VOTE | 491 fans

Le Crystal de Talmite

Créateur : byoann 
Date de création : 21.07.2015 à 09h00

Message du créateur :
Cet EV se situe dans la saison 3. Il comporte 8 chapitres : Gaius est appelé en urgence au chevet du Prince Arthur...

Cet épisode compte 32 paragraphes

Afficher l'épisode

Plus tard…

Les voyageurs se réveillèrent à l’ombre d’un arbre. Ils s’assirent brusquement.

Gauvain, mécontent : « Ils ont encore recommencé ! Cela devient exaspérant ! »

Merlin, avec le sourire : « Moi, j’ai bien cette façon de voyager. Cela va plus vite et on a moins mal aux fesses. »

Gauvain : « Mais j’aimerais être prévenu avant. »

Sir Léon : « Où sommes-nous ? »

Arthur, regardant devant lui : « Je connais cet endroit. »

Gauvain : « Cela ressemble à l’endroit où les druides nous avaient amené tout à l’heure. »

Merlin : « Nous sommes revenus au point de départ ? »

En effet, ils étaient allongés au pied d’un arbre se trouvant à la lisière d’une forêt. Devant eux, un plateau rocheux s’étendait jusqu’à un précipice dominait une vallée.

Arthur, se levant et s’approchant du bord : « Non. Pas du tout ! »

Toute la troupe se leva et le suivit. Arrivés au bord, ils purent constater que la plaine, en contrebas, s’étendait jusqu’à une barrière de montagne au loin devant eux, d’où provenait la rivière qui serpentait sur la steppe, bordée de chaque côté, de forêts denses. Ils se trouvaient sur un promontoire rocheux qui descendait en pente raide vers le plateau. Le paysage était magnifique et aurait dût ravir les voyageurs mais ce ne fut pas le cas, leurs visages étaient ravagés par l’inquiétude.

Gauvain : « Où sommes-nous ? »

Arthur : « À la frontière de Camelot et du royaume de Cenred. »

Gauvain : « Et ses hommes, c’est… »

Arthur, sérieux : « L’armée de Cenred. »

En effet, en contrebas, la plaine était envahie d’hommes en armes, franchissant lentement la rivière séparant les deux royaumes.

Merlin : « L’invasion a commencé. »

Arthur, dégainant son épée : « Il semblerait oui. »

Merlin : « Qu’est-ce que vous faites ? »

Arthur : « D’après toi, Merlin ? »

Merlin : « Arthur, Vous n’y pensez pas ? Nous sommes que six contre toute une armée ! »

Gauvain : « Arthur, Merlin a raison. Ce serait du suicide. Il nous faut trouver autre chose. »

Arthur, prenant son arme à deux mains : « Les chevaliers de Camelot ne devraient plus tarder… Je ne vous obligerai à m’accompagner. Il s’agit de mon combat. »

Gauvain s’approcha d’Arthur et lui saisit son épée.

Gauvain : « Ce serait pure folie. Je ne peux pas vous laisser faire ça. Nous n’avons pas fait tout ça pour vous voir périr dès les premières minutes du combat. »

Arthur : « Je constate que tu as une grande confiance en mes qualités de chevaliers ! »

Gauvain : « Je ne remets pas en cause vos qualités de combattants, Arthur. Mais regardez la réalité en face. Ils sont beaucoup trop nombreux. On va se faire massacrer en un rien de temps. »

Un des chevaliers : « Regardez, Sire ! »

Il pointa du doigt l’armée sur la plaine.

Arthur, regardant dans la direction indiquée : « Ils se sont arrêtés ! »

Merlin : « Mais pourquoi font-ils cela ? »

Arthur, inquiet : « Je l’ignore, Merlin. Je l’ignore. »

 

En contrebas…

Cenred chevauchait à l’arrière de son armée aux côtés de Morgause et de ses lieutenants. Ils n’avaient pas encore franchi la frontière.

Un soldat de Cenred : « Regardez là-haut, Sire ! »

Il lui indiqua le haut du promontoire où se trouvait Arthur. Le visage de Cenred se durcit.

Cenred, mécontent à Morgause : « Vous m’aviez dit que les chevaliers de Camelot nous barreraient pas la route ! »

Morgause, surprise : « Oui. Évidemment !... Uther n’a pas eu le temps de rassembler ses hommes. »

Cenred : « Alors comment expliquez-vous ceci ? »

Il lui indiqua le promontoire.

Morgause, ébahie : « C’est impossible ! »

 

Sur les hauteurs…

Arthur : « Quelque chose semble les faire hésiter. »

Un des chevaliers : « SIRE, REGARDEZ ! »

Ils se retournèrent tous vers le chevalier. C’est alors qu’ils aperçurent des chevaliers apparaître les uns après les autres tout le long du précipice. Arthur se retourna de l’autre côté et il vit le même phénomène se reproduire.

Arthur, étonné : « Mais d’où proviennent tous ces hommes ? »

Sir Léon, tout aussi surpris : « Ils portent tous les couleurs de Camelot ! »

Gauvain, avec le sourire : « Je pense qu’on peut remercier les druides... Je les adore finalement. »

Merlin : « Je croyais que t’en avais assez de leur magie ? »

Gauvain : « J’ai dit ça, moi ?... Tiens, je ne me rappelle pas ! »

Sir Léon, regardant en contrebas : « Regardez, Sire. Ils battent en retraite. »

Soulagé, Arthur regarda vers la rivière et observa le repli de l’armée de Cenred. C’est alors qu’une immense clameur, provenant des chevaliers de Camelot, se fit entendre 

 

En contrebas…

Morgause : « Mais qu’est-ce que vous faites ? »

Cenred, faisant demi-tour : « Il n’est pas question que je risque inutilement la vie de mes hommes. »

Morgause : « Camelot n’a pas autant de chevaliers. Il s’agit forcément d’une illusion… Retournez au combat ! »

« Vous n’avez pas à me donner d’ordres ! Je suis le roi de ce royaume. Ne l’oubliez pas ! »

Au même moment, ils entendirent la clameur de victoire des chevaliers.

« Pour une illusion, c’est un peu bruyant. Vous ne trouvez pas ? »
« Je vous s’assure qu’il ne s’agit que d’une illusion. Ils ne sont que six sur la colline… »

Morgause, poursuivant : « Il y a sûrement un puissant magicien parmi eux qui crée ce subterfuge, et vous, tel un enfant, vous vous y laissez prendre ! »

Cenred : « Un magicien ?... Vous êtes sûre de vous ? »

Morgause : « Absolument ! »

Cenred : « Je connais Uther. Jamais il ne s’allierait à un magicien même pour sauver son royaume ! »

Il talonna son cheval, prit la tête de son armée et s’en retourna dans son château, laissant Morgause, frustrée et en colère.

Morgause : « Cenred ! »

 

Sur les hauteurs…

Lorsque l’armée de Cenred ne fut plus en vue, les chevaliers de Camelot disparurent instantanément.

Arthur : « Nous pouvons rentrer à présent. »

Ils se retournèrent auprès de leurs chevaux. Arthur s’apprêtait à monter sur le sien lorsque Gauvain s’approcha de lui.

« Arthur, je vais vous dire au revoir ici. »
Merlin : « Tu ne viens pas avec nous jusqu’à Camelot ?... Il y a pourtant de bonnes auberges ! »

Gauvain, souriant : « Je te remercie. C’est tentant, Merlin mais je préfère vous faire mes adieux, ici. »

« Rentre à Camelot avec nous. Mon père te récompensera pour ta loyauté. »

Gauvain : « Je ne l’ai pas fait pour la récompense mais parce que tu es mon ami… Prince Arthur. »

Arthur : « Et tu es également le mien… C’est pourquoi j’aimerais que tu rentres avec nous. »

Gauvain : « Non... Je ne préfère pas. Ce sera encore plus dur de repartir. »

Merlin : « Mais tu n’es peut-être pas obligé de repartir ? »

Gauvain : « Rappelle-toi de la dernière fois, le roi m’avait chassé… »

Arthur, le coupant : « Mais tu m’as sauvé la vie… encore une fois… Je parlerai à mon père. »

« Non, c’est inutile. J’ai déjà pris ma décision. »

Arthur, un peu déçu : « Dans ce cas... Je respecterai ton souhait. Mais sache que tu seras toujours le bienvenu à Camelot. »

Gauvain, lui serrant la main : « Je te remercie… Prince Arthur. »

Arthur grimpa sur son cheval. Gauvain s’approcha de Merlin.

Gauvain : « Prends bien soin de lui. »

Merlin : « Oui. Comme toujours. »

Gauvain : « Tu es un drôle de personnage, Merlin. »

Merlin : « Moi ? »

Gauvain, lui serrant la main et lui tapotant l’épaule : « Prends soin de toi également. Mais je n’ai pas trop de soucis à ce sujet… Tu n’es pas un chevalier certes, mais tu as une manière bien à toi de te défendre. »

Merlin : « Je ne comprends pas. »

Gauvain, lui faisant un clin d’œil : « Bien sûr. »

Il retourna près de son cheval, grimpa sur son dos et fit demi-tour en direction de la forêt. C’est donc le cœur lourd qu’Arthur et Merlin regardèrent disparaître leur ami au cœur de la forêt de Camelot.

Arthur, talonnant son cheval : « Allons… Retournons chez nous, à présent. Père doit être très inquiet. »

Il passa devant Merlin qui regardait toujours dans la direction que Gauvain avait prise. Le jeune magicien fit quelques pas derrière Arthur.

Arthur, sur son cheval, sans se retourner : « Merlin ? »

Merlin, relevant la tête : « Quoi ? »

Arthur : « Ton cheval ! »

Merlin : « Ah euh oui »

Il fit demi-tour, grimpa sur son cheval et galopa jusqu’à Arthur.

Arthur : « Tu pourrais oublier ta tête si elle n’était pas accrochée à tes épaules. »

Merlin, souriant : « C’est curieux ! C’est ce que me répète souvent Gaius ! »

Arthur : « Ah oui ? Et apparemment cela ne te fais pas réfléchir plus que ça. »

Merlin, souriant : « Non. »

Arthur : « J’éprouve soudainement de l’admiration pour Gaius. »

Merlin : « Pourquoi dites-vous cela ? »

Arthur : « Parce qu’il arrive à te supporter tous les jours ! »

Merlin : « Mais sans moi, que feriez-vous ? »

Arthur : « Tu as réponse à tout ! »

Merlin : « Il le faut bien avec un maître tel que vous ! »

Arthur : « Merlin ? »

Merlin : « Oui, Sire ? »

Arthur : « La ferme ! »

Merlin : « Oui, Sire. »

Arthur soupira d’agacement mais ne répliqua pas car il savait qu’il n’arriverait pas à avoir le dernier mot avec lui. Merlin, quant à lui, le suivit en affichant un sourire radieux.


byoann  (11.09.2015 à 09:05)


Les cloches sonnèrent à toute volée pour marquer la victoire contre l’armée ennemie mais également pour fêter le retour des héros. Toute la cour était rassemblée dans la grande salle pour accueillir Arthur et ses chevaliers. Gaius retrouva avec joie son apprenti tandis que Morgane fulminait de rage dans un coin de la grande salle. Elle fit cependant bonne figure lorsque le prince héritier se présenta à la porte.

Elle s’avança au centre de la pièce et joignit ses applaudissements à ceux de la foule.

Arthur entra par la grande porte, devançant ses chevaliers. Uther se leva et vint à la rencontre de son fils.

Uther, ravi, le prenant dans ses bras : « Arthur ! »

Arthur : « Père ! »

Uther : « Je suis infiniment heureux de te revoir vivant. Nous t’avions tous cru mort. »

Arthur : « Je l’ai cru un instant aussi, père. »

Les deux hommes se séparèrent.

Uther, regardant avec fierté son fils : « Mais tu as réussi à te libérer de l’emprise des druides et à revenir parmi nous. Je suis fier de toi, mon fils. »

Arthur : « À vrai dire… Ce sont les druides qui m’ont laissé partir, père. »

Uther, surpris : « Les druides… Oui… Ils ont finalement compris qu’il ne pourrait pas te corrompre avec leur magie alors ils n’ont eu d’autres choix que de te libérer, n’est-ce pas ? »

Arthur : « Non, père… Ils ont simplement voulu m’enseigner… »

Uther, mécontent, l’interrompant : « T’enseigner ? En me faisant croire qu’il t’avait tué ? »

Le silence s’abattit sur l’assemblée.

Arthur : « Il voulait juste vous mettre en garde, Sire. »

Uther : « Me mettre en garde ? Et contre quoi ? »

Arthur : « Contre votre aveuglement quant à la magie. Et quant à moi, ils voulaient simplement me montrer que la magie pouvait être bienveillante. »

Uther, furieux : « Comment peux-tu dire que la magie est bienveillante alors qu’elle a fait croire à un père que son fils était mort ? »

Arthur : « Mais père… »

Uther : « Il suffit ! Je ne peux en supporter davantage ! Les druides ont conspiré avec Cenred pour nous envahir. Ton enlèvement a été une diversion pour nous affaiblir. »

Arthur : « Père, je peux vous attester que les druides n’ont rien à voir avec l’invasion. Sans eux, nous n’aurions jamais pu vaincre l’armée de Cenred et… »

Uther, hors de lui : « ÇA SUFFIT !... La magie est mauvaise, Arthur. Et nous en avons encore eu une parfaite illustration avec cette affaire… »

Uther, maitrisant sa colère : «… La magie n’a rien à voir avec ta victoire, mon fils. Sache-le ! Seuls ton courage et ta détermination ont fait reculer notre ennemi. »

Uther inspira profondément pour retrouver son calme.

Uther, tentant de garder un ton cordial : « Tu as été mis à rude épreuve ces derniers jours. Ton esprit a été troublé. Tu as besoin de repos… »

Uther, poursuivant avec le sourire : «… Nous célébrerons ton retour et ta victoire, ce soir, par un grand banquet. » 

Arthur, voulant calmer le jeu : « Vous avez sans doute raison, père. »

Arthur se retira sous les acclamations de la foule.

Les chevaliers : « Vive le Prince Arthur ! »

La foule, répétant : « Vive le Prince Arthur ! »

Merlin se faufila à travers la foule pour aller retrouver Arthur.

Dans la chambre d’Arthur…

Merlin retrouva Arthur alors qu’il commençait à se dévêtir pour se reposer.

Merlin, compatissant : « Le roi n’a pas retenu la leçon, on dirait ? »

Arthur, enlevant sa chemise : « C’est normal. Il a eu très peur pour moi et pour Camelot. »

Merlin : « Comment pouvez-vous encore le défendre ? »

Arthur, enlevant ses bottes : « Si tu avais connu l’époque d’avant la Grande Purge, peut-être verrais-tu les choses différemment, toi-aussi, Merlin ? »

« Et vous, Arthur ? Après votre escapade chez les druides, voyez-vous les choses différemment ? »

Arthur baissa les yeux sur sa poitrine. Il prit le cristal dans sa main.

Arthur, après une pause : « Je ne sais pas vraiment. »

Merlin, avec intérêt : « Les druides ont dû vous faire voir toute l’étendue de leur pouvoir, n'est-ce pas ? »

Arthur : « Certes… Ils ont de grands pouvoirs. Ce qui pourrait s’avérer être dangereux aux yeux de mon père. »

Merlin : « Mais pas aux vôtres, n’est-ce pas ? »

Arthur, regardant Merlin : « Non... Pas aux miens. »

Merlin : « Pour quelles raisons ? »

Arthur : « Parce que j’ai entraperçu leur sagesse. Ils ne se servent de leurs pouvoirs que pour faire le bien. C’est grâce à eux que nous sommes arrivés à temps. C’est aussi grâce à eux que Camelot a été sauvée. »

Merlin, insistant : « Donc vous voyez bien que la magie n’est pas forcément mauvaise ? »

Arthur, surpris : « Mais en quoi est-ce si important pour toi ? »

Merlin, avec ironie : « Parce que je ne voudrais pas avoir à retourner vous chercher chez les druides car vous êtes trop mal embouché pour avoir compris la leçon ! »

Arthur, se levant : « Pardon ? »

Il fit face au magicien.

Merlin, sérieux et regardant le cristal : « C’est un beau cadeau que Renan vous a fait ? »

Arthur : « Oui… Je vais t’avouer un secret… Non seulement, je n’aurais plus rien à craindre de la Fièvre Noire mais Renan affirme que la magie serait sans effet sur moi tant que je le porterai. »

Merlin, un peu inquiet : « Ah bon ? Vous allez le garder tout le temps alors ? »

Arthur : « Non. Seulement quand j’aurais affaire à des magiciens ou à des sorciers. Ici, je n’ai rien à craindre. À part toi, personne ne rentre dans cette pièce. Et tu n’es pas un magicien, que je sache ? »

Merlin, souriant : « Ben non, bien sûr que non. »

Arthur : « Renan a juste spécifié que le cristal devait toujours être en contact avec ma peau pour que cela me protège. Je le porterai donc sous mes vêtements mais uniquement lorsque je partirai en mission. Ainsi personne ne saura que je le porte. »

Merlin perdit momentanément le sourire. Si Arthur portait ce cristal à l’avenir, sa propre magie ne pourrait plus l’aider en cas de danger. Il se promit donc de récupérer ce cristal dès qu’Arthur n’y ferait plus attention, persuadé que le prince s’en désintéressera rapidement.

Merlin : « En attendant, qu’allez-vous en faire ? »

Arthur, le regardant : « Le garder secrètement quelque part. Mon père ne devra jamais savoir que les druides m’ont donné ce cristal, tu m’entends ?... [Merlin acquiesça de la tête] Il ne comprendrait pas. »

Arthur regarda autour de lui puis se dirigea vers la petite armoire près de son lit.

Il enleva le cristal de son cou, le déposa dans un des tiroirs du meuble qu’il ferma soigneusement à clef.

Puis il ouvrit les draps de son lit.

Arthur, lui lançant sa chemise et son pantalon qu’il avait posés sur son lit : « Merlin ? Lave-moi ça ! »

Merlin, recevant le vêtement dans la figure : « Mais bien sûr, Sire. »

Il se dirigea vers la fenêtre.

« Oh et réveille-moi dans deux heures, veux-tu ? »

Merlin, fermant les rideaux : « À vos ordres, Sire. »

Arthur : « Et puis tu me feras couler un bain aussi. Je veux être propre pour le banquet donné en mon honneur. »

Merlin, se dirigeant vers la porte : « Évidemment !... Et puis, ça changera de d’habitude. »

Arthur : « Qu’est-ce que tu dis ? »

Merlin, se retournant vers lui : « Je disais… qu’il ne faudrait pas perdre les bonnes habitudes ! »

Mais Arthur l’écouta à peine. Il marmonna quelques mots puis sombra dans le sommeil. Merlin referma la porte derrière lui.

Merlin, pour lui-même : « Les choses vont changer… La magie renaîtra… J’en suis maintenant convaincu... [Regardant les affaires du prince et faisant la moue] Le tout est de savoir quand ! »

Mais c’est néanmoins avec un sourire sur les lèvres que le jeune magicien se dirigea vers le quartier des domestiques, les affaires d’Arthur sous le bras.

Merlin…


byoann  (11.09.2015 à 09:20)

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Anniversaire
11.10.2019

Actualités
Anniversaire

Anniversaire
Aujourd'hui 11 octobre 2019,  notre fringant roi Arthur Bradley James fête ses 36 ans....

HypnoReview: Asa Butterfield

HypnoReview: Asa Butterfield
L'hypnoreview de juillet 2019 s'est penchée sur une des nouvelles séries à succès du moment, Sex...

Une dernière saison pour Lucifer

Une dernière saison pour Lucifer
Clap de fin pour Lucifer! La série portée par Tom Ellis a été renouvelée par Netflix pour une...

Mariage!

Mariage!
Qui c'est qui s'est marié? Qui s'est qui s'est marié? C'est Tom Ellis! Notre cher Cenred a épousé le...

Calendriers!

Calendriers!
Le calendrier de juin est arrivé! Au thème floral, il met en valeur Dame Morgane. A noter aussi que...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

juju93, 16.10.2019 à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Avant-hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Avant-hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Misty, Hier à 15:54

Le quartier Dark Angel vous propose un sondage drôle et décalé... sans avoir besoin de connaître la série en plus

langedu74, Hier à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site