bien serré en attendant que l’on vous soigne mais je n’ai rien ici pour… »

Arthur, l’interrompant : « Depuis quand ? »

Merlin baissa la tête. Lancelot regarda en direction de Merlin. Le pauvre magicien avait les larmes aux yeux.

Lancelot, regardant Arthur : « Depuis que nous nous sommes rencontrés… A Camelot. »

Arthur, ébahi et blessé : « Depuis tout ce temps ? »

Il retenait des larmes de rage.

Merlin : « Arthur, je ne pouvais pas vous dire… »

Arthur, furieux : « TU ES UN MAGICIEN MERLIN !... UN MAGICIEN !... UN ENNEMI DE CAMELOT ! »

Merlin : « NON, C’EST FAUX !... JE SUIS VOTRE AMI, ARTHUR ! »

Arthur, ne l’écoutant pas : « UN ENNEMI DE CAMELOT !... ET JE T’AI ACCUEILLI CHEZ M… »

Étranglé par l’émotion, Arthur s’arrêta. Il calma sa respiration avant de reprendre.

Arthur, d’un ton cassant : « Je t’ai accueilli chez moi… au sein de ma famille. Je t’ai confié mes secrets, partagé avec toi des moments importants pour moi alors que, toi, tu me mentais depuis notre première rencontre. »

Merlin : « Je n’avais pas le choix ! »

Arthur, de mauvaise foi : « ON A TOUJOURS LE CHOIX, MERLIN ! Et tu as préféré me mentir… de nous mentir à tous ! »

Lancelot, d’un ton calme : « Mais il vous a aussi protégé, Arthur… Il a toujours été à vos côtés malgré les risques qu’il encourrait pour vous protéger ! Il vous a sauvé la vie à de nombreuses reprises. »

Mais le prince n’était pas encore prêt à l’entendre. Il fit un geste de colère ce qui réveilla la douleur que sa fureur avait endormi.

Lancelot : « Il vaut mieux redescendre maintenant. Vous avez besoin d’être soigné. »

Merlin et Lancelot se remirent debout. Merlin aurait aimé aider Arthur à se relever mais il n’osa pas bouger. Lancelot arriva à remettre debout le prince malgré la douleur, Arthur acceptant malgré tout son aide. Sans un regard pour Merlin, il mit son bras sur les épaules de Lancelot et se dirigea vers le bord du promontoire. Merlin leva les yeux au ciel. Malgré ses efforts, une larme coula le long de sa joue. Il inspira profondément et suivit ses compagnons.

Lancelot : « Vous allez vous accrochez à moi et je vous… »

Arthur, prenant la corde avec sa main valide et sèchement : « Je suis parfaitement capable de redescendre par mes propres moyens. »

Lancelot : « Prince Arthur, vous êtes sérieusement blessé. »

Mais Arthur ne l’écouta pas. Il commença sa descente. Il s’arrêta souvent tellement la douleur était immense mais, têtu, il continua tout de même sans demander de l’aide à ses compagnons. Lorsqu’ils arrivèrent au village, Arthur grimpa directement sur son cheval. Dans un silence pesant, les trois hommes quittèrent Dholera et se dirigèrent vers Camelot. Ils ne s’arrêtèrent qu’à la nuit tombée. Alors que Merlin préparait le feu, Lancelot soigna sommairement Arthur et lui fabriqua une écharpe pour son bras mais déjà Arthur sombrait lentement dans le sommeil.

Lancelot, rejoignant Merlin : « Tu veux que je te prépare quelque chose à manger ? »

Merlin secoua négativement la tête.

Lancelot : « T’en fais pas. Il est en colère parce qu’il se sent trahi. Quand il se sera calmé, il réfléchira à la situation et je suis sûr qu’il comprendra pourquoi tu as agi ainsi. »

Sceptique, Merlin expira.

Lancelot : « Et il te sera reconnaissant d’avoir pris soin de lui durant toutes ses années. »

Merlin, regardant vers Arthur : « J’en doute… Je l’ai beaucoup déçu. Il ne me pardonnera jamais. »

Lancelot ne répondit pas et se contenta de passer une main réconfortante dans le dos du jeune homme en lui souriant. Ce soir-là, le sommeil fut long à venir pour le jeune magicien. Le lendemain matin, la troupe se remit en route pour Camelot. L’ambiance était toujours aussi glaciale. Et cela ne s’arrangea pas lorsqu’ils arrivèrent dans la cour de Camelot. Arthur, aidé de Lancelot, se dirigea immédiatement vers la salle du trône. Le cœur lourd, Merlin les suivit en trainant les pieds. Lancelot laissa Arthur entrer seul dans la salle. La tête basse, Merlin rejoignit Gaius dans la foule. Le vieux médecin fronça les sourcils lorsqu’il vit son jeune apprenti s’arrêter à côté de lui, le visage fermé et les yeux baissés.

Gaius, murmurant : « Qu’y-a-t’ il, Merlin ? »

Merlin le regarda un bref instant et secoua négativement la tête avant de baisser les yeux à nouveau. Il utilisait toute son énergie afin de retenir ses larmes dans l’attente de la catastrophe qui allait bientôt s’abattre sur lui. Son comportement alarma le vieux médecin qui reporta malgré tout son attention sur les propos du roi.

Uther, ravi : « Je suis fier de toi, mon fils ! Tout Camelot est fier de son prince. »

Arthur, d’un ton glacial : « Je dois vous dire, père, que je n’y serais pas parvenu sans Lancelot. »

Uther, fronçant les sourcils : « Lancelot ? »

Arthur : « Oui, père. Lancelot m’a accompagné dans cette quête. Et lorsque j’ai été blessé dans la bataille, il m’a soigné et aidé à revenir auprès de vous. Il attend à l’extérieur. »

Uther n’était pas ravi d’entendre parler de ce jeune homme qui s’était fait autrefois passé pour un noble mais, étant donné les circonstances, il ne pouvait pas le renvoyer à nouveau en exil.

Uther, contraint : « Qu’il en soit récompensé dans ce cas… Mais raconte-moi plutôt comment tu as terrassé ce monstre. »

Arthur : « Je vous remercie pour lui…. Mais… Mais je dois vous dire autre chose, père. »

Arthur hésita.

Uther : « Je t’écoute. »

Merlin leva subitement les yeux sur Arthur. Gaius comprit que quelque chose s’était passé entre Merlin et Arthur et que son protégé craignait les révélations du prince. L’inquiétude du médecin redoubla lorsque les yeux de Merlin s’embuèrent de larmes.

Uther : « Eh bien, qu’y-a-t’il ? »

Arthur : « Je dois vous dire que… que Merlin est un… »

Il s’arrêta et tourna la tête vers le magicien. Celui-ci le supplia du regard de se taire. Arthur se tourna vers son père et prit une grande inspiration.

Arthur : « Merlin est un… »

Soudain, son regard se perdit dans le vide et il se remémora tous les bons moments passés en compagnie de son maladroit serviteur. Il se rappela également tout ce que Merlin avait fait pour lui alors que rien ne l’y obligeait. 

Uther : « Oui, Arthur ? Nous n’avons pas toute la journée. »

La foule commença à murmurer, trouvant étrange le comportement de leur prince.

Guenièvre, qui avait rejoint Merlin : « Qu’est-ce qu’il a ? »

Mais elle n’obtient pas de réponse. Merlin ferma les yeux. Une larme coula le long de sa joue.

Arthur : « Merlin est un… Merlin… Merlin est un héros, Père. »

Le souffle coupé, Merlin ouvrit les yeux et fixa intensément Arthur. Gaius et Guenièvre se tournèrent vers le jeune magicien pendant que la foule murmurait à voix basse.

Uther, levant le bras pour faire taire la foule : « Que veux-tu dire ? »

Arthur, regardant Merlin : « C’est lui qui a terrassé le monstre… Pas moi… Alors que la créature m’avait jeté à terre… Merlin a… Merlin a pris mon épée et a décapité la bête. C’est lui le véritable héros. »

La foule se tourna vers Merlin et le complimenta. Mais le jeune homme n’avait d’yeux que pour Arthur. Les yeux noyés de larmes, il remercia silencieusement le prince.

Uther, un peu contrarié : « Dans ce cas, nous célébrerons votre victoire à tous les deux, dès ce soir. Rends-toi auprès de Gaius pour soigner tes blessures. »

Arthur, d’une oreille distraite : « Oui, père. »

Pendant que le roi quittait la pièce, la foule entoura le prince et le félicita pour sa victoire. Mais Arthur ne les écoutait pas. Il se dirigea vers Gaius et Merlin.

Gaius à Merlin : « J’ai dans l’idée que ce n’était pas ce qu’il allait dire. Que s’est-il vraiment passé sur cette montagne, Merlin ? »

Pleurant de joie, le jeune magicien le regarda en haussant les épaules tout en lui adressant un sourire radieux.

Arthur, arrivant devant eux : « Gaius, je vais avoir besoin de vos services. »

Gaius, s’inclinant : « Tout de suite, Monseigneur. »

Arthur se tourna vers Merlin.

Arthur, d’un ton solennel mais chaleureux : « Merlin… On a à parler, je crois. »

Merlin, admiratif : « En effet. »

Les trois hommes quittèrent la salle de trône...

FIN


byoann  (30.12.2015 à 13:45)

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Les Visions de Morgane
Aujourd'hui à 12:31

Anniversaire
11.10.2019

Actualités
Anniversaire

Anniversaire
Aujourd'hui 11 octobre 2019,  notre fringant roi Arthur Bradley James fête ses 36 ans....

HypnoReview: Asa Butterfield

HypnoReview: Asa Butterfield
L'hypnoreview de juillet 2019 s'est penchée sur une des nouvelles séries à succès du moment, Sex...

Une dernière saison pour Lucifer

Une dernière saison pour Lucifer
Clap de fin pour Lucifer! La série portée par Tom Ellis a été renouvelée par Netflix pour une...

Mariage!

Mariage!
Qui c'est qui s'est marié? Qui s'est qui s'est marié? C'est Tom Ellis! Notre cher Cenred a épousé le...

Calendriers!

Calendriers!
Le calendrier de juin est arrivé! Au thème floral, il met en valeur Dame Morgane. A noter aussi que...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

CastleBeck, 15.10.2019 à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Misty, Aujourd'hui à 15:54

Le quartier Dark Angel vous propose un sondage drôle et décalé... sans avoir besoin de connaître la série en plus

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site